chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
121 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Big Royal Kunamaka Orchestra - Tales From The Dead

Chronique

The Big Royal Kunamaka Orchestra Tales From The Dead
Avec un blaze issu du parler Hmong (ethnie vietnamo-laotienne chez qui Kunamaka voudrait dire « moi manger toi avec du riz » … l'histoire ne dit pas si c'est avec des baguettes ou non), une musique entre autre influencée par les améro-arméniens de System of a Down et un humour par moment très british (cf. dans les remerciements: « Always look on the bright side ooooof life … »), rien d'étonnant à ce que ce groupe nous vienne tout droit de … Clermont-Ferrand. Eh oui, voici encore que débarque un de ces groupes francophones improbables qui font de l'excellence et de la singularité le Graal de leur quête musicale. Avec déjà Unexpect, Sebkha-Chott, Pin-Up Went Down, Ufych Sormeer et Ilkhah, il ne nous reste plus guère qu'à attendre une reformation de Carnival in Coal pour pouvoir tenter de mettre sur pied le pendant musical de l'Etrange Festival.

Quelle forme prend donc cette nouvelle offrande sur l'autel du non-conformisme musical? Eh bien, comme c'est souvent le cas – mais en même temps comment réussir à contourner cette référence de l'inétiquetable ? – l'empreinte Pattonienne est bien là, plutôt sous son incarnation soft FNMesque que sous ses atours Bunglesques les moins fréquentables (quoique), le Big Orchestra ayant un pied fermement ancré dans l'univers metal rock. Néanmoins, comme cela était évoqué en préambule, l'autre touche caractéristique récurrente de la musique du groupe, c'est une démarche musicale qui emprunte beaucoup aux joyeux arméniens dont les noms font rien qu'à finir en –ian. Ce rapprochement se fait assez naturellement quand on considère:
     1) ces attaques vocales à 2 voix, dont l'une d'elle évolue régulièrement dans des chevrotements nasillards à la limite de la rupture, élément caractéristique du chant de Daron Malakian (1:36 sur « Monolythic woman », 0:51 sur « Spider's Waltz » …)
     2) la dynamique des mélodies alternant le chaud et le froid entre des parties ambiguës douces mais tendues et des pétages de câble en règle
     3) des mélodies imparables construites plus sur le feeling et des riffs binaires que sur un raffinement harmonique extrême et une technique débridée
Mais au-delà de ces 2 références évidentes, on sent que le groupe embrasse bien plus. On trouve ainsi du Opeth acoustique vers 2:47 sur « Megashit In The Woods », et puis une guitare typée U2 qui participe à l'aspect radio friendly de « I'm Fine » - morceau qui commence par ailleurs avec une voix parlée à la Leonard Cohen. On trouve aussi à 0:40 sur « Lord Gomez's Diner » des extravagances vocales qui peuvent rappeler celles du « The Trial » de Pink Floyd. Et puis rappelons encore que le groupe reprend du Elvis Costello en fin d'album.

Au final, de la diversité, mais peu d'outrance dans l'originalité Kunamakienne. Non, même si beaucoup d'éléments divers sont impliqués dans cette grande fresque sonore, c'est autour d'un noyau rock standard, agrémenté il est vrai d'un clavier et d'un violoncelle occasionnel, que tout s'écrit. C'est plus dans la façon – dynamique, mouvante, variée, non-conformiste - dont sont accommodés ces éléments que le groupe se construit sa propre « patte », cet orchestre hors norme ayant un certain talent pour poser en chacun de ses morceaux des ambiances particulières et y insuffler une forte personnalité qui en fait des pièces uniques et distinctes les unes des autres. Il est vrai que de petits emprunts à des univers externes aident aussi à nuancer les couleurs de certaines parties: un passage un peu black vers 1:40 sur « Spider's Waltz », du hip hop sur « Megashit In The Woods », une ambiance disco sur le dansant « Demon Club 666 », des samples en introduction de « Your Highness » puis plus loin des touches fortement funky, de l'électro sporadique vers la fin de « Lord Gomez's Diner ».

En parallèle de l'aspect purement musical, il semble que le groupe accorde une grande importance au rendu visuel du concept – élément qui semble d'ailleurs caractéristique de cette « scène » nawak metal barré. Le fil rouge de cet univers est la mouche, si si, que ce soit à travers les superbes compositions arcimboldo-esques de la pochette de l'album (d'ailleurs l'ensemble du digipack est superbe), sur le site web du groupe ou lors des prestations scéniques – représentations où Sa Majesté Guy la Mouche volette tel le Mr Loyal de la soirée. Pourtant le groupe ne semble pas diffuser les odeurs caractéristiques attirant ce type de bestiole (en même temps je n'ai pas essayé Kunamaka en odorama).

Je finirai en répétant lourdement (oui oui, je m'en rends compte) que cet album propose des morceaux superbes (mentions spéciales à l'épique et protéiforme « Megashit In The Woods », au lumineux et pattonesquement funky « Your Highness » et au fourmillant « Lord Gomez's Diner »), qu'il est varié mais cohérent, accrocheur et pas prise de tête. TBRKO est un groupe qui réussit à faire le grand écart entre un metal rock potentiellement radiophonique mais non putassier et un côté inclassable et iconoclaste qui lui permettrait de figurer sans trop dénoter sur un catalogue comme celui de Ipecac Recordings ou The End Records.
Et donc au cas où vous n'auriez pas compris, j'adhère complètement à ce que font ces gars.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
25/04/2008 15:39
Et en plus l'ensemble de l'album est dispo gratuitement sur leur site, en farfouillant dans la partie "A museum of relics"

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Big Royal Kunamaka Orchestra
Metal rock barré
2008 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  8.25/10

plus d'infos sur
The Big Royal Kunamaka Orchestra
The Big Royal Kunamaka Orchestra
Metal rock barré - France
  

tracklist
01.   Monolithe Woman
02.   Spider's Waltz
03.   Megashit in the Woods
04.   Save the Dolphins
05.   Demon Club 666
06.   Your Highness
07.   Evil
08.   Young but Dead
09.   Great Satanic Revival
10.   I'm Fine
11.   Lord Gomez's Diner
12.   Merci
13.   Shot with his own Gun
14.   Merci aussi

Durée : 65:40

parution
1 Mars 2008

Essayez aussi
Animal Alpha
Animal Alpha
You Pay for the Whole Seat
(but You'll Only Need the Edge)

2008 - Racing Junior
  
Sleepytime Gorilla Museum
Sleepytime Gorilla Museum
In Glorious Times

2007 - The End Records
  
Zwegh
Zwegh
Kid's Favourite

2007 - Putos Records
  

Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique
Befouled
Refuse To Rot
Lire la chronique
Moenen Of Xezbeth
Ancient Spells Of Darkness​...
Lire la chronique
Gods Forsaken
Smells Of Death
Lire la chronique