chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
146 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Kathaarsys - Anonymous Ballad

Chronique

Kathaarsys Anonymous Ballad
Avec une précision quasi métronomique, KATHAARSYS fait son retour dans les bacs, 2 ans après son second album - « Verses In Vain » - qui avait vu le groupe s'émanciper quelques peu de ses influences premières pour se forger sa propre identité musicale. Fortement inspirés à leurs débuts par le black-metal d'Ulver (l'album « Bergtatt » notamment), les espagnols ont accentué encore plus les passages death brutaux, les sonorités progressives et les parties de guitare acoustique faisant de « Verses In Vain » l'album le plus dense, le plus chaotique et donc le plus difficile à assimiler de leur discographie.

Sans véritablement changer de décor, son successeur - « Anonymous Ballad » - montre cependant KATHAARSYS sous un autre jour. Certes, le changement n'est pas radical et, dès les première notes de Part one – Thoughts about worthless things and the future (un titre à faire pâlir d'envie Bal Sagoth), les habitués reconnaîtront sans peine le style très caractéristique du trio. L'alternance chant clair aérien, vocaux black-metal rugueux et growls bien graves est ainsi toujours de mise. Quant aux structures des morceaux, elles demeurent complexes, les changements d'atmosphères étant, comme à l'accoutumé, très nombreux chez KATHAARSYS. Néanmoins, « Anonymous Ballad » se révèle très vite beaucoup plus digeste que « Verses In Vain ».

Première explication plausible : là où « Verses In Vain » comptabilisait 5 titres pour un total de 86 minutes de musique (nécessitant au passage 2 CDs pour contenir la bête), la tracklist de « Anonymous Ballad » comprend autant de morceaux pour « seulement » 40 minutes. Titres plus courts d'où assimilation plus facile, pas besoin d'avoir fait Polytechnique pour comprendre cela. Il faut dire aussi que cet album a été, en quelque sorte, enregistré dans l'urgence, un producteur argentin leur ayant offert l'opportunité d'immortaliser le matériel dont ils disposaient alors dans un studio de qualité (les Addax Records Studios à La Nave de Oseberg où Tarja Turunen et Fabio Lione ont notamment enregistré leurs albums solos) lors de leur tournée en Amérique du Sud. Ainsi, « Anonymous Ballad » est donc le premier album de KATHAARSYS pour lequel les compos n'étaient pas intégralement achevées avant d'entrer en studio (le groupe possédait seulement 50% du matériel pour un nouvel album). Fort heureusement, ce caractère d'urgence n'a selon moi aucunement altéré la qualité de la musique de KATHAARSYS. Au contraire, elle semble lui avoir été profitable car elle a permis (de mon point de vue) d'insuffler plus de spontanéité et de fraîcheur aux compositions.

Ainsi, hormis Part three – The advent of madness, composition la plus complexe du disque qui n'aurait pas dépareillé sur « Verses In Vain », les autres morceaux sonnent relativement fluides et aériens. Un sentiment que ne retranscrit pas du tout la magnifique pochette de l'album (une nouvelle fois signée Kris Verwimp) dont il se dégage une atmosphère poisseuse et suffocante. En revanche, la production, plus claire et plus propre que sur les deux précédents albums aide certainement à se forger se sentiment de fluidité. De ce fait, Part one – Thoughts about worthless things and the future et Part two – Sadness and Hopelessness passent donc comme une lettre à la Poste malgré leur caractère progressif très prononcé (qui pourra cependant se révéler être un frein pour certains) tout comme le superbe Part five – Darkness pour lequel le groupe a réalisé un clip (assez étrange je dois dire) disponible sur la galette en plage media. Seul Part four – No guide nécessitera plus d'attention de la part de l'auditeur. Il faudra en effet gratter derrière cette croûte doom des première minutes (qui, si elle a le mérite d'être très heavy, sonne néanmoins un peu trop « déjà-entendu ») pour dénicher toute la beauté et la mélancolie qui se dégage de ce titre grâce à l'apport d'arpèges et de soli très aériens (les amateurs du Nostalgiaplatz de Novembre adoreront) dans le final du morceau.

Alors certes, je me dois de modérer un peu mon propos. Si « Anonymous Ballad » me paraît plus facile à assimiler que ses prédécesseurs, c'est probablement car la musique de KATHAARSYS m'est familière depuis presque 3 ans maintenant. Pour les metalleux peu habitués aux sonorités dark-black progressives, un temps d'adaptation et plusieurs écoutes seront certainement nécessaires pour apprécier cet album. Les amateurs d'Opeth ou d'Ulver auront quant à eux plus de facilité à se plonger dans l'univers musical des espagnols. Au delà de l'aspect un peu repoussant de la longueur et de la complexité des morceaux (domaines dans lesquels le trio a fait preuve d'un peu plus de retenue sur ce disque), KATHAARSYS propose à l'heure actuelle une des musiques les plus riches en atmosphères qu'il m'ait été donné d'écouter depuis bien longtemps. Il serait donc dommage de passer à côté de cette formation talentueuse, d'autant plus que, semblant avoir trouvé leur voie musicale propre, les espagnols annoncent un quatrième album tout aussi prometteur pour 2010.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

citer
Seb`.
04/10/2009 10:39
La chanson "No Guide" est simplement magnifique..

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kathaarsys
Dark-Black progressif
2009 - Silent Tree
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines : (2)  7.45/10

plus d'infos sur
Kathaarsys
Kathaarsys
Dark-Black progressif - 2002 - Espagne
  

tracklist
01.   Part one - Thoughts about worthless things and the future
02.   Part two - Sadness and hopelessness
03.   Part three - The advent of madness
04.   Part four - No guide
05.   Part five - Darkness

Durée : 39'50

line up
parution
16 Mars 2009

voir aussi
Kathaarsys
Kathaarsys
Portrait Of Wind And Sorrow

2005 - Autoproduction
  

PPCM #12 - Deux pour le prix d'un ? EQUIPOISE et CONTRARIAN !
Lire le podcast
Frozen Soul
Encased In Ice (Démo)
Lire la chronique
Mavorim
Heimkehr (Démo)
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Siege Of The Profane Europe Tour 2019
Atavisma + Defeated Sanity ...
Lire le live report
Sordide
Hier Déjà Mort
Lire la chronique
Dirge
Elysian Magnetic Fields
Lire la chronique
The Devil's Blood
Come Reap (EP)
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
Gruzja
I Iść Dalej
Lire la chronique
Heaume Mortal
Solstices
Lire la chronique
Disburial
Dawn Of Ancient Horrors (EP)
Lire la chronique
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
PPCM #11 - Necrophagia ? Mais non, NECROPHAGIST !!
Lire le podcast
Faceless Burial
Multiversal Abattoir (EP)
Lire la chronique
Cult Leader
A Patient Man
Lire la chronique
Insane Apollyon
Insane Apollyon (Compil.)
Lire la chronique
Faceless Burial
Grotesque Miscreation
Lire la chronique
Blodhemn
Mot Ein Evig Ruin
Lire la chronique
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Warfist
Grünberger
Lire la chronique
Dødsfall
Døden skal ikke vente
Lire la chronique
Internal Bleeding
Corrupting Influence
Lire la chronique
Contrarian
Their Worm Never Dies
Lire la chronique
Cirith Ungol
Witch's Game (Single)
Lire la chronique
Dead Witches
The Final Exorcism
Lire la chronique
Arkona
Khram
Lire la chronique
Soreption
Monument Of The End
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique
Gutless
Mass Extinction (EP)
Lire la chronique