chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
136 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Disfigured - Blistering Of The Mouth

Chronique

Disfigured Blistering Of The Mouth
On continue dans les jeunes recrues prometteuses avec Disfigured, groupe qui ne paye pas de mine à première vue mais qui pourtant signe avec Blistering Of The Mouth un premier essai très réussi. Formé en 2003 et n'ayant sorti qu'une démo l'année suivante et un EP en 2005, le trio texan n'avait pas atteint beaucoup d'oreilles et faisait pâle figure devant la profusion de formations issues du même Etat. Tout s'accélère cette année grâce à une signature chez Comatose Music et la sortie de ce 1er opus pour lequel les Américains se sont offerts les pinceaux du célèbre Jon Zig.

Fans de death métal à l'ancienne mais non passéiste, Disfigured pourrait bien trouver une place au chaud chez vous. Sans apporter d'innovations majeures, les défigurés nous offrent toutefois un death métal puissant, varié, accrocheur et efficace qui n'aura aucune peine à conquérir un auditoire conséquent. Pour vous situer, disons que la musique de Disfigured rappelle un bon vieux Sinister mixé avec des éléments NYDM pour le groove et saupoudré d'influences Cannibal Corpse pour le côté quelque peu morbide et gore. En gros un groupe jeune mais élevé au old-school! Beaucoup de dynamisme dans les morceaux, riches en riffs simples et efficaces qui appellent au headbanging et en mélodies discrètes, et de variété puisque les dix morceaux de ce Blistering Of The Mouth sont aisément différenciables.

Une bonne science du riff donc mais ce n'est pas tout, Disfigured a d'autres atouts dans sa manche. Le groupe maîtrise plutôt bien le duo de chants growl des cavernes/voix écorchée de gargouille, à la manière d'un Deicide. Cela permet de varier les plaisirs, ce que trop de groupes de brutal death ne comprennent pas dès qu'il s'agit de chant. Disfigured s'est également doté d'une très bonne production au son naturel (notamment la batterie) et non dénaturé, ce qui n'empêche pas une puissance de feu tout à fait correcte. Autre bon point et sans doute une des grandes forces de Disfigured: la basse. Celle-si s'avère avantageusement placée dans le mix, agrémentée d'un son divin (on pense à Mortician sur "Eternal Flames") et liberée de toute obligation envers les guitares. On la retrouve ainsi souvent seule pour encore plus de groove. Jouissif! Dernier critère qui a son importance, Disfigured arrive à donner une ambiance à ces morceaux et ce sans sample (allelujah!) et malgré la trop courte durée des titres et de l'album (moins d'une demie-heure).

Voilà d'ailleurs un des principaux points noirs de Bistering Of The Mouth. Certains titres sont vraiment trop courts ("Mortician's Madness" fait à peine une minute!) et auraient mérité un traitement plus approfondi. Dans le même ordre d'idée, les morceaux finissent de façon trop abrupte. En dehors des doléances sur le caractère éphémère de la bête, on pointera égalemet du doigt un jeu de batterie parfois trop brouillon et trop avare en blasts, très peu utilisés par rapport aux semi-blastouilles (on retrouve des vrais blast-beats uniquement sur "Satan's Cum" et "Blistering Of The Mouth") qui apportent certes beaucoup de lourdeur mais se montrent limités en terme de vitesse. Et d'ailleurs, l'album est parfois un peu mou et manque de mordant. Quant aux solis, ils s'avèrent trop peu nombreux, trop brefs et pas assez fouillés. Enfin, on reprochera des titres de morceaux clichés à souhait ("Circumsised And Sodomized", "Survival Of The Dead", "Chopped In Half") ou même carrément bidons ("Satan's Cum", "Herpes Face"). Même critique pour le nom du groupe qui n'aidera pas spontanément les gens à s'y intéresser, ce qui serait pourtant bien dommage.

Bien dommage car ce Blistering Of The Mouth entre sans problème dans la catégorie des bonnes surprises de l'année. Voilà un groupe qui vient du Texas mais ne fait pas d'ultra guttural slam death! Bien au contraire puisque Disfigured rend hommage aux groupes des mid-90s et détourne la tête devant la mode du slam ou de l'ultra-technique. Il reste certes pas mal de choses à améliorer, notamment la profondeur de composition ou l'acquisition d'un son plus personnel, et on voit bien qu'il s'agit du premier album d'un groupe encore en rodage. Mais Disfigured fait déjà montre d'assez de qualités pour se poser comme une relève pertinente et apporter un peu de sang frais. De quoi donner le sourire à une industrie toujours en quête de nouveaux fleurons.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Nathan citer
Nathan
12/09/2008 11:40
Le morceau que tu as mis en écoute envoie sec. Le travail sur les dissonances est pas mal du tout, le chant est bon et l'energie est bien canalisée.

J'adhere.
Keyser citer
Keyser
12/09/2008 09:27
note: 8/10
Niktareum a écrit : Ca a l'air sympa lu comme ça.

Sinon "Chopped in half" c'est une reprise d'Obituary ou bien?


Absolument pas!
Niktareum citer
Niktareum
11/09/2008 23:42
Ca a l'air sympa lu comme ça.

Sinon "Chopped in half" c'est une reprise d'Obituary ou bien?
Ander citer
Ander
11/09/2008 22:39
note: 7.5/10
C'est plutôt sympa ça ma foi, mieux que ce que j'ai écouté de Supreme Pain (pour rester sur les groupes du label) et apparement ils font une tourner commune avec Suffo'! Headbang
Keyser citer
Keyser
11/09/2008 06:38
note: 8/10
D'autres extraits sur MySpace.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Disfigured
Death Metal
2008 - Comatose Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (2)  7.25/10

plus d'infos sur
Disfigured
Disfigured
Brutal Death - 2003 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Satan's Cum
02.   Survival Of The Dead
03.   Herpes Face
04.   Defleshed In Acid
05.   Mortician's Madness
06.   Eternal Flames
07.   Chopped In Half
08.   Blistering Of The Mouth
09.   Cyanide Suicide
10.   Circumsised And Sodomized

Durée : 28'20

line up
parution
18 Juillet 2008

voir aussi
Disfigured
Disfigured
Amputated Gorewhore

2011 - Comatose Music
  

Essayez aussi
Gorguts
Gorguts
The Erosion Of Sanity

1993 - Roadrunner Records
  
Kaamos
Kaamos
Lucifer Rising

2005 - Candlelight Records
  
Affliction Gate
Affliction Gate
Dying Alone (EP)

2016 - Transcending Obscurity
  
Ashura
Ashura
Legacy Of Hatred

2007 - Thundering Records
  
Faceless Burial
Faceless Burial
Grotesque Miscreation

2017 - Blood Harvest Records
  

Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique