chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
133 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Disarmonia Mundi - The Isolation Game

Chronique

Disarmonia Mundi The Isolation Game
Envoûté par les chaudes mélodies méditerranéennes d'Ettore Rigotti et nostalgique de l'époque pré-Figure Number Five du bien aimé Björn Strid (la déception Soilwork actuelle), c'est avec un plaisir certain que le retour des maîtres du death mélodique italien, à savoir Disarmonia Mundi. Surtout lorsque le groupe en question ne donne presque aucun signe de vie pendant trois ans si ce n'est sur son forum. Il faudra attendre la réédition (chronique à venir) de leur premier opus progressif Nebularium agrémenté d'un EP The Restless Memoirs (chutes de studio) en juin dernier pour entendre reparler de nos latins. Compilation marquant le nouveau label de Disarmonia Mundi, le récent et modeste Coroner Records. La fine équipe reste la même pour ce quatrième album The Isolation Game. Ettore le pilier « homme orchestre » au chant clair, guitare, basse, batterie, clavier et à la production (rien que ça !), Claudio pour les hurlements ainsi que pour les paroles et enfin la star « Speed » Strid pour le chant en tout genre (clair, hurlé et guttural).

Disarmonia Mundi ne remerciera jamais assez Björn Strid. La présence du Suédois depuis 2004 aura permis de faire un tremplin énorme à la musique des Italiens, le talent musical d'Ettore suivant. Depuis leur troisième opus Mind Tricks, Björn se mit moins en avant, laissant plus de place au chant d'Ettore et Claudio. Pour The Isolation Game Speed n'est plus un membre permanent et n'apparaît ici qu'en tant que « guest vocals ». Le grand gaillard au timbre aisément reconnaissable (notamment dans les modulations gutturales) « n'appuyant » que sur certains morceaux les hurlements puissants de Claudio (le tube « Stepchild Of Laceration » par exemple). Concernant le chant clair d'Ettore, le bonhomme lancera quelques envolées bluffantes (larguant même celles de Björn) et cela sans tomber dans le mielleux facile (« Building An Empire Of Dust » ou le titre final). Encore une fois les trois chants (sans compter Antony Hämäläinen de Nightrage qui fera une apparition) associés ou alternés donneront une énergie incommensurable à la musique de Disarmonia Mundi. Le son relativement puissant (sans Studio Fredman cette fois) du nouveau studio Ettore étant un soutien non négligeable.

« Energie » c'est bien le mot qui colle à la peau de Disarmonia Mundi. Ettore proposera un retour de la pêche de Fragments Of D-Generation couplée aux forts accents mélodiques de Mind Tricks. Même si on reste dans la mouvance « death mélodique next gen » (Soilwork, Scar Symmetry, Marionette, Raunchy…), Disarmonia Mundi ne tombe jamais dans la soupe FM et ira gommer les quelques aspects assez faciles de son aîné par un travail de composition larguant ses camarades de jeu. Les arrangements vocaux, au niveau des riffs ou des nappes de clavier surchargeront chaque titre à la mélodie ou refrain attaquant directement vos esgourdes (l'enchaînement « Stepchild Of Laceration » / titre éponyme en tête). On notera d'ailleurs la présence d'un autre Nightrage, le jeune « guitar-hero » d'Olof Mörck, offrant son doigté prodige sur quelques titres (ah ce « Losing Ground » !).Taillé pour vous coller à la tête dès la première écoute, The Isolation Game n'échappera pas à l'inévitable essoufflement. Malgré quelques titres à placer parmi les plus « rentre dedans » de la bande (« Digging The Grave Of Silence »), la fin d'album commencera à pencher. Les interludes acoustiques n'apportant rien à la chose.

Mixture entre l'impact d'un Fragments Of D-Generation et les subtilités d'un Mind Tricks, Disarmonia Mundi nous sort une nouvelle fois un death mélodique rafraîchissant des plus efficaces. Evidemment aucune prise de risque des Italiens mais le boulot de composition démontre qu'Ettore ne se fiche pas de l'auditeur. Accrocheur et bien ficelé, c'est bien tout ce qu'on demande à Disarmonia Mundi. Nul doute qu'une telle recette sur le prochain opus fonctionnera encore !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
18/12/2009 18:29
note: 8.5/10
Euh sinon ça tente toujours personne de chroniquer le dernier Lunarsea,"Route Code Selector", pour rester chez les ritals. A mon avis, la meilleure sortie melodeath (moderne) de l'an dernier!
http://www.myspace.com/lunarseaband

6 titres du dernier album sont dispo sur le myspace.
m.Kekchoz citer
m.Kekchoz
17/12/2009 21:35
J'ai trouvé cet album ultra chiant :/
NightSoul citer
NightSoul
17/12/2009 19:04
note: 8.5/10
Ah oui un autre détail : j'ai trouvé les leads beaucoup plus en retrait, ce qui n'est pas forcément un mal et en tendant l'oreille on se rend compte qu'il y a vraiment un gros travail entre les doubles leads sur les refrain comme le monstrueux Blacklight Rush!!!! Ou alors les mini-soli bien groovy sur les couplets comme le second couplet de Structural Wound.
Pour le chant clair, il est moins étouffé peut-être que sur les albums précédents mais il passe plutôt bien voire très bien même si certains passages comme le break de Building An Empire Of Dust font un peu bizarre...

Un album bien riche je trouve, le seul titre bof est à mon avis, Perdition Of Haze et son refrain mou du genou...
NightSoul citer
NightSoul
16/12/2009 18:22
note: 8.5/10
Chronique qui résume assez bien mon avis mais je serai un peu plus enthousiaste. Le groupe a gommé certaines facilités, le chant clair est moins systématique. On notera tout de même le titre éponyme avec à mon humble avis, l'une des meilleures prestations au chant clair de Bjorn Strid pour un titre ultra efficace, bien plus que "Celestial Furnace" ou " Red Cloud".
Les tittres sont beaucoup plus rentre-dedans comme le très At The Gates "Digging The Grave Of Silence" ou le hit " Stepchild Of Laceration".
Peut-être pas aussi bon que Fragment Of D-Generation mais meilleur que Mind Trick.
Et puis Disarmonia Mundi vient de foutre une grosse branlée à tous ces groupes melodeath next gen au goût pop acidulé écoeurant sus-cité par Mitch avec cet album et surclasse facilement les sorties melodeath moderne ( ou tout du moins, l'étiquette qu'on leur accorde...) de cette année sans sourciller!

Très bon album qui fout la patate!
Ce ne sera donc pas 9 mais un bon 8 amplement mérité Clin d'oeil
Par contre, la lassitude est sans doute le seul bémol qui pourrait obscurcir cet album.

P.S : mention spécial à la partie solo de "Loosing ground" vraiment énorme!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Disarmonia Mundi
Death mélodique next gen
2009 - Coroner Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (5)  7.3/10
Webzines : (27)  6.37/10

plus d'infos sur
Disarmonia Mundi
Disarmonia Mundi
Death mélodique moderne - 1999 - Italie
  

tracklist
01.   Cypher Drone
02.   Structural Wound
03.   Perdition Haze
04.   Building an Empire of Dust
05.   Stepchild of Laceration
06.   The Isolation Game
07.   Blacklight Rush
08.   Glimmer
09.   Ties That Bind
10.   Losing Ground
11.   Same Old Nails for a New Messiah
12.   Digging the Grave of Silence
13.   Beneath a Colder Sun

line up
parution
9 Décembre 2009

voir aussi
Disarmonia Mundi
Disarmonia Mundi
Cold Inferno

2015 - Coroner Records
  
Disarmonia Mundi
Disarmonia Mundi
Fragments Of D-Generation

2004 - Scarlet Records
  
Disarmonia Mundi
Disarmonia Mundi
Mind Tricks

2006 - Scarlet Records
  

Essayez aussi
Marionette
Marionette
Spite

2008 - Listenable Records
  
Marionette
Marionette
Enemies

2009 - Listenable Records
  

Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Hulder
Embraced By Darkness Mysts ...
Lire la chronique
Obsequiae
The Palms of Sorrowed Kings
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Nightfell
A Sanity Deranged
Lire la chronique
Enokhian
Perseverare Diabolicum (EP)
Lire la chronique