chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
84 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Coldworker - Rotting Paradise

Chronique

Coldworker Rotting Paradise
L'annonce en 2006 de la formation d'un groupe avec le fameux Anders Jakobson (batteur mais aussi compositeur du défunt Nasum) œuvrant dans un death metal aux relents grind, avait su faire son buzz chez les aficionados du regretté Mieszko (RIP). Efficace sur le court terme, le premier album The Contaminated Void a malheureusement eu l'effet d'un pétard mouillé et ça malgré l'appui de Dan Swanö au son ainsi que de musicos pas franchement manchots ! Deux années se sont écoulées et voilà que Coldworker remet le couvert (toujours épaulé de Swanö et de Relapse Records) avec un nouveau gratteux pour sortir son deuxième opus Rotting Paradise.

Mieux vaut oublier les timides influences grind antérieures, le nouveau Coldworker les efface au profit d'un death metal polymorphe et sans chichi à inscrire dans la nouvelle vague suédoise (Incapacity, Vicious Art, Torture Division…). Ainsi toujours sur une base death old school suédoise solide (Grave en tête), Coldworker va user des nouvelles scènes death (scandinave et outre-atlantique) en les pimentant par du death/thrash pour encore mieux secouer sa crinière. Contrairement aux groupes précités un peu plus subtiles, Coldworker reprend la violence et le côté « straight in your face » de The Contaminated Void : un tempo très soutenu avec un Anders qui ne lésine pas sur les méga blasts (moins rapides certes) et des gratteux sur les riffs distordus ultra épais ! L'excellente production « faite maison » et le mix/mastering de Dan Swanö ne pouvait pas mieux en tous les cas soutenir cette puissance de feu !

Le chant death de Joel se veut quant à lui, toujours aussi jouissif (bien que très monocorde) et offre quelques refrains mémorables (« Symptoms Of The Sickness » et « The Last Bitter Twist » notamment) ! Les écoutes passeront et dissimuleront quelque peu ce côté « gros paquet homogène néanderthalien » par des breaks bien placés ou des jolis mélodies/soli (« Citizens Of The Cyclopean Maze », « Comatose State » ou « Scare Tactics »). Des petites touches bien discrètes qui n'enlèveront pas le but principal de Coldworker de proposer une musique pour bien se défouler ! Une proposition tout à fait honnête mais qui aurait méritée peut-être un peu plus de touches personnelles et de recherche dans les riffs. L'impression d'écouter un gros mélange de groupes death avec toujours ce petit « tient ça me rappelle quelque chose ce riff ou ce passage » associée à cette linéarité poussive, gâchent malencontreusement le plaisir d'écoute et placent la bande dans la catégorie « seconde zone ».

Le nom de Nasum associé à Coldworker n'empêchera pas de trouver un manque d'originalité et de travail dans les compositions de ce Rotting Paradise. Comme une tripotée de groupes, l'album passera nickel sur un court trajet ou pour se détendre après une dure journée mais on n'en retiendra pas foncièrement grand-chose… Reste que c'est tout de même bien efficace ! Un bon apéritif en attendant le prochain Incapacity (qui ne devrait pas tarder).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Chri$ citer
Chri$
14/05/2008 20:37
note: 7/10
meme avis, grosse prod, gros blasts...gros soufflé qui se dégonfle assez rapidement! ça se laisse écouter, mais c'est du Grind MacDonald's, après l'avoir consommé on a quand meme encore faim..

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Coldworker
Death Metal
2008 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (19)  6.89/10

plus d'infos sur
Coldworker
Coldworker
Death Metal - 2006 † 2013 - Suède
  

tracklist
01.   Reversing the Order
02.   Citizens of the Cyclopean Maze
03.   Symptoms of Sickness
04.   The Black Dog Syndrome
05.   Comatose State
06.   Paradox Lost
07.   The Last Bitter Twist
08.   Seizures
09.   The Machine
10.   I Am the Doorway
11.   Scare Tactics
12.   Deliverance of the Rejected

line up
parution
16 Mai 2008

voir aussi
Coldworker
Coldworker
The Doomsayer’s Call

2012 - Listenable Records
  

Essayez aussi
Mortuous
Mortuous
Through Wilderness

2018 - Tankcrimes Records / Dawnbreed Records
  
Pyrexia
Pyrexia
Feast Of Iniquity

2013 - Unique Leader Records
  
Question
Question
Doomed Passages

2014 - Chaos Records
  
Desecration
Desecration
Cemetery Sickness

2014 - Metal Age Productions
  
Brutally Deceased
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex

2014 - Doomentia Records
  

Nekrasov
Lust of Consciousness
Lire la chronique
Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique
Befouled
Refuse To Rot
Lire la chronique
Moenen Of Xezbeth
Ancient Spells Of Darkness​...
Lire la chronique