chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
128 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Aosoth - Ashes of Angels

Chronique

Aosoth Ashes of Angels
"Expect nothing but satanic audio violence"

Le mot est lâché, le ton est donné : direct, cru, sans concessions; voila en quelques mots le style pratiqué par Aosoth, deuxième projet d'MkM, maître à penser du groupe français de brutal black metal Antaeus. Un an seulement après son premier album éponyme, Aosoth reprend les armes, fort de ses apparitions live aux côtés de grands noms comme Ondskapt, Nehemah, Enthroned, Hell Militia ou encore Sargeist, et nous livre son nouvel opus, Ashes Of Angels, sorti chez Agonia Records. Si l'abum  Aosoth  avait été une entrée en matière plutôt réussie, remarquée entre autres pour son efficacité et sa brutalité, Ashes of Angels se plaît à pousser le vice encore plus loin, à explorer les espaces les plus reculés de notre conscience et à nous enfoncer toujours plus loin dans les ténèbres de "Son" culte.

Unique compositeur, BST (ex-Aborted, Balrog) use ici de tout son talent afin de créer une oeuvre longue de 45 minutes, très homogène de part sa thématique satanique et son ambiance morbide omniprésente , et dont les compositions évitent la linéarité et la pesanteur monolithique, défauts pourtant ô combien communs à tant d'albums de la veine. L'écoute en est d'autant plus aisée, et le venin se distille d'autant plus rapidement que la production est exceptionnellement dense et puissante (légèrement plus que sur le précédent ouvrage). Certains la trouveront peut être aseptisée, elle a néanmoins le mérite de mettre en relief une musique parfaitement maîtrisée et plus riche en nuances que par le passé.

Mais ne nous y trompons pas : si les compositions sont en effet plus variées qu'avant, notamment grâce à la présence de quelques mid-tempos fort bien placés, Aosoth n'a rien perdu de sa fougue, bien au contraire. La batterie pulse, tout explose, tout plaide pour la destruction. Des titres comme "Path Of Twisted Light", "Cries Out Of Heaven" ou "Teaching/Erasing", au tempo apaisé donnant l'illusion de répit, ne sont là à l'inverse que pour remuer le couteau dans la plaie: les sonorités dissonantes et lancinantes torturent l'âme, les mélodies malignes hantent les esprits, la production tranchante saigne les chairs à vif. MkM et sa bande prennent donc un malin plaisir à nous malmener, et révèlent ici une haine toujours grandissante, s'installant progressivement au cours de l'album dans une sorte de crescendo morbide dont le point culminant est atteint en un "Banished" d'une rare violence auditive, summum de l'album en termes de brutalité et de rage (si l'on excepte bien sûr la reprise d' "Inner War")

Or, si l'on dénote effectivement une plus grande maîtrise et un indéniable soucis d'atmosphère dans sa musique, Aosoth reste fondamentalement sur des bases acquises, à savoir une violence savamment orchestrée, appuyée par des blasts à la précision métronomique et par la voix rauque, dégoulinante de haine et de mépris, d'un MkM plus enragé que jamais. Pourtant, c'est en partie là que le bât blesse, car en dépit de cette grande perfection technique peine à se dégager une véritable âme, d'authentiques traits de personnalité qui feraient sortir le groupe du lot commun. La reprise d' "Inner War", ultime titre de l'opus, illustre à merveille ce dont il est ici question. Si la reprise en elle même, véritable rituel scénique du groupe, est en tous points maîtrisée, elle manque de ce grain de folie et de cette énergie chaotique qui faisaient tout l'impact et le charme de la musique d'Antaeus (difficile ici d'éviter la comparaison entre les deux groupes). On sent bien le travail minutieux, la rigueur de l'artiste dans la composition et l'exécution des titres, la violence froide, plus réfléchie, plus implacable d'Ashes of Angels. Mais c'est comme s'il manquait malgré tout quelque chose pour faire vraiment décoller la musique, comme si tout ce contrôle dénaturait l'expression de la violence primaire, « aplatissait » la texture des compositions, atténuait la saveur de l'album.

Sans être l'album de l'année, Ashes of Angels n'en est pas moins digne d'intérêt : la scène française comporte son lot d'éléments remarquables, et Aosoth en fait assurément partie. On ne peut que leur souhaiter de persévérer dans cette voie-là, et qui sait... peut être une petite merveille au prochain album ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Krow citer
Krow
19/03/2010 20:13
note: 8/10
Un très bon album, bien meilleur que le premier. Plus intéressant, plus fouillé, plus varié.

Ensuite, concernant ta comparaison avec Antaeus, ce sont justement deux approches différentes. Antaeus, c'est bestial, alors qu'Aosoth c'est froid.

PS : la voix de MkM est vraiment l'une des meilleures en terme de Black Metal.
LostSon citer
LostSon
16/03/2010 14:51
note: 8.5/10
J'aime beaucoup l'ambiance noire et malsaine qui se dégage tout au long de ce disque.
Un bon paquet de groupes du genre devrait en prendre de la graine...
Et puis MkM et sa voix inimitable...
J'ai pas encore écouté le précédent, mais celui ci est vraiment bon.
citer
Stockwell
16/03/2010 13:24
Perso je trouve qu'il manque d'âme même si la musique est bonne dans l'ensemble. On dirait le dernier Balrog avec MkM au chant.
Yz citer
Yz
15/03/2010 18:27
except*

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aosoth
Black Metal
2009 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (10)  7.6/10
Webzines : (25)  7.06/10

plus d'infos sur
Aosoth
Aosoth
Black metal - 2002 - France
  

tracklist
01.   Songs Without Lungs
02.   Ashes of Angels
03.   Path of Twisted Light
04.   Embrace and Enlightment
05.   Teaching/Erasing
06.   Summon the dead
07.   Cries Out the Heaven
08.   Communion Through Pain
09.   Banished
10.   Inner War (Antaeus cover)

Durée : 45:37

line up
parution
15 Décembre 2009

voir aussi
Aosoth
Aosoth
IV: Arrow In Heart

2013 - Agonia Records
  
Aosoth
Aosoth
V: The Inside Scriptures

2017 - Agonia Records
  
Aosoth
Aosoth
III

2011 - Agonia Records
  
Aosoth / Order of Orias
Aosoth / Order of Orias
Aosoth / Order Of Orias (Split 12")

2015 - World Terror Committee Records
  
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth (Split 7")

2017 - Terratur Possessions
  

Essayez aussi
Helrunar
Helrunar
Niederkunfft

2015 - Lupus Lounge
  
Marduk
Marduk
Warschau (Live)

2005 - Blooddawn Productions
  
Neptrecus
Neptrecus
Ars Gallica

2019 - Purity Through Fire
  
Various Artists
Various Artists
Odour Of Dust & Rot (Compil.)

2011 - Rhinocervs
  
Immortal
Immortal
Pure Holocaust

1993 - Osmose Productions
  

10 MoM Challenge n°3 - Ceci n'est pas du DEATH !
Lire le podcast
Entombed A.D.
Bowels Of Earth
Lire la chronique
Mavorim
Silent Leges Inter Arma
Lire la chronique
Asagraum
Dawn of Infinite Fire
Lire la chronique
PPCM #23 - CELTIC pas beau ce METAL-là ?
Lire le podcast
Mgla
Age Of Excuse
Lire la chronique
Kruksog
Foster Prudence
Lire la chronique
Darkend
Spiritual Resonance
Lire la chronique
Adherent
Demo MMXVII (Démo)
Lire la chronique
Power From Hell
Profound Evil Presence
Lire la chronique
Imperial Cult
Spasm of Light
Lire la chronique
Jupiterian
Terraforming
Lire la chronique
Vitriol
To Bathe From The Throat Of...
Lire la chronique
Atlantean Kodex
The Course of Empire
Lire la chronique
Acid Witch
Evil Sound Screamers
Lire la chronique
Lutomysl
Ecce Homo
Lire la chronique
Various Artists
Slave to the Grind (DVD)
Lire la chronique
Temple Of Dread
Blood Craving Mantras
Lire la chronique
Antichrist Siege Machine
Schism Perpetration
Lire la chronique
Illdisposed
Reveal Your Soul For The Dead
Lire la chronique
Furia
Grudzień za grudniem
Lire la chronique
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
Rotted
Pestilent Tomb
Lire la chronique
Jesus Cröst
Tot
Lire la chronique
Impavida
Antipode
Lire la chronique
Imprecation
Damnatio Ad Bestias
Lire la chronique
Esoctrilihum
The Telluric Ashes Of The O...
Lire la chronique
Ossuary
Supreme Degradation (Démo)
Lire la chronique
Wraith
Absolute Power
Lire la chronique
Le Jardin d'Alice
Higenjitsu (非現実)
Lire la chronique