chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
78 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Carcass - Swansong

Chronique

Carcass Swansong
1994: Pantera se cogne au plafond du Billboard américain avec « Far Beyond Driven ». En un clin d'œil, le vacarme pour grosses brutasses décérébrées qu'était il y a encore peu le metal dit extrême se voit promu au rang de style musical « bankable », en même temps que le chevelu qui sent la bière accède enfin au titre envié de portefeuille sur pattes, comme toute ménagère de plus de 40 ans qui se respecte. Tels des requins blancs alléchés par les émanations menstruelles de touristes allemandes s'ébattant dans les flots californiens, les majors s'en vinrent alors reluquer avec gourmandise le catalogue des « gros » labels metal indépendants. Et il se trouve que justement, un an plus tôt, la bande à Walker a sorti chez Earache un « Heartwork » bien sous tous rapports, abrasif, léché, puissant, mélodique et qui fit un carton aussi bien parmi les rangs de la critique spécialisée qu'auprès du public. Quoi de mieux, pour ces traders en music business qui brassent la production artistique mondiale comme d'autres jonglent avec les flux de capitaux, que ce groupe respecté, au CV plus qu'impressionnant, abordant sereinement la pente ascendante d'une processus de maturation artistique à la direction pleinement assumée? Et tchac, le squale Columbia happe le groupe d'un puissant coup de mâchoire accompagné de l'habituel lâcher de paillettes aveuglantes … Puis finit par recracher la carcasse de sa victime un an plus tard, la mode, le Strat Plan et les critères d'obtention des primes sur objectifs de ces messieurs de la major ayant changé… C'est donc un groupe désabusé et fragilisé par des tensions internes qui s'en retourne en 1996 dans le giron earachien pour livrer au sens propre comme on sens figuré son chant du cygne (… traduction française littérale de « Swansong », pour les réfractaires à l'hangliche).

Impression immédiate quand le cygne se met à chanter à travers nos enceintes: le groupe a une fois de plus réussi sa nouvelle mue, en évoluant cette fois vers des rivages plus rock'n'roll et aérés, tout en conservant cette patte immédiatement reconnaissable. L'évolution nouvelle – qu'elle ait été subie, suggérée ou voulue – va clairement dans le sens d'une plus grande accessibilité et de l'accroissement corollaire de son potentiel commercial. Mais là où le premier Metallica venu se gonfle les lèvres et les nib's au botox et enfile une jupe rase-touffe pour aller faire des passes sur MTV, le groupe réussit l'exploit grand écart-esque consistant à devenir plus présentable, plus rock, plus abordable sans pour autant devenir lisse. Bien au contraire, bien qu'ayant laissé au placard ses plus gros calibres, Carcass reste cette petite teigne inquiétante qui te griffe au visage, te plante sa lame entre les côtes et te laisse sur un ricanement pisser ton sang en te demandant comment ce big rock/metal ronflant peut bien avoir autant de points communs avec le plus evil et retors des death metal. Bref: Carcass joue à présent ce qui s'apparente à du bon vieux rock craspouille, tape exclusivement dans des tempos allant du mid au gluant, simplifie ses structures … Mais reste Carcass, quasiment sans perdre une once de personnalité (en même temps je parle là aux amateurs de « Necroticism » et de « Heartwork », le grind étant quand même bien loin derrière dorénavant…). Sur le papier, tout cela semble aussi crédible que l'annonce du succès artistique de Christine Boutin interprétant le rôle d'une bombe sexuelle dans Basic Instinct 3, on est d'accord … Et pourtant c'est vrai!

Et pour une fois, l'étiquette « Rot'n'Roll » accolée à cet album n'est pas uniquement le fruit d'un brainstorming entre créatifs à cravates vert pomme et gel dans les tifs. Non: l'appellation est tout particulièrement appropriée, le rock de papa se voyant ici avantageusement agrémenté du fiel vocal de Mr Walker, de l'abrasivité des guitares de Bill Steer et Carlos Regadas, ainsi que de ce sens du mordant et du groove pernicieux propre au groupe. Carcass réussit à faire d'un metal fortement teinté de rock une arme fatale, à l'image du para qui transforme la petite cuillère de son dernier né en une redoutable machine à énucléer. Mais revenons au concret en jetant une oreille attentive à la musique proposée: continuant sur la lancée de « Heartwork », de ce son puissant (Colin Richardson is in da house), de cette mise en avant des mélodies (Noooon … Mike Amott n'a vraiment pas apporté sa touche Arch Enemyenne à l'album, vous êtes sûrs?) et d'une relative simplification de la structure des morceaux, le groupe rockifie sa démarche, abandonne les schémas classiques de la batterie metal (on croirait entendre du tambourin à 0:39 sur « Keep On Rotting in the Free World »! Et ces poc poc à 2:15 sur « R**k the Vote » … on dirait le Cathedral Woodstockisant de « The Ethereal Mirror »!) et met toute sa science de composition au service de l'écriture de tubes aussi vicieusement accrocheurs que viscéralement teigneux. A l'exception d'un « Cross My Heart » un poil trop peu combatif et d'un « Go to Hell » un peu trop téléphoné pour constituer la fin parfaite, l'album ne contient que de bons gros hits, parmi lesquels « Black Star » fait office de premier de la classe avec ce groove rampant et infectieux aussi décontracté qu'il est mortel, les attaques acides de Jeff côtoyant de purs moments de décontraction made in 70's, tel cet accès d'euphorie hippie à 1:15. Au titre des réussites, il faut aussi mentionner la formidable entreprise d'écrasement de masse qu'est « Don't Believe a Word » qui voit le groupe embourber l'auditeur en plein marécage sonore avant d'aller lui masser les tempes à coups de rouleau compresseur. Les nostalgiques de la période où les britanniques vidangeaient les viscères au scalpel ne sont pas non plus complètement délaissés, de nombreux flash backs ayant été consciencieusement disséminés de par les morceaux (cf. la mélodie rampante à 1:49 sur « Keep On Rotting In The Free World », la coulée baveuse à 0:54 sur « Tomorrow Belongs To Nobody » ou encore l'arrosage systématique à l'artillerie lourde tout du long de « Polarized »). Pour les amateurs de soli, le groupe propose également de quoi se rassasier sur la quasi totalité des morceaux, la moitié de ceux-ci offrant même deux prestations successives, le tout dans une teinte forcément plus roots qu'auparavant, mais en conservant un haut potentiel euphorisant. Et toujours ces moments de grâce Carcassiens, le temps d'une mosh part pesante et dévastatrice à 1:57 sur un « Child's Play » rampant mais groovy en diable, ou sur ces montées mélodiques grandioses qui illuminent pas 3 fois « Room 101 » et se voient au final agrémentées d'un clavier aussi discret que judicieux. A noter aussi un « R**k The Vote » très « back to Heartwork's roots » développant une approche plus melodeath/thrash'n'roll que la tonalité générale de l'album.

Même si, comme à chacun de leurs changements de cap (autrement dit à chaque nouvelle sortie d'album), Carcass s'est fait vertement critiqué par certains à la sortie de « Swansong », il est difficile de ne pas être épaté par la constante qualité et l'excellence dans la composition dont le groupe continue de faire preuve ici. Conservant intacte leur patte par delà les ralentissements de tempo et le cambouis maculant leur toute nouvelle blouse rock (ouarf), Carcass propose avec cet album le plus fabuleux – et donc, pour les fans transis, le plus amer – adieu qu'il était possible d'espérer, ajoutant au passage une pierre conséquente (une pierre de taille quoi) au mur sans cesse plus solide et élevé de l'extrême metal'n'roll de qualité (aux côtés de Phazm, Entombed, Blood Duster ou encore Massacra sur « Sick »).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

16 COMMENTAIRE(S)

Momos citer
Momos
06/11/2013 00:20
pete bondurant a écrit : on veut symphonies of sickness !!!

pouark swansong

(le lourd)

je crois qu'on a compris, oui
Invité citer
pete bondurant
05/11/2013 23:26
on veut symphonies of sickness !!!

pouark swansong

(le lourd)
Invité citer
LANGOUSTE
22/08/2013 13:27
Un album magnifique à classer aux côtés de Necroticism et Heartwork. Je ne me lasserai jamais de Keep on Rottin in the Free World !
tasserholf citer
tasserholf
11/04/2012 13:57
note: 8.5/10
Premier CD de Carcass, très bon même si après j'ai préféré leur période grind.
Un groove immense, des riffs entraînants, pour la petite histoire c'était l'album que je mettais en tondant la pelouse chez les parents gamin.
Que de souvenirs Moqueur
Invité citer
NarMattaru
25/03/2012 15:34
Premier disque de Carcass que j'ai eu, une put*** de révélation pour moi!
NORDDD citer
NORDDD
04/01/2011 16:14
note: 8.5/10
La suite du grand "Hearwork" ! Le black album de Carcass !
hurgh citer
hurgh
03/10/2009 10:52
note: 8/10
L'album m'a déçu à sa sortie, trop rock et trop mid tempo, mais les écoutes successives m'ont finalement fait l'adorer. Il est dommage de passer à côté de ce disque très fluide et très inspiré, bourré de subtilités mélodiques. Une bonne façon de conclure une discographie atypique...
Niktareum citer
Niktareum
25/09/2009 23:02
Chris a écrit : Autant j'écoute Heartwork régulièrement, autant celui là ne m'a jamais tenté..les chroniques que j'avais lu à l'époque n'étaient pas aussi élogieuses que celle ci, à croire qu'il faut que je tente malgré tout l'expérience..
Un peu pareil pour moi.
korbendallas citer
korbendallas
25/09/2009 19:03
note: 8.5/10
Très bonne kro !
Cet album est excellent, après la claque "Heartwork", ils ont encore fait évolué leur style ! Très rock 'n roll tout en gardant la touche Carcass ! D'ailleurs l' album de Blackstar qui à suivi est dans la même lignée !
Comme le dit TJ, il y a un petit quelque chose qui me fait penser au Megadeth de "Countdown to extinction" ...
cglaume citer
cglaume
25/09/2009 10:00
note: 8.5/10
Chris a écrit : Autant j'écoute Heartwork régulièrement, autant celui là ne m'a jamais tenté..les chroniques que j'avais lu à l'époque n'étaient pas aussi élogieuses que celle ci, à croire qu'il faut que je tente malgré tout l'expérience..

Ouais ouais, tente. D'autant plus que de mémoire tu aimes bien le death/rock graisseux Entombed-ien ...
Chri$ citer
Chri$
25/09/2009 08:25
Autant j'écoute Heartwork régulièrement, autant celui là ne m'a jamais tenté..les chroniques que j'avais lu à l'époque n'étaient pas aussi élogieuses que celle ci, à croire qu'il faut que je tente malgré tout l'expérience..
citer
jfkool
24/09/2009 18:44
Oui, un album autant tubesque que Heartwork! Oui, un detah metal avec effectivement du tambourin et d clavier (un zeste). Incomparable !!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
24/09/2009 16:47
note: 7.5/10
J'ai bien aimé cet album à sa sortie, même s'il m'a fallu encaisser l'absence totale de passages rapides. Pas forcément évident vu mon goût prononcé pour la chose brutale mais le groupe, qui a perdu gros en lâchant Amott et s'est fait essorer par une major pour finir à l'agonie en 1996, s'en tire franchement bien sur le plan musical. Les riffs sont majoritairement très bons et font souvent penser à du Megadeth 90's. Et effectivement, "Don't Believe A Word" est un petit bijou.
cglaume citer
cglaume
24/09/2009 14:20
note: 8.5/10
greg a écrit : franchement... superbe kro

Merci, ça fait toujours plaisir ! Sourire
citer
greg
24/09/2009 13:03
franchement... superbe kro
TheMat citer
TheMat
24/09/2009 12:00
note: 9/10
D'accord en tout point de vue avec la chronique : un album énorme, bourré de tubes, les dieux de l'arpège qui tue! (raaaaahhhhh tomorrow belongs to nobody, un des meilleurs breaks mélodiques de tout les temps!)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Carcass
Rot'n'roll
1996 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (24)  7.85/10
Webzines : (9)  7.39/10

plus d'infos sur
Carcass
Carcass
Death Metal Mélodique - 1986 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Keep On Rotting In The Free World  (03:42)
02.   Tomorrow Belongs To Nobody  (04:17)
03.   Black Star  (03:29)
04.   Cross My Heart  (03:33)
05.   Childs Play  (05:43)
06.   Room 101  (04:35)
07.   Polarized  (04:02)
08.   Generation Hexed  (03:48)
09.   Firm Hand  (05:22)
10.   R**k The Vote  (03:53)
11.   Don't Believe A Word  (03:57)
12.   Go To Hell  (03:24)

Durée : 49:45

line up
voir aussi
Carcass
Carcass
Necroticism
(Descanting the Insalubrious)

1991 - Earache Records
  
Carcass
Carcass
Wake Up And Smell The... Carcass (Compil.)

1996 - Earache Records
  
Carcass
Carcass
Heartwork

1993 - Earache Records
  
Carcass
Carcass
Surgical Steel

2013 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Phazm
Phazm
Cornerstone Of The Macabre

2008 - Osmose Productions
  
Hearse
Hearse
In These Veins

2007 - Dental Records
  
Motörhead
Motörhead
Orgasmatron

1986 - Gwr Records
  
Como Muertos
Como Muertos
Cronica Del Dolor

2010 - Autoproduction
  
Mucupurulent
Mucupurulent
Bloodstained Blues

2006 - Morbid Records
  

Horrendous
Idol
Lire la chronique
Prezir
As Rats Devour Lions
Lire la chronique
FINIS OMNIVM pour l'EP "Cercle"
Lire l'interview
Tribulation
Down Below
Lire la chronique
Totenmesse
To
Lire la chronique
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique