chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
132 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tombs - Winter Hours

Chronique

Tombs Winter Hours
TOMBS. Winter Hours. Avec un nom pareil, on se doute bien qu'on n'aura pas affaire à un groupe de happy metal. La longue litanie d'affiliés alternatifs ou indie rock épinglés sur myspace n'incite pas non plus à l'optimisme béat. NEUROSIS. DEATHSPELL OMEGA. TODAY IS THE DAY. Que du easy listening, vous en conviendrez. La prudence est donc de mise et un petit détour chez Quentin Tarantino s'impose pour préparer au mieux cette descente en profondeurs noisy. Remember KILL BILL 2 ? La scène où Uma Thurman, après s'être fait refaire la poitrine à coup de gros sel par ce vieux briscard de Michael Madsen, se retrouve enterrée vivante, entre quatre planches, avec une pauvre lampe de poche comme dernière lueur d'espoir avant la fin ? Asphyxie. Claustrophobie. Désespoir. Ongles arrachés à force de gratter vainement le bois du cerceuil. Tels sont les maîtres mots de « Winter Hours » et à moins d'avoir survécu à un stage chez Pai Mei, ce premier album de TOMBS fera office de dernier souffle avant que le manque d'oxygène n'ait raison de vous. Vous rêviez d'un autre accompagnement musical et d'une fin rapide ? « Winter Hours » s'étend sur 40 minutes qui en paraissent facilement le double. Une douloureuse et lente agonie. Faudra faire avec.

Et comme vous dans votre prison de 86X180 cm, le groupe de brooklyn passe par tous les états ; détresse infinie teintée de renoncement sur “The Divide” ou dernier sursaut mené avec l'énergie du désespoir sur “Beneath The Toxic Jungle”. La ligne de démarcation entre postcore hypnotique neurosien et accalmies introspectives façon JESU est aussi fragile que votre santé mentale, depuis qu'on vous a envoyé pourrir six pieds sous terre sans même vous en conter la raison. Est-ce pour avoir trop longtemps dénigré le genre, ô combien difficile, au profit de nombreux combos brutal death bien plus accessibles ? Ou pour avoir ostensiblement affiché votre mépris du black metal, dont on trouve trace sur les passages les plus rapides d'un skeud frappant direct au coeur, sans passer par la case gentille mélodie aguicheuse ? Oh bien sûr, Mike Hill fait parcimonieusement usage de chant clair, tantôt forcé, tantôt empreint d'émotion (sur “Gossamer” notamment) quand il ne déverse pas sa rage par dessus un déluge de textures sonores flirtant dangereusement avec le sublime. Pas l'adjectif sublime que nous connaissons tous mais plutôt celui, tumultueux et indomptable, matérialisé par le paysagiste anglais William Turner ou les romantiques comme Caspar David Friedrich, dont la vision sombre et cataclysmique tranchait singulièrement avec les canons du classicisme davidien. Et puisqu'on en est au chapitre des considérations esthétiques, au passage, vous reprendrez bien un peu de Kant ?

Pour Kant, le sublime est spécial et ne ressemble en rien au beau. Là où le beau se présente toujours à nous avec un aspect défini, le sublime nous donne l'impression de l'illimité. En même temps que le sublime et le beau se distinguent par leur nature, les émotions qu'ils nous donnent diffèrent. Si le beau procure une sensation de calme et de tranquilité, le plaisir du sublime lui, est empreint de douleur. Quand nous avons contemplé le sublime, il se produit en nous une légère douleur, une sorte d'aspiration vers cet infini du sublime que l'esprit ne peut embrasser tout entier. C'est là ce qui produit cette gêne, agréable cependant; car cet effort pour saisir le sublime a beau être impuissant, il est élevé, et nous lui devons un contentement d'ordre supérieur.

De là à dire que ce cher Emmanuel aurait fait le distingo entre JOE SATRIANI et CULT OF LUNA, il n'y a qu'un pas. Mais ça, vous vous en foutez comme de votre premier disque de heavy metal. Car à l'heure qu'il est, vous rendez l'âme lentement mais sûrement, au rythme lancinant de compositions envahissant l'espace sonore à la manière d'ALCHEMIST ou KILLING JOKE (comprendre : beaucoup de réverb' sur les grattes). Fear is the weapon peut on lire sur leur page myspace. Pour ça, les fossoyeurs de TOMBS n'ont pas menti et le trio Mike Hill/Andrew Hernandez/Carson Daniel James donne volontiers dans le tout oppressant, privant de repères l'auditeur égaré en livrant une partition quasi monolithique, dans le sens ou les compositions de TOMBS semblent être organiquement liées les unes aux autres. Retirez un titre de la tracklist et toute chaleur humaine quittera à jamais l'enveloppe charnelle d'un “Winter Hours” tout en souffrance, que chaque seconde écoulée rapproche un peu plus de la raideur cadavérique. Un peu comme vous dans votre dernière demeure en sapin, l'odeur de la terre fraîchement remuée en moins.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Jotun citer
Jotun
28/11/2009 19:43
je les ai découvert au lyon's hall à Lyon ya 2 semaines, super groupe!

et en plus le bassiste est très sympa avec ses anecdotes de tournée Sourire
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
01/02/2009 13:11
note: 8/10
Merci bien les gars !
Barak citer
Barak
31/01/2009 22:05
note: 8/10
Très bonne chronique pour un album qui l'est tout autant. Belle entrée en matière avec l'intro Kill Bill, je n'y avais pas pensé mais c'est on ne peut plus juste.
lkea citer
lkea
31/01/2009 16:51
Super chro ! Citer le définition du sublime de Kant c'est quand même la classe.

Sinon il me tente bien cet album, la pochette, l'aspect mystique que tu sembles décrire... un possible prochain achat.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tombs
Post hardcore
2009 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  6/10
Webzines : (23)  7.77/10

plus d'infos sur
Tombs
Tombs
Post Metal/Black Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Gossamer
02.  Golden Eyes
03.  Beneath The Toxic Jungle
04.  The Great Silence
05.  Story Of A Room
06.  The Divide
07.  Merrimack
08.  Filled With Secrets
09.  Seven Stars The Angel Of Death
10.  Old Dominion

Durée : 40:00

line up
parution
23 Février 2009

voir aussi
Tombs
Tombs
Path Of Totality

2011 - Relapse Records
  
Tombs
Tombs
Tombs (EP)

2007 - Black Box Recordings
  
Tombs
Tombs
Savage Gold

2014 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Cortez / Ventura
Cortez / Ventura
Split 10 (Split-CD)

2005 - Get A Life!
  
Death Engine
Death Engine
Mud

2015 - Throatruiner Records / Apocaplexy Records
  
SubRosa
SubRosa
More Constant Than The Gods

2013 - Profound Lore Records
  
Helms Alee
Helms Alee
Night Terror

2008 - Hydra Head Records
  
Touché Amoré
Touché Amoré
Is Survived By

2013 - Deathwish Inc.
  

Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique