chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Origin - Origin

Chronique

Origin Origin
Avec le bruit qu'ont fait Echoes Of Decimation et Antithesis, il faudrait venir de Mars pour ne pas avoir entendu parler de Origin ces dernières années. Repoussant toujours plus loin les limites de la vitesse et de la technique, le groupe du Kansas est arrivé progressivement à un degré de brutalité jamais atteint dans l'histoire du death metal, tout en conservant un plaisir d'écoute indéniable. Mais à l'origine (hoho), Origin était loin d'avoir le visage que l'on lui connaît aujourd'hui. Né de la rencontre de Paul Ryan et Jeremy Turner en 1997, le groupe vit bientôt son effectif grossir avec l'arrivée de Mark Manning au chant, Clint Appelhanz à la basse et George Fluke à la batterie. Après l'enregistrement de la première démo du groupe, A Coming Into Existence, ces deux derniers se virent remplacés par Doug Williams de Cephalic Carnage et John Longstreth alors tout droit venu d'Angelcorpse. C'est ce line-up, qui enregistra l'album éponyme peu avant que le commun des mortels se mette à manger des petits-fours et boire du champagne en croyant dur comme fer qu'un prétendu bug informatique entraînerait la chute du monde civilisé. Oui bon, peu avant l'an 2000 si vous y tenez…

Si vous suivez un peu l'histoire du groupe, vous n'êtes pas sans savoir que le style de Origin n'a pas vraiment évolué jusqu'à maintenant, le but avoué du groupe étant toujours le même : une brutalité exacerbée au service de la musique, facile d'accès et pourtant incroyablement profonde. On retrouvait ici déjà la recette commune à tous les groupes de brutal death de qualité : des riffs de guitares véloces et endiablés, des blasts à n'en plus finir et une voix au débit plus important qu'un pub britannique un soir de match. Or, si Mark Manning remplit parfaitement son rôle derrière le micro, officiant d'ailleurs dans un registre proche de James Lee aujourd'hui, Doug Williams n'a définitivement pas le talent de Mike Flores, et Ryan, Turner et Longstreth n'avaient pas encore le niveau ahurissant qu'on leur connaît actuellement. Le résultat est que ce Origin sonne comme beaucoup d'autres groupes de brutal death, sans vraiment se démarquer de la masse.
Alors que Origin est aujourd'hui incontestablement un des groupes les plus rapides et techniques du metal extrême, il n'en a pas toujours été ainsi. Sur ce premier opus, on ne peut que constater que le groupe cherche encore ses marques, car si la prestation reste très honorable, surtout pour un premier album, on est tout de même loin des critères aussi bien techniques que qualificatifs que l'on connaît aujourd'hui aux bourrins du Kansas. C'est bien du brutal death et l'intension y est, mais on n'est à aucun moment soufflé ou impressionné à l'écoute de ce Origin comme on l'est à celle des opus suivants. Le sentiment de hargne domine, mais les morceaux sont loin d'être aussi rapides qu'aujourd'hui, et l'ensemble est aussi largement moins dense que ce à quoi le groupe nous habituera plus tard. Même les parties de grosse caisse en doubles croches sont minoritaires… c'est vous dire !

Si Origin reste indubitablement un bon album, il est logiquement passé inaperçu à une époque où internet n'était pas répandu, vu que le groupe était quand même dépassé sur tous les plans par certains albums sortis simultanément, que ce soit Gateways To Annihilation, Close To A World Below, Black Seeds Of Vengeance ou Deathmachine pour ne citer que les plus connus. On peut lui reprocher une certaine monotonie, tous les morceaux se ressemblant peu ou prou, mais elle n'a même pas le temps de s'installer tant il passe vite, en un peu moins d'une demie heure. Une salle manie qui ne disparaîtra qu'avec Antithesis et ses trois quarts d'heure.
Bon, ne vous y trompez pas, l'écoute de cet album reste très agréable, mais quand au même moment, un groupe de gamins polonais sortaient le très impressionnant Winds Of Creation, on se dit que même pour un premier album, des musiciens avec un pareil potentiel auraient peut être pu faire mieux.

L'histoire ne retiendra probablement pas ce premier album d'Origin, tant il est vrai que les suivants sont infiniment meilleurs. Toutefois, le groupe avait déjà jeté les bases de son style, qui à force de travail s'est considérablement enrichi. Globalement, cet album éponyme est assez monotone, mais les morceaux « Lethal Manipulation », « Vomit You Out » et « Disease Called Man » viennent tout de même y donner du piment. Et en même temps, comment se fier à cette sale petite vicieuse d'histoire qui ne retient que des trucs complètement absurdes, comme le fait que le viagra aide les hamsters à se remettre du décalage horaire (véridique) ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Seb`
02/08/2014 21:07
III
:-D
(Lourd le mec)
citer
Seb`
27/08/2008 10:41
Youhou. Le seul qui me manque d'eux T_T
von_yaourt citer
von_yaourt
25/08/2008 12:08
note: 7/10
Effectivement, j'ai oublié de parler de la production faiblarde et assez brouillonne... ça m'apprendra à prendre mon temps pour écrire une chronique !

Sinon, la note peut paraître un peu sévère, mais elle est à mettre en perspective avec le reste de la discographie d'Origin.
Ander citer
Ander
24/08/2008 23:30
note: 7/10
Clairement pas le meilleur (pour moi c'est le suivant, Informis Infinitas Inhumanitas), il est assez monotone, bien moins speed et furieux que son successeur et est desservi pas une prod' un peu trop compressé (le même défaut que sur Echoes Of Decimation avec moins de clarté sonore), mais ça reste quand même un bon petit album de brutal death!

Sociodal! Headbang
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
24/08/2008 22:36
note: 8/10
Je respecte parfaitement ton avis (le contraire serait quand même bien stupide) mais honnêtement je te trouve un peu sévère avec cet Origin, qui surpasse largement la cuvée 2000 des anges morbides (la confrontation avec les autres pointures citées dans la kro, en revanche ne tournent pas à l'avantage d'Origin).

Cet Origin n'est pas aussi extrême que ceux qui suivront mais je lui trouve des qualité evidentes : un songwritting solide, des intervenants parfaitement en place, des titres qui varient assez peu les tempos mais qui n'en restent pas moins efficaces, les riffs inspiré et des morceaux qui transpirent le travail et la recherche artistiques.
Le cahier des charges du groupe oscille entre brutalité et efficacité, et le rendu très carré me satisfait sans problème.
Pour ce qui est de l'originalité je te l'accorde, le résultat ne révolutionne certainement pas le genre, toutefois Origin arrive à dépasser ces concurrents direct d'une courte tête grâce justement à la qualité de ces compositions. La prod dessert le groupe, manquant de relief et de puissance.

Bien entendu, sur la plan brutal/technique ce premier essais ne tient pas la distance mais je considère cet album comme à part dans la carrière du groupe, de ce fait je n'éprouve aucun mal à prendre plaisir à écouter le disque en faisant table rase de ces sucesseur.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Origin
Brutal Death
2000 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (16)  7.16/10
Webzines : (13)  7.45/10

plus d'infos sur
Origin
Origin
Death metal sans intérêt - 1997 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Lethal Manipulation
02.   Sociocide
03.   Vomit You Out
04.   Origin
05.   Mental Torment
06.   Manimal Instincts
07.   Infliction
08.   Disease Called Man
09.   Inner Reflections

Durée : 29:49

line up
voir aussi
Origin
Origin
Entity

2011 - Nuclear Blast Records
  
Origin
Origin
Echoes Of Decimation

2005 - Relapse Records
  
Origin
Origin
Antithesis

2008 - Relapse Records
  
Origin
Origin
Omnipresent

2014 - Agonia Records
  

Essayez aussi
Bloodtruth
Bloodtruth
Obedience

2014 - Unique Leader Records
  
Mortal Decay
Mortal Decay
The Blueprint For Blood Spatter

2013 - Comatose Music
  
An[om]aly
An[om]aly
Disconformities (EP)

2009 - Autoproduction
  
Goro
Goro
Demo 2008 (Démo)

2008 - Autoproduction
  
Internal Suffering
Internal Suffering
Awakening Of The Rebel

2006 - Unique Leader Records
  

Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique