chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sebkha-Chott - Nagah-Mahdi

Chronique

Sebkha-Chott Nagah-Mahdi
(Opuscrits En 48 Rouleaux)

Cette dernière pelletée de mois, on a un peu l'impression d'assister à l'éclosion d'une génération spontanée de groupes génialement chtarbés. Unexpect, Diablo Swing Orchestra, Pin-Up Went Down, Stolen Babies, Ilkhah, … Il va maintenant falloir ajouter Sebkha-Chott à cette liste qui s'allonge dans les proportions d'un Rocco sous perfusion d'hormones d'auroch. Dernier de ces OVNIs a être venu câliner avec du poil à gratter le point G de mon oreille interne, ce vilain cachottier de Seb (Non, c'est pas ça le sens premier du nom du groupe ?) existe pourtant depuis 2000, et « Nagah Mahdi » (J'essaierai de leur demander en interview le programme pour Mehchedi et Vendhedi …) est sorti dès 2006 … Putain mais on me dit rien à moi ou quoi ????

A l'image de Diablo Swing Orchestra ou Unexpect, les ChoChott (Qu'ils veuillent bien m'excuser cette familiarité !) forment un collectif d'artistes barrés qui allient un visuel fort à une musique foisonnante, développant une mythologie décalée et déconnante afin d'ancrer leur délire dans un cadre fournissant quelques repères à des auditeurs éberlués. C'est donc d'Ohreland - contrée située à mi-chemin entre Sirius et Le Mans -, que débarquent Wladimir Ohrelianov II, Benoît Popol II ou encore Yüla Slipovitch, personages hauts en couleur (Wladimir aurait un bleu qui ferait dans les 2m30) bien déterminés à répandre leur Mekanik Metal Disco en nos humides et consentant orifices métallo-récepteurs.

Bon, ils sont gentils les Sebkha, mais « Mekanik Metal Disco », c'est un peu comme « Autruche Core »: ça fait beau suspendu au dessus de la cheminée, mais c'est aussi précis qu'un GPS embarqué dans une auto-tamponneuse! En fait, afin de mieux cibler le magma musical qui coule de Nagah Mahdi, le groupe parle d'un croisement entre Zappa, Magma (justement !), Mr Bungle, Fantomas, le prog des 70s et le metal extrême du XXIe siècle … Pas faux, m'enfin je vais quand même vous faire la version Cyrilienne du truc: imaginez un collectif festif à la Négresses Vertes/Mano Negra, avec des cuivres chaleureusement fanfaresques, un goût prononcé pour le nawak et l'exotique (Salsa, Samba, Bossa Nova), l'orgue de Charlie Oleg, des chanteurs et –euses protéiformes (chant death, clair, lyrique), un penchant évident pour le jazz free style déstructuré, et puis du swing, du death, du swing, du reggae (« La Complainte D'Yvette H. », featuring un Pierpoljack qui se serait envoyé un plein pot de colle Cleopatra dans les narines), du R'n'B (« Sensual Lips And Magic Tricks », mmh, yeaah), du swing, du true metal Maidenesque (« Menstrual Fix And Phallic Sticks » ), des samples divers (excellent les menaces péquenouillisantes de « Méchoui »), du swing … C'est bien simple: citez un ingrédient musical quelconque – scat, scratch, live, electro … - il se trouve à coup sûr planqué quelque part sur l'un des morceaux de « Nagah Mahdi ».

Découpé en 48 morceaux évoluant sous les 2 minutes, l'album a tout d'une galette de grind. En fait, le groupe a souhaité saucissonner ses 7 morceaux principaux en une multitudes de chapitres où les titres sont autant de commentaires d'un guide goguenard, et où les interludes, prologue, épilogue et autres épisodes connexes contribuent à créer un véritables univers fourmillant, loin de la clinique et courte track list habituelle. Lorsque vous posez cet album sur votre platine, vous vous exposez à un monde foisonnant d'idées, bourdonnant de vie, frétillant d'impatience qui plonge l'auditeur dans un mælstrom de sensations, parmi lesquelles ressort l'impression d'assister à une impro jazzy donné par l'association de Meshuggah et de l'orchestre de Kusturica autour du thème « Le death est-il soluble dans l'univers du cartoon exotico-burlesque ? ». De ce geyser musical ressort un certain nombre de moments hyper accrocheurs. Allez, tant pis, jouons les rouleaux compresseurs descriptifs: vous ne saurez pas résister au reggae de dessous de couette de « La Complainte D'Yvette H. », aux lignes de chants tortueuses mais incroyablement libres qui singent les parties déstructurées et jazzy des instruments conduisant « La Procession Des Imbéciles », au mélange beats techno / chant d'opéra / growls / chant à la Wormfood / trompette de « Sombre Gloire », au R'n'B dance floor de « Sensual Lips And Magic Tricks », aux accents cubains de « Illusions », au tube « Confrérie De L'Intox », au groove de « VaGoDor Deu Sahpun », à l'excellent n'importe quoi vindicatif débutant « Mais Qui A Laissé Cramer Le Chameau ? », aux incantations tribales de « N'y Va Pas, Tante Mireille ! » ou encore au tube funkorientalisant « Goat Of Rahahaaz Vs Mustach'Man ».

Ce qui me retient de chanter encore plus fort les louanges de Sebkha Chott, ce sont deux petites frustrations, certes dérisoires, mais qui me gâchent un peu la digestion. Et Confucius lui-même ne disait-il pas: « Aussi petites soient-elles, les gouttes des menstrues ressortent toujours sur la blanche culotte comme l'accordéon sur un album de Devourment »? Tout d'abord, le son des passages death est un peu faiblard, voire fluet, ce qui enlève pas mal à la patate de ces furieux moments. En même temps, quelle prod' saurait tirer le meilleur tout à la fois de cuivres jazzy, de grattes death et de rythmes de samba, hein, je vous l'demande? L'autre point qui me chiffonne, c'est les excès prog/expérimentaux dans lesquels se vautre le groupe, tout particulièrement en fin d'album: pour moi les presque 13 minutes de « Soul Coït » sont une insupportable masturbation non musicale qui casse l'osmose générale. Et dans une moindre mesure, la sieste spatiale en scaphandre qui s'étend de « Choc Post-Opératoire » à « J'Ai Ejaculé Une Boîte De Mouchoirs ! » est un peu trop anesthésiante. Enfin ça c'est le point de vue du métalleux, j'imagine que les plus loufoques progueux des fans du groupe doivent y trouver leur compte. N'empêche que les incartades un peu beaucoup expérimentales que s'accorde parfois le groupe se font au détriment de l'accroche et de la cohérence de l'album. Voilà, c'était ma minute ronchonnerie de fin de soirée.

N'empêche, comptez sur moi pour aller voir ces joyeux loufdingues en première partie d'Unexpect en cette fin d'année. Et vous, lecteurs émoustillés mais hésitant, ne soyez pas effrayés, jetez vous dans les chaudes et profondes eaux ohrélandaises, même si vous ne maîtrisez pas tout à fait la nage de la chenille naine des marécages: il n'y a rien d'autre à faire qu'à se laisser porter par les courants …

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
25/04/2008 15:40
Aghahowa a écrit : Il me semblait que Sebkha-chott était la tête d'affiche pour la tournée avec Unexpect. Je me trompe ?


cf réponse dans l'interview ici
citer
Aghahowa
25/04/2008 14:34
Il me semblait que Sebkha-chott était la tête d'affiche pour la tournée avec Unexpect. Je me trompe ?
citer
Yvette H.
11/04/2008 16:54
Merci pour cette chronique, on n'aurait pu mieux dire.
Une petite précision toutefois quant au rouleau 45, il s'agit, en fait, d'une improvisation orchestrale dirigée du Genbaku Orchestra, dont Sebkha-Chott fait partie. Rendons à César, etc.
L'interview devrait venir bientôt, Ô oui !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sebkha-Chott
Musique inclassable et barrée
2006 - Musea Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7.92/10

plus d'infos sur
Sebkha-Chott
Sebkha-Chott
Musique inclassable et barrée - France
  

tracklist
01.   Boum Boum Yüla
02.   Valdez Retro Maldito Seveso
03.   Ruben With The Pippermint
04.   La Complainte D'Yvette H.
05.   Alchimie Malhabile
06.   L'Age Du Cuivre
07.   Furtive
08.   Bossa 'Na Bossa
09.   Préavis De Grève
10.   La Procession Des Imbéciles
11.   Un Autre Chemin Que La Violence ?
12.   Lâche Cette Cuillère !!!
13.   La Routine Habituelle !. Les Gaugaus... Les Gaugaus... Les Gaulois !!!
14.   Nice Trap
15.   Café La Main Verte
16.   Sombre Gloire
17.   Wagadey Wagadey Wagadey Wagadey Wagadey Wagadey Woy Hey !
18.   Pour Quelques Mollards De Plus
19.   Hymen
20.   Sensual Lips And Magic Tricks
21.   Menstrual Fix And Phallic Sticks
22.   Fils-Phoque Au Gingembre
23.   Olé !
24.   All Blacks
25.   Mrs Râ Et Amon Aclaque Ont Une Fille A Tête De Chat ?
26.   Illusions
27.   Salle D'Attente. Pasteurisation
28.   Confrérie De L'Intox
29.   Choc Post-Opératoire
30.   Ferme Les Yeux, Tu Vas Tâcher Tes Lunettes !
31.   J'Ai Ejaculé Une Boîte De Mouchoirs !
32.   De Saint-Calais A Betlehem En Trafic
33.   Tupperware De La Mer Morte
34.   Agrabah
35.   VaGoDor Deu Sahpun
36.   L'Harmonie Est-Elle Municipale ? (I. Thèse/II. Antithèse/III. Synthèse)
37.   Méchoui
38.   Mais Qui A Laissé Cramer Le Chameau ?
39.   Voodoo Break
40.   N'y Va Pas, Tante Mireille !
41.   Ode Létale
42.   Near Death Exercise
43.   Goat Of Rahahaaz Vs Mustach'Man
44.   Enlève Ton Pied De Ma Chaussure, Pablo !
45.   Soul Coït
46.   1'29 A Peine
47.   Ma Lamborghini Tato
48.   Le Cirque Des Enfers. Yüla T'Informe

Durée : 68:33

line up
Essayez aussi
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Mr. Bungle

1991 - Warner Bros.
  
Diablo Swing Orchestra
Diablo Swing Orchestra
Sing-Along Songs for the Damned and Delirious

2009 - Ascendance Records
  
Stolen Babies
Stolen Babies
There Be Squabbles Ahead

2007 - The End Records
  
Mr. Bungle
Mr. Bungle
California

1999 - Warner Bros.
  
Diablo Swing Orchestra
Diablo Swing Orchestra
The Butcher's Ballroom

2007 - Candlelight Records
  

Yoth Iria
Under His Sway (EP)
Lire la chronique
Ghostemane
Anti-Icon
Lire la chronique
Ritual Suicide
Nocturnal Haematolagnia
Lire la chronique
Sad
Misty Breath of Ancient For...
Lire la chronique
Origin'Hell
Realm Of The Necromass
Lire la chronique
Shit Life / Noisy Neighbors
Competitive Victimhood (Spl...
Lire la chronique
Incinerate
Sacrilegivm
Lire la chronique
Life's Question
A Tale Of Sudden Love And U...
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Mestarin kynsi
Lire la chronique
Defeated Sanity
The Sanguinary Impetus
Lire la chronique
Lilim
Weighted Ghosts
Lire la chronique
Necrowretch
Welcome To Your Funeral (Live)
Lire la chronique
Sedimentum / Phobophilic
Horrific Manifestations (Sp...
Lire la chronique
Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique