chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Arkan - Hilal

Chronique

Arkan Hilal
Il y a de ces coïncidences à ce point opportunes, de ces hasards à ce point harmonieux au regard de l'actualité qu'on en vient à se dire que finalement, il n'est pas si inconcevable que ça que l'Homme, l'Univers, la mousse au chocolat de Tatie Renée, tout ça soit finalement bien le fruit du pur arbitraire probabiliste. Exemple récent: cela faisait des mois et des mois que « Hilal », 1er album de Arkan, croupissait dans la caverne d'Ali Baba de mes achats compulsifs passés … Et là, pop!, alors que le dernier album des frères prétendument ennemis (selon des critères géopolitiques évidents) d'Orphaned Land est encore proposé comme plat du jour au menu de la Couscousserie Thrasho, et qu'une tournée commune s'apprête à arpenter le territoire hexagonal sur rien de moins que 5 dates, le voilà qui jaillit en haut de la pile des nouveautés-qui-n'en-sont-plus-vraiment précédemment évoquée, comme un génie hors de sa lanterne.

Mais revenons si vous le voulez bien à une présentation du groupe moins « je me branle la nouille à faire des intros originales mais qui ne font pas trop avancer le schmilblick ». Dawn of Decline, ça vous parle? The Old Dead Tree, alors peut-être? Mais si, ce groupe de metal à la fois burné et tout en délicatesse qui a fait pas mal parler de lui il y a de ça quelques années... Eh bien derrière les fûts de cette formation s'escrime Foued, batteur qui bouillait manifestement de céder à d'impérieuses impulsions, notamment celle de latter son kit avec plus de sauvagerie que ce que le vieil arbre ne lui permettait de faire, mais aussi celle d'accompagner de ses caressantes cymbales et de ses toms percutants les mélopées épicées issues du bled. Ni une ni deux, il s'entoure de potes venant de – donc – Dawn of Decline, Whisper-X et Worth, et il s'en va fonder Arkan, groupe de death metal mélodique ayant les pieds solidement ancrés sur la rive sud de la Méditerranée, puisant autant dans la blasting guttural & pyramidal attitude de Nile que dans les entrelacs délicats des arabesques chamarrées d'Orphaned Land.

Oui, en effet, peut-être bien que ce raccourci comparatif ressemble à une pirouette de chroniqueur paresseux, sauf qu'en plus d'être confortable, ce rapprochement est particulièrement juste, si si. Car d'un côté Arkan balance du gros growl poussiéreux – tantôt abyssalement caverneux, tantôt plus abrasif –, de la double et du blast à n'en plus finir, des atmosphères aussi menaçantes qu'écrasantes et des orchestrations grandiloquentes – oui, c'est bien ça, comme les diplômés en égyptologie de Caroline du Sud, bien vu élève Keyser. Mais de l'autre côté, Arkan mêle étroitement à sa musique des instruments et des mélodies traditionnelles, du chant clair – en solo, en « chœurs », en monologue sentencieux ou encore, parfois, en jupon – et propose à l'auditeur des complaintes souvent empruntes de mélancolie mais belles et teintées d'optimisme, de purs moments de folklore en immersion totale, de grandioses épopées s'étirant sur de longs colliers de minutes, le tout dans une osmose parfaite où culminent de nombreux pics émotionnels habilement répartis sur toute la durée de l'album.

Donc oui, Arkan c'est un peu Nile en babouches tirant sur la chicha, ou Orphaned Land utilisant l'artillerie lourde de Tsahal contre la Momie. Mais au-delà de la frustration qu'une telle comparaison peut faire naître chez des musiciens en quête d'identité, c'est surtout ici comme une marque de qualité et de plaisir intense pour l'auditeur qu'il faut la comprendre. Pas de « trop prog du g'nou » qui tienne ici, ni de « sous les blasts, y a des notes ? ». L'équilibre est quasiment parfait. Regardez comment « Lords Decline » progresse à pas de velours, d'un début tout en retenue pour s'épanouir dès 1:20, sur un raz de marée blasté au-dessus duquel surnage de chaleureuses sonorités orientales. Et ce « The Crescent Moon » (traduction plus ou moins fidèle de « Hilal ») qui démarre sur un gratouillis acoustique évoquant presque « La Bodéga » des Négresses Vertes et qui part ensuite dans un death majestueux, montant très vite en puissance dès 1:07, pour ensuite faire place à un séduisant chant de Salomée. Là où l'on notera une approche plus singulière, c'est à l'écoute de la batterie – et plus généralement de la rythmique – mise bien plus en avant que les galipettes lead, qui évoluent quant à elles assez fréquemment au second plan. Mais cela ne signifie pas pour autant que les guitaristes sont des manches (!), le fourmillement de doigts s'ébattant sur la guitare gypsy-flamenco à 3:47 sur « Lords Decline » en étant l'un des nombreuses preuves.

Alors, y a-t-il des choses négatives à dire sur cet album ? Allez, un « Mistress Of The Damned Souls » qui traine un peu la patte (mais qui finit bien), un « Lamma Bada » exotique mais un peu famélique pour qui n'a pas passé sa jeunesse à gambader à l'ombre des murailles de la médina… Sinon que du bon, à l'image d'un packaging soigné et original, d'une prod' signée Fredrik Nordström et d'un mastering signé Jacob Hansen (le tout sans subir de stérilisation sonore) et d'une ribambelle de morceaux vraiment grands. Attardons-nous un instant sur ceux-ci si vous le voulez bien, et pour n'aborder que les titres passés jusqu'ici sous silence, citons l'introduction parfaite qu'est « Groans of the Abyss », le moelleux lourdement groovy du refrain en chant clair qui illumine le death ambiancé de « Native Order », et un superbe « Amaloun Jadid » conclusif qui reprend le thème de « Lamma Bada » en le métallisant et en lui adjoignant une touche mélancolique quasiment finlandaise.

Bref, « Hilal » réussit l'exploit de briller de mille feux, bien qu'il ait à subir la concurrence du dernier Orphaned Land qu'un hasard du calendrier aura donc mis sur ma route au même moment. En dehors des mini-reproches émis dans le paragraphe précédent, et d'une personnalité peut-être moins franchement affutée que celle du cousin israélien, ce premier album de Arkan n'est rien moins que rafraîchissant, enthousiasmant, enivrant même. Un premier épisode aussi abouti donne une furieuse envie de voir ce que va donner la suite des aventures du groupe (actuellement en cours de composition), et ce que cela va rendre sur les planches. Rendez-vous donc en mai sur la tournée partagée avec Orphaned Land et Suidakra pour une démonstration magistrale de la possible bonne entente israëlo-arabe.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

just gnu it citer
just gnu it
08/04/2010 14:21
cglaume a écrit :
Du tout, le 'o' n'était pas là par hasard ... Sourire
Mais ça aurait pu Clin d'oeil


ben oui je m'en doutais bien Spank

edit: conquis par les extraits! bonne découverte, merci lapin.
cglaume citer
cglaume
08/04/2010 14:05
just gnu it a écrit : cglaume a écrit : Pas de « trop prog du g'nou » qui tienne ici

Suis-je visé? Mr Green


Du tout, le 'o' n'était pas là par hasard ... Sourire
Mais ça aurait pu Clin d'oeil

just gnu it a écrit : Sinon la chro donne envie, j'écoute ça ce soir.

Je te le conseille vivement !
just gnu it citer
just gnu it
08/04/2010 11:52
cglaume a écrit : Pas de « trop prog du g'nou » qui tienne ici

Suis-je visé? Mr Green

Sinon la chro donne envie, j'écoute ça ce soir.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Arkan
Death metal orientalisant
2008 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (18)  7.75/10

plus d'infos sur
Arkan
Arkan
Death mélodique gothique aux influences moyen-orientales - 2005 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Groans Of The Abyss
02.   Lords Decline
03.   Mistress Of The Damned Souls
04.   Lamma Bada (Under The Spell Of Haughtiness)
05.   Tied Fates
06.   The Seven Gates
07.   Athaoura (Shaped By The Hands Of Gods)
08.   Chaos Cypher
09.   Defying The Idols
10.   El Houdou
11.   Native Order
12.   Amaloun Jadid

Durée : 62:01

line up
parution
16 Juin 2008

voir aussi
Arkan
Arkan
Salam

2011 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Yugal
Yugal
Enter The Madness (EP)

2014 - Autoproduction
  

Sulphur Aeon
The Scythe of Cosmic Chaos
Lire la chronique
Strigoii
The Oldest of Blood
Lire la chronique
Hwwauoch
Hwwauoch
Lire la chronique
Deicide
Overtures Of Blasphemy
Lire la chronique
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Dirge
Lost Empyrean
Lire la chronique
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique