chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Resurrecturis - Non Voglio Morire

Chronique

Resurrecturis Non Voglio Morire
L'ouverture d'esprit. Une notion souvent mise à mal dans le milieu metal (normal, c'est un truc de tapettes!) qui reste la plupart du temps conformiste dans son anti-conformisme. Pourtant, il en faudra beaucoup (ça, et des goûts de merde!) pour apprécier ce nouvel album des Italiens de Resurrecturis, Non Voglio Morire, troisième opus d'une formation qui fêtera ses 20 ans l'année prochaine mais dont je n'avais jamais entendu parler auparavant. Tu m'étonnes!. La ferme toi, je suis en train d'écrire!

Je m'explique. On m'avait vendu (arrête de faire croire que tu l'as acheté mec, t'as eu le digipack avec le DVD bonus gratos!) Non Voglio Morire comme un album de death metal. Ah ah la bonne blague, tu t'es bien fait enculer!. Effectivement, les quatre premiers titres, très courts, peuvent être classés dans cette catégorie (mouais, faut le dire vite, on dirait du Cadaveria!). J'ai dit quoi?! Blast-beats, riffs agressifs, growls et shrieks, rapidité, brutalité, efficacité, les ingrédients de base sont là. Le titre d'ouverture "The Origin" se révèle d'ailleurs particulièrement percutant, une excellente entrée en matière (on a vu mieux quand même!). Seul le deuxième morceau, l'interlude "Prologue" et sa belle mélodie entêtante (tarlouze!), s'en éloigne. Un démarrage sur les chapeaux de roues qui annonce un très bon album de death metal pimenté d'un peu d'old-school (pas très fort le piment!). Cherche pas, je ne répondrai pas à tes attaques!

Seulement voilà, arrive le cinquième titre, "The Artist", et là on change du tout au tout. Remarquez, j'aurais pu prévoir en voyant la pochette artistique plutôt...originale (moche, le mot est moche!). Bidouillages électroniques minimalistes, chant clair féminin sur le refrain et certains couplets, rythmique ultra lente, guitare ultra simpliste et seulement présente pour le refrain, on dirait un mélange entre Marilyn Manson et Korn. (putain l'horreur!). Me voilà choqué ou tout du moins surpris (et ils appellent ça du death metal ces guignols?!). Pourtant, l'ambiance glauque et oppressante instaurée par les samples et le chant murmuré/torturé me plait. Et la voix féminine se révèle bien foutue en réussissant à véhiculer des émotions et à apporter un peu de lumière (putain mec tu deviens vraiment gay!). Du coup ça passe, et de mieux en mieux au fil des écoutes. Et toi, ferme la!

Après ce morceau étonnant, le groupe continue d'expérimenter en incorporant au sein de ses compos à la base death metal des passages beaucoup plus mainstream (de la pop death ha ha, et tu te foutais de la gueule d'In Flames?!). Notamment du chant clair sur les refrains. Resurrecturis se casse parfois la figure ("Away From The Flock", "Walk Through Fire") mais la plupart du temps, les voix claires sont justes et s'intègrent étonnamment bien aux compos ("Calling Our Names", "The Fracture", "Where Shall I Go From Here?"). Tu te fous de moi ou quoi, ça n'a rien à faire dans le death metal ça! Il est où le Keyser intègre et puriste dont j'étais fière d'être la conscience?!. Dans ton cul! L'apogée est atteinte sur l'outro "In Retrospective" où un invité vient poser sa magnifique voix sur quelques notes acoustiques, avant qu'un piano ne vienne fermer la marche. Très touchant! Pédale!. Putain mais tu vas la fermer oui, je chronique là, je m'en fous si t'es pas d'accord!

Variété, simplicité et originalité (beurk) mais aussi brutalité et efficacité, voilà le credo des Transalpins de Resurrecturis sur ce surprenant (navrant!) Non Voglio Morire. Treize titres qui possèdent chacun leur personnalité, entre violence efficace, groove entraînant et mélodies doucereuses (oh oh oh, la la la, baltringue va!). Les passages extrêmes s'avèrent d'un niveau très satisfaisant (t'es devenu bien tolérant mec, von_yaourt va encore se foutre de ta gueule!), assez simples mais bien rentre-dedans, légèrement old-school, avec quelques influences thrashy voire power/thrash et des soli excellents démontrant la dextérité des musiciens. Quant aux séquences commerciales (c'est bien tu le reconnais au moins!), soit elles vous feront frémir de dégoût (j'ai encore le goût de la gerbe dans les oreilles, salauds!), soit vous les trouverez plutôt bien fichues et applaudirez un groupe qui n'a pas peur d'oser dans un genre en général fidèle aux conventions (non merci, je préfère le classicisme!). Quoiqu'il en soit, voilà une bonne surprise que ce Non Voglio Morire, disque attachant aux multiples facettes (fais gaffe tu deviens comme cglaume !). Enfin un groupe qui se démarque un peu! Ouais, encore plus naze que les autres ha ha!. Bon ok t'as gagné, ça va, je vais commander la disco de Drawn And Quartered pour compenser, t'es content?!

DOSSIERS LIES

Chroniques à la con ! 9 : la crise
Chroniques à la con ! 9 : la crise
Juin 2009
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
19/06/2009 17:57
Citation : fais gaffe tu deviens comme cglaume

Mort de Rire
Il reste encore 2-3 points de divergences quand même ...
citer
Nikta at job
12/06/2009 16:29
J'ai écouté le myspace vite fait l'autre jour, pas accroché des masses surtout à cause de la voix...
Keyser citer
Keyser
12/06/2009 13:33
2 extraits en ligne sur MySpace (intransférables sur notre player).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Resurrecturis
Open-Minded Experimental Death Metal
2009 - Casket Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (10)  6.06/10

plus d'infos sur
Resurrecturis
Resurrecturis
Open-Minded Experimental Death Metal - 1990 - Italie
  

vidéos
The Fracture
The Fracture
Resurrecturis

Extrait de "Non Voglio Morire"
  

tracklist
01.   The Origin
02.   Prologue
03.   Fuck Face
04.   Corpses Forever
05.   The Artist
06.   Save My Anger
07.   Calling Our Names
08.   After The Show
09.   The Fracture
10.   Away From The Flock
11.   Where Shall I Go From Here?
12.   Walk Through Fire
13.   In Retrospective

Durée : 49'32

line up
parution
15 Février 2009

Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique
Disembowel
Echoes Of Terror
Lire la chronique
Mimorium
Blood of Qayin
Lire la chronique
Bethlehem
Dictius Te Necare
Lire la chronique