chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
127 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abyssic Hate - Suicidal Emotions

Chronique

Abyssic Hate Suicidal Emotions
Avec déjà quelques noms en son sein, la scène du black métal dépressif semble s’agrandir de plus en plus chaque années. Déjà avec Forgotten Tomb, qui est désormais statut de groupe culte pour plusieurs, on savait que ce type de black métal pouvais redescendre la joie de vivre de n’importe quel individu à 10 sous zéro en quelque seconde à peine après avoir entendu les première notes d’un Disheartenement. Ensuite il y a Xasthur, qui même si celui-ci se veut plus underground peux tout de même se targuer (ou se reprocher, ça dépend de quel type d’humour on dispose) d’avoir fais couler beaucoup de sang…
Et puis voici que les suicidaires de cette année 2004 pourront enfin en finir avec Suicidal Emotions, œuvre d’un nouvel émergeant, j’ai nommé Abyssic Hate

Nouvel émergeant, oui. Nouvel arrivant, non. Car si la plupart des fans de la scène viennent seulement d’entendre parler de ce one-man band, la création de ce dernier remonte à 1993, à l’époque ou le black metal en australie était encore quasi inexistant… et voici que le nom d’Abyssic Hate remonte à la surface pour la première fois après onze années d’existence.

À la première écoute, la réaction immédiate est de tout de suite se demander si Shane Rout, auteur compositeur de Abyssic Hate, n’est pas aller piquer en douce les chansons de Herr Morbid pendant qu’il sommeillait dans sa cave. Car il faut bien avouer que les compositions de ce Suicidal Emotions ne sont pas sans rappeler un Songs To Leave ou un Springtime Depression de Forgotten Tomb. Mais attention, si ressemblance il y a, la théorie d’un plagiat est à rejeter car la plupart des chansons figurant sur l’album datent de 1996, bien avant que Forgotten Tomb n’arrive dans le décor. En effet les chansons ont beau comporter des sonorités Herr Morbidesque, il restent qu’elles sont tout de même issues du cerveau d’un tout autre être lui aussi visiblement torturé par la vie et qu’elles ne laisseront personne sans l’envie soudaine de pleurer de dépression!

Et que contient un tel album pour qu’il puisse arriver à nous rendre dans cet état? Quatre chansons! C’est tout ce qu’il faut pour arriver à remplir la surface de cinquante minute de matériel audio. Quatre chansons dont la duré moyenne est de 12 minutes de pures idées noires.

Premier Constat : guitares sursaturées de distorsion, batterie minimaliste mais tout de même efficace, voix bien rauque et haineuse. Et c’est tout! C’est tout ce que ça prend pour arriver à créer une ambiance des plus sombre et hypnotique… et c’est comme ça tout au long de l’album. Hypnotique car la façon dont la guitare est jouée semble rendre l’auditeur quasis paralysé, le condamnant à fixer dans le vide pendant plusieurs minutes, un comportement propice à l’émergence d’idées les plus noires.

Et voici qu’à la fin de l’album on à droit à un chef d’œuvre, un titre que je me permet d’appeler « l’homologue de Disheartenement », Despondency. Disheartenment est la dernière pièce de l’album Songs To Leave de Forgotten Tomb et délivre une ambiance des plus tristes et dépressives. Despondency s’avère être un peu la même chose à quelques exceptions près. À noter qu’à la fin de ce titre on a droit à une incursion de la formation Ambiante de Raison d’Être.

Que dire de cet album si ce n’est qu’il plaira aux fans de black dépressif et de FT en particulier. Pour les autres je ne saurais mieux faire que de vous conseiller de jeter une oreille attentive au dernier méfait de Abyssic Hate afin que vous puissiez vous forger un avis réel sur ce style si particulier, car Suicidal Émotions est devenu en mon sens un valeur sûre du black métal dépressif!

Attention tout de même de ne pas écouter cet album durant une période trop déprimante de votre vie...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

DarkLord citer
DarkLord
08/02/2006 20:51
note: 9/10
Un album d'une tristesse grandiose. Un chef d'oeuvre.
Jayraw citer
Jayraw
29/04/2004
*va vérifier*
ah oui tiens, me suis planté, autant pour moi, enfin ça change pas grand chose au fait que Betrayed soit une tuerie ahin
narog citer
narog
28/04/2004
Ben personnellement je trouve pas la ressemblance avec Forgotten Tomb si flagrante, limite je l'ai pas discernée. Y'a quand même beaucoup d'éléments dark ou doom dans FT qui sont totalement absents de AH, qui fait du Black Metal, dépressif certes mais qui reste du pur BM.
Quitte à rapprocher cet album d'autres formations je dirais plus Burzum période Filosofem et peut être aussi Shining (leur premier du moins)... sans qu'on y retrouve pour autant le chant de névropathe particulier à ces deux groupes.

Et Gero, l'album s'ouvre sur "Depression Part.I", "Betrayed" est le second morceau.
Holy citer
Holy
27/04/2004
note: 8/10
j'ai pourtant bien précisé que c'en était justement pas!
"certaines des chansons figurant sur l'album ont été créés en 1996, bien avant que FT n'arrive dans le décor"

mais bon c'est parceque je trouve que ca y ressemble beaucoup...
Holy citer
Holy
27/04/2004
note: 8/10
j'ai pourtant bien précisé que c'en était justement pas!
"certaines des chansons figurant sur l'album ont été créés en 1996, bien avant que FT n'arrive dans le décor"

mais bon c'est parceque je trouve que ca y ressemble beaucoup...
Jayraw citer
Jayraw
27/04/2004
très bonne chronique, pour un album totalement culte, à noter qu'une réedition digipack de cet album sorti en 2000 a été sortie recemment.
Betrayed qui ouvre l'album est un monument de haine des autres et de soi-même.
Par contre j'aurais personellmement moins axé la chronique sur le parallèle avec Torgotten Tomb, à te lire on aurait presque l'impression que Abyssic Hate fait du plagiat de FT, ce qui est loin d'être la cas...
Chri$ citer
Chri$
27/04/2004
excellente kro, dommage que je sois pas dépressif sinon ça m'aurait donné envie d'en écouter quelques chansons.. Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abyssic Hate
Black Metal Dépressif
2003 - No Colours Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (7)  8.71/10
Webzines : (9)  7.68/10

plus d'infos sur
Abyssic Hate
Abyssic Hate
Black Metal Dépressif - 1993 - Australie
  

écoutez
tracklist
01.   Depression - Part I
02.   Betrayed
03.   Depression - Part II
04.   Despondency

line up
Essayez aussi
Mortualia
Mortualia
Wild, Wild Misery

2016 - Moribund Records
  
Total Negation
Total Negation
Zeitzeuge

2015 - Temple of Torturous
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Torn Beyond Reason

2011 - Northern Silence Productions
  
Ghost Bath
Ghost Bath
Moonlover

2015 - Northern Silence Productions
  
F41.0
F41.0
Near Life Experiences

2013 - Empyre Music
  

Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique