chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Kandyss - IV Ears To The Ground

Chronique

Kandyss IV Ears To The Ground
A la question : rattrape-t-on des compos merdiques par un son puissant ? Kandyss a répondu non.

Ce n'est pas parce que Fredrik Nordstrom a mixé la chose (il devait avoir un arriéré d'impôts à payer au Trésor de Stockholm ou des pensions alimentaires en retard) que d'un instant, on se doit de s'esbaudir devant tant de platitude. Et pour un groupe qui vient de Suisse, faire de la platitude c'est quand même un non-sens. C'est comme si un groupe jamaÏcain faisait du black metal haineux (et ne voyez aucune plaisanterie douteuse ou raciste, ce n'est pas le genre de la maison. A part Krow, qui est tellement raciste qu'il n'achète que du chocolat blanc. Et pourtant il n'aime même pas ça.)

Vous voyez Limp Bizkit, le groupe avec un chanteur qui avait la casquette à l'envers et le cerveau dans les Vans® et dont le guitariste cherche désespérément à monter un groupe avec lui comme chanteur ? Et je vous en prie, ne faites pas la moue dégoûtée, genre : "Ah non moi j'ai jamais écouté, j'écoutais du Darkthrone au collège" parce que ça prends pas. A un moment ou à un autre on est rentré en collision avec Limp Bizkit et on a même un peu aimé, c'est pareil qu'avec Offspring ou Skid Row. Je m'en fous j'ai les noms. Tout ça pour dire que Kandyss a décidé de reprendre le flambeau et de remettre au goût du jour le bon vieux néo rappé des familles. A l'heure où tout le monde a retourné sa veste à patch pour dire qu'ils ont toujours aimé écouté Death et Metallica, que Slayer c'est leur groupe préféré, malgré l'abondance de posters de Mon Petit Poney et la présence de l'intégrale de la discographie d'Alliage -soit un disque- dans leur chambre (eh oui Chris, c'est bien de toi dont je parle, tu ne trompes personne !), Kandyss tient bon et veut imposer sa marque de fabrique, qui est de reprendre ce qui est mort il y a 10 ans (putain déjà, 10 ans….ouh là, je viens de prendre un coup de vieux ; encore pire que quand j'ai pensé pour la première fois que finalement ce qu'avait fait Raffarin, c'était pas si mal) pour le remettre à l'avant-scène. Et à l'heure où la mode c'est plus Job For A Cowboy que P.O.D, il fallait oser : ils l'ont fait. Doit-on les remercier pour ça ? Non, il faut pas déconner non plus.

En revanche, pour sa contribution à l'humour mondial, le chanteur peut vraiment être récompensé : j'ai même pensé à vendre des samples de sa voix à Assimil' comme contre-exemple de prononciation à destination du marché suisse. Sans compter que sur certaines gueulantes, on sent que le fond du baggy est pas loin de se retrouver un peu tâché tellement il essaye de pousser mais que ça veut pas sortir. Et au-delà de l'élocution anglophone approximative, il y a le phrasé plus miteux qu'un gilet cachemire et laine 3 poches laissé 20 ans dans un placard humide chez mémé Germaine. ("Sad liar"). Remarquez, tant qu'on est à parler de miteux, les compositions sont un peu à l'aulne de ce que fait le chanteur ; c'est homogène. C'est vrai au fond, des bonnes compositions pourries par une voix faible ou fausse, ça laisse un goût amer de gâchis, un peu comme quand on voit un mannequin avec un nain ou Jean-Luc Delarue. Les guitaristes devaient avoir acheté le songbook de Disturbed ou de Staind (vous vous souvenez de Staind ? Non ? bah c'est pas grave, personne non plus) et ils se sont dit si on prends un riff par-ci un riff par-là, ça se verra pas, comme Ardisson quand il écrit un bouquin : ils ont fait du collage. Mais sans paillettes ni macaronis, donc on est un chouia en dessous du niveau maternelle. Certes je suis un peu dur (pas là, espèces de pervers homophiles) mais c'est pour leur bien. Comme me disaient mes parents en m'enfermant dans la niche de notre dobermann pendant leurs 15 jours de vacances aux Seychelles avec un bout de pain dur pour nous deux : "Un jour tu nous remercieras". Merci papa, merci maman.

Bref, c'est pas très intéressant, certainement pas original, et un peu faiblard dans l'interprétation, la seule chose de vraiment bonne dans ce disque c'est la production. Au final, un groupe tellement convenu qu'il aurait pu être signé dans la Team Nowhere s'il n'eût été helvétique (je sais pas si vous le savez mais c'est des racistes anti-petit suisse chez Nowhere)

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

$am citer
$am
18/03/2008 12:16
aaaah un moment j'ai eu peur que cette pépite dormirait dans les tréfonds des chroniques oubliées avec La piovra
Ander citer
Ander
18/03/2008 09:59
Han qu'est-ce que c'est nul. xD
citer
Rémi
18/03/2008 09:10
hahaha et ça exsiste toujours le fameux "Come on!" (au début de "volcano"Clin d'oeil ahahaha. Encore étonnant que le "K" de Kandyss ne soit pas à l'envers...
citer
Rémi
18/03/2008 09:05
chro entièrement justifiée. Faire un groupe juste pour voir le public hôcher de la tête, autant lacher les instruments et continuer à regarder son groupe favoris sur MTV.
citer
Personne
17/03/2008 16:51
xpldr la chro xD

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kandyss
Neo suisse
2007 - Condor Records
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  9/10

plus d'infos sur
Kandyss
Kandyss
Neo suisse - Suisse
  

tracklist
01.   intro
02.   bulldozer
03.   sad liar
04.   volcano
05.   die for nothing
06.   order in your life
07.   devil inside
08.   so sweet
09.   around you
10.   endless day
11.   have a shower
12.   beavis

Durée : 55'09

line up
parution
25 Octobre 2007

Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique