chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
133 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Funeral Mist - Maranatha

Chronique

Funeral Mist Maranatha
Il aura fallu patienter longtemps, très longtemps, jusqu'à ne plus espérer, il aura finalement fallu oublier, presque, et ne plus rien attendre pour que la sortie de « Maranatha » soit soudainement annoncée à la grande surprise de ceux qui s'étaient fait laminer il y a maintenant 6 ans par le premier effort longue durée, devenu suprêmement culte depuis, du groupe. « Salvation » avait violemment secoué une scène Black Metal en constante quête de nouvelles sensations extrêmes et laissé une trace indélébile dans l'histoire du style. Difficile donc d'imaginer mieux, ou pire devrais-je dire, plus ultime, plus suffocant, plus intense et pourtant…
Dès les premières mesures la griffe Funeral Mist déchire le silence, « Sword Of Faith » déboule sur ses blast infernaux aidé par une production qui, si elle reste bien raw, se révèle beaucoup plus claire que celle qui permit de bâtir la légende chaotique de « Salvation ». Nul besoin de s'user l'oreille durant 35 écoutes, cette fois-ci les riffs s'offrent facilement et le plaisir n'en est que décuplé.

Première accroche, la prestation vocale d'Arioch, remarquable, particulièrement impressionnante et possédée, l'homme parviendrait presque à faire peur par moments. Rarement vocaliste aura été aussi expressif, à la fois haineux, revendicatif, vindicatif et douloureux. Usant mais n'abusant jamais de quelques effets qui renforcent encore l'emprise grandiose des vocaux sur cet album.
Evidemment le reste n'est jamais à la traîne, Funeral Mist triomphe en s'appuyant sur une partition de batterie simplement parfaite et sur des charges de 6 cordes irrésistibles, efficaces et vicieuses distillant des riffs imparables qui n'auraient pas entaché la plus belle réussite d'Immortal (non je ne parle pas d'At The Heart Of Winter)

« Maranatha » évolue dans un univers énigmatique et même si les voix ensorcelées de « Living Temple » libèrent un souffle malsain qui habite tout l'album, Funeral Mist n'hésite pas à varier les ambiances pour construire une œuvre complète, monstrueusement dense tout en restant facilement, (tout est relatif), assimilable. Cette fois-ci Arioch prend son temps pour répandre intelligemment des atmosphères prenantes conférant au voyage sonore un côté dangereusement étrange et souvent inattendu. Si les magnifiques chants religieux de « A New Light » ne déstabiliseront pas l'auditeur rassuré d'errer en terrain connu il n'en sera rien avec le très déconcertant « White Stone », ersatz délicieux de vieux blues crasseux au son poussiéreux qui dégage une aura putride et se termine bêtement sur un accord raté. Idem pour la fin psychédélique, apaisante et totalement envoûtante de « Jesus Saves » que l'on pourrait laisser tourner pendant des heures.
Arioch ne laisse pas sa créature se reposer sur le confortable lit de lauriers qu'avait tressé « Salvation », l'obligeant à changer brutalement sa trajectoire en cours de morceau, à freiner violemment, à changer de ton pour dévoiler des desseins plus spirituels à la face du monde et même à se traîner douloureusement sur les 12 minutes assommantes et fascinantes de « Blessed Curse » sur lequel Funeral Mist, tout en puissance, se fait épique et change progressivement de dimension.
Magistral !

Nombreux sont les détails qui changent la donne, ces détails qui font la différence face à une concurrence de toutes façons dépassée par l'évènement. Chaque titre s'impose à discrets renforts d'ornements géniaux, d'agréments talentueux, d'arrangements superbes. Chaque nouvelle écoute apporte son lot de découvertes savoureuses rendant l'œuvre totalement fascinante.
Funeral Mist signe un très grand album, impérieux, absolu, magnifiquement profond et d'une richesse trop rare. La comparaison avec son illustre prédécesseur n'a finalement pas lieu d'être, le projet avance avec talent et délivre des travaux uniques, accomplis, à très fortes personnalités.
Hautement recommandable donc, évidemment !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

20 COMMENTAIRE(S)

Bloody citer
Bloody
16/11/2018 23:23
note: 10/10
Je n'aurais pas dit mieux que @Goodnacht; Le plus grand album Black ayant vu le jour...
Goodnacht citer
Goodnacht
13/05/2017 06:55
LE PLUS GRAND ALBUM DE BLACK DE TOUS LES TEMPS !!!

La définition même de ce que DOIT ÊTRE le Black Metal


De la sueur,
Du souffre,
De la crasse,
Du sang,
Du sperme,
et accessoirement Satan qui supervise tout ça...

Rarement album m'aura autant marqué.
J'attends la suite, chaque année...

(Marduk n'est juste qu'une petite sucrerie apéritive en comparaison !)
Invité citer
Shiningquiàlaflemmedeseconnecter
06/01/2013 09:14
Et oui, cet album se réapproprie intelligemment divers éléments bien inattendus autant que géniaux.

Voilà pourquoi FM reste un des meilleurs groupes «orthodoxes» pour moi, sa Foi est vraie et honnête, il voit la Vérité partout, là où les profanes ne voient ni n'entendent rien.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
05/01/2013 22:37
note: 9.5/10
D'ailleurs, puisqu'on est dans les précisions sur les samples : sur "Living Temples", c'est tiré de Ghost In The Shell... Il y a vraiment des samples très variés sur ce disque...
gregwar citer
gregwar
05/01/2013 10:16
note: 8/10
Pour ceux qui sont scotchés par les chœurs du final de "antiflesh nimbus" il vous faut écouter la version original. Ce chœur a été écrit par goran bregovic et on peut l'entendre dans les différentes versions du morceau "ederlezi" qui figurent sur la BO du film "le temps des gitans", le premier film d'emir kusturica. Ce morceau est très prenant et les deux versions sont très bonnes. Très bonne idée d'arioch de l'avoir incorporé dans un album de black métal.
Dead citer
Dead
22/10/2012 11:54
Panzer Militia a écrit : Petit problème d'artwork sur cet album, c'est la pochette du premier album ça.

Merci pour ta vigilance Panzer, c'est corrigé Sourire
KPM citer
KPM
22/10/2012 11:09
note: 10/10
Petit problème d'artwork sur cet album, c'est la pochette du premier album ça.
KPM citer
KPM
04/11/2010 01:37
note: 10/10
Quelle bombe...

C'est assez bizarre mais franchement moi aussi je le trouve reposant, envoutant. Il n'y a qu'à écouter le finish Anti-Flesh Nimbus avec ses ch?urs prenants...
NightSoul citer
NightSoul
16/05/2009 17:09
note: 8/10
Personnellement j'avais un peu de mal avec la voix au début mais y a pas à chier, c'est l'un des atouts majeurs si ce n'est l'atout majeur de l'album!
SaTan Claus citer
SaTan Claus
14/05/2009 01:09
NightSoul a écrit : Je pense que là on est même au-delà du black avec cet album.

C'est le moins que l'on puisse dire. Funeral Mist est clairement un groupe (peut-on encore parler de groupe?) de black métal qui s'élève au dessus de la masse notamment avec cette voix de fanatique dévouer à vous savez qui.
Vraiment sympa.
NightSoul citer
NightSoul
23/04/2009 23:39
note: 8/10
Sympa, très TRES sympa, même si j'ai un peu de mal avec la voix. Je pense que là on est même au-delà du black avec cet album.
Barak citer
Barak
19/04/2009 13:43
note: 9/10
Très bonne chro, elle retranscrit bien ce que j'en pense.
Une grooooosse claque, violente, puissante, prenante. Un album de black rare!
Häxan citer
Häxan
17/04/2009 20:57
note: 9.5/10
Ikea a écrit : D'ailleurs, je trouve bizarrement ce disque apaisant.

idem
lkea citer
lkea
17/04/2009 14:25
note: 10/10
Funeral mist n'est pas "malsain" (comprendre malsain comme Silencer peut l'être). Il dérange autrement, par son propos, la foi qui s'en dégage à mon avis.

C'est déclamé, possédé mais pas malsain. D'ailleurs, je trouve bizarrement ce disque apaisant, même dans les parties brutales, une certaine harmonie en ressort. Le précédent par contre collait plus à une ambiance de terreur biblique.

Arnaud citer
Arnaud
17/04/2009 13:45
Musique sympa, mais alors le chant ne me touche pas du tout et je trouve que ça ne colle vraiment pas du tout, pas assez malsain.
Häxan citer
Häxan
16/04/2009 21:51
note: 9.5/10
j'ai tenté d'évoquer cette dévotion avec cette phrase :

changer de ton pour dévoiler des desseins plus spirituels à la face du monde

j'aurai certainement insister plus sur ce point, mais j'aurai pu écrire 3 pages sur ce skeud. A chaque écoute je me fais cueillir par un détail qui ne s'était pas révélé auparavant.
Krow citer
Krow
16/04/2009 21:23
note: 9.5/10
Ah oui, clairement la meilleure voix que j'ai pu entendre dans ce registre.
Worthless citer
Worthless
16/04/2009 21:18
Excellente chronique.
Je n'ai pas encore suffisament écouté l'album, mais dès les premières écoutes j'y ai vu quelque chose de grand.
Comme tu le dis Krow, la dévotion se ressent à chaque instant, c'est l'intensité de celui-ci qui fait la force de la musique de Funeral Mist pour moi aussi, comme chez Inquisition.
Arioch a vraiment la voix la plus marquante du Black Metal.
Krow citer
Krow
16/04/2009 10:50
note: 9.5/10
Très bonne chronique, mais tu oublies de mentionner à mon sens ce qui fait que cet album est génial : la dévotion qui y est retranscrite. Tu l'écoutes, et tu te dis que le gars qui a composé ça doit véritablement être arrivé à un stade de dévouement intense vis à vis de Satan.

Et c'est ce qui fait aussi que cet album surpasse Salvation. Car même si plus facile d'accès, moins chaotique, moins éprouvant, au niveau de la sincérité Maranatha repousse toute limite.
lkea citer
lkea
16/04/2009 09:06
note: 10/10
D'accord en tout point avec ta chronique et tu as réussis à mettre les mots qu'il faut pour les chansons White Stone et Jesus Saves ! .

Sinon, un album plus assimilable mais bien plus religieux qu'auparavant, la plus belle et terrible des transes.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Funeral Mist
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (28)  9.39/10
Webzines : (17)  8.17/10

plus d'infos sur
Funeral Mist
Funeral Mist
Black Metal - 1993 - Suède
  

tracklist
01.   Sword of Faith
02.   White Stone
03.   Jesus Saves!
04.   A New Light
05.   Blessed Curse
06.   Living Temples
07.   Anathema Maranatha
08.   Anti-Flesh Nimbus

Durée : 53:33

line up
  • Arioch / Chant, Tous les Instruments

parution
23 Février 2009

voir aussi
Funeral Mist
Funeral Mist
Salvation

2003 - Norma Evangelium Diaboli
  
Funeral Mist
Funeral Mist
Hekatomb

2018 - Norma Evangelium Diaboli
  

Essayez aussi
Arizmenda
Arizmenda
Within the Vacuum of Infinity

2009 - Crepusculo Negro
  
Abigail Williams
Abigail Williams
In The Absence Of Light

2010 - Candlelight Records
  
Horna
Horna
Askel Lähempänä Saatanaa

2013 - World Terror Committee Records
  
Satyricon
Satyricon
Nemesis Divina

1996 - Moonfog Productions
  
Blood Of Kingu
Blood Of Kingu
Sun In The House Of Scorpion

2010 - Candlelight Records
  

Sulphur Aeon
The Scythe of Cosmic Chaos
Lire la chronique
Strigoii
The Oldest of Blood
Lire la chronique
Hwwauoch
Hwwauoch
Lire la chronique
Deicide
Overtures Of Blasphemy
Lire la chronique
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Dirge
Lost Empyrean
Lire la chronique
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique