chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
141 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cynic - Focus

Chronique

Cynic Focus
Il faut le dire, 1993 a été une merveilleuse année. Pas seulement parce que c'était l'année où Varg s'est enfin rendu compte qu'il valait mieux aller en prison que de continuer à jouer dans Mayhem, mais aussi parce que c'était sans aucun doute la plus grande année de l'histoire du death metal (qui cela dit en passant n'était pas mal non plus pour le black metal !). Alors que Morbid Angel et Carcass confortaient leur statut de futures légendes avec Covenant et Heartwork, la scène plus réduite du death technique connaissait son apogée. Tout comme Pestilence avec Spheres, Atheist terminait en beauté avec Elements, Sadist débutait avec le désormais culte Above The Light, et Death atteignait la perfection musicale avec Individual Thought Patterns. Et malgré une actualité déjà pourtant bien chargée, un autre groupe débutant ne passa pas inaperçu, et pour cause : Cynic allait sortir un des albums les plus novateurs de l'histoire du metal.

Né en 1987 de la rencontre de Paul Masvidal et de Sean Reinert, le line-up de Cynic fût aussitôt complété par Jack Kelly au chant et Mark Van Erp à la basse. Mais ces deux derniers se virent remplacer par les arrivées de Jason Gobel de Monstrosity à la seconde guitare et au chant en 1988, puis en 1989 par celle d'un certain Tony Choy, au poste de bassiste. En 1990 alors que la composition du premier album du groupe avance, Paul et Sean rejoignent définitivement Death (Paul avait déjà fait plusieurs concerts à l'époque de Spiritual Healing et connaissait Chuck depuis l'âge de 18 ans) pour enregistrer le mythique Human et assurer la tournée du groupe jusqu'en 1992. La tournée finie, Paul et Sean durent se mettre à enregistrer Focus en urgence, le contrat liant le groupe à Roadrunner les obligeant à sortir un album dans un délai limité, mais leur matériel se vit confisqué à cause de problèmes financiers chez Death, matériel qu'ils récupérèrent six mois plus tard. C'est toujours en cette même année 1992 que Tony Choy quitta le navire et rejoignit Atheist pour remplacer Roger Patterson, décédé quelques mois plus tôt. Sean Malone prit le poste dans la foulée, s'apprêtant enfin à enregistrer ce tant attendu premier opus. Mais comme le destin n'est qu'un foutu petit sournois, alors que devait débuter l'enregistrement, l'ouragan Andrew, le deuxième plus gros qu'ait connue l'Amérique au XXe siècle, censé passer largement au nord de la Floride, s'est abattu en plein sur le pauvre état en forme de pénis le 22 août 1992 (le jour de mon anniversaire !). Comme 80000 autres habitations ce jour là, la maison de Jason Gobel fût entièrement détruite, détruisant le seul local de répétition du groupe, et repoussant encore l'enregistrement de l'album de trois mois. Le groupe en profita alors pour écrire de nouveaux morceaux, mais juste avant le nouvel enregistrement, Paul Masvidal subit une extinction de voix, l'obligeant à appeler Tony Teegarden pour assurer les vocaux typés death metal. Après toutes ces péripéties,Focus sortit enfin en juin 1993. S'en suivit une tournée européenne en ouverture de Pestilence en 1994, puis le groupe se sépara, laissant de nombreux fans en désarroi treize années durant.

L'exercice auquel je suis en train de me livrer ne serait pas si difficile si je n'avais qu'à vous expliquer pourquoi aujourd'hui Focus est un des albums les plus cultes de l'histoire du metal extrême, alors que pourtant, presque toute la jeune génération l'a oublié. Ce qui est en fait vraiment compliqué, c'est de mettre des mots sur la musique de Cynic, et surtout, de définir un style à Focus. Réduire cette œuvre à un simple album de death technique ne serait pas rendre hommage aux multiples facettes musicales qui la composent. Même l'étiquette « jazz metal » pourtant fourre-tout n'est pas assez large pour que Focus puisse y rentrer, car il ne faut pas occulter l'aspect progressif et même expérimental (j'ose les mots qui fâchent) de cet album. Ce premier opus du groupe floridien est en fait le reflet des influences musicales de ses membres, mélange du death technique de Human, du jazz et de la fusion que pratiquera d'ailleurs Sean Malone sur l'album Cortlandt en 1996, de heavy metal, de rock progressif… Focus est à la croisée des chemins de tous ces styles qui paraissent pourtant antagonistes, et que Cynic arrive à faire rentrer en une symbiose parfaite.
S'il est aussi difficile de coller une étiquette à cet album, c'est aussi et surtout, parce que chacun des huit morceaux qui le composent possède une personnalité et un style propre. Entre « Veil Of Maya » et son chant féminin, « Sentiment » et ses arpèges aériennes, « Textures » qui est un morceau de pure fusion aux sonorités évocatrices de la mer et des cocotiers floridiens, et le génialissime final de « How Could I » que n'importe quel groupe de death metal envierait, il y en a pour tous les goûts, à chaque instant.

Mais le plus incroyable chez Cynic reste que le groupe arrive à conjuguer une technique époustouflante avec une efficacité dans les riffs très proche de celle de Human (décidément, on y revient tout le temps). Sans bien sûr être aussi brutal que la pierre angulaire de l'œuvre du divin Chuck Schuldiner, Focus referme plusieurs riffs qui auraient très bien pu y figurer, et on ne peut s'empêcher de penser à « Cosmic Sea » la première fois où l'on jette une oreille sur cet album… et pas uniquement parce que Tony Teegarden hurle le titre en question au beau milieu de « I Am But A Wave To… ».
Je pourrais aussi vous tartiner des pages entières sur les qualités techniques des musiciens, le niveau technique phénoménal et la coordination extraordinaire qui est requise pour mettre en place une musique aussi complexe, ou bien du niveau de composition ahurissant démontré par une utilisation abondante de cassures, polyrythmies, contrepoints, infimes augmentations de tempo et autres facéties stylistiques. Mais ce n'est pas là que réside l'intérêt de ce disque. Toutes ces innombrables qualités techniques, loin d'être purement démonstratives, ne sont là que pour servir l'émotion et le ressenti que procure cet album à chaque personne apte à les capter. Là où réside sa force, c'est qu'il n'est pas qu'une simple conception musicale, mais une oeuvre artistique dans sa globalité, incitant au voyage et à la réflexion. Malgré les multiples couches instrumentales et la complexité apparente de Focus, tout n'y est qu'aérien, et encore plus léger que les mœurs de Paris Hilton, dynamisant n'importe quel auditeur réceptif. C'est vraiment cet aspect allant au-delà du simple rendu musical qui fait de Cynic un groupe définitivement à part dans l'univers du metal.

Même si je continuais cette chronique indéfiniment, je n'arriverais seulement qu'à effleurer la magie de ce disque. Focus est un album entier et unique, d'une intelligence et d'une beauté rare, mais qui a un prix. Pour pouvoir profiter pleinement de cet album, il faut une ouverture d'esprit à toute épreuve, car il ne se saurait se révéler qu'aux seuls amateurs de metal extrême, qui peuvent être facilement rebutés par la voix voccodée de Paul Masvidal ou le chant féminin qui le parsèment. Et c'est pour ça qu'aujourd'hui, cet album est oublié par la jeune génération. Alors qu'à l'époque où il est sorti la mode du techno-death battait son plein, accoutumant toute une génération de metalleux à des horizons musicaux variés et divers ; la génération actuelle, abreuvée d'albums bas de gamme aussi profonds qu'un livre de Bernard Henri Lévi a plus de mal à appréhender une œuvre aux facettes aussi multiples. Il faut aujourd'hui un certain background et beaucoup de persévérance pour parvenir à apprécier ce joyau.
Certains ont aussi reproché à Focus à l'époque de sa sortie une production un peu faiblarde, c'est pourquoi je ne peux que recommander l'album remasterisé sorti en 2004, avec en bonus « Veil Of Maya », « I Am But A Wave To… » et « How Could I » remixés (ce qui soit dit entre nous, est plutôt dispensable), et trois morceaux de Portal, le groupe fondé par Paul, Sean et Jason après le split de Cynic, qui n'a plus rien de metal.

Quinze ans après, Focus est devenu un des albums les plus cultes de l'histoire du metal extrême, et possède aujourd'hui encore une longueur d'avance sur notre temps. Un album que l'on peut s'écouter en boucle, sans jamais se lasser, une drogue dont on ne peut se séparer trop longtemps. Un album qui a influencé de très nombreux groupes, des meilleurs (Canvas Solaris) aux plus anecdotiques (là j'ai une très forte envie de citer Textures).
Devant les témoignages des fans, Cynic a décidé de se reformer l'année dernière, et de donner ses premiers concerts en Europe, en France en particulier, pays que Paul dit apprécier tout particulièrement. Montrant un visage toujours aussi serein, le groupe a ravi les fans ayant répondu en nombre à son retour inattendu. Aujourd'hui, le groupe est composé de Paul Masvidal, Sean Reinert et même Sean Malone que personne n'attendait, ainsi que de Tymon Kruidenier à la guitare et au chant, qui arrive à remplacer sans peine à la fois Jason Gobel et Tony Teegarden. Cynic a retrouvé tout son entrain d'antan et sortira dans quelques semaines le très attendu Traced In Air, qui s'annonce déjà comme le digne successeur de Focus… mais ce sera l'objet d'une autre chronique très bientôt (du moins je l'espère).

DOSSIERS LIES

Death Technique : les indispensables
Death Technique : les indispensables
Décembre 2011
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

24 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
01/11/2018 19:46
note: 9/10
mayhem13 a écrit : Je l'ai écouté plusieurs fois, me demandant si je n'avais pas raté quelque chose tant je lis ça et là que cet album et culte. Mais qu'est ce que je trouve ca chiant et cette voix insupportable... désolé mais ce sera sans moi.

Comme je dis : parfois, les albums cultes, ça ne passe pas. Ben c'est comme ça Sourire
Au moins tu as essayé, et tu sauras pourquoi tu n'apprécies pas Clin d'oeil
mayhem13 citer
mayhem13
01/11/2018 00:31
Je l'ai écouté plusieurs fois, me demandant si je n'avais pas raté quelque chose tant je lis ça et là que cet album et culte. Mais qu'est ce que je trouve ca chiant et cette voix insupportable... désolé mais ce sera sans moi.
Deathcrumble citer
Deathcrumble
29/05/2013 13:40
note: 10/10
Je sais pas pourquoi j'ai jamais mis de commentaire ici, peut etre parce que les mots sont durs à mettre sur ce chef d'oeuvre...

Pas besoin d'écrire un roman, Von_yaourt a tout dit, cet album est incroyable, un disque intemporel et qui fait tellement voyager, on peut l'écouter des centaines de fois sans jamais se lasser.
Ca ne sert a rien non plus de s'étendre sur le talent des musiciens, je rajouterais juste que Sean Reinert signe là une prestation qui va au dela des mots pour moi, c'est juste le meilleur batteur que je connaisse.

Surement mon album préféré de tout les temps.

A noter qu'il vient d'étre réédité en vinyle par Century Media, et c'est commandé pour ma part.
Ander citer
Ander
09/09/2008 22:41
note: 7.5/10
De la première, mais de toute façon les différences sont tellement infimes entre les versions 2004 et 1993 que tu peux y aller sans problèmes, la prod' est vraiment pas un défaut pour cet album, puissante et clair. Clin d'oeil
just gnu it citer
just gnu it
09/09/2008 22:34
Les extraits en écoute sont de la première prod' ou de celle de 2004? (première fois que j'écoute sinon, ça me parle assez et la voix ne me dérange pas du tout).
citer
(ancien membre)
09/09/2008 07:58
note: 6/10
C'est marrant, j'ai jamais eccroché à cette musique bizarre, c'est pas faute d'avoir essayé. Technique, ok, mais je ne trouve ça ni intense, ni captivant, j'ai toujours jugé Cynic surévalué, voila...
von_yaourt citer
von_yaourt
08/09/2008 23:21
note: 10/10
Ander a écrit : Sinon le bassiste se nomme pas Sean également? Y a écrit James dans la parties "line up"...

Oui oui, il se nomme bien Sean. J'ai fait le lapsus avec le nom du frontman de Arsis. Moqueur
Ander citer
Ander
08/09/2008 22:51
note: 7.5/10
Bien d'accord avec toi Arnaud pour cette "mégabox qui tue", mais je doute que ça se fasse, les mecs de Cynic en ont rien à foutre et sont pour le partage sur le net tant que le produit n'est pas en vente ce qui est le cas de cette "démo"...

En parlant des groupes affiliés à Cynic, dans le style le prochain Augury s'annonce assez influencé par ce groupe (en dix fois mieux bien sûr :twistedSourire.

Sinon le bassiste se nomme pas Sean également? Y a écrit James dans la parties "line up"...
Arnaud citer
Arnaud
08/09/2008 22:29
note: 10/10
Belle chronique, je crois que d'essayer de détailler chaque titre est bien trop compliqué et ne servirait pas à grand chose, tant cet album est riche et complexe.
Pourtant il y a tant de choses à dire, rien que sur le talent des zicos, entre les riffs et solos reconnaissables entre mille de Paul Masvidal (quel feeling et touché, prodigieux, l'extase), le jeu ahurissant de Sean Reinert (encore mieux en live à admirer) et surtout le... j'ai pas les mots pour Sean Malone tant je vénère son travail sur cet album et ceux de Gordian Knot (et son album solo biensûr).
J'ai jamais entendu ça, ce gars est un génie.

Un album qui définitivement changé ma façon d'appréhender la musique et me faisant tomber dans le metal technique. Depuis je suis constament en quête pour trouver des groupes ayant un peu de Cynic en eux, et on tombe sur d'excellnets projets qui me tiennent particulièrement à coeur comme Alarum, Spiral Architect, Continuo Renacer, Canvas Solaris, Exivious (avec Tymon, le nouveau guitariste de Cynic), Linear Sphere ou encore les Méxicains de Arkhe (terrible)...

Et surtout Cynic, c'est une musique qui vient du plus profond de ces géniteurs. Ils arrivent à transmettre des émotions que je ne retrouve pas ailleurs.
C'est juste spirituel, un magnifique voyage intérieur...

Et en effet quelle année 1993, juste hallucinant la qualité des sorties, j'y ai souvent pensé mais ça devait être fou de vivre ça quand même.

Sinon, pour moi la réédition est indispensable (étonnant non?), rien que les remix où l'on sent une grosse différence, c'est plus aéré et les guitares sont transformées. Dommage que faut de moyen, il n'y ait pas eût tout l'album (merci Roadrunner).
Mais surtout l'intérêt majeur vient de la présence de 3 titres (les meilleurs pour moi) de la demo du projet Portal, donc le monumental "Cosmos" et son solo tout en finesse qui me colle des frissons. Là encore, c'est triste de ne pas avoir tout étant donné que la musique de Portal me touche tout autant. Quelle pureté.

Le rêve cela aurait été de faire une méga coffret bien luxueux bourré à ras là gueule avec toutes les démos sur 1 CD, "Focus" en édition d'origine sur un autre CD, la version remixée 2004 sur un troisième CD et enfin la demo Portal sur un quatrième et dernier CD. Le tout avec un gros livret, avec interviews de tout le groupe, anecdoctes, photos...
Et un super artwork de Venosa. Mr Green

Un cadeau pour les fans, à la hauteur du culte que l'on voue à Cynic. Car il y a un lien impressionant entre le groupe est ses fans, beaucoup d'émotions.

Magnifique.
Ander citer
Ander
08/09/2008 21:11
note: 7.5/10
Dans le doute je l'ai mis au pluriel. Mr Green

J'ai oublié de dire que j'avais la réédition, et les remxies des trois chansons sont franchement dispensables, on a juste à son un peu plus moderne et une outro à la basse sur How Could I... Le vrai intérêt de cette ressortie c'est les trois morceaux de Portal (au passage je croyais que c'était le nom de la démo, et non le nom du groupe!) qui supplante l'album en lui même, hahaha! C'est bien plus easy listening et se rapproche plus du projet Aeon Spoke si je ne m'abuse, très agréable les vocaux féminins! Sinon quelqu'un peut m'éclaircir sur l'utilisation du Chapman Stick? Il est utilisé uniquement sur l'intro de How Could I nan?

Ha, et comment t'as pu oublié de citer dans ton introduction la sortie en 93 du Breeding The Spawn des mythiques Suffocation?!

Impardonnable! Spank
von_yaourt citer
von_yaourt
08/09/2008 21:00
note: 10/10
Ander a écrit : même si il me semble qu'y a quelques coquille aux niveaux des dates. Clin d'oeil

Il n'y a pas "quelques coquilles au niveau des dates", il n'y en a qu'une. Mr Green

Mais au moins ça fait plaisir de voir que certains suivent !
Frantik citer
Frantik
08/09/2008 20:31
note: 4/10
Ouaip, jamais compris non plus pourquoi cet album était encensé à ce point. Perso, je le trouve carrément lourdingue à écouter. Voilà, c'est dit.
Ander citer
Ander
08/09/2008 19:20
note: 7.5/10
J'étais carrément sceptique à la première écoute de ce disque, j'avais déjà écouté quelques morceaux comme Veil Of Maya sans pourtant rien n'y trouver d'extraordinaire, c'est que cette année que je me suis décidé de m'y pencher plus sérieusement après l'écoute du titre Sentiment sur le MySpace du groupe... Grand bien m'en fasse? Pas totalement, je trouve le style du groupe très complexe, mais assez hermétique, les mélodies sont pas super accrocheuses même le break de Veil Of Maya à 1 minute ne me fais rien... Y a vraiment que sur Sentiment où le groupe arrive à m'émouvoir (d'ailleurs c'est Paul Masvidal au chant sur ce titre?) tout du long... Bonne chro' sinon même si il me semble qu'y a quelques coquille aux niveaux des dates. Clin d'oeil

Citation : arrivées de Jason Gobel de Monstrosity à la seconde guitare et au chant en 1998, puis en 1989
Chri$ citer
Chri$
08/09/2008 18:01
je ne me suis jamais vraiment intéressé à ce groupe, jusqu'à cette chronique...et ben j'aime bien! c'est sur que pour apprécier il faut déjà aimer les longues parties instrumentales, et etre musicien ça doit aider un peu plus à apprécier encore..ça me fait penser à Theory In Practice..si je met la main sur l'édition remasterisée y'a moyen que je craques!
Tim citer
Tim
08/09/2008 17:11
note: 2/10
Beurk, jamais aimé Cynic pourtant j'ai adoré les deux gaillards sur le "Human" de Death...
Et celui qui a inventé le vocoder on devrait lui couper les boules à lui et à toute sa descendance...
Franchment impossible à tenir plus de 2 minutes pour moi...
Niktareum citer
Niktareum
08/09/2008 16:32
Dans le camp de Keyser et Scum.

Même si je remets pas en question la qualité musicale du truc en soir, moi ça me parle pas.
scabbycoco citer
scabbycoco
08/09/2008 16:17
note: 10/10
Absolument fabuleux, je plussoir Xenocidist et von-yaourt, et comme Ant'oïn, difficile de trouver les mots pour décrire un tel monument... Je l'ai acheté au dynamo 99, et il ne m'a jamais quitté depuis!

Pas la peine d'épiloguer, il y a plus qu'à prendre son mal en patience avant la suite!!!
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
08/09/2008 15:22
note: 9.5/10
Fabuleux à tout les niveaux, une oeuvre comme on en entend rarement !
Ant'oïn citer
Ant'oïn
08/09/2008 15:19
note: 10/10
La chronique est tres bien et d'ailleurs pour trouver les mots c'est difficile, cela dit pour moi ce n'est pas du metal. C'est tres musical et a mon avis c'est une foutu musique d'elitiste musicien. Vraiment tres dur a comprendre et apprecier, le gros point noir reste la voix (dont je m'en branle eperdument qui fait partie du charme de l'album) mais elle merite d'etre plus personnel que celle de DaftPunk.

Bon 10/10 de toute facon Sourire
von_yaourt citer
von_yaourt
08/09/2008 15:02
note: 10/10
Keyser a écrit : Chiantissime pour ma part et des vocaux robotisés absolument atroces. Alors ok ça sait jouer mais c'est à peu près tout. Jamais compris la hype en gros...

Retourne chroniquer Pantera et Machine Head et laisse les hommes de goût se charger du metal intelligent, tu veux ? Double fuck
Xenocidist citer
Xenocidist
08/09/2008 15:01
note: 10/10
Si je vous colle à tous une grande claque derrière les oreilles, vous m'en voulez? Mr Green
Scum citer
Scum
08/09/2008 14:59
Alors pour une fois depuis bien longtemps, je suis d'accord avec Keyser.
cglaume citer
cglaume
08/09/2008 14:58
'faudra que je me le ré-écoute sérieusement. A part le relativement catchy "Veil Of Maya", cet album ne m'a jamais fait vraiment décoller. Trop peu brutal à l'époque où je l'ai découvert en fait ...
Keyser citer
Keyser
08/09/2008 14:50
note: 3.5/10
Chiantissime pour ma part et des vocaux robotisés absolument atroces. Alors ok ça sait jouer mais c'est à peu près tout. Jamais compris la hype en gros...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cynic
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (52)  8.78/10
Webzines : (13)  9.16/10

plus d'infos sur
Cynic
Cynic
Metal progressif - 1987 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Veil Of Maya
02.   Celestial Voyage
03.   The Eagle Nature
04.   Sentiment
05.   I'm But A Wave To...
06.   Uroboric Forms
07.   Textures
08.   How Could I

Durée : 36:52

line up
voir aussi
Cynic
Cynic
Kindly Bent To Free Us

2014 - Season Of Mist
  
Cynic
Cynic
Re-Traced (EP)

2010 - Season Of Mist
  
Cynic
Cynic
Carbon-Based Anatomy (EP)

2011 - Season Of Mist
  
Cynic
Cynic
Traced In Air

2008 - Season Of Mist
  

Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
Requiem
Global Resistance Rising
Lire la chronique
PPCM #4 - NECROPHAGIST ? Ah non, presque... (Necrophagia)
Lire le podcast
French Black Metal : des découvertes et les réponses
Lire le podcast
Le Canyon - Épisode 21 - Ballade Luciférienne.
Lire le podcast
Truent
To End an Ancient Way of Li...
Lire la chronique
Blasphamagoatachrist
Black Metal Warfare (Démo)
Lire la chronique