chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
73 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Massacra - Sick

Chronique

Massacra Sick
S'il est devenu quasiment impossible pour un groupe de créer la surprise lors du lancement d'un nouvel album, quinze ans en arrière, c'était quand même une autre paire de manche pour anticiper les changements d'orientation musicale et autres retournements de veste. Sans vouloir verser dans une vaine nostalgie, l'accès immédiat à je ne sais combien de combos venus de tous les horizons étant une bénédiction pour les passionnés, tout est devenu plus (trop?) facile à l'heure actuelle ; car avant la révolution internet, il fallait se retrousser les manches et partir à la pêche à l'info pour prendre le pouls des bestiaux, guetter le tracklisting en fantasmant sur les nouveaux titres (« Ain't My Bitch » sera-t-il le nouveau « Battery » ?), s'attarder sur le look des musiciens, lire entre les lignes chaque interview ou encore passer au crible un changement de logo pour se faire une idée, souvent fausse, de ce qui nous tomberait dessus au premier jour de la sortie du dit skeud. Dans le cas de MASSACRA, qui sortait avec « Sick » son quatrième full length, le message avait le mérite d'être clair : aux lettres tranchantes rouge vif succédait une typo rosâtre plus ronde et plus neutre ; aux oubliettes les visuels sombres typés heroic fantasy, une photo aux qualités plastiques indéniables se chargerait d'ancrer le groupe dans le réel. Plus carré, plus pro, MASSACRA tire un trait sur le folklore death des débuts et va désormais à l'essentiel, à l'image d'un titre, « Sick », d'une grande concision.

Pour apprécier cet album à sa juste valeur, mieux vaut donc faire son deuil de la barbarie caractéristique des productions précédentes, même si l'énergie déployée pour hisser cet entre deux death n' roll au niveau de « Enjoy » ou « Signs » facilite grandement la transition. Expurgé de toute frénésie ou surenchère technique, le premier tiers de l'album représente le plus gros accident de parcours, le groupe distillant ensuite à intervalles réguliers des titres rapides plus conformes à ce qu'on peut attendre d'un combo du calibre de MASSACRA. Plus denses, plus lourdes, les nouvelles compositions capitalisent sur un feeling rock omniprésent qui ne manque pas de surprendre, le grand écart réalisé entre « Signs » et « Sick » faisant écho au fossé creusé entre « Clandestine » et « Wolverine Blues » des suédois d'ENTOMBED. Très représentative du contenu général de « Sick », « Twisted Mind » passe en revue l'intégralité de l'arsenal rythmique déployé ici par Tristani, Duval et consorts, d'inattendus breaks acoustiques relayant un riffing thrash épuré et les salves de double de l'impeccable Matthias Limmer maintenant MASSACRA dans le giron de l'extrême. A ce titre, le fait que Pascal Jorgensen, le frontman, n'ait pas fondamentalement changé de registre (bien qu'un peu moins gore, son chant éraillé et rageur fait toujours des dégâts) participe de l'acceptation d'un genre encore franchement neuf à l'époque. Bâti sur du mid tempo pêchu, étayé par une bonne dose de groove et des solis mélodiques bien moins démonstratifs que par le passé, « Sick » souffre quelques maladresses comme cette tentative de chant clair bancale sur « Closed Minded », au moment où l'on espère que les ex-terreurs du circuit death européen vont plutôt accélérer la cadence. C'est heureusement chose faite dès le morceau suivant, « Harmless Numbers », petite bombe thrash férocement hardcore qui ne tarde pas à faire des petits, du démarrage en trombe de « Lack Of Talk » au quota appréciable de violence gratuite « Can't Stand », de loin le titre le plus rageur et frontal de l'album.

Car si le tempo s'accélère enfin, la deuxième moitié de « Sick » est également plus inspirée que la première, à l'image d'une « Broken Youth » headbangante à souhait (distribution de minerves garanties en sortant de la salle), d'une « My Reality » dynamique et accrocheuse rivalisant en puissance avec l'opening track « Twisted Mind », voire d'un instrumental moins anecdotique qu'il n'y paraît (« Piece Of Real »). Toujours produit par Tim Buktu au T&T Studio de Gelsenkirchen « Sick » compense ainsi un certain manque d'agressivité par une débauche de sueur rock n'roll et un mordant thrash/hardcore permettant à MASSACRA de ne pas se mettre à dos le gros de ses sympatisants. Au vu des qualités étalées ici, les seuls défauts apparents provenant de l'agencement du tracklisting, on ne peut que regretter que l'essai « Sick » n'ait pas été transformé par l'album suivant, MASSACRA en ayant forcément gardé sous la pédale pour sa seule incursion en territoire death n' roll. Car la véritable incompréhension, ce sera pour plus tard avec l'anecdotique « Humanize Human », dernier témoignange discographique du groupe avant le décès de Fred Duval en 1997.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

citer
Globox666
29/06/2009 23:48
album que j'ai connu à sa sortie et que j'ai beaucoup aimé malgré le décalage incroyable avec l'ébouriffant "Signs Of The Decline". Massacra est ici méconnaissable mais balance des titres super efficaces qui font bouger du popotin. Tiens, j'ai jamais écouté celui d'après.
cglaume citer
cglaume
29/06/2009 06:26
note: 6.5/10
6.5 pour la déception ressentie à l'époque, après un "Signs of the Decline" ébouriffant. Après il faudrait que je le ré-écoute pour être objectif ...
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
27/06/2009 12:56
note: 8/10
Si t'as pas aimé celui là, n'écoute jamais "Humanize" alors Mr Green
Sinon rien à voir mais j'ai reçu le Grind-O-Matic dont tu causais sur le forum Headbang
hurgh citer
hurgh
27/06/2009 12:18
note: 6/10
Non décidement, cet album, malgé quelques titres accrocheurs, me gonfle sur la longueur. Le changement de style entre "Signs" et celui-ci n'y est pas étrangé, je ne retrouve pas dans ce skeud ce que j'attendais de Massara. Quand au suivant, je ne l'ai jamais écouté...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Massacra
Death n' roll
1994 - Vertigo
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  6.3/10
Webzines : (2)  8.04/10

plus d'infos sur
Massacra
Massacra
Death Metal - 1986 † 1997 - France
  

tracklist
01.  Twisted Mind
02.  Madness Remains
03.  Ordinary People
04.  Closed Minded
05.  Harmless Numbers
06.  Lack Of Talk
07.  Broken Youth
08.  Can't Stand
09.  My Reality
10.  Suckers
11.  Piece Of Real

Durée : 54:58

line up
voir aussi
Massacra
Massacra
Enjoy The Violence

1991 - Shark Records
  
Massacra
Massacra
Signs Of The Decline

1992 - Shark Records
  

Essayez aussi
Hearse
Hearse
Single Ticket To Paradise

2009 - Vic Records
  
The Generals
The Generals
Blood For Blood

2013 - Lightning Records
  
The Crown
The Crown
Crowned Unholy

2004 - Metal Blade Records
  
Como Muertos
Como Muertos
Cronica Del Dolor

2010 - Autoproduction
  
Entombed
Entombed
Wolverine Blues

1993 - Earache Records
  

Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview
MYRKVID POUR LA TOURNEE 20 YEARS OF CHAOS
Lire l'interview