chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
126 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Celestial Bloodshed - Cursed, Scarred And Forever Possessed

Chronique

Celestial Bloodshed Cursed, Scarred And Forever Possessed
Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Telle est la question que tout le monde s'est posé un jour ou l'autre. En musique, si jouer la carte de la difficulté promet d'en mettre plein les oreilles à tout le monde, ça ne permet pas pour autant de faire quelque chose de bien, car faire bien et compliqué, ce n'est pas à la portée du premier venu. Bien sûr, on peut aussi faire quelque chose de nul et minimaliste, et être sûr de vendre des brouettes entières de CDs, mais si c'est pour faire la première partie de Machine Head ou Metallica, ça n'a en définitive pas grand intérêt. Les norvégiens de Celestial Bloodshed, pour leur premier album, ont décidé de suivre un schéma plus classique, mais pas forcément plus simple : faire minimaliste et bien à la fois.

C'est un pari osé pour un jeune groupe de black norvégien que d'essayer de faire du black metal comme on en faisait il y a dix ans dans leur morne contrée : simple, ambiancé, mais résolument efficace. Celestial Bloodshed ne s'embarrasse pas de fioritures structurelles ou de riffs compliqués à la Emperor, et distille véritablement les riffs au compte-goutte : pas plus de quatre par morceau, même en plus de 7 minutes. Pour tout vous dire, il y a à peine vingt riffs dans les 7 morceaux (dont une intro ambiancée) qui composent ce Cursed, Scarred And Forever Possessed.
Mais attention, par minimalisme il ne faut pas comprendre old-school : Celestial Bloodshed ne fait absolument pas du black metal des débuts, mais sonne plutôt comme une version allégée du black orthodoxe de leurs voisins suédois. Imaginez une sorte de mix entre Funeral Mist pour le côté ambiancé et Endstille pour le côté purement structurel, avec bien plus d'alternances entre les riffs rapides et les breaks. Bien sûr, les norvégiens sont bien plus posés que les deux groupes suscités, ainsi que, malheureusement mais logiquement, moins bons.

Car là où Endstille arrive à rendre sa linéarité oppressante et fait varier lentement mais habilement ses mélodies, Celestial Bloodshed se contente vraiment de jouer et rejouer un riff pendant deux minutes. Riffs certes bien faits, bien joués, très souvent accrocheurs, et empreints d'une réelle ambiance, mais tout simplement trop peu variés. Tout au long de Cursed, Scarred And Forever Possessed on a l'impression d'entendre le même refrain… et c'est probablement volontaire. C'est dommage car la musique en elle-même est de bonne facture : c'est bien joué et bien chanté, même si l'on peut regretter quelques hurlements disgracieux qui interviennent au début de trois morceaux, ainsi qu'une batterie manquant de relief. La production est très bonne, et n'empêche pas du tout le développement d'une ambiance malsaine réussie. Les seuls vrais défauts de cet album sont son manque de variété et sa durée beaucoup trop courte, surtout au vu du style de black metal pratiqué : 34 minutes !

Cursed, Scarred And Forever Possessed est donc un album de black metal posé et ambiancé, globalement bien fait, mais auquel il manque cette petite touche de génie qui démarque les très grands groupes de black metal de la masse. Celestial Bloodshed signe certes un bon album, qui se laisse écouter sans déplaisir, mais ne donne pas non plus l'envie d'y revenir tous les trois jours. En devenant un poil plus original et en ajoutant deux ou trois morceaux de plus, le prochain album des norvégiens pourrait bien faire parler de lui, mais pour l'instant le groupe reste dans la norme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Celestial Bloodshed
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (16)  6.58/10

plus d'infos sur
Celestial Bloodshed
Celestial Bloodshed
Black Metal - 2000 † 2009 - Norvège
  

tracklist
01.   Intro
02.   Cursed, Scarred And Forever Possessed
03.   Sign of the Zodiac
04.   Truth is Truth, Beyond The God
05.   All Praise to Thee
06.   Gospel of Hate
07.   Demon of Old

Durée : 34:03

line up
parution
7 Avril 2008

Essayez plutôt
Zhrine
Zhrine
Unortheta

2016 - Season Of Mist
  
Lord Ketil
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves

2018 - Ogmios Underground
  
Secrets Of The Moon
Secrets Of The Moon
Privilegivm

2009 - Lupus Lounge
  
Fyrnask
Fyrnask
Fórn

2016 - Ván Records
  
Lykaionas
Lykaionas
The Diabolical Manifesto

2018 - Hammer Of Damnation
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique