chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Strapping Young Lad - Alien

Chronique

Strapping Young Lad Alien
STRAPPING YOUNG LAD ayant achevé sa course effrénée avec un "The New Black" vigoureux mais quelque peu frustrant (au delà du fait que le groupe n'a pas tourné pour défendre cette ultime livraison), on peut, en jetant un rapide coup d'oeil dans le retro, diviser la carrière des canadiens en deux périodes bien distinctes. Bien aidés par le hiatus de six années séparant "City" de l'album éponyme qui marquait leur retour au affaires en 2003, on rangera donc d'un côté l'excessif "Heavy As A Really Heavy Thing" et l'équivalent musical de Hiroshima (fallait voir la tronche de ceux qui ont pris "City" de plein fouet en 1997, moi le premier!), les trois albums suivants – je mets volontairement de côté le live "No Sleep Till Bedtime" sorti en 1998 – pâtissant quoi qu'on en dise d'une forte propension de Townsend à la dispersion, l'animal gérant de front la carrière de SYL et ses multiples efforts solo, quitte à passer du coq à l'âne en studio et à brûler la chandelle par les deux bouts.

L'amoureux sylien de la première heure que je suis a donc fortement tiqué en découvrant un "Alien" aux contours mélodiques pas si étrangers que ça pour qui a suivi en détail la carrière solo du canadien. Ce sagouin de Townsend aurait donc coupé notre tord boyaux SYL favori à la flotte DTB, rabaissant ce quatrième album studio au niveau d'un "Physicist" avec lequel il ne partage pas que le line-up? Oui et non. Oui car Devin, dont la patte inimitable ramène inévitablement ses camarades de jeu - malgré leur impressionnant pedigree - au rang de sparring partners, ose l'impensable en intercalant un slow apaisant ("Two Weeks") entre deux parpinades plus traditionnelles. Une pointe de spleen héritée de "Ocean Machine" ou "Terria" qui fait se demander si ce barge de canadien fait encore la moindre différence entre chacun de ses projets, la brutalité de l'ensemble ne masquant pas ici d'évidentes percées émancipatrices sur "Possessions" : choeurs féminins appuyés à 1:14, claviers martiaux déjà croisés sur "Infinity" ou "Terria" rivalisant en puissance avec le mur du son érigé par la section rythmique et samples de gosses terrorisés appelant papa maman (sûrement pour faire cesser pareil vacarme), il y a ici largement de quoi faire la filiation avec un DEVIN TOWNSEND BAND empiétant quelque peu sur le territoire purement volcanique de SYL, caractérisé par les rythmiques explosives de Gene Hoglan/Byron Stroud/Jed Simon et les sautes d'humeur incontrôlables de son bouillonnant leader.

Non car la caractéristique principale de STRAPPING YOUNG LAD, l'intensité, est on ne peut plus présente et que ce quatrième full length surclasse haut la main le bien pâle "Physicist", d'assez loin l'album le plus faible du canadien avec "Accelerated Evolution". On peut encore s'en apercevoir sur "Thalamus", ce sont surtout les nombreuses couches de claviers qui prêtent à confusion ici, d'autant que lorsque Townsend le schizophrène lâche les chevaux sur ses productions les plus aériennes, la frontière entre SYL et son univers musical ô combien unique n'est plus aussi nette qu'à ses débuts, de "Ocean Machine" à "Terria" en passant par "Infinity". Voilà pour les griefs, surtout valables au premier abord car une fois passée la déception de ne pas voir la foudre frapper une deuxième fois au même endroit, "Alien" reste un très bon album de SYL, peut être le meilleur de la deuxième ère sylienne. Le démarrage foudroyant déjà, entretient le fol espoir de trouver un digne successeur à "City", l'album éponyme ne m'ayant que moyennement convaincu lors de sa sortie deux ans plus tôt. Fini l'aridité des compositions de "SYL" et le relatif manque de flambe de titres comme “Rape Song” ou “Last Minute”: l'espace de trois titres magiques et monstrueusement jouissifs, nous voilà à nouveau projetés dans une mer de riffs démontée comme aux plus belles heures d'un "Home Nucleonics" ou "Underneath The Waves". Le couple infernal "Imperial/Skeksis" a tôt fait de nous mettre la tête à 20000 lieues sous les mers lorsque survient la tempête des cinquante ans "Shitstorm", authentique déferlante qui aurait littéralement englouti Bodhi (RIP Patrick Swayze), sa planche de surf et sa belle gueule mais aussi Johnny Utah, sa plaque du FBI et son genou en kit en détruisant tout sur son passage. Devin et ses sbires ont bouffé un lion qui lui même aurait dévoré sa portée et annoncent la couleur dès l'entame :

We have returned
Forever's invention
The two became one
Till we collide
Two worlds collide
Till we collide ... oh ...
Further ... further ... FURTHER!!!


Ce sera donc SYL meets DTB à fond les ballons et sans retour en arrière possible, les lignes de chant cajoleuses sur “Skeksis” contrastant avec les grognements, vociférations et hurlements en tous genres d'un Townsend constament au bord de la rupture d'anévrisme, même lorsque le tempo ralentit quelque peu sur une “Shine” harassante de pesanteur. Saoûlé de coups et de cris, les chantres de l'anéantissement par le son salueront la présence de nombreuses couches de claviers sur les titres les plus furibards du lot, qui participent du retour en force d'un SYL versant à nouveau dans l'hystérie la plus complète sur l'incroyable “Shitstorm”, Gene Hoglan se surpassant ici dans l'art de la démolition à la double pédale. Rebelote sur une “We Ride” sous métamphétamines qui voit s'abattre sur l'auditeur déboussolé par tant de violence gratuite une pluie diluvienne de leads avant l'avalanche finale d'une “Zen” qui porte on ne peut plus mal son nom. Alors bien sûr, "Alien" est moins bien structuré que "SYL", les titres s'enchaînent parfois au détriment de toute logique et tous ne sont pas inoubliables loin de là ("Love?" et "Thalamus" en tête de gondole) mais fort d'une énergie retrouvée et de pas mal de fulgurances, surtout sur les morceaux rapides, "Alien" mérite bien mieux qu'une écoute distraite sous prétexte de consanguinité avancée avec le DEVIN TOWNSEND BAND. Sur le podium des meilleures productions du groupe, derrière les intouchables "City" et "Heavy As A Really Heavy Thing".

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Mitch citer
Mitch
19/11/2009 10:09
cglaume a écrit : Non, ce n'est pas par DanSwanö-idolatreire à la Mitch, mais parce que ce gars est ce qui se rapproche le plus d'un génie musical dans le metal aujourd'hui ...


Hé ho c'est pas vrai ! Mr Green
Swanö n'est pas un génie mais reste l'un des pionniers du metal suédois (en tant que producteur). Hail
cglaume citer
cglaume
19/11/2009 09:52
note: 8.5/10
Thomas Johansson a écrit : Ceci dit une question : y a-t-il seulement une production du père Townsend que tu trouves ne serait-ce que moyenne? J'ai un peu l'impression que tu dis amen à tout ce que nous sert Devin, je me trompe? (ceci dit sans animosité aucune, je trouve pas l'émoticone "clin d'oeil" là)

Je ne me suis pas astiqué tant que ça le kiki sur "Ki", donc n'exagérons pas non plus, je ne suis pas un pur ultra. "Accelerated Evolution" je te dirai ça en 2010 (il arrive en haut de ma pile), et je n'ai pas écouté les SYL jugés moins bons par la presse (SYL, The New Black ...), ni "The Hummer". Et puisnon, je ne dirai pas amen, c'est trop connoté ... Sourire
M'enfin en gros, j'aime (voire j'adore) quasiment tout ce que j'ai écouté du père Devin, c'est vrai ... et à raison!!!! :P Non, ce n'est pas par DanSwanö-idolâtrerie à la Mitch, mais parce que ce gars est ce qui se rapproche le plus d'un génie musical dans le metal aujourd'hui ...
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
19/11/2009 08:08
note: 8/10
cglaume a écrit : [quote]rabaissant ce quatrième album studio au niveau d'un "Physicist"

1er avertissement et carton jaune Mr TJ pour parler avec autant de dédain de Physicist !!!!!

Citation : tous ne sont pas inoubliables loin de là ("Love?" …

La limite est ici franchie, et de loin !! Carton rouge!!! "Love?" était pour moi le hit single de 2005 !!! C'est décidé, plus de chronique à 2 du sieur Townsend avec ce mécréant de Thomas !!! Mr Green[/quote]

Je l'avais déjà dit que je l'aimais pas "Love" hein? Fait pas ton surpris. Concernant "Physicist" j'avais adoré aux premières écoutes mais maintenant je le trouve bien fade et ne le réécoute quasiment jamais. Ceci dit une question : y a-t-il seulement une production du père Townsend que tu trouves ne serait-ce que moyenne? J'ai un peu l'impression que tu dis amen à tout ce que nous sert Devin, je me trompe? (ceci dit sans animosité aucune, je trouve pas l'émoticone "clin d'oeil" là)
cglaume citer
cglaume
18/11/2009 23:34
note: 8.5/10
Citation : rabaissant ce quatrième album studio au niveau d'un "Physicist"

1er avertissement et carton jaune Mr TJ pour parler avec autant de dédain de Physicist !!!!!

Citation : tous ne sont pas inoubliables loin de là ("Love?" …

La limite est ici franchie, et de loin !! Carton rouge!!! "Love?" était pour moi le hit single de 2005 !!! C'est décidé, plus de chronique à 2 du sieur Townsend avec ce mécréant de Thomas !!! Mr Green
citer
jfkool
13/11/2009 23:46
Je trouve que cet album n'apporte rien à l'entité SYL. Devin Townsend le dit aussi.
Je ne retrouve ni la furie ni la p^^eche des 2 premiers et du live In Austria (le meilleur live de metal de tous les temps !!!)
Caacrinolas citer
Caacrinolas
13/11/2009 12:12
note: 8/10
Cet album tue, comme tout le reste de la disco...va falloir que je pense à passer un coup de fil a Devin pour lui demander de refaire une tournée.
citer
(ancien membre)
13/11/2009 10:34
Ouais mais même ce remastering n'apporte pas grand chose.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
12/11/2009 18:29
note: 8/10
Merci à tous pour vos commentaires. Le problème de "Heavy A ..." c'est la prod mais je crois qu'il a été remasterisé il y a peu.
citer
(ancien membre)
12/11/2009 14:11
HAARHT est loin d'être intouchable... Je lui préfère laaargement l'éponyme.
LostSon citer
LostSon
11/11/2009 17:49
note: 8.5/10
Je ne trouve pas de points faibles dans la disco du groupe, unique en son genre.
Cet album ne déroge pas, il est très bon, mentions spéciales aux titres Shitstorm et Skeksis, jouissifs !
La chro tape juste (sauf sur la note, ca vaut au moins 8,5 pour moi !)
Mon préféré derrière City, et avec Heavy as a really heavy thing, tout simplement \../
Un groupe qui aurait mérité plus de succès que celui de faire les premières parties d'autres groupes...
donvar citer
donvar
11/11/2009 15:51
note: 8/10
Un grand défouloir, et les paroles sont tout aussi barges!
Quant au jeu de batterie de Gene Hoglan...impressionant...
Bref du bon SYL même si pas le meilleur comme le dit cette bonne chronique du tennisman.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Strapping Young Lad
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (17)  8.56/10
Webzines : (26)  8.19/10

plus d'infos sur
Strapping Young Lad
Strapping Young Lad
Metal Townsendien - 1994 † 2007 - Canada
  

écoutez
tracklist
01.  Imperial
02.  Skeksis
03.  Shitstorm
04.  Love?
05.  Shine
06.  We Ride
07.  Possessions
08.  Two Weeks
09.  Thalamus
10.  Zen

Durée : 54:55

line up
voir aussi
Strapping Young Lad
Strapping Young Lad
City

1997 - Century Media Records
  
Strapping Young Lad
Strapping Young Lad
The New Black

2006 - Century Media Records
  
Strapping Young Lad
Strapping Young Lad
Strapping Young Lad

2003 - Century Media Records
  

Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique