chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Testament - The New Order

Chronique

Testament The New Order
Un an à peine après la sortie de la table de loi « The Legacy », Testament s'en revient prêcher la bonne parole du thrash metal. Armés d'une inspiration galopante et d'une envie d'en découdre à toute épreuve, nos cinq jeunes américains (moins de 25 ans de moyenne d'âge) semblent bien décidés à enfoncer le clou et à se tirer la bourre avec ceux que l'on qualifiera un peu plus tard de big four. « The New Order » voit donc le jour en cette année 1988 qui a également enfanté d'autres références en la matière (à commencer par « ...And Justice For All » ou encore « South Of Heaven »). Sans vouloir comparer le deuxième effort des californiens à ces pierres angulaires dont il ne possède peut-être pas l'aura, il n'en reste pas moins que « The New Order » confirme aisément les espoirs suscités par « The Legacy » et place Testament comme outsider direct au carré magique. Au programme ici un thrash toujours aussi véloce et fougueux bien qu'un peu plus fignolé aux entournures, un bon nombre de classiques (« Trial by fire », « Into the pit », « Disciples of the watch », « The preacher »), une reprise étonnante (« Nobody's fault ») et un Skolnick qui pourrait presque faire pâlir son maître; le tout baigné d'une production encore une fois signée Alex Perialas qui, dans un élan de bonne volonté, a tourné un potard; c'était celui de la caisse claire.

La production, talon d'achille de l'album précédent, est donc bien meilleure (mis à part une caisse claire un poil trop gourmande) et ce n'est pas Greg Christian, dont les parties de basse sont particulièrement à l'honneur sur « Eerie Inhabitants » qui viendra s'en plaindre ! Un démarrage en douceur sur fond d'arpèges classieux qui tranche avec le démarrage pied au plancher de « Over The Wall » et confortera leurs détracteurs dans l'idée que Testament n'est guère qu'un piètre disciple de Metallica, piétinant sans vergogne les plates bandes du maître. Car restons lucide, malgré toute l'affection qu'on porte au groupe d'Eric Peterson, les similitudes parfois grossières avec l'arsenal rythmique des Four Horsemen peut parfois prêter à sourire – une orientation plus mid tempo, des refrains plus facilement mémorisables et profusion d'intro mélodiques typiquement heavy thrash 80's – mais pour ce qui est du manque de personnalité, la seule présence du virtuose Skolnick suffit à doter ce Testament là d'une aura toute particulière. Les américains l'ont bien compris et se reposent bien volontiers sur son seul talent, le peu de temps alloué entre la sortie de leur premier full length et l'enregistrement du toujours piégeux deuxième album les incitant à jouer la carte de l'instrumental – « Hypnosis » et « Musical Death (A Dirge) », de facture correcte sans plus – et de la cover (ici Aerosmith) pour combler le vide entre les indispensables « The Preacher », « Into The Pit » et « Disciples Of The Watch ».

Car s'il est vrai que « The New Order » se veut au final moins percutant que son prédécesseur, il n'en regorge pas moins de classiques absolus du groupe qui sont encore, 22 ans après sa sortie, régulièrement ressortis en live. Parmi ces classiques, j'avoue avoir un léger faible pour la tuerie « Trial by fire », son début tout en finesse, arpèges et solo mélodique, avant de retrouver un riff mid-tempo bien tranchant comme les californiens savent en faire et surtout ces refrains fédérateurs qui ont fait la marque de fabrique du groupe (« Hey! This is what the people say, a new way, a trial by fire! »). Dans le genre classique absolu « Into the pit » se pose également là: 2'46 de touka touka pied au plancher (excepté ce plan mid-tempo de 1'53 à 2'08), riff de boucher et ce refrain scandé qui enflamme encore aujourd'hui les foules. « Disciples of the watch » tire aussi son épingle du jeu essentiellement par son chorus mémorable: « Disciples of the watch, obey! Or I'll burn you to that cross! », mais aussi les lignes de basse de Greg Christian bien heureux de se rappeler au bon souvenir de l'auditeur. « The preacher » (titre d'ouverture du monstrueux live à Londres de 2005), ses hurlements de Chuck et son célèbre gimmick clôture cette série de classiques de Testament auxquels je pourrais facilement ajouter le titre éponyme, mid-tempo ravageur qui vaut lui aussi son pesant de cacahuètes, et même « Eerie inhabitants » qui ouvre « The New Order » de fort belle manière. Inutile de préciser que chacun d'entre eux se voit marqué du sceau Skolnick qui démontre sur cet album une maîtrise hallucinante (et que l'on faisait déjà plus que présager dès « The Legacy ») dans un style que je rapprocherais volontiers de Marty Friedman par certains aspects. Peu de déchets donc sur cet album qui offre à Testament une bonne réserve afin de piocher les titres qui composent leur setlist.

Une setlist qui fait la part belle aux standards mais passe régulièrement sous silence la pourtant très sympathique « A Day Of Reckoning », qui assure l'essentiel avant la conclusion instrumentale de rigueur. Oh bien sûr, ce titre mid tempo bonifié par une gentillette accélération finale n'émarge pas au rang d'indispensable mais rien que pour le refrain impeccable du grand Chuck (qui délaissera plus tard les cris suraigus pour un registre plus caverneux) et ses backing vocals appuyées – Day ! By Day ! – ce morceau vaut un peu plus que l'oubli dans lequel il a sombré ! Pour finir sur une note plus générale, tout juste reprochera-t-on à cet album sa production datée (mais « First Strike Still Deadly » est là pour y remédier) un certain manque d'intensité et quelques chutes de tension au regard d'un « The Legacy » bien plus porté sur la vitesse d'exécution, mais au fond, « The New Order » amorçait déjà le virage heavy thrash pris par Testament dès « Practice What You Preach », troisième full length du combo de la Bay Area qui voit la quasi disparition des passages rapides au profit d'une approche plus mainstream, plus rock qui ne sera pas du goût de tout le monde.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

crowysterik citer
crowysterik
16/09/2016 14:51
note: 8.5/10
Je découvre ce groupe assez mythique un peu sur le tard ! C'est un bien bel album, la ressemblance est flagrante avec nos amis de Metallica, c'est assez drôle sur certains passages. C'est vraiment du bon thrash limite heavy (comme c'est dit dans la chronique)avec des ballades et des solis de grande classe ! Il n'est pas spécialement rapide mais c'est un bonheur à écouter !!
the gloth citer
the gloth
25/08/2011 14:16
note: 9.5/10
Le meilleur Testament.
citer
Carcharoth
15/02/2010 15:20
Très bon album de Testament. Le groupe ralentit un peu la cadence par rapport au précédent opus mais The New Order est indissociable de The Legacy, ils représentent, à mes yeux, deux albums complémentaires et essentiels du Thrash. Il suffit de citer les titres devenus des classiques aujourd'hui pour s'en convaincre (la chro l'explique suffisamment ^^), auxquels j'ajouterais aussi, comme Nik et TJ, Eerie Inhabitants. D'ailleurs je préfére la version présente sur le Live at the Fillmore, qui, à l'instar d'un Apocalyptic City, est beaucoup plus puissante et mise en valeur (l'enchainement A Dirge/Eerie Inhabitants vaut son pesant de cacahuètes).
S'il ne devait, cependant, y avoir qu'un titre à retenir je dirais sans hésitation The PreeaaacheeeeeeEEEeer. A la fois l'un des titres les plus directs et subtils du groupe. Quelle merveille que cette intro suivie de ce rythme véloce mené par Peterson et bien aidé par la basse de Christian. Le solo de Skolnick est un fois de plus imparable avant la mise à mort finale sur la géniale rythmique.
Bref vive Testament !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Testament
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (15)  8.43/10
Webzines : (10)  7.9/10

plus d'infos sur
Testament
Testament
Thrash - 1987 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Eerie Inhabitants  (05:05)
02.   The New Order  (04:27)
03.   Trial By Fire  (04:15)
04.   Into The Pit  (02:46)
05.   Hypnosis  (03:04)
06.   Disciples Of The Watch  (05:07)
07.   The Preacher  (03:38)
08.   Nobody's Fault (Aerosmith Cover)  (03:55)
09.   A Day of Reckoning  (04:00)
10.   Musical Death (A Dirge)  (04:02)

Durée : 39:19

line up
parution
5 Mai 1988

voir aussi
Testament
Testament
The Ritual

1992 - Atlantic Records
  
Testament
Testament
The Formation Of Damnation

2008 - Nuclear Blast Records
  
Testament
Testament
First Strike Still Deadly (Compil.)

2001 - Spitfire Records
  
Testament
Testament
Souls Of Black

1990 - Megaforce Records / Atlantic Records
  
Testament
Testament
The Legacy

1987 - Megaforce Records / Atlantic Records
  

Essayez aussi
Kreator
Kreator
Renewal

1992 - Noise Records
  
Anthrax
Anthrax
Attack Of The Killer B's (Compil.)

1991 - Island Records
  
Target
Target
Master Project Genesis

1988 - Aaarrg Records
  
Töxik Death
Töxik Death
Sepulchral Demons

2020 - High Roller Records
  
Anthrax
Anthrax
Spreading The Disease

1985 - Island Records
  

Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique