chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
104 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Furia - Blast'n Fuck

Chronique

Furia Blast'n Fuck (EP)
Expérience audio-culinaire au « Furia »,
petit restaurant gasthrashonomique de Mâcon



« … et donc pour vous Monsieur, ce sera ?
- Votre menu du jour là, le « Blast'n Fuck ». D'ailleurs à ce propos: il est vraiment chargé en blast ?
- Que Monsieur ne se méprenne pas: le chef n'a pas eu la main lourde sur les blast beats, (très) loin de là. Ici le terme « blast » souligne plutôt la démarche « On va vous en mettre plein la face » adoptée par le groupe.
- Vraiment ? Et le « Fuck », ça n'est donc pas parce que les plats sont accommodés à la sauce blanche j'imagine …
- Non, effectivement. C'est plutôt pour le côté jeune révolté, « Fuck Da System » style.
- Vous êtes sûr que c'est bien le menu du jour, pas le menu junior ?
- Certain Monsieur !
- Bon bah mettez-moi ça alors, avec un petit Pouilly-fuissé des familles tiens … »

Départ du serveur, dont le style guindé tranche avec le décor plutôt branché du restau. Arrivée de Madame, qui était allée larguer un matos de barbare dans la cuvette en faisant officiellement passer ça pour du repoudrage de nez …

« Ça fait un bail qu'il existe ce restau non ? C'est marrant, j'avais toujours imaginé l'intérieur comme un petit truc sympa ambiance death mélo bien tranquillou, mais pas un truc branchouille comme ça !
- Ce n'est pas étonnant ma chérie: ils ont tout refait à neuf récemment.
- Il y a eu un changement de propriétaire ?
- Non, je crois plutôt que les goûts du patron ont évolué avec le temps. M'enfin je me garderais bien de comparer avec le passé hein. Je n'avais vu ni la déco, ni la carte précédente, donc ce serait déplacé. M'enfin j'ai entendu beaucoup de choses à ce sujet: il semblerait qu'au début c'était beaucoup plus typé medieval melodeath blackisant à synthé, puis il y aurait eu du chant clair, des touches électroniques, bref tout un tas d'expérimentations et de revirements plus ou moins heureux qui ont été pas mal décriés par la clientèle des habitués … M'enfin on va se faire une idée par nous mêmes hein: goûtons aux plats, on verra bien ce que ça donne … »

Arrive le serveur avec les mises en bouche, puis 10 minutes plus tard l'entrée …

« Je ne comprends vraiment pas pourquoi on s'obstine à nous servir des mises en bouche aussi fades et inutiles que cet « Intro », si ce n'est pour sacrifier à je ne sais quelle figure imposée. Ça t'a mis en appétit toi ?
- Boarf c'était pas mauvais mauvais, mais c'est sûr que si je viens me refaire ce menu un de ces jours, je zapperai à coup sûr cette partie! Et sinon tu en as pensé quoi de l'entrée ?
- Eh bien ce « Rebirth » est relativement sympa. En fait le chef brasse du Power-thrash made in 90's, façon Machine Panterhead, avec une approche plus rock'n'roll, la rugosité hargneuse du HxCx et des refrains mélodiques qui me rappellent le death-pop-mélo suédois à la The Defaced / late Gardenian. C'est bien in your face, mais ça ne réinvente pas la bière tiède. M'enfin c'est vrai que le morceau est assez élaboré dans sa construction. Ou en tout cas beaucoup moins « facile » que ce que l'on aurait été en droit d'attendre … Attendons de voir ce que donne le plat de résistance. »

Arrivent les plats, fromages, trous normands, desserts, cafés, digestifs. Par respect pour la sensibilité de notre lectorat, nous passerons sur les détails - bruits de mastication, pets mal étouffés et autres petits pois qui empruntent des détours bronchesques avant de retourner au plus classique boulevard oesophagien.

« Pfiou, j'en peux plus moi: j'ai la glotte qui baigne dans le jus de viande!
- Tu m'étonnes. C'était efficace hein, bien rentre-dedans et tout et tout – gros son, saccades vénères, hargne vocale, rythmes et mélodies accrocheurs …
- Ouais mais qu'est-ce que c'était lourd quand même!!! En plus t'as pas l'impression de t'être déjà mangé ça autre part ? Il y a beaucoup de déjà vu dans tout ça je te dis. Et puis ce registre power-metalcorisant est un peu « facile ». Le côté tough boys pas contents qui chamallowisent sur des refrains tous mignons, qui empruntent un poil à Meshuggah de temps à autres (à 3:01 sur « Rebirth », 1:12 sur « Blast'n' Fuck ») et qui se vautrent dans des plans honteusement « d'jeunes révolté » à trois centimes d'euros (le « Fuck you son of a bitch … » à 2:06 sur « Blast'n' Fuck »), c'est un peu lourd à digérer, surtout quand on considère que le chef a quand même de la bouteille !
- Allez, soyons positifs: on se sera quand même envoyé de bonnes rasades de head bang moshesque, comme sur les méchantes saccades de « Blood », ou sur le conclusif « Blast'n Fuck ». Et puis quand même: pas mal le plan sludgy/rampant récurrent sur « Shaman », avec ces entêtantes litanies apaches en toile de fond!
- Ah oui, là je dois reconnaître que c'était bien trouvé. Dommage que le reste du morceau ne soit pas du même tonneau. D'ailleurs, hormis sur ce titre et – allez, soyons gentils – sur le ralentissement brumeux à 1:29 sur « Blood », est-ce que tu as vu le moindre ingrédient permettant de justifier l'appellation « stoner thrash » accolée à ce menu?
- Alors là non, mystère !?
- Bizarre. Ça doit être que les séances de répêt' du groupe sont enfumées alors … Bon, d'après toi, on se le refera ce « Furia » ?
- Mouais, j'aurais tendance à dire que quitte à se faire un rade power-metalcorisant standard, bien efficace mais pas hyper original, autant aller se rassasier dans une grosse enseigne internationale. Quand je vais me faire un petit restau du coin, je préfère y trouver plus d'originalité, moins de « facilité ». A la limite on viendra se reprendre un coup de "Blood" ou de "Shaman", mais pas tout le menu …
- Tiens au fait, rien à voir: ils sont propres les WCs ici?
- Bah disons que avant que j'y aille oui. M'enfin je ne suis pas allée voir du côté des mecs hein !
- Bon bah j'y vais alors. Tu leur demandes s'ils prennent les tickets restau STP, moi j'ai le jarret de veau aux petits légumes qui est en train de toquer à la porte de derrière …
- Toujours aussi classe mon amour ! »

DOSSIERS LIES

Chroniques à la con ! 8 : l'invitation
Chroniques à la con ! 8 : l'invitation
Mars 2009
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Satyr42 citer
Satyr42
11/12/2008 18:19
note: 1.5/5
Très grosse déception effectivement...
Mikaël citer
Mikaël
09/12/2008 21:30
C'était un des rares groupes français que j'appreciais et qui en effet n'a fait que 2 bons albums Déçu Il me reste toujours Hegemon et Crystallium

...Et les géniaux Déportivo mais c'est pas du métal Moqueur
Ant'oïn citer
Ant'oïn
09/12/2008 21:03
note: 0/5
J'en ais rigolé derriere mon PC tellement c'est pourris, et ils ont fait un lac de larmes et de sang c'est ca ? Plus du tout pour moi ce groupe, et comme le monsieur avant moi QUEL GACHIS !!!
Yz citer
Yz
09/12/2008 13:21
Quel gâchis depuis 2 albums Déçu
cglaume citer
cglaume
09/12/2008 13:02
note: 3.25/5
Ecoutes recommandées de "Blood" et "Shaman" ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Furia
Mélo power thrash calibré
2008 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 3.25/5
Lecteurs : (4)  1.63/5
Webzines : (7)  3.26/5

plus d'infos sur
Furia
Furia
Death mélodique moderne - 1997 - France
  

tracklist
01.   Intro
02.   Rebirth
03.   Five Minutes
04.   Blood
05.   See You In Hell
06.   Shaman
07.   Blast'N Fuck

Durée : 25:56

line up
parution
15 Novembre 2008

voir aussi
Furia
Furia
Re-Birth (MCD)

2005 - Adipocere Records
  
Furia
Furia
Un Lac De Larmes Et De Sang...

2003 - Adipocere Records
  
Furia
Furia
Kheros

2006 - Season Of Mist
  

Essayez plutôt
Nevermore
Nevermore
The Obsidian Conspiracy

2010 - Century Media Records
  
Stonegard
Stonegard
From Dusk Till Doom

2008 - Indie Recordings
  
Exmortus
Exmortus
Ride Forth

2016 - Prosthetic Records
  
Machine Head
Machine Head
Unto The Locust

2011 - Roadrunner Records
  
Demonica
Demonica
Demonstrous

2010 - Massacre Records
  

Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
Requiem
Global Resistance Rising
Lire la chronique