chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
92 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Carcass - Wake Up And Smell The... Carcass

Chronique

Carcass Wake Up And Smell The... Carcass (Compil.)
Au même titre que la compilation éponyme qui marquait la fin de parcours des suisses de CORONER, « Wake Up And Smell The ... Carcass » mérite d'être considéré comme un album à part entière, et peut être plus encore que « Coroner » eut égard à la qualité/rareté des titres réunis sous la bannière ensanglantée du label Earache. Exauçant les voeux d'un Jeff Walker totalement désabusé lors de la campagne de promotion du mort né « Swansong », la légendaire écurie anglaise ramasse les restes de son poulain promis à l'équarrissage par Sony : outre une exhumation en règle de vieilleries uniquement disponibles sur d'obscures compilations d'époque, le gros morceau de « Wake Up And Smell » réside dans la présence de cinq inédits provenant des sessions d'enregistrement de « Swansong ». Chutes de studio? L'expression revêt ici un caractère presque insultant car au moins quatre d'entre eux (« I Told You So (Corporate Rock Really Does Suck) » est en deçà du reste) tiennent la trachée haute aux douze extraits constituant le chant du cygne d'un des rares groupes à avoir une carrière sans taches. Et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir mis la main à la rate sur les gorissimes « Reek Of Putrefaction » et « Symphonies Of Sickness »!

Les « Edge Of Darkness », « Blood Spattered Banner », « Emotional Flatline » et autres « Ever Increasing Circles » n'ont donc rien à envier à leur devancières et surpassent en qualité pure des titres un peu légers comme « Generation Hexed », « R**k The Vote » ou « Keep On Rotting In The Free World ». La recette, identique, consiste donc à placardiser blasts et tempos rapides ayant largement nourri le genre death mélodique au profit d'une bonne dose de That Seventies Song(Bill Steer ne jurait que par LED ZEPPELIN à l'époque et formera par la suite le groupe de speed rock FIREBIRD), les râles inimitables de Jeff Walker et la patte riffesque de Bill Steer rattachant ce CARCASS plus apaisé aux anciennes productions. Une mention particulière à ceux, très entraînants, de « Emotional Flatline » ou le sensationnel Ken Owen règne en maître (alternance jouissive de tambourin et de double pédale) et aux riffs syncopés, affutés avec amour, de l'excellente « Ever Increasing Circles » (avec une merveille d'arpège à 2:07 entre deux leads groovy à souhait). Dans une veine similaire mais plus brutale, on trouve deux extraits issus de l'EP « Heartwork » qui eux aussi donnent dans le mid tempo à tendance rock n' roll ; plus massives et croustillantes et forcément plus jouissives pour les aficionados d' « Heartwork » qui reste inégalable à mes yeux. Une « This Is Your Life » efficace donc (la prod monstrueuse de l'ami Colin suffit à faire frémir le bâtonnet) mais surtout l'hymne « Rot n' Roll », un irrésistible appel au headbanging dont on se demande encore comment il a pu être écarté au moment d'établir la tracklist. Moins affriolantes mais inédites toutefois, les effluves live de quatre titres enregistrés lors du Radio 1 Rock Show Session (BBC) qui voient le groupe enchaîner le début de « Rupture In Purulence » avec la plus radio friendly « No Love Lost ». Plaisant, mais un peu anecdotique.

Mais, me direz vous, et le gras dans tout ça? Car CARCASS ne serait plus CARCASS si « Wake Up And Smell » avait fait l'impasse sur les abominations death/grind qui ont fait sa renommée et c'est avec un plaisir non dissimulé que l'on trouve deux extraits de la compilation « Pathological » (1989) où le groupe offre une suite malsaine et pesante à « Genital Grinder » avant de faire péter du cartilage sur la grassouillette « Hepatic Tissue Fermentation » (remise au goût du jour avec Michael Amott sur l'EP « Tools Of The Trade ») ou le temps d'une version purulente de « Exhume To Consume ». Du CARCASS première heure, toutes sécrétions gutturales et émanations abdominales dehors, qui sert encore et toujours de mètre étalon pour une cause gore-grind dont il est le génital grinder. Plus tranchants et maîtrisés enfin (Michael Amott oblige), les trois extraits de « Tools Of The Trade », qui introduisent un CARCASS toujours assez direct mais dont les véléités mélodiques et la mue walkerienne annoncent les changements à venir sur le plus progressif « Necroticism – Descanting The Insalubrious ». Soit au final une bonne heure et quart de bonus material de qualité supérieure, assorti d'un historique assez complet du groupe et de sympathiques photos dans le livret. Indispensable pour les fans du combo anglais, il va sans dire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
22/12/2009 08:10
note: 4/5
Merci pour la précision Carcharoth!
citer
Carcharoth
21/12/2009 18:21
Les prises video-live sont présentes sur la réédition de ce Wake up (au format CD/DVD donc). Y figure notamment le Live at London Astoria de 92 où le groupe avait joué une set-list de tueurs. Voyez un peu le carnage :

01. Inpropagation
02. Corporal Jigsore Quandary
03. Reek of Putrefaction
04. Pedigree Butchery
05. Incarnated Solvent Abuse
06. Carneous Cacoffiny
07. Lavaging Expectorate of Lysergide Composition
08. Exhume to Consume
09. Tools of the Trade
10. Ruptured in Purulence

Bref, Wake up est désormais essentiel pour tout fan de Carcass. Merci earache! ^^
von_yaourt citer
von_yaourt
30/09/2009 15:57
note: 3/5
Mon magnétoscope étant en rade depuis l'invention du DVD, ça fait des années que je ne l'ai pas regardé, mais de mémoire je dirais qu'il y a tous les clips du groupe et une pléthore de morceaux live de l'époque Necroticism.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
30/09/2009 15:23
note: 4/5
Je suis passé à côté de cette vidéo à l'époque. Y a quoi dessus exactement?
von_yaourt citer
von_yaourt
30/09/2009 12:52
note: 3/5
Je serais d'accord avec toi si cette chronique était pour la VHS qui est absolument excellente, mais personnellement ce cd m'a déçu. Il y a franchement peu de choses intéressantes pour qui comme moi n'aime que la période death metal du groupe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Carcass
Grind/Death rock
1996 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (5)  3.7/5
Webzines : (3)  4/5

plus d'infos sur
Carcass
Carcass
Death Metal Mélodique - 1986 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.  Edge Of Darkness
02.  Emotional Flatline
03.  Ever Increasing Circles
04.  Blood Spattered Banner
05.  Told You So (Corporate Rock Really Does Suck)
06.  Buried Dreams (live)
07.  No Love Lost (live)
08.  Rot N' Roll (live)
09.  Edge Of Darkness (live)
10.  This Is Your Live
11.  Rot N' Roll
12.  Tools Of The Trade
13.  Pyosisified (Still Rotten To The Gore)
14.  Hepatic Tissue Fermentation II
15.  Genital Grinder II
16.  Hepatic Tissue Fermentation
17.  Exhume To Consume

Durée : 75:52

line up
voir aussi
Carcass
Carcass
Surgical Steel

2013 - Nuclear Blast Records
  
Carcass
Carcass
Swansong

1996 - Earache Records
  
Carcass
Carcass
Necroticism
(Descanting the Insalubrious)

1991 - Earache Records
  
Carcass
Carcass
Heartwork

1993 - Earache Records
  

Essayez aussi
Blood Duster
Blood Duster
Lyden Na

2007 - Obscene Productions
  
Zubrowska
Zubrowska
The Canister (EP)

2012 - Bollocks Records
  
Zubrowska
Zubrowska
Zubrowska Are Dead

2010 - Bollocks Records
  

Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique
Drawn And Quartered
The One Who Lurks
Lire la chronique
Wastes
Into the Void of Human Vacuity
Lire la chronique
Beyond Creation
Algorythm
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 19 - L'autel Païen
Lire le podcast
Norrhem
Vaienneet voittajat
Lire la chronique