chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
93 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Opeth - Watershed

Chronique

Opeth Watershed
Depuis "Ghost Reveries" (voir même un peu avant), la notoriété d'Opeth commence enfin à prendre la dimension qu'elle mérite, allant de paire avec un calendrier de plus en plus chargé. Leur signature chez Roadrunner Records a évidemment accéléré les choses et leur a offert une promotion conséquente outre-Atlantique. Malheureusement, ce changement de rythme n'a pas épargné le line-up puisqu'après Martin Lopez en 2005, Peter Lindgren a décidé de raccrocher lui aussi pour reprendre une vie "normale". Et s'il était sans doute techniquement plus difficile de remplacer leur ancien batteur, le départ de Peter laisse un arrière goût amer : dernier membre fondateur avec Mikael et en plus de ses qualités artistiques, il représentait surtout une partie de l'esprit et de l'image d'Opeth que son remplaçant aura du mal à apporter. Du coup, l'impression de "groupe" s'estompe et à mon grand regret, Opeth ressemble plus aujourd'hui à un "Mikael et ses Akerfettes" qu'autre chose...

De toutes façons, d'un point du vue musical, cela fait bien longtemps que Mikael mène la barque, et encore plus depuis l'arrêt de la collaboration avec Steven Wilson. Sans l'influence du leader de Porcupine Tree, Opeth redevient Opeth en quelques sortes, ou plutôt évolue à sa manière car plus le temps passe, plus la musique des suédois se tourne vers le rock progressif des années 70. "Watershed" marque pour moi, un véritable tournant dans leur discographie et j'avoue avoir du mal à le placer dans la continuité de "Ghost Reveries". Les 3 ans qui le séparent de son grand frère, les différents changements au sein du groupe et l'évolution personnelle des musiciens ont orienté le style du combo vers une ambiance plus sombre, plus froide voir étrange, avec une touche parfois psychédélique sentant bon la naphtaline. Les atmosphères champêtres et forestières sont définitivement enterrées et laissent place à des atmosphères monochromes et pesantes, à la limite du doom/death par moments. Les compositions sonnent moins évidentes et se complaisent à entretenir une certaine ambigüité, même dans les moments les plus calmes ; parallèlement, s'ils paraissent moins agressifs, je trouve que les passages plus violents ont gagné en impact et prennent tout leur sens au milieu de ce tableau. L'album réserve également quelques surprises, comme ce titre d'introduction totalement acoustique "Coil", plutôt osé mais bien vu, dans lequel on retrouve un peu de chant féminin ou encore cette fin totalement désaccordée de "Burden" (plus intéressante que réellement plaisante d'ailleurs). Pour le reste, vous ne serez pas dépaysé par le style général du groupe : excepté sur "Burden" (la ballade de l'album), riffs calmes et bourrins se cotoient à merveille et mèlent les ambiances au grès des 8 minutes que comptent chaque titre en moyenne.

A l'instar des dernières productions d'Opeth, "Watershed" est techniquement irréprochable. La production signée Akerfeldt / Bogren fait honneur aux compositions et la prestation des nouveaux arrivants est à la hauteur de la réputation du combo suédois. Mikael chante et hurle mieux que jamais, et ses duos de soli en compagnie de Fredrik Åkesson (ex-Arch Enemy, ex-Tiamat) n'ont rien perdu de leur puissance. S'ils faisaient encore un peu "tache" sur "Ghost Reveries", les claviers de Per Wiberg ont été cette fois-ci, parfaitement intégrés à la musique et apportent plus à l'ambiance générale de l'album qu'ils ne la desservent (ce qui n'était pas spécialement gagné il y a 3 ans). Néanmoins, pour moi, le choix de Martin Axenrot à la batterie aurait mérité d'être plus réfléchi. Autant ce dernier excelle sur les parties violentes (quel batteur de death !), autant il manque d'un poil de sensibilité sur les parties calmes, là où Martin Lopez faisait toute la différence. Mais étant donné la tonalité de l'album, rien de réellement gênant. Pour finir, l'artwork réalisé une fois de plus par Travis Smith sied à merveille à l'album ; on peut simplement regretter que le livret ne contienne ni photos du groupe, ni paroles, chose totalement inédite chez Opeth que Roadrunner Record$$$ ne manquera sans doute pas de rectifier dans une version ultra collector (comment ça je suis mauvaise langue ?).

Alors pourquoi seulement 7.5 me direz-vous ? Parce que malgré tout, en ce qui me concerne, il manque à cet album cette magie qui faisait la force de la musique d'Opeth. C'est beau, c'est propre, c'est bien composé mais "Watershed" reste bien loin de l'impact émotionnel de ses prédécesseurs. Rares sont les moments où l'album a réussi à m'emporter ou à me donner la chair de poule comme auparavant. Peut-être suis-je tout simplement moins réceptif aux atmosphères torturées que dépeignent les suédois... Ceci dit, "Watershed" n'en demeure pas moins un très bon album et de part cette mutation, il prouve au moins qu'Opeth n'est pas un de ces groupes qui se reposent sur leurs lauriers. Quoi ? Ah oui c'est vrai, on le savait déjà ça.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

Northern Wolf citer
Northern Wolf
01/06/2009 22:28
note: 8/10
Magnifique ce petit dernier ! Coil ouvre de la meilleure des façons cette perle de 55 minutes, un chef d'œuvre acoustique. Et arrivent les deux baffes de l'album : Heir Apparent tout d'abord où Akerfeldt nous montre qu'il n'a rien perdu de son potentiel, et The Lotus Eater qui est un véritable rouleau compresseur, avec ses alternances voix claire/voix grave. Puis deux morceaux plus calmes à savoir Burden et Porcelain Heart, qui sont de pures merveilles riches en émotions. Et enfin l'album se termine avec deux titres assez variés, calmes et bourrins. Bref tout ça pour dire que Watershed est encore une fois la preuve du talent unique que possède Opeth. Certainement un de mes préférés du groupe.
Suppaman citer
Suppaman
06/04/2009 19:36
note: 9.5/10
Je viens de réécouter votre trio d'album (avec Orchid et Deliverance au passage) et je comprend pourquoi vous les mettez ensemble, ils sonnent plus métal malgré la présence des passages calmes alors que Watershed a un coté progressif et psyché du rock des années 70-80.
Je maintiens toujours Waterhed comme un album exceptionnel ( comme tous les albums d'Opeth hormis Ghost Reveries que je n'ai pas ) mais j'avoue qu'il diffère des autres. Mais bon, les ambiances présentes ont réellement su me convaincre.

PS: Ce final de Deliverance, best riff ever
Dark Nico citer
Dark Nico
02/04/2009 11:37
note: 7/10
Dead a écrit : Merci de partager ton avis constructif sur cette galette Suppaman ! En tous cas, pour moi et après de nombreuses réécoute, ça reste carrément un des moins bons albums de leur discographie... Sans parler des 2 premiers albums, le trio "MAYH", "Still Life" et "Blackwater Park", c'était quand même autre chose Roll Eyes

Complement d'accord avec Dead
Dead citer
Dead
31/03/2009 08:18
note: 7.5/10
Merci de partager ton avis constructif sur cette galette Suppaman ! En tous cas, pour moi et après de nombreuses réécoute, ça reste carrément un des moins bons albums de leur discographie... Sans parler des 2 premiers albums, le trio "MAYH", "Still Life" et "Blackwater Park", c'était quand même autre chose Roll Eyes
Suppaman citer
Suppaman
31/03/2009 02:17
note: 9.5/10
C'est un album exceptionnel.
Je ne vais pas parler du duo de guitaristes qui sortent des choses énormes mais je vais évoquer le fait que j'ai réellement été bleufé par les claviers pour les ambiances ( ce coté desert égyptien dans Heir Apparent, et ces notes qui s'accordent parfaitement avec le finish d'Hessian Peel ).
Je pense que le chroniqueur commet une erreur avec Axenrot, ainsi, c'est un album froid malgré les ambiances et les solos, et là je trouve justement que la batterie des moments calmes est géniale car très mechanique. Cette alternance de moments calmes et plus intenses est toujours effectuée avec beaucoup de brio (sauf peut être le passage freejazz qui est "mal amené" dans The Lotus Eater.
Je passe pour un "fanboy" mais là encore, contrairement à la chronique, je trouve l'album fou sur le plan de l'émotion:
Les débuts de Lotus Eater, Porcelain Heart, la 2eme partie d'Hessian peel avec cette guitare seche qui vient se calquer ...
Non définitivement avec Antithesis d'Origin, le grand album de 2008.
Il me tarde ce concert Enslaved+Opeth à Montréal ...
SaTan Claus citer
SaTan Claus
11/12/2008 01:41
note: 8.5/10
Personnellement, je découvre Opeth avec cet album autrement que par quelques chansons par-ci par-là.
Mikael Akerfeldt chante effectivement de bien belle manière (autant en chant hurlé que clair en fait) et les compositions alternes avec rythme les parties calmes vs celles plus brutales. Cela malgré une légère perte de vitesse à partir de Porcelain Heart.

Suis-je le seul à avoir eu une impression Pink Floydienne en écoutant certaines parties de clavier? Peut-être ai-je les oreilles trop écorchées Clin d'oeil.
Dead citer
Dead
01/12/2008 20:49
note: 7.5/10
Chris... Aime
Yz citer
Yz
01/12/2008 19:48
note: 9/10
Bah moi j'adore cet album, encore une fois.
Chri$ citer
Chri$
01/12/2008 18:59
note: 7/10
déçu! vraiment déçu par celui là, qui malgré quelques bons moments, fait tristement suite à Ghost Reveries...je n'accroche pas vraiment, il manque la "touche" magique des précédents..il y a de très bons moments sur ce "Watershed", mais je lui préfere "Ghost Reveries", que je trouvais lui meme en deça de "Deliverance"...lequel se fait atomiser par "Blackwater Park" mais ça vous le savez! et que dire de ceux d'avant! bref je trouve que le Opeth de 2008 aligne des chansons certes agréables, mais qui sonnent convenus, quand on connait bien le groupe...Opeth fait du Opeth, mais pas celui que je préfere quoi.. Sourire
scabbycoco citer
scabbycoco
01/12/2008 10:47
Je découvre Opeth via cet album, et perso j'adore!
Dead citer
Dead
01/12/2008 08:49
note: 7.5/10
Ant'oïn a écrit : Je regrette que la chronique parle plus de l'évolution du groupe a travers cet album que de sa musique elle même, du coup je n'ai pas d'idée sur son contenus (ou très peu).

Désolé...

@Ander : Tout a fait d'accord avec toi sur le dernier titre. Ca me rappelle le final de "Deliverance" Neutre
Ant'oïn citer
Ant'oïn
01/12/2008 07:29
Je regrette que la chronique parle plus de l'évolution du groupe a travers cet album que de sa musique elle même, du coup je n'ai pas d'idée sur son contenus (ou très peu).
Ander citer
Ander
30/11/2008 23:58
note: 8/10
Un bien bon album encore une fois, mais je regrette le manque d'unité de l'ensemble, un défaut qu'il partage avec Ghost Reveries... Et le dernier titre est franchement passable, il aurait été préférable d'inverser les places de Hex Omega et Hessian Peel pour laisser une meilleure impression une fois le skeud fini.

A part ça Mike chante toujours aussi bien, et j'adore le jeu et le son d'Axenrot, peut-être plus que Lopez même tout comme les solos de Fredrik. Voilà il manque plus qu'à Akerfeldt d'éviter d'éparpiller ses idées pour arriver à un rendu plus homogène pour le prochain opus. Sourire

Au plaisir!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Opeth
Metal extrême progressif
2008 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (40)  7.9/10
Webzines : (47)  8.49/10

plus d'infos sur
Opeth
Opeth
Metal progressif - 1990 - Suède
  

vidéos
Porcelain Heart
Porcelain Heart
Opeth

Extrait de "Watershed"
  

tracklist
01.   Coil
02.   Heir Apparent
03.   The Lotus Eater
04.   Burden
05.   Porcelain Heart
06.   Hessian Peel
07.   Hex Omega

Durée : 55 minutes

Bonus tracks (digipack) :
08.   Derelict Herds
09.   Bridge of Sighs (Robin Trower Cover)
10.   Den Ständiga Resan (Marie Fredriksson cover)

line up
parution
2 Juin 2008

voir aussi
Opeth
Opeth
Orchid

1995 - Candlelight Records
  
Opeth
Opeth
Morningrise

1996 - Candlelight Records
  
Opeth
Opeth
Deliverance

2002 - Music For Nations
  
Opeth
Opeth
Lamentations (DVD)

2003 - Music For Nations
  
Opeth
Opeth
Ghost Reveries

2005 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
Alaska

2005 - Victory Records
  
Anciients
Anciients
Heart of Oak

2013 - Season Of Mist
  
Ansur
Ansur
Axiom

2006 - Nocturnal Art Productions
  
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me

2002 - Lifeforce Records
  
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
The Great Misdirect

2009 - Victory Records
  

Album de l'année
Déception de l'année
Paradise Lost
Shades of God
Lire la chronique
Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique