chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
162 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Superjoint Ritual - Use Once And Destroy

Chronique

Superjoint Ritual Use Once And Destroy
Formé au début des années 90 par Phil Anselmo (PANTERA, DOWN), Joe Fazzio (ZZ TOP) et Jimmy Bower (EYEHATEGOD, DOWN, CROWBAR), SUPERJOINT RITUAL aura mis le temps pour accoucher d'un premier full length, et c'est sans doute sa plus grande force. Composé de titres enfantés entre 1989 et 1997 (pour une sortie tardive donc, en 2002), « Use Once And Destroy », qui porte bien mal son titre – et eut été bien plus approprié en lieu et place d'un « Lethal Dose Of American Hatred » fort décevant – est un album d'une rare intensité, produit par Dave Fortman aux Balance Studios, au tracklisting très dense et dont le contenu on ne peut plus brutal reste difficile à cerner. Ses membres revendiquant l'influence de groupes aussi divers que VOIVOD, BLACK FLAG, RIGHTEOUS PIGS et CELTIC FROST, ceux qui ont survécu à la déflagration brandiront faute de mieux la bannière sludge au dessus des décombres, SUPERJOINT RITUAL – appelation tirée des paroles d'un morceau de DARKTHRONE, « The Pagan Winter » - tirant sa force métallique de racines thrash, hardcore ou stoner, entre autres joyeusetés. L'étiquettage variera donc grandement selon les sources mais par contre, soyez sûr d'une chose : tous se rejoindront sur la quantité d'aspirine nécessaire pour se remettre d'une torgnole pareille.

Complété par Hank William III – petit fils d'un grand patron de la country, Hank William – et le bassiste/guitariste Kevin Bond, qui relaie Phil Anselmo à la guitare sur scène, SUPERJOINT RITUAL, passé un instrumental introductif dans la frande tradition des amuse-gueules façon S.O.D. (“Oblivious Maximus”, avec son petit air de “March Of The S.O.D.”), ne plaisante plus, mais alors plus du tout. Lourdeur sudiste et attaque frontale dès l'entame de “It Takes No Guts”, qui voit Anselmo vomir à plein poumons une série de paroles affreuses sur l'inceste, le frontman de PANTERA piochant bien plus dans le registre d'écorché vif de “The Great Southern Trendkill” que dans le lyrisme heavy metal de “Cowboys From Hell”! Conjuguant avec aisance tempos enlevé proches du thrash et parties pesantes au fumet sludge âcre et nauséabond, “Use Once And Destroy” ferre le client avec du stoner bien gras presque abordable pour le cajun de passage, si ce n'était les vociférations extrêmes d'un Phil en état second (“Fuck Your Enemy” et ses leads furtives en fin de parcours). Mais c'est pour mieux charger la mule avec un “4 Songs” qui s'impose comme la première véritable épreuve de force pour un auditeur saoulé de coups dès l'entame d'un combat en quatre rounds, la bête de somme SUPERJOINT redoublant d'effort pour anéantir la résistance à 1:57 à grand renfort de double pédale meurtrière. Des paroles ô combien explicites – you never looked better, dead and gone – aux changements de rythmes incessants susceptibles de faire baisser votre garde avant l'avalanche de gnons à 3:54, rien ne vous sera épargné 6:18 mn durant, le final étant bien évidemment d'une violence quasi insoutenable, entre ralentissements malsains frôlants la démence passagère et traditionnels coups de boutoir. A l'adresse de ceux qui n'auraient pas encore jeté l'éponge, SUPERJOINT drainera vos dernières forces en feignant l'accalmie, le temps d'un passage vaguement bruitiste au démarrage d'un “All Of Our Lives Will Get Tried” où les hurlements d'Anselmo commencent sérieusement à virer à l'atroce, aussi bien pour le consommateur régulier que pour le non initié. Pire encore sans doute, la torpeur initiale d'un “Messages” en trompe l'oeil ou passé 38 secondes de répit, la batterie de Joe Fazzio viendra piétiner les pauvres hères ayant échoué aux portes du ranch ou fini leur course dans la fosse à purin. Mourir noyé dans la fange, c'est un peu le sentiment que procure “Use Once And Destroy”, une épreuve de force sans Ben Shockley ni autobus blindé pour forcer les barrages adressés par cinq forcenés de la cause métallique, pour qui le mot concession restera un terme étranger, et à jamais.

Outre une série d'accélérations vengeresses absolument irrésistibles pour tout amateur de violence gratuite qui se respecte (“Antifaith” et son démarrage en sourdine avant passage à tabac de rigueur, “Creepy Crawl” et ses riffs rugueux qui vous prennent aux tripes), on trouve sur ce premier full length une poignée de titres accessibles aux frontières de l'humainement acceptable comme “Ozena”, où la lourdeur l'emporte de justesse sur la vitesse d'exécution, ou encore le formidable title track, “Superjoint Ritual”, construit sur une série de ralentissements terrifiants (à l'image des lignes de chant, de la folie pure) conduisant à un changement de rythme maladif terriblement jouissif à 4:09. ALICE IN CHAINS violé par SOILENT GREEN? Il y a un peu de ça et si “Use Once And Destroy” capitalise sur un fond de jeu plus thrash/hardcore que typiquement death metal, nul besoin de blasts pour enfanter dans la douleur (deux ans d'enregistrement) ce qui restera comme un des albums de metal les plus extrêmes, tous genres confondus. Une expérience unique malheureusement amenée à le rester, des dissensions internes et un deuxième album expédié à la va vite ayant ensuite raison dès 2004 de l'aventure SUPERJOINT RITUAL.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
18/03/2015 20:34
note: 9.5/10
Ouaip, belle coquille effectivement. J'avais du recopier bêtement wikipedia sur ce coup là ... ou bien j'étais encore bourré de la veille Clin d'oeil
damienc citer
damienc
16/03/2015 17:15
Joe Fazzio de ZZ top ???
ahahaha

N'oublions dans ce cas que Jimmy Bower a joué avec Chuck Berry.
A ses touts débuts.
Keyser citer
Keyser
16/08/2009 15:58
Un bien bon album effectivement, très sale, mais je crois pas que je lui aurais mis une telle note, 8.5/10 maxi sans doute. Faudrait que je le réécoute parce que ça fait des années qu'il n'a pas tourné dans mon lecteur. Ah sinon j'aime bien aussi le 2ème album (l'est moins bon que le 1er je te l'accorde).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Superjoint Ritual
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (3)  8.5/10
Webzines : (10)  7.07/10

plus d'infos sur
Superjoint Ritual
Superjoint Ritual
Sludge - 1993 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Oblivious Maximus
02.  It Takes No Guts
03.  Everyone Hates Everyone
04.  The Introvert
05.  The Alcoholik
06.  F**k Your Enemy
07.  4 Songs
08.  Messages
09.  All Of Our Lives Will Get Tried
10.  Antifaith
11.  Ozena
12.  Drug Your Love
13.  Haunted Hated
14.  Stupid, Stupid Man
15.  Creepy Crawl
16.  Superjoint Ritual
17.  Starvation Trip (demo)
18.  Little H (demo)

Durée : 54:25

line up
Essayez aussi
Grief
Grief
...And Man Will Become the Hunted

2000 - Pessimiser Records
  
Meth Drinker
Meth Drinker
Discography (Compil.)

2020 - Throne Records
  
Grief
Grief
Dismal (Compil.)

1993 - Common Cause
  
Fistula
Fistula
Idiopathic

2003 - Shifty Records
  
Bädr Vogu
Bädr Vogu
Exitium

2012 - Memento Mori
  

Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nefarious Dusk
The Wanderer of the Cold North
Lire la chronique