chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
147 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

KMFDM - WWIII

Chronique

KMFDM WWIII
We don't like Michael Jackson, we hate Depeche Mode, we don't care for Madonna or Kylie Minogue.

C'était dix ans en arrière sur « Sucks », extrait d'un « Angst » quasi parfait, l'album qui célébrait le mariage faussement contre nature entre metal et electro, sous la houlette d'un programmeur punk de génie, Sasha Konietzko, qui s'était déjà attaqué à SLAYER en livrant un remix dansant de ... « Angel Of Death ». C'est qu'il traînerait un homme tronc sur le dancefloor ce gars là, avec sa science éprouvée de l'ultra heavy beat, charpenté comme il se doit par des machines à riffs à l'efficacité inhumaine (Günter Schulz, Tim Skold, Jules Hodgson). Une décennie a passé depuis le hit « A Drug Against War » et KMFDM, qui a splitté une première fois fin 1999, balaie un retour en demi teinte (« Attak », 2002) et l'orientation electro dark de « Symbols » et « Adios » d'un revers de manche de guitare électrique, instrument qu'on n'avait plus vu à pareille fête depuis le redoutable « Xtort ». Etant donné que Madonna a épousé Guy Ritchie, que la Minogue soigne son cancer du sein et que Bambi ressemble de plus en plus à Morbius, le combo germano-ricain de Seattle réactualise son discours, comme toujours très offensif :

War on ambassadors of pretense, war on MTV and CNN, Mac Donald's Dismey and Bethlehem, on Christina, Britney and Eminem !!!

Voilà pour la note d'intention. Car si George Bush est une source intarrissable d'inspiration pour le voisin Al Jourgensen, KMFDM a, comme d'habitude, la haine contre tout et déverse sa bile anar sur le monde entier, multipliant les appels à la résistance dans un « WWIII » qui renferme bien plus d'armes de destruction massive que le sol irakien. Première bombe, et pas des moindres, la chanteuse. Propulsée en première ligne aux côtés de Sasha pour prêcher la bonne parole nihiliste, Lucia Cifarelli (déjà présente sur « Attak », moins en avant), loin d'adoucir les refrains, se donne à pleins poumons sur les compositions les plus meurtrières. Prenez le title track, et son air de banjo introductif à la « Délivrance », qui sème très vite sur son passage chaos et désolation ; le terreau des valeurs intellectuelles et morales communes ne pourra rien contre la politique de la terre brûlée pratiquée par le käpt'n K et les lieutenants Hodgson et Selway, qui signent le morceau le plus rapide du groupe depuis « Son Of A Gun » en 1996. Le ton est donné, KMFDM nous revient en mode rouleau compresseur rythmique, guitares abrasives et leads en bandouilière, batterie de samples composant le reste du paquetage (dont ce bon vieux W, ce qui renforce la parenté avec le « No W » de MINISTRY). Le son, bien plus lourd et massif que dans les années 90 est dévastateur, à l'image du meilleur extrait de l'album, « Blackball », chef d'oeuvre de noirceur hypnotique dont le refrain scandé par Lucia atteint de rares sommets d'intensité. Des riffs sournois en filature d'un flot de samples étudiés pour vous faire danser la jigue dans un champ de mines, un break orchestral à 3:04 emprunté au « Yeah Yeah Die Die » des ex-fous furieux de WALTARI (avant qu'ils ne se sabordent en sombrant dans un revival 80's ridicule), n'en jetez plus ! Et surtout pas ce refrain de professional killer qui conclue cet hymne à la guerilla urbaine en une apothéose de cordes vocales martyrisées.

Mais la belle ne fait pas que hurler. Et si, dans le même registre agressif, Lucia fait merveille sur « Bullets, Bombs & Bigotry » ou « Stars & Stripes » (qui, dans le genre speedé, font honneur à la trademark KMFDM), Sasha, qui jusqu'à présent changeait de vocal guests féminines à l'envi, réserve à sa nouvelle protégée deux morceaux de choix : « From Here On Out », qui tempère un peu la fureur du premier tiers de l'album, et surtout la plus aérée « Last Things », qui voient les guitares se mettre (légèrement) en retrait et Andy Selway substituer le breakbeat au pas de charge. On retrouve alors un KMFDM plus groovy, moins sombre et désespéré, vaguement plus abordable, jamais franchement présentable (du chant clair, ok, mais de la pop, jamais!). Et puisqu'on parlait de « Sucks » dans l'intro, de l'humour, enfin, sur « Intro » (qui, comme son nom l'indique, est le ... dernier titre!), qui voit Sasha faire une présentation au vitriol des membres du groupe et faire référence à « Son Of A Gun » et ... « Sucks »! Quoique lesté des tares habituelles (un titre chiantissime à mi parcours, un classique chez eux après les lourdingues « Torture » et « Yohoho »; une tendance à s'essouffler un peu en fin de programme), « WWIII » marque le vrai retour d'un KMFDM boosté par une chanteuse à fort tempérament et par un taux de BPM plus conforme à son statut de machine de guerre industrial rock.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
03/12/2008 07:52
note: 8.5/10
Niktareum a écrit : Je me rappelle des clips de KMFDM dans Best of trash.

"KMFDM is a drug against war"!, 'fin je sais pas si c'est sur cet album là ça. Bref sinon connais pas plus que ça. Mr Green


Ouais c'est leur classique, il est sur "Angst" ! sympa le clip d'ailleurs, j'avais découvert le groupe comme ça.
Niktareum citer
Niktareum
02/12/2008 21:18
Je me rappelle des clips de KMFDM dans Best of trash.

"KMFDM is a drug against war"!, 'fin je sais pas si c'est sur cet album là ça. Bref sinon connais pas plus que ça. Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
KMFDM
Metal indus
2003 - Sanctuary Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  5/10
Webzines : (8)  8.28/10

plus d'infos sur
KMFDM
KMFDM
Metal indus - Allemagne
  

tracklist
01.  WWIII
02.  From Here On Out
03.  Blackball
04.  Jihad
05.  Last Things
06.  Pity For The Pious
07.  Stars & Stripes
08.  Bullets, Bombs & Bigotry
09.  Moron
10.  Revenge
11.  Intro

Durée : 51:42

line up
voir aussi
KMFDM
KMFDM
Tohuvabohu

2007 - Metropolis Records
  
KMFDM
KMFDM
WTF?!

2011 - Dependent
  
KMFDM
KMFDM
Attak

2002 - Metropolis Records
  
KMFDM
KMFDM
Hau Ruck

2005 - Metropolis Records
  
KMFDM
KMFDM
Blitz

2009 - Metropolis Records
  

Essayez aussi
Red Harvest
Red Harvest
The Red Line Archives (Compil.)

2008 - Indie Recordings
  
Ministry
Ministry
Relapse

2012 - AFM Records
  
Antoine Barde / Pierre Jauniaux / Patrice Verry
Antoine Barde / Pierre Jauniaux / Patrice Verry
Rammstein : Les Crasheurs de Feu (Livre)

2006 - Camion Blanc
  
Ministry
Ministry
Houses Of The Molé

2004 - Sanctuary Records
  
Killing Joke
Killing Joke
MMXII

2012 - Spinefarm Records
  

10 MoM Challenge n°3 - Ceci n'est pas du DEATH !
Lire le podcast
Entombed A.D.
Bowels Of Earth
Lire la chronique
Mavorim
Silent Leges Inter Arma
Lire la chronique
Asagraum
Dawn of Infinite Fire
Lire la chronique
PPCM #23 - CELTIC pas beau ce METAL-là ?
Lire le podcast
Mgla
Age Of Excuse
Lire la chronique
Kruksog
Foster Prudence
Lire la chronique
Darkend
Spiritual Resonance
Lire la chronique
Adherent
Demo MMXVII (Démo)
Lire la chronique
Power From Hell
Profound Evil Presence
Lire la chronique
Imperial Cult
Spasm of Light
Lire la chronique
Jupiterian
Terraforming
Lire la chronique
Vitriol
To Bathe From The Throat Of...
Lire la chronique
Atlantean Kodex
The Course of Empire
Lire la chronique
Acid Witch
Evil Sound Screamers
Lire la chronique
Lutomysl
Ecce Homo
Lire la chronique
Various Artists
Slave to the Grind (DVD)
Lire la chronique
Temple Of Dread
Blood Craving Mantras
Lire la chronique
Antichrist Siege Machine
Schism Perpetration
Lire la chronique
Illdisposed
Reveal Your Soul For The Dead
Lire la chronique
Furia
Grudzień za grudniem
Lire la chronique
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
Rotted
Pestilent Tomb
Lire la chronique
Jesus Cröst
Tot
Lire la chronique
Impavida
Antipode
Lire la chronique
Imprecation
Damnatio Ad Bestias
Lire la chronique
Esoctrilihum
The Telluric Ashes Of The O...
Lire la chronique
Ossuary
Supreme Degradation (Démo)
Lire la chronique
Wraith
Absolute Power
Lire la chronique
Le Jardin d'Alice
Higenjitsu (非現実)
Lire la chronique