chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
37 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Waco Jesus - Sex Drugs & Deathmetal

Chronique

Waco Jesus Sex Drugs & Deathmetal
S'il y a un album qui m'a surpris cette année, c'est bien le nouveau Waco Jesus, Sex Drugs & Deathmetal. J'ai toujours considéré les machos scatophiles de Chicago comme un groupe de seconde zone, bien fun de temps en temps mais quand même vachement limité. Leurs deux premiers opus, The Destruction Of Commercial Scum et Filth, sympatoches, faisaient dans le death/grind de garage. Petite révolution en 2006 avec Receptive When Beaten qui marquait une évolution plus death metal, presque plus "sérieuse" (bah oui ça reste du Waco Jesus quand même!). Ce Sex Drugs & Deathmetal, sorti comme le précédent sur le propre label du groupe Waco Productions, continue dans cette nouvelle direction mais sans la production exécrable de son grand frère.

Parce que oui, pour la première fois de son histoire qui remonte quand même à 1994, Waco Jesus bénéficie d'une très bonne production, puissante et équilibrée. Le groupe perd peut-être de son caractère underground/garage/grind/punk que les fans de la première heure doivent regretter mais moi ça me va très bien. Plus sérieux alors les Waco Jesus? Oui et non. La pochette aussi soft que celle de Receptive When Beaten le laisse penser en tout cas. Le combo de l'Illinois a disons mis de l'eau dans son vin ou plutôt de la bière dans sa vodka. Fini les artworks dégueulasses pleins de caca ou d'excroissances purulentes mais on garde cet univers de machos avec des filles à moitié à poil. Terminé ou presque aussi les paroles mysogynes à mort. Jetez un oeil au livret: les Américains continuent de déconner mais c'est clairement devenu plus soft.

Plus mature surtout, comme les compositions, plus longues (entre 3 et 4 minutes), plus variées et plus travaillées. La formation s'émancipe et semble vouloir sortir de cet égout putride dans lequel elle a pataugé depuis le début. N'allez pas croire toutefois que Waco Jesus soit devenu propre sous tout rapport. Son death metal reste brutal, hargneux, salement groovy, relativement simple et toujours affublé de la voix pas vraiment gutturale mais bien incompréhensible de Diamond Shane. Très entraînant, dynamique et plutôt rapide avec pas mal de riffs thrashy ("Evil Force", "Down In Flames", "Straight From The Slums", "Losing My Mind"), l'opus collecte les points d'efficacité dont il double le nombre par quelques accélérations blastées jouissives bien placées et exécutées ("Evil Force", "Down In Flames", "Nothing In Common With Us", "Straight From The Slums", "The Undisputed Always Denied"...). On a même le droit à des essais de gravity-blasts assez réussis ("Evil Force"). Techniquement, Waco Jesus est désormais bien plus en place et l'effet s'en fait clairement ressentir.

Malgré les gros progrès réalisés par Waco Jesus sur ce nouvel opus, Sex Drugs & Deathmetal n'a pas encore tout à fait la carrure pour se frayer un chemin jusqu'aux premières places. Si les Américains viennent d'être promus, il faudra encore batailler ferme pour viser plus haut. Vu les efforts consentis, Sex Drugs & Deathmetal reste en tout cas une excellente surprise qui fait remonter Waco Jesus dans mon estime après l'essai avorté Receptive When Beaten. Ca promet pour la suite!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Matthieu citer
Matthieu
28/08/2009 22:23
J'ai découvert ce nouvel opus chez un pote en Allemagne avec un breton aussi con que chauvin qui était tellement bourré qu'il a pissé sur le mur du salon du dit pote teuton. Bref j'ai été surpris dans le bon sens par cet opus même si je reste un fan des premiers, j'ai moins aimé le breton qui sort pour la première fois de France et qui pisse sur le mur de notre hôte!
citer
..::Ju::..
28/08/2009 10:53
Héhé, c'est marrant, moi c'est un peu l'inverse de toi : j'adorais leur DeathGrind bas du front, mais super efficace ; et là, j'ai justement été déçu de leur 'évolution' plus Death et moins Catchy...

Bon, c'est sur que l'imagerie (et les jaquettes) 'Pipi/Caca' n'étaient pas au top du raffinement... Mais musicalement, j'accroche vraiment à leurs deux premiers opus, relativement basiques je le conçois, mais super groovy, efficaces et avec une bonne dose de Bourrin. Un peu comme Foetopsy, en moins Grind et moins bon.
Donc forcément, là ce "Sex Drugs & Deathmetal" (qui porte bien son nom...) m'a plutôt déçu.

Mais bon, je trouve ça marrant que cette évolution, qui justement te plait et te fait remonter ce groupe dans ton estime, provoque le cheminement inverse pour moi : déception et baisse dans mon estime..... Gros sourire
Pas grave, je resterais sur les deux premiers... Il en faut pour tous les goûts...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Waco Jesus
Death Metal
2009 - Waco Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (3)  6.83/10

plus d'infos sur
Waco Jesus
Waco Jesus
Death/Grind - 1994 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   I Live For This Shit
02.   Evil Force
03.   Down In Flames
04.   Nothing In Common With Us
05.   Straight From The Slums
06.   The Undisputed Always Denied
07.   Losing My Mind
08.   Sex Drugs And Deathmetal

Durée : 28'48

line up
parution
1 Janvier 2009

voir aussi
Waco Jesus
Waco Jesus
The Destruction Of Commercial Scum

1999 - United Guttural Records
  
Waco Jesus
Waco Jesus
Mayhem Doctrine

2013 - Sevared Records
  

Essayez aussi
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Those Once Loyal

2005 - Metal Blade Records
  
Deathcult
Deathcult
Pleading For Death... Choking On Life (EP)

2014 - Me Saco Un Ojo Records
  
Obliteration
Obliteration
Black Death Horizon

2013 - Indie Recordings
  
Obscure Infinity
Obscure Infinity
Dawn Of Winter

2010 - Obscure Domain Productions
  
Infernal Torment
Infernal Torment
Birthrate Zero

1998 - Progress Records
  

Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique