chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
112 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Freak Kitchen - Organic

Chronique

Freak Kitchen Organic
Ouais, je sais. Guitar heroic pop and funky metal, énoncé de cette manière, ça ne donne pas forcément envie. Mais quand on sait que le trio suédois dit pratiquer du heavy-pop-rock-latin-world-jazz-avant-garde-metal-blues, tout de suite, ça passe mieux! Et si les partisans de l'étiquetage à la louche sortiront une pancarte fusion toujours salutaire dans le cadre d'un fourre tout metallique se jouant des catégories thrasho professionnelles (comme l'ultra guttural brutal slammachin chose dont je ne me lasse jamais), tout l'art de FREAK KITCHEN réside dans l'agencement de genres à priori peu solubles dans le metal pur et dur, le groupe ayant pris le parti de proposer une musique accessible (à force d'encaisser des growls, j'avais perdu l'habitude de comprendre les paroles) où refrains instantanément mémorisables et rythmiques catchy se taillent la part du lion. Capitalisant sur le grain de folie d'un Mattias "IA" Eklundh jamais à court de riffs inventifs ou de délires lead virtuoses (STEVE VAI sous acides, pour faire court), toute la difficulté pour FREAK KITCHEN réside dans le dosage, trop de refrains sucrés ou d'élucubrations guitaristiques risquant à tout moment de déséquilibrer des compos visant avant tout l'efficacité maximale.

Sur ce terrain là, « Move » (2002), l'album précédent, était inattaquable. Une véritable u-zine (RIP) à tubes comme on dit, boostée par une production massive qui transformait chaque hit potentiel en rouleau compresseur pop baignant dans l'acier trempé. Trois ans plus tard, on prend les mêmes et on recommence? Oui et non. Car si le line-up mark II est resté le même (Björn Fryklund et Christer Örtefors n'ont rejoint le groupe qu'en 2001, respectivement à la batterie et à la basse), « Organic », s'il applique plus ou moins la même recette, est bien moins immédiat qu'un « Move » irrésistible dès la première écoute. Pour être honnête, il s'en est même fallu de peu que je ne laisse « Organic » prendre prématurément la poussière sur une étagère tant ma première impression fut mitigée, voire négative. Ce peu, c'est le titre « Becky », de loin le meilleur extrait de l'album malgré une poignée de très bons titres dans la première partie de programme. Comme à son habitude, FREAK KITCHEN prend plaisir à brouiller les cartes en couplant une musique plus ou moins légère à des thèmes nettement moins fendards sur le papier, « Becky » narrant le courage d'une jeune femme cernée par une bande de racistes notoires, du frérot au petit ami, en passant par de merveilleux parents pour qui un bon nègre est un nègre mort! Une opposition de « valeurs » que l'on retrouve sur le plan instrumental, le pré-chorus martelé au hachoir laissant la place à un superbe refrain sublimé par une nappe de je-ne-sais-quoi (claviers? Cornemuse? Hautbois? Ma surdité me perdra) qui fait toute la différence. « Becky » n'est donc plus seulement la copine de Tom Sawyer perdue dans les grottes avec Joe l'indien, mais aussi une petite merveille de chanson où FREAK KITCHEN déploie l'intégralité de sa palette technique (passages acoustiques doux amers, harmonies de double chant, riffs plombés et solo affriolant en prime). Alors certes, « Becky » n'est pas la plus dansante du lot, loin de là, mais au regard de l'infinie tristesse de « Breathe » (magnifique ballade, soit dit en passant, sans doute inspirée par la disparition du frère de Christer Örtefors), c'est kermesse!

Non, pour retrouver une partie de l'énergie déployée sur « Move », c'est au démarrage que ça se passe. Pénalisés de prime abord par une production plus rock, plus mordante (mais on s'y fait vite), « Speak When Spoken To » et « Look Bored » permettent de renouer avec un FREAK KITCHEN enjoué et sautillant, faisant la différence sur les breaks (du chant féminin à 2:00 sur « Speak When Spoken To », suivi d'un caméo de Ron Thal) et sur l'adjonction de sonorités inhabituelles sur « The Rights To You », à leur place vu les prestations clownesques du freak cordiste Mattias "IA" Eklundh. Jamais démonstratif ou hors sujet, toujours soucieux de l'équilibre des morceaux, “IA” est une nouvelle fois l'attraction principale sur “Organic” et en dépit de leur caractère original, voire branque, chacune de ses interventions apporte une forte plus value à l'ensemble. Bien que moins définitives qu'une « Propaganda Pie » ou une « Nobody's Laughing », les quatres premières salves restent donc très satisfaisantes. Ça se gâte un peu par la suite avec « Mussolini Mind », plombé par un refrain indigeste, mais FREAK KITCHEN, à la relance avec « Guilt Trip » et donc la fameuse « Becky », semble quand même être en mesure d'assurer un quasi sans faute. Las, l'aspect pop l'emporte trop largement sur l'enchaînement « Independent Way Of Life » / « Heal Me » / « Infidelity Ghost » / « Sob Story » pour permettrent à « Organic » de tenir vraiment la distance. D'autant que si Mattias est toujours impeccable derrière le micro, je n'en dirai pas autant de son comparse Ortefors sur "The Infidelity Ghost". Un final en queue de poisson donc, défaut dont souffrait également « Dead Soulmen » (2001), qui ramène « Organic » au rang de simple bon album : si l'on en croit la théorie de l'alternance, « Land Of The Freaks », dont la sortie est prévue pour novembre, devrait donc casser la barraque et délivrer un flot discontinu de hits maison, taillés sur mesure pour parer à la pluie, au froid et au retour de Tournez Manèges avec Cauet. On croise les doigts.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
20/01/2011 13:31
note: 7.5/10
Leur côté pop ne me dérange pas, bien au contraire. Quitte à sortir du thrash et du death, j'aime autant aller franchement vers la différence. Sinon "Spanking Hour" a effectivement très bonne réputation, j'essaierai de le choper. Vu en live l'hiver dernier, pas été déçu!
armageddon200 citer
armageddon200
20/01/2011 11:26
note: 7/10
Thomas Johansson a écrit : "Move" est effectivement excellent, je le chroniquerai à l'occasion. Par contre "Dead Soul Men", je le trouve assez passable, hormis les quatre premiers titres.
dead Soul men est tendence pop, de plus, de tous les Cds la voix est vraiment pop, mais je te conseille de le réécouter car il est vraiment riche (niveau zik). C'est le 1er que j'ai eu de FK et passé la barrière de la voix, musicalement ça envoie! si tu peux trouver Spanking Hour, pour moi c'est le top: fait assez rare pour etre remarquer sur un CD: y'a pas une chanson que j'aime pas!
Move est excellent il est dans la ligne de Spanking Hour mais en plus moderne... Mais bon, Organic se laisse bien écouter aussi...
A l'occasion va les voie en concert: ENORME!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
17/01/2011 08:37
note: 7.5/10
"Move" est effectivement excellent, je le chroniquerai à l'occasion. Par contre "Dead Soul Men", je le trouve assez passable, hormis les quatre premiers titres.
armageddon200 citer
armageddon200
17/01/2011 00:04
note: 7/10
Bon ben voilà, j'annonce de suite la couleur: Gros fan de FREAK KITCHEN!!!!
J'ai tous les CDs et meme les albums du sieur Eklund... bref Organic n'est pas le mieux mais c'est peut-etre le plus commercial... Je résume: un ratteux classé dans les 10 meilleurs gratteux de tous les temps (c'est pas moi qui le dit, mais quand vous écouterez, vous comprendrez) une voix pop (faut s'y faire) et dex compos "bizarre"... c'est hyper recherché et excellent et en plus c'est "fun"... moi je conseille "Spanking Hour", "dead Soul men" et "move" comme album à écouter
NightSoul citer
NightSoul
09/10/2009 16:15
note: 7/10
De rien, de rien!! Hâte de voir le reste de la disco ici en attendant le nouvel album!
Dildo From Hell! Yeah Baby!
xD
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
09/10/2009 08:00
note: 7.5/10
Ok, merci pour tes précisions! Et "Dead Soulmen" est bien groovy en effet, j'aime bien le passage gospel dont tu parles.
NightSoul citer
NightSoul
08/10/2009 20:07
note: 7/10
"Appetizer" est vachement orienté Hard Rock mais reste du "Freak Kitchen". Y a de la tuerie avec "See You in Pittsburg" entre autres. Eklhundh a une voix un peu plus "heavy" on va dire.
"Spanking Hour" est sûrement mon préféré! Metal/rock avec plein d'influences divers ( jazz, funk) et vraiment accrocheurs! y a que des tueries dessus! Taste My Fist quoi!!!!
L'éponyme est vachement orienté pop/rock mais y a deux trois titres qui valent le détour tout de même.
"Dead Soul Men" est très metal groovy ( y a même une chanteuse Gospel à un moment sur le titre éponyme).

Y a aussi une compil' de rareté intitulé "Junk tooth" avec par exemple "Forgive me I am swedish" xD
Voilà Sourire

Ah oui et sinon, ce groupe est ABSOLUMENT à voir en live!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
08/10/2009 15:15
note: 7.5/10
NightSoul a écrit : Pas leur meilleur mais un bon album et j'attends le nouveau de pied ferme!
Sob Story est excellent Gros sourire


Toi qui a l'air de bien connaître le groupe, leurs trois premiers albums, ils valent quoi?
NightSoul citer
NightSoul
07/10/2009 18:13
note: 7/10
Pas leur meilleur mais un bon album et j'attends le nouveau de pied ferme!
Sob Story est excellent Gros sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Freak Kitchen
Guitar heroic pop and funky metal
2005 - Replica Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines : (11)  7.17/10

plus d'infos sur
Freak Kitchen
Freak Kitchen
Guitar heroic pop and funky metal - 1992 - Suède
  

vidéos
Speak When Spoken To
Speak When Spoken To
Freak Kitchen

Extrait de "Organic"
  

tracklist
01.  Speak When Spoken To
02.  The Rights To You
03.  Look Bored
04.  Chest Pain Waltz
05.  Mussolini Mind
06.  Guilt Trip
07.  Becky
08.  Independent Way Of Life
09.  Heal Me
10.  Infidelity Ghost
11.  Sob Story
12.  Breathe

Durée : 45:48

line up
voir aussi
Freak Kitchen
Freak Kitchen
Land Of The Freaks

2009 - Roadrunner Records
  

Sulphur Aeon
The Scythe of Cosmic Chaos
Lire la chronique
Strigoii
The Oldest of Blood
Lire la chronique
Hwwauoch
Hwwauoch
Lire la chronique
Deicide
Overtures Of Blasphemy
Lire la chronique
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Dirge
Lost Empyrean
Lire la chronique
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique