chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
102 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sebkha-Chott - Nigla[h]

Chronique

Sebkha-Chott Nigla[h]
(Tapisseries Fines en XXX Strips et LXX/X Trompettes)

Le 05 Décembre 2008, Sebkha-Chott se produisait au Nouveau Casino en première partie d'Unexpect. J'étais, pour l'occasion, frétillant comme un jeune saumon remontant pour la première fois la rivière de ses années RécréA2, anticipant avec jubilation l'orgasme de joyeuse déconographie kaléidoscopique que « Nagah-Mahdi », le précédent opus, semblait promettre pour la scène. Mais l'imprévisibilité étant le thème de la soirée (les non anglophones attraperont le dico anglais/français à la définition d'« unexpect »), le groupe n'avait pas été franchement là où je l'attendais. Zappant complètement les compos de mon album chéri, il avait proposé à l'assistance ce qui m'avait semblé un long set décousu de délires jazzy et expérimentaux, plein de cuivres, de dissonances et d'une indéniable folie furieuse, sur le quai desquels mes oreilles et mes synapses mélomanes avaient peiné à jeter l'ancre. Petit froid façon « coitus interruptus » donc. Mais sachant que les œuvres ambitieuses ne se laissent pas prendre comme ça, à la cosaque, au détour du premier concert venu, je sommais ma raison de calmer les fougueux purs-sangs de la déception qui commençaient à ruer dans les brancards. Pour sûr, l'écoute studieuse de « Nigla[h] » saurait ôter les œillères qu'un cocher farceur m'avait temporairement placé sur les oreilles …

Et effectivement, l'acharnement finit par payer. S'il est vrai que le 2eme effet « douche froide » aura encore persisté un certain temps au cours des premières écoutes de l'album, tout vient finalement à poing dans la gueule à qui sait attendre l'autre joue: je crois bien maintenant (restons humble: la certitude ne peut être de mise lorsqu'on touche au domaine artistique) avoir compris le propos et l'orientation nouvelle de la délégation ohrélandaise :

« Ah vous nous aviez apprécié pour les délires sympathiques de « Nagah-Mahdi » ? Ah vous aviez claqué des doigts sur « La Complainte D'Yvette H. », « Sensual Lips And Magic Tricks » et « Confrérie De L'Intox » ? Non mais oh, vous croyez vraiment que c'est ça Sebkha-Chott, une simple compil' Ultra Vomitesque de trucs rigolos partant dans tous les sens? Non, Sebkha-Chott c'est un monde, que dis-je un univers – celui d'Ohreland – où règne une faune grotesque et bigarrée, non pas constituée de tristes bouffons gesticulants à vide, mais bien d'artistes possédés par une vision. Et celle-ci n'a pas été conçue vous faire taper bovinement du pied ou claquer des doigts, contrairement au gros du troupeau des groupes calibrés qui ciblent un auditoire peu exigeant, la bave et la canette de Kro au bord des lèvres. »

Sebkha-Chott, c'est un orchestre dissonant qui prend le temps de poser des ambiances tout en nuances, ceci au travers de tableaux sonores tour à tour décalés, sombres, grotesques, beaux, stressants, stridents, énervants, exotiques. C'est du vert caca d'oie, du marron façon chocolat vomi. Et du jaune aussi. Des moments de folie burlesque plus déstabilisants que franchement drôles. Du (death) metal aussi, si besoin. Du funk décalé, quand l'envie s'en fait sentir. Des délires vocaux Woody Woodpeckeresques entre Patton, les Red Hot et le Sarsippius de Infectious Grooves. Mais ne vous attendez surtout pas à retrouver votre salade « bazar metal » (copyright Thomas Johansson) habituelle avec ses proportions convenues d'éléments disparates, sa louche de sauce délire et ses petits nez de clown / tomates cerise pour faire joli. Cette fois, le groupe préfère peupler son monde de rythmes tirés par les cheveux, de dissonances et de plans free style empilés les uns sur les autres, de ci de là, comme ça leur chante, et tant pis si ça ne permet pas de remuer du popotin sous le tablier, ni d'headbanguer en faisant la vaisselle. « Nigla[h] » n'a pas pour vocation d'être le pendant musical des « Chiffres et des Lettres », distraction convenue, toujours à l'heure, sans un poil qui dépasse, chargée ras la touffe de guimauve. Non, « Nigla[h] » c'est plutôt la mise en musique du spot qui éclate pendant un direct, c'est la vague du tsunami qui grossit à l'arrière-plan sur la vidéo des vacances, c'est le pet sonore lâché par le curé lors de l'homélie retransmise dans « Le Jour du Seigneur ».

Ce sera donc à vous de rentrer dans l'univers du groupe, et pas « Nigla[h] » qui ira s'adapter aux méandres de votre oreille interne. En effet le groupe ne fait ni effort ni concession pour rameuter du monde dans sa tanière. Quand on démarre son album sur une mélopée lancinante et léthargique semblant émaner d'une fanfare en pleine gueule de bois, qu'on le finit sur les pulsations et stridences d'un « Truel à la Lucier » aussi inconfortable et stressant que la plus expérimentale des œuvres de musique concrète, et qu'on propose en son milieu des délires aussi décousus et poil à gratter que « Strangle In The Night », on n'est clairement pas dans l'optique d'une diffusion sur Virgin Radio. On retrouve quand même en de nombreux endroits de l'album le Sebkha-Chott qui nous avait séduit sur « Nagah-Mahdi ». Par exemple sur le rock cuivré de « Gone Save The Quid » qui trouve un prolongement presque salsa sur « Solo In Fol Flart Harmolic Mijor ». Sur « La Grande Braderie des Menhirs Kusturika » où l'orchestre du réalisateur serbe s'en va battre la campagne à la tête d'une ménagerie mécanique et brinquebalante. Sur l'ensemble de « Factory of Dreams » également, où l'on croise Dupontel, du groove épicé sur des rythmes junglisant smoothy (« Free Gibet »), du death avec xylophone (ou quelque chose d'approchant) ainsi que la folie funky/ska Bunglienne de « Marcel et Bretzel sont dans un four à pain ». Il faudrait en citer encore beaucoup, de la lente avancée de « Pompes à Bascules » en passant par la douceur du début de « Niglah Part I », mais on va s'arrêter là hein, trop de détail tue le détail (et pour rester dans l'ambiance févrierienne, « Trotski tue le ski »). Bref, plein de choses sympathiquement accrocheuses. Mais pas que. Loin de là.

Pour en finir avec cette chro à rallonge, je dirai que la démarche du groupe m'inspire un infini respect. J'avoue néanmoins avoir besoin d'un peu plus de points d'accroche et de retours sur la terre ferme dans mon quotidien musical. D'un peu plus de guili-guili sonores, de plus de violence aveugle, de folle vitesse ou de groove grisant, afin d'atténuer les gratouillis expérimentaux par de doux frissons orgasmiques. Et c'est pour cela que la note du présent album est plus faible que celle accordée à son prédécesseur. Mais « Nigla[h] » est vraiment à part - plus encore que « Nagah-Mahdi ». Ce nouvel album ne ressemble vraiment pas à grand-chose de connu (Mr Bungle ? Sleepytime Gorilla Museum ?), il propose une vision cohérente d'un chaos bouillonnant et ne fait pas de compromis. Et rien que pour ça, chapeau !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sebkha-Chott
Musique inclassable et barrée
2008 - Musea Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Sebkha-Chott
Sebkha-Chott
Musique inclassable et barrée - France
  

vidéos
Nigla[h] Part 1
Nigla[h] Part 1
Sebkha-Chott

Extrait de "Nigla[h]"
  

tracklist
Your Soul
01.   Tapisserie I - Didier Mozart's Latest Score
02.   Tapisserie II - The Crou Is Back
03.   Tapisserie III - What Will They Give To Me...
04.   Tapisserie IV - Screw You Back
05.   Tapisserie V - ...Your Soul ?
06.   Tapisserie VI - Little Boy Round The Corner
07.   Tapisserie VII - Entracte - Quête
08.   Tapisserie VIII - Dead Boy Round The Corner
09.   Tapisserie IX - Gone Save The Quid
10.   Tapisserie X - Solo In Fol Flart Harmolic Mijor
11.   Tapisserie XI - Nevermind The Macedoine - Greek Sandwich With Oignons Proverb

Sabra y Shatila
12.   Tapisserie XII - La Grande Braderie Des Menhirs Kusturica
13.   Tapisserie XIII - Sabra Y Shatila
14.   Tapisserie XIV - Territorial Talion Pissings
15.   Tapisserie XV - Wooden Legs Race
16.   Tapisserie XVI - Chittor
17.   Tapisserie VII - Forgotten Graves
18.   Tapisserie XVIII - Saint-Barthélémy
19.   Tapisserie XIX - Voix Sans Issue
20.   Tapisserie XX - Blessed Are The Deafs
21.   Tapisserie XXI - Hama

Factory OF Dreams
22.   Tapisserie XXII - Darius And Danette - Featuring M.P. Jarroussin Et A. Mupontel
23.   Tapisserie XXIII - Factory - Of Dreams
24.   Tapisserie XXIV - Free Gibbet
25.   Tapisserie XXV - Rêves Partis
26.   Tapisserie XXVI - Last Fantasy
27.   Tapisserie XXVII - Free Gidaire
28.   Tapisserie XXVIII - Marcel Et Bretzel Sont Dans Un Four A Pain
29.   Tapisserie XXIX - Ice Dreams
30.   Tapisserie XXX - Cirque Kinder
31.   Tapisserie XXXI - Wake Up, Make Up, Before Your Dildo
32.   Tapisserie XXXII - Free China

Phial Shapes
33.   Tapisserie XXXIII - La Grande Epoque
34.   Tapisserie XXXIV - Ethanol Motorcycle Hearse
35.   Tapisserie XXXV - Phial Shapes
36.   Tapisserie XXXVI - Ulysse Aux Pays Des Merdouilles
37.   Tapisserie XXXVII - Marylou Grind Death - W/O Marylou
38.   Tapisserie XXXVIII - Pas Plus De 6° ?!?
39.   Tapisserie XXXIX - Ulysee In Chains
40.   Tapisserie XL - Lewis Caroll Meets Roy Lewis
41.   Tapisserie XLI - 1000 XP
42.   Tapisserie XLII - Papillon De Lumière
43.   Tapisserie XLIII - Pompes A Bascule

History Alea Diktat Was
44.   Tapisserie XLIV - Alea Diktat Was
45.   Tapisserie XLV - Empire Of Fools
46.   Tapisserie XLVI - History
47.   Tapisserie XLVII - Centuries Contemplation
48.   Tapisserie XLVIII - Like A Broken Record
49.   Tapisserie XLIX - You See !
50.   Tapisserie L - Destruktiv Skouad
51.   Tapisserie LI - Me And You, Your Anthem
52.   Tapisserie LII - This Story Never Ends, As It Begins Right Now And Will Not End 'Til It Begins Once More, And Then It's Gonna Be All The Same...

Nigla[h] Part 1
53.   Tapisserie LIII - Nigla[H] - Part One
54.   Tapisserie LIV - Her Majesty Glory Hole - Explicit Content With Talc
55.   Tapisserie LV - Malicouille
56.   Tapisserie LVI - Great Master
57.   Tapisserie LVII - MDO Part One: Le Silence
58.   Tapisserie LVII - MDO Part Two: Le Vent
59.   Tapisserie LIX - Strangle In The Night
60.   Tapisserie LX - Moteur Jivaro
61.   Tapisserie LXI - Tonnerre De Merde
62.   Tapisserie LXII - Kakaram

Nigla[h] Part 2
63.   Tapisserie LXIII - Nigla[H] - Part Two
64.   Tapisserie LXIV - Enlarge Your Little Big Horn
65.   Tapisserie LXV - Wonder An Escape Plan ?
66.   Tapisserie LXVI - Spank Doggy God - Style
67.   Tapisserie LXVII - Get The Muzzle !
68.   Tapisserie LXVIII - No Exit, Sorry...
69.   Tapisserie LXIX - Take This Cold Train
70.   Tapisserie LXX - Railway To Hell
71.   Tapisserie LXXI - Lawrence D Arabishnu Orchestra
72.   Tapisserie LXXII - Truel A La Lucier

Durée : 74:31

line up
parution
28 Octobre 2008

Essayez aussi
Akphaezya
Akphaezya
Anthology II

2008 - Ascendance Records
  
Diablo Swing Orchestra
Diablo Swing Orchestra
The Butcher's Ballroom

2007 - Candlelight Records
  
Pin-Up Went Down
Pin-Up Went Down
2 Unlimited

2008 - Ascendance Records
  
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Mr. Bungle

1991 - Warner Bros.
  
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Disco Volante

1995 - Warner Bros.
  

Rivers of Nihil
Where Owls Know My Name
Lire la chronique
Sulphur Aeon
The Scythe of Cosmic Chaos
Lire la chronique
Strigoii
The Oldest of Blood
Lire la chronique
Hwwauoch
Hwwauoch
Lire la chronique
Deicide
Overtures Of Blasphemy
Lire la chronique
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Dirge
Lost Empyrean
Lire la chronique
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique