chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
138 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Psykup - We Love You All

Chronique

Psykup We Love You All
Réjouissez-vous brothers ans sisters: si l'amour était mort (c'est du moins ce que le groupe prêchait en ouverture de « L'ombre et la proie »), tout cela est maintenant bien fini. A présent Psykup nous aime tous, oui oui, même toi le fils à papa à tronche de pub pour Jacques Dessange qui t'agites dans le bac à sable doré du Conseil Général des Hauts de Seine ... M'enfin méfions nous quand même: on se rappellera que sur la pochette de leur précédente exaction musicale, les zébulons du metal français nous proposaient d'embarquer sur leur manège enchanté à bord d'une chaise électrique … Et cette fois encore, l'artwork du tout nouveau tout chaud tout beau nous promet, en guise de preuve d'amour universel, une bonne éjac' faciale façon Cannibal Corpse période « I cum blood ».

Manifestement, le ton reste donc le même: 2nd degré, acidité, poil à gratter dans la couche du bébé. Et côté son alors ? Pas de panique, on retrouve sur « We love you all » tout ce qui fait la marque de fabrique Psykup: d'un côté de chaudes giclées de décibels rageurs, de grattes modernes en fusion, de tempos débridés et de vociférations rugies et miaulées, et de l'autre des chemins de traverses plus sombres, plus « rock introspectif » … Et puis bien sûr des jumperies néo-funky, des sonorités modernes jonglant avec les dissonances, les décalages, les structures mouvantes et les surprises du chef.

Rien de nouveau alors, juste la continuité dans la déclinaison d'un style inimitable ? Non non, il y a plus que ça. Certes le groupe poursuit sur sa lancée stylistique – et c'est tant mieux: là est son identité, et là réside encore bien des perspectives d'explorations musicales – mais certains éléments nouveaux font de cette 3e offrande une pièce à part dans la discographie du groupe :
    * l'effet « double album » déjà: OK, d'autres se sont déjà frottés à l'exercice, mais quand la quantité ne sacrifie pas à la qualité, on a envie de plaquer de bonnes grosses bises baveuses sur les joues râpeuses du groupe pour les remercier de nous rassasier de la sorte.
    * hop, transition facile sur les joues sus-citées: la 2e particularité de cet album - qui ressort avec la surréaliste netteté d'une annonce de mariage sur fond de bérézina footbalistique -, c'est le long exercice de slam/rock rapé qui s'étend sur les 11'30 minutes chaloupées de « En vivre libre ou mourir ». Aïe, j'en vois qui viennent de se renverser leur café brulant sur le futal! Oui, c'est vrai que moi aussi – malgré ma légendaire ouverture d'esprit (… mes comptes bancaires en suisse, mon prix Nobel en astrophysique et mon yacht …) -, ça m'a fait un peu le même effet au début. Bon, maintenant ça va mieux hein, ‘faut juste le temps de rentrer dedans. M'enfin quand même …
    * le 3e point qui frappe, c'est le fait que les titres s'étirent sur des durées plus longues que jamais, au point de pouvoir jouer à celui qui a la plus grande avec les plus proggy des titres psychédéliques des 70's.
    * enfin le 4e effet Kiss cool nous vient du mini-concept « Le disque dont tu es le héros » du 2nd CD sur lequel l'auditeur est invité à jouer à pile ou face le déroulement de l'écoute de l'album.

Bien que cela soit mal parti, tentons maintenant de ne pas diluer trop cette chronique, et synthétisons. Sur cet album, Psykup propose donc une fois encore un metal brillant et toujours aussi novateur – ce qui est fort vu que ça fait quelques années maintenant qu'ils le pratiquent – touchant régulièrement à l'excellence tout du long de ces 2 CDs (quelques morceaux choisis parmi tant d'autres: la mosh part hyper vitaminée à 2:31 sur « Color me Blood red », ou encore le passage psyché-funk excellent à 5:45. Le passage rock/bluesy/nawak de « Rétroaction » à 3:53. Les lattages saccadés à 2:48 sur « The Choice of modern Men » et à 1:03 sur « My toy, my Satan ». Le trip « panthère rose » à 6:13 sur « La vie dont vous êtes le héros (face) » …). Maintenant, les nouveaux aspects évoqués ci-dessus constituent-ils un mieux ou non ? En ce qui me concerne, je dirais : Bouôrf ... Autant s'ils n'avaient pas été là, j'aurais mis cet album sur un pied d'égalité avec le précédent – du point de vue du ressenti, de l'impression globale, de l'arrière-goût de reviens-y -, autant, mon enthousiasme est ici – un poil, mais quand même – tempéré. La faute à la longueur des morceaux et à cette double durée qui dissémine et dilue tout du long de l'album de superbes passages qui auraient – à mon sens – mieux prospérés sur un album plus condensé. Les structures en tiroirs que le groupe aime à cultiver, ainsi que ces quelques passages « baisse de régime » où le groupe se veut plus calme et occasionnellement plus tortueux s'accommodent assez mal de trop importantes longueurs. Lors des écoutes de l'album, il arrivait de temps à autres que mon esprit vagabonde, avec certes de réguliers rappels à l'ordre assénés via les plans génialement catchy dont le groupe sait faire preuve, mais faisant parfois le yoyo trop loin de ce qui se passait sur le disque. Ce genre de décrochage était bien moins fréquent sur l'album précédent …

C'est toutefois le seul vrai reproche que je ferai à un album qui propose encore une fois un lot impressionnant de trouvailles, d'expérimentations, de feeling et de pêche. Que mes ronchonnements ne vous effraient pas, la note accordée restant révélatrice du contenu: Psykup garde sa place dans les rangs des plus grandes fiertés métalliques de l'hexagone.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Serpent7 citer
Serpent7
08/02/2016 21:27
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=FiYXsQ3OKfQ

La remasterisation du temps de la réflexion est monstrueuse et il y a un kisskiss bank bank de prévu
Cannibal JC citer
Cannibal JC
25/06/2008 10:05
note: 7/10
L'album est surtout un peu "difficile" d'accès parfois... es deux premiers albums étaient plus direct dans leur construction musicale, même si il n'y avait pas de vrai couplet/refrain bien entendu.

Les morceaux du new album passent bien en live (j'ai pu revoir le groupe deux fois en un mois là), mais les titres les plus intense & accrocheur restent ceux des deux albums d'avant. Un bon album mais j'ai légèrement décroché pour ma part, ils ont voulu trop en faire, et mettre trop de choses qui sur certaines chansons passent parfois mal les unes avec les autres. Moins de liant ce coup-ci.

Pour le DVD, une qualité audio et visuelle très bonne pour le live, ça fait plaisir d'avoir un concert complet de cette qualité chez soi. Pour le "Road Movie" d'une heure et quelque, suivre Psykup dans sa tournée de l'ombre et la proie c'est pas dégueu' . Il y a à la fois des moments de détente, mais par moment de la tension, c'est normal quand on vit avec les même mecs pendant des jours et des jours sur une tournée, du moins la vidéo nous le montre bien.

On y voit aussi dedans l'embrouille avec Enhancer conçernant la chanson "L'Ombre et la Proie"... beaucoup de bruit pour pas grand chose, mais il est vrai qu'ils ont eu raison de pas bien le prendre. Les mecs de psykup s'excusent un peu au téléphone d'ailleurs.
Ark Age citer
Ark Age
24/06/2008 15:02
note: 9/10
Tout à fait d'accord car la chronique: l'album est un peu lourd du fait de la longueur des titres.
Mais mis à part cela, Psykup a encore fait de l'excellent boulot. Non seulement, le groupe évolut dans son style mais ne se cloisonne pas seulement dans celui ci (En Vivre Libre Ou Mourir). De plus, le coté album concept du disc 2 ajoute un plus énorme à l'ensemble.
Album de l'année pour (bien sur, cela peut changer car celle ci n'est pas encore finie...)
cglaume citer
cglaume
24/06/2008 14:55
note: 8/10
von_yaourt a écrit : "même toi le fils à papa à tronche de pub pour Jacques Dessange qui t'agites dans le bac à sable doré du Conseil Général des Hauts de Seine ..."

C'est le genre de phrases qui mérite une chronique de $am pour remettre la balle au centre. Mr Green

Sinon bravo pour la 100e chronique (et dire que je n'en suis qu'à la moitié...) ! On ne peut pas dire que le nouveau mini-glaume t'ait tant fait baisser de régime...


C'est beau quand même d'avoir une rédaction "plurielle" ! Mr Green
En ce qui concerne Tim-pouce, finalement, en m'habituant à faire des nuits courtes, il m'a permis de rogner encore un peu sur mon temps de sommeil pour chroniquer plus ...

"Dormir moins pour chroniquer plus": ça y est, je remets la balle au centre tout seul comme un grand ! Mr Green !!
von_yaourt citer
von_yaourt
24/06/2008 14:48
"même toi le fils à papa à tronche de pub pour Jacques Dessange qui t'agites dans le bac à sable doré du Conseil Général des Hauts de Seine ..."

C'est le genre de phrases qui mérite une chronique de $am pour remettre la balle au centre. Mr Green

Sinon bravo pour la 100e chronique (et dire que je n'en suis qu'à la moitié...) ! On ne peut pas dire que le nouveau mini-glaume t'ait tant fait baisser de régime...
cglaume citer
cglaume
24/06/2008 12:55
note: 8/10
N'ayant pas reçu le DVD, je ne l'ai pas chroniqué, mais celui-ci a l'air bien sympa !

... Ah tiens, sinon: 100e chro !!!!!!!!!!!! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Psykup
Néo métal extrême et barré
2008 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (9)  8.17/10
Webzines : (22)  7.75/10

plus d'infos sur
Psykup
Psykup
Néo métal extrême et barré - France
  

tracklist
CD 1:
01.   Color me blood red
02.   Birdy
03.   The choice of modern men
04.   En vivre libre ou mourir Part 1
05.   En vivre libre ou mourir Part 2
06.   Rétroaction

CD 2:
01.   La vie dont vous êtes le héros - Prologue
02.   La vie dont vous êtes le héros - Le choix
03.   My toy, my satan
04.   La vie dont vous êtes le héros - Pile
05.   Here come the waves
06.   La vie dont vous êtes le héros - Face

Durée : 86:41

parution
7 Mars 2008

voir aussi
Psykup
Psykup
L'ombre Et La Proie

2005 - Jerkov Musiques
  

Essayez aussi
Carnival in Coal
Carnival in Coal
Fear Not

2001 - Kodiak Records
  
Carnival in Coal
Carnival in Coal
Vivalavida

1999 - War On Major Records
  
Carnival in Coal
Carnival in Coal
French Cancan

1999 - Kodiak Records
  
Ram-Zet
Ram-Zet
Freaks in Wonderland

2012 - Buil2Kill Records
  

Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nefarious Dusk
The Wanderer of the Cold North
Lire la chronique