chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
97 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bone Gnawer - Feast Of Flesh

Chronique

Bone Gnawer Feast Of Flesh
On ne remerciera jamais assez Internet (n'en déplaise à certains), source inépuisable de découvertes musicales mais aussi parfois de groupes dont les membres sont éparpillés à des milliers de kilomètres. L'homme Suédois aux centaines de projets death, Rogga Johansson, revient ainsi quelques mois après la sortie des médiocres Scandinavian Warmachine (Paganizer) et Opus Ribcage (Ribspreader) ainsi que le jouissif Dreadful Pleasures (Revolting). L'hyperactif discutera sur la toile en 2008 avec le fameux américain Kam Lee (Massacre) pour fonder un groupe « on-line » mélangeant habilement influences de Floride et de Stockholm dans l'esprit des années 90. Rejoints par Ronnie Björnström (Ribspreader) à la guitare et Morgan Lie (Nagflar) à la batterie, Bone Gnawer signera chez Pulverised Records pour sortir son premier album Feast Of Flesh.

« Horror Death Metal » diront-ils, l'étiquette me semble tout à fait justifiée. Bone Gnawer joue à fond sa carte de la thématique de films gore/horreurs cultes (ou des pires nanars kitsch de séries Z si vous voulez). Les aficionados trouveront de nombreuses références dans les paroles jouissives ainsi que les samples éparpillés et seront en extases devant leur page Myspace (tout simplement énormissime de mauvais goût). Le décor planté par une intro « porcine », c'est une petite-demi heure de death metal façon old school et groovy à la moelle qui devrait faire bouger ta crinière te tenant horriblement chaud en ces temps caniculaires. Impossible de ne pas taper du pied sur au moins un passage de chaque titre (je défie quiconque de pas réagir face à un « Sliced & Diced », un « Cannibal Cook-Out » ou un « Defleshed And Skinned » !). Le son se veut lourd et chaud, laissant la part belle à la très bonne rythmique du père Lie, bassiste de Naglfar dorénavant mais batteur d'origine (il a joué sur Vittra).

Il faut avouer que le timbre de voix si particulier de Kam Lee est tout de même aussi des plus prenants. Son chant varié (aigu comme grave) colle au poil à cette ambiance cradingue malgré quelques baisses de puissance corrigées de suite par ses acolytes (on retrouvera les poussées gutturales de Rogga) dont les invités Dopi (Machetazo) et Killjoy (Necrophagia). Les guitares sonnent quant à elles typiquement dans l'esprit grind/death des glorieuses années 90 (qui a dit Carcass ou Autopsy ?) avec une base très ancrée suédoise Entombienne/Gravienne (normal, les membres étant Suédois hormis Kam) même si on sent quelques saveurs en provenance de Tampa (Cannibal Corpse en tête). Une demi-heure qui suffira amplement, le soufflet commençant à retomber sur la fin (la musique demeurant assez primaire).

Projet sans prétention, Bone Gnawer et Feast Of Flesh sont les camarades parfaits pour s'éclater la nuque le temps d'une petite demi-heure. L'atmosphère horreur/gore de second degré est parfaitement retranscrite et rajoute un cachet non négligeable à un album qui aurait pu se fondre dans la masse des « revivals » death. Allez on y retourne : « Cannibal Cook-Out !».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
06/02/2010 12:31
note: 7/10
Bien meilleur que Ribspreader et The Grotesquery (des solis, enfin!) m'enfin bon, on en fait quand même vite le tour.
Seb57 citer
Seb57
14/11/2009 15:31
note: 8/10
Genial cet album, du bon death bien gore !!
Niktareum citer
Niktareum
02/07/2009 14:26
note: 7.5/10
En effet ça m'a l'air bien saignant à souhait tout ça! Headbang
Mitch citer
Mitch
01/07/2009 22:55
note: 7.5/10
Nikta, Chris, Scum, Keyser, ça pourrait vous plaire ! Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bone Gnawer
Death Metal
2009 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  7.5/10
Webzines : (18)  7.07/10

plus d'infos sur
Bone Gnawer
Bone Gnawer
Death Metal - 2001 † 2015 - Suède / Etats-Unis
  

tracklist
01.   Feast of Flesh
02.   Sliced and Diced
03.   Cannibal Cookout
04.   Make You Die Slowly
05.   Hammer to the Skull
06.   The Saw is Family
07.   Hatchet Face
08.   Defleshed and Skinned
09.   Anthropophagus Beast
10.   The Lucky Ones Die First

line up
parution
5 Juin 2009

Essayez aussi
Oraculum
Oraculum
Always Higher (EP)

2017 - Invictus Productions
  
Demigod
Demigod
Slumber Of Sullen Eyes

1992 - Drowned Productions
  
Comecon
Comecon
Megatrends in Brutality

1992 - Century Media Records
  
Graveyard
Graveyard
Hold Back The Dawn

2019 - War Anthem Records
  
Embrional
Embrional
The Devil Inside

2015 - Old Temple
  

Paradise Lost
Shades of God
Lire la chronique
Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique