chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Phobia - 22 Random Acts of Violence

Chronique

Phobia 22 Random Acts of Violence
En ces temps de « crise » et de misère, où l'économie n'est pas dans la période la plus florissante qui soit, où le chômage est toujours plus présent que jamais, où on parle de nous faire travailler jusqu'à 70 ans si on veut, où la télé continue à nous abreuver d'absurdités, où parfois on a vraiment l'impression d'avoir encore moins de considération qu'un étron négligemment parachuté sur un trottoir, en ces temps difficiles où pas grand chose ne va dans le bon sens, en ces temps où personne n'est foutu de savoir quel est le bon sens, il est des gens qui se sentent investis d'une mission. Il est des gens qui en viennent à se sentir obligés d'exprimer leur mécontentement de la manière la plus radicale. Et comme les choses qui dérangent et qui énervent existent encore et existeront certainement pendant un paquet de temps, certains n'arrivent toujours pas à garder leur langue dans leur poche.

A travers 18 années de furie grindcore et de tournées, 18 années de bons et loyaux services, Phobia a dégueulé sa haine comme on pourrait hurler dans une cinquantaine de mégaphones mis bout à bout. Que pourrait-on dire de plus après une carrière exemplaire. Pire encore, Phobia a-t-il encore quelque chose à prouver ? Là n'est pas l'intérêt fondamental des 22 brulots composants cette nouvelle galette des californiens, le but de la démarche est de prouver que le groupe est toujours prêt à se battre à coup de tessons de verre et à défendre son bout de pain comme un lion qu'on aurait nourri pendant 3 semaines avec une feuille de laitue par jour.

Une chose est sure Phobia reste Phobia, c'est à dire un groupe de grindcore particulièrement furieux et remonté puisant ces racines dans des formations emblématiques telles que Disrupt ou encore ExNxT, le tout avec une grosse touche de punk bien gueulard. Donc niveau agression sonore, cette nouvelle livrée remplit parfaitement son contrat en nous proposant un véritable concentré de violence bilieuse, expéditive et très rythmé. Le jeu de batterie de Danny Walker est d'ailleurs tout à fait admirable, le gaillard variant les tempos avec une grande habileté entre blast-beat supersoniques, breaks judicieux et autres d-beats assassins. Le son est tout bonnement haine-orme, d'une puissance redoutable avec des guitares abrasives et sévèrement burnées, une bonne basse ronflante et un mixage qui colle chacun à la place où il doit se trouver. Le chant empreint d'un nihilisme punk assourdissant (je ferais n'importe quoi pour qu'on évite de me gueuler dessus comme ça) vient couronner le tout soutenu par des backings incisifs. Bref, c'est du grand art (ça c'est pour la rime).

Nos quatre teignards savent lever le pied de temps à autre au détour de quelques passages punk fédérateur ou encore avec une poignée de riffs qui fleurent bon le rock'n'roll appuyés par un son toujours aussi énorme. Les titres s'enchainent vite et bien, avec un hargne qui me ferait presque penser à Repulsion (même si ces derniers étaient plutôt intéressés par le sang et la tripaille de nos chers con-citoyens plutôt que de leurs conditions au sein de la société). Tout ça donnerait presque envie de déclarer le lancé de parpaings sur poussette comme futur sport olympique pour le 23eme « random act of violence ».

Au final le nom de l'album sied à merveille au contenu, le tout passe comme une lettre à la Poste car vite expédié (désolé pour les renvois de lapin jaune) vu le peu de temps mort. Les années passent, Phobia est toujours là et entend bien le rester. Et avec un album de ce calibre, je ne vois vraiment pas ce qui pourrait résister à une des formations les plus enragées et authentiques de la sphère grindcore.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

LostSon citer
LostSon
20/11/2008 17:46
note: 7.5/10
Pas encore mis une oreille dessus...si vous aimez ce disque, ce qui est le cas apparemment, foncez sur leur album "Means of existence" et surtout "Cruel" , qui est juste une des plus grosses tueries grind jamais sorties selon moi.
hurgh citer
hurgh
20/11/2008 00:29
note: 7.5/10
Quel pied ! L'esprit hardcore est très présent, et les compos sont redoutables. Et puis putain, quel batteur ! Du grind vraiment explosif et pas lassant, excélent.
Scum citer
Scum
05/11/2008 23:25
note: 8.5/10
Si t'as aimé les 2 titres en écoute, alors tu peux acheter cette merveille les yeux fermés Clin d'oeil
Chri$ citer
Chri$
05/11/2008 21:41
yes je kiffe les morceaux en écoute, c'est le genre de son bien hargneux et corrosif que je px aimer Headbang
Niktareum citer
Niktareum
05/11/2008 20:28
"Get up and kill" et "Cruel" sont 2 très bons albums! Apparemment celui ci continue dans la lancée et tant mieux! Headbang
getz citer
getz
05/11/2008 10:37
18 années et je connaissais pas ce groupe! Spank
Du bon grindcore bien sauvage comme je l'aime.
cglaume citer
cglaume
05/11/2008 06:12
Citation : le tout passe comme une lettre à la Poste car vite expédié (désolé pour les renvois de lapin jaune)

Complètement timbré ce jeu de mot !
Scum citer
Scum
04/11/2008 22:53
note: 8.5/10
D'autres titres sur le MySpace du groupe.

Mangez-en Headbang

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Phobia
Grindcore
2008 - Willowtip Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  7.8/10
Webzines : (19)  7.35/10

plus d'infos sur
Phobia
Phobia
Grindcore - 1990 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Bring The War
02.   Savannah's Assault
03.   Continue Insane
04.   MBP
05.   Sane
06.   I Reject
07.   Ultimate Suffering
08.   Death To Pigs
09.   Beer, Bitches And Bulletbelts
10.   Rise Up
11.   Abuse The Truth
12.   Wasted Time
13.   Instruments Of Deception
14.   Soulless Eyes
15.   Anarchist Farce
16.   Dead End
17.   Protest//Solution
18.   Nihilistic Grindcore
19.   Eyes Of A Citizen
20.   Bleed To The End
21.   Depression Is A Killer
22.   Blackened Day

Durée : 28'47

line up
parution
28 Octobre 2008

voir aussi
Phobia
Phobia
Unrelenting (EP)

2010 - Relapse Records
  
Phobia
Phobia
Remnants Of Filth

2012 - Willowtip Records
  

Essayez aussi
Jack / Yattai
Jack / Yattai
Unsheathe And Grind (Split-CD)

2009 - Kasamata Records
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Species At War (EP)

2013 - Season Of Mist
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Exit

2005 - Spinefarm Records
  
Gendo Ikari
Gendo Ikari
Unit 1 (EP)

2016 - Autoproduction
  
Friendship
Friendship
Hatred

2017 - Sentient Ruin Laboratories
  

Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique
SpellBook
Magick & Mischief
Lire la chronique
Golden Ashes
In the Lugubrious Silence o...
Lire la chronique
Owls Woods Graves
Citizenship of the Abyss
Lire la chronique
Puteraeon
The Cthulhian Pulse: Call F...
Lire la chronique
Omegavortex
Spectral Blackness (Compil.)
Lire la chronique
Carnal Ruin
The Damned Lie Rotting (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Henrik Palm
Poverty Metal
Lire la chronique
Striges
Verum Veterum
Lire la chronique
Isen Torr
Mighty & Superior (EP)
Lire la chronique
Töxik Death
Sepulchral Demons
Lire la chronique