chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
112 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hatred - Madhouse Symphonies

Chronique

Hatred Madhouse Symphonies
HATRED, à ne pas confondre avec le groupe de death-thrash batave du même nom, ça ne vous dit sûrement pas grand chose. Il faut dire qu'en dix ans de carrière (formation en 1998), les allemands n'ont sorti qu'un MCD (« Fractured », 2002) et un full length, « Soulless », en 2004. Pour avoir tapé l'incruste en première partie de combos comme TESTAMENT, ANNIHILATOR, SODOM ou encore TANKARD, on se doute bien que HATRED ne donne pas dans le funeral doom mais bel et bien dans le thrash à l'ancienne, s'abreuvant à la source bay area des premiers faits d'armes de METALLICA et EXODUS. Un de plus vous me direz. La différence avec les fils plus ou moins légitimes qui tentent de surfer sur la vague neo/retro thrash de ces derniers mois ? Sinon de la magie, au moins quelque chose qui s'apparente au fameux supplément d'âme dont assez peu de groupes du même genre, finalement, peuvent se prévaloir.

Alors certes, « Madhouse Symphonies » reste très classique dans l'exécution des 13 morceaux qui le composent et rien ne surprendra véritablement l'amateur de grosses rythmiques bien carrées, même si HATRED, c'est à souligner, ne tire son inspiration d'aucun groupe en particulier, si ce n'est peut être EXODUS (ce ne serait pas le riff de « War Is My Shepherd » que j'entends là, sur « Madhouse Symphonies »?). C'est donc à la scène thrash américaine des 80's dans son ensemble que HATRED se réfère et si l'album n'est pas exempt de défauts (un léger manque de patate rythmique par moments, des lignes de chant parfois un peu naïves), son statut d'autoproduction incite à la plus grande mansuétude. Et puis franchement, réussir à capter l'attention 55 minutes durant avec un fond de jeu aussi old school, ça relève de l'exploit, d'autant que les allemands ne jouent pas la carte de la rapidité à tout crin. Le tempo reste assez enlevé mais dès l'opening track « Follow The Leader », HATRED place un break mélodique comme on en trouve à foison chez le père Waters (ANNIHILATOR). L'occasion pour le tandem Martin Köth/Frank Schmauser de faire ses preuves au rayon lead guitars, les solis étant sur « Madhouse Symphonies » de qualité franchement supérieure. Les duels de gratte sont nombreux mais, à l'image de ceux de « Resurrection », ne déséquilibrent jamais le songwriting par quelques excès démonstratif que ce soit. A ce titre, impossible de ne pas mentionner ce passage somptueux sur « Explosions », qui évoque autant « Creeping Death » des Four Horsemen que n'importe quel pont mélodique racé du frontman d'ANNIHILATOR. Evidemment, le rendu final est moindre mais réussir à tutoyer pareils sommets métalliques constitue déjà une sacré victoire!

Autre point fort du disque, Matthias Mauer, son chanteur. L'immense majorité des combos thrash récents étant dépourvus de gueulards charismatiques du niveau de Steve Souza ou Bobby « Blitz » Ellsworth, on saluera d'autant plus volontiers l'excellente prestation du dit Matthias, aussi à l'aise dans les gueulantes crossover façon MUNICIPAL WASTE que dans le chant clair forcé (belles digressions vocales sur le title track). Et si les lignes de chant plus traditionnelles restent à parfaire, à l'image du démarrage difficile de l'excellente power ballad « Gates Of Hell », le bougre lâche régulièrement quelques screams bien sentis (on pense souvent à Schmier de DESTRUCTION) qui renforcent l'aspect heavy de l'ensemble. Des vocaux bien variés qui permettent à HATRED de couvrir un spectre assez large de la scène US, de SLAYER (sur « Schizophrenia ») à OVERKILL en passant par MEGADETH, le riff principal de « Walk Through The Fire » étant une réminiscence évidente de « Holy Wars ». Peu avare en citations classieuses, les cinq thrashers ont le bon goût de ne pas en faire la clé de voûte de leurs morceaux, au contraire des vandales norvégiens de BLOOD TSUNAMI. Allemagne oblige, HATRED n'oublie pas de faire un détour vers la case festive avec la terriblement jouissive « (We Are The) Mosh Crew », concentré de fun dans la grande tradition d'un « Friebier » de leurs compatriotes TANKARD. Du tout bon donc, à ranger au rayon bonnes surprises 2008 (ou 2009 si, comme moi, vous êtes à la bourre).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
14/05/2009 17:59
note: 8/10
riven a écrit : Sinon, la pochette me rapelle très bizarrement celle d'un album d'Iron Maiden (dont je ne me rapelle pas le nom)

Effectivement, ça ne m'a pas non plus échappé. J'ai demandé au guitariste s'il y avait référence directe à "Piece Of Mind" mais il m'a assuré que non.
Niktareum citer
Niktareum
13/05/2009 23:50
riven a écrit : Du bon thrash en effet Gros sourire

Sinon, la pochette me rapelle très bizarrement celle d'un album d'Iron Maiden (dont je ne me rapelle pas le nom)

Anyway
7.5/10

Pice of Mind peut-être. Juste pour la chambre forte.
riven citer
riven
13/05/2009 22:19
note: 7.5/10
Du bon thrash en effet Gros sourire

Sinon, la pochette me rapelle très bizarrement celle d'un album d'Iron Maiden (dont je ne me rapelle pas le nom)

Anyway
7.5/10
Keyser citer
Keyser
03/03/2009 10:03
Pas mal du tout ça en effet!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hatred
Thrash metal
2008 - Twilight-Vertrieb
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (7)  7.9/10

plus d'infos sur
Hatred
Hatred
Thrash metal - 1998 † 2016 - Allemagne
  

tracklist
01.  Follow The Leader
02.  Caught In The Pit
03.  Schizophrenia
04.  Prelude(r) - instrumental
05.  Resurrection
06.  Explosions
07.  Gates Of Hell
08.  Madhouse Symphonies
09.  Call To Arms
10.  Walk Through The Fire
11.  Surrender
12.  Thrill Me
13.  (We Are The) Mosh Crew

Durée : 54:55

line up
parution
21 Novembre 2008

Essayez aussi
The Haunted
The Haunted
The Haunted

1998 - Earache Records
  
Algebra
Algebra
Feed The Ego

2014 - Unspeakable Axe Records
  
Exhorder
Exhorder
Slaughter In The Vatican

1990 - Roadrunner Records
  
Anonymus
Anonymus
Chapter Chaos Begins

2006 - Galy Records
  
Annihilator
Annihilator
All For You

2004 - AFM Records
  

Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
Requiem
Global Resistance Rising
Lire la chronique