chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
141 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Machine Head - Burn My Eyes

Chronique

Machine Head Burn My Eyes
Vous le savez, votre webzine préféré se saigne à blanc pour vous proposer chaque jour de nouvelles chroniques. Albums cultes et sorties récentes, pas de discrimination ici. Mais malgré toute la bonne volonté du monde, une vie de famille inexistante, de la drogue à volonté et une culture du rendement remis au goût du jour par le stakhanoviste cglaume, certains albums cultes manquaient encore à l'appel. Parmi ceux-là, le premier méfait des américains de Machine Head « Burn My Eyes ».

De la même façon que chacun d'entre nous se rappelle exactement de ce qu'il faisait le jour du 11 septembre 2001, le soir de la finale de la coupe du monde 1998 ou encore le jour où von yaourt a avoué être fan de Lofofora, certains albums imprègnent à jamais ce moment de la première écoute dans votre réseau neuronal pour y laisser une trace aussi indélébile que la magnifique tache de rouille qui orne le pantalon que je porte actuellement. Aussi me souviens-je avec précision de ce jour de 1994, à l'avant de la voiture parentale et de ce moment même où les premières notes de « Davidian » prirent le chemin de mes tympans bercés depuis déjà quelques années au doux son de Metallica, Iron Maiden, Pantera, Sepultura et autres Napalm Death. De ce sentiment qui vous envahit alors et dont l'aboutissement se traduit en général par un sourire béat sur le visage et une phrase type du genre:« putain mais c'est génial ce truc! ».

Tourlourloutchi Toum Toum Toum! Tout le monde garde évidemment en mémoire ce pattern d'introduction de la phénoménale « Davidian », trois secondes mythiques qui donnent le départ d'un peu plus de 55 minutes qui auront à tout jamais marqué le monde du métal. Deux ans seulement après la formation de Machine Head par Rob Flynn et Adam Duce suite au départ de Rob de Vio-lence (où il côtoyait bien évidemment Phil Demmel), et après avoir été repérés par Roadrunner grâce à leur démo (avec à l'époque Tony Costanza derrière les fûts), sort donc de nulle part cet album éblouissant qu'est « Burn My Eyes ». Les californiens y réalisent le sans faute que peu ont réussi. Aucun temps mort, aucun faux plat ni faux pas, de « Davidian » à « Block » tout y est absolument parfait. L'intro et le riff principal du titre d'ouverture sont tout simplement à mettre au Panthéon du métal, de même que celui de « Old » et chaque titre contient au moins un riff qui reste à jamais gravé en tête (par exemple celui de « Block » à 2'17 pour n'en citer qu'un). De ce point de vue les refrains ne sont pas en reste et Rob Flynn nous prouve dès « Burn My Eyes » que c'est un aspect de sa musique qu'il affectionne particulièrement. Encore une fois quasiment tous les titres jouissent d'un refrain accrocheur (celui de « Old » est juste dantesque, « A Thousand Lies », « Death Church », « A Nation On Fire ») ou au moins d'un gimmick vocal tel que l'incontournable "Let freedom ring with a shotgun blast!", les "Burn" de « None But My Own », "An open mind with a closed fist" sur « The Rage To Overcome » ou encore les fameux "Fuck it all!" de « Block ».

Mais au delà des tubes incontournables que sont « Davidian » , « Old » ou encore « A Nation On Fire » Machine Head parvient sur l'ensemble de ces onze titres, baignés d'une production aux petits oignons de Colin Richardson, à alterner avec tout autant de génie power-thrash mid tempo (« Block », « A Thousand Lies »), accélération hystériques comme sur la fin de « None But My One », « A Nation On Fire » (ce final mon dieu, ce final!!), ralentissements écrasants (la fin de « Davidian » et de « A Thousand Lies »), titres plus heavy (« The Rage To Overcome », « Death Church »), « Blood For Blood » et son riff slayeresque ou encore la plus mélodique « I'm Your God Now ». Ce sans faute leur vaudra les faveurs de Slayer pour qui ils ouvriront lors de leur tournée européenne fin 94, avant les embrouilles entre Robb et Kerry. Il faut également saluer la performance de Chris Kontos (viré après la tournée européenne de 95), son jeu puissant et bourré de feeling, notamment aux cymbales et qui ira par la suite rejoindre Testament.
Avant d'en terminer un petit mot sur la bonus track « Alan's On Fire » pour les chanceux qui comme moi ont pu acheter cet album en version digipack, reprise survitaminée des excellents Poison Idea, qui finira de vous achever de la plus belle des façons.

Le premier album d'un groupe est souvent marquant que ce soit en terme de qualité pure, d'effet de surprise ou sentimentalement parlant, « Burn My Eyes » est tout cela à la fois pour moi. Un album parfait qui mérite sans contestation possible sa place à côté des plus grands albums de métal. Robb avait déclaré vouloir avec « The Blackening » sortir le « Master Of Puppets » des années 2000, c'était sans compter qu'il avait déjà sorti celui des années 90 avec « Burn My Eyes ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

heylel citer
heylel
28/11/2016 18:37
note: 10/10
une vraie révélation à sa sortie, monstrueux... , ce 1er album possède le fait d'avoir été l'album de lé révélation et porte de vrais titres forts. the more things change me parait meilleur dans la globalité mais est plus homogène avec moins de titres qui ressortent autant que old ou davidian..

bref, il faut les 2.
AxGxB citer
AxGxB
29/07/2011 08:34
note: 9/10
Décidémment, je me reconnais beaucoup dans tes chroniques. J'ai moi aussi découvert cet album à l'avant d'une voiture l'année de sa sortie haha.
Et dire que j'ai vendu l'édition digipack avec le titre bonus Alan's On Fire... Je m'en veux...
Bref, excellent album que j'écoute aussi encore. Par contre, le reste de la discographie du groupe n'a jamais réussi à m'enthousiasmer.
Jotun35 citer
Jotun35
28/05/2010 22:11
note: 10/10
Possible, mais il y en a trop, je n'écoute pas un MH pour les soli mais pour les riffs qui butent et la hargne... Or The Blackening est assez limité à ce niveau.
Saikicekon citer
Saikicekon
27/05/2010 20:01
Jotun35 a écrit : Qui enterre 666 pieds sous terre The Blackening et ses multiples solos à rallonge chiants

Je proteste Monsieur le juge !
Les solos sont parfaitement excellent sur The Blackening !
Jotun35 citer
Jotun35
26/05/2010 20:33
note: 10/10
Le meilleur album de MH tout simplement (avec TMTC, certes)... Qui enterre 666 pieds sous terre The Blackening et ses multiples solos à rallonge chiants et ses passages niais... Burn My Eyes c'est juste de la hargne à l'état pur ("Davidian", "Old", "Block"...) un gros coup de batte de baseball dans la gueule !
Fridrik citer
Fridrik
18/05/2010 09:15
il est toujours present dans ma cdtheque depuis sa sortie.
Invité citer
rud
17/05/2010 09:24
Kris Kontos!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! batteristiquement parfait entre autres.... à l'epoque c'etait pas protools qui jouait !!!!! un régal à réecouter ne serait-ce que pour ce groove.
John citer
John
16/05/2010 23:33
note: 9/10
Idem que Keyser !
Chri$ citer
Chri$
16/05/2010 22:22
note: 9/10
Culte! une des belles sorties de l'âge d'or de Roadrunner, quand c'était l'un des meilleurs labels du moment (avec Earache, à peu près la même période), lorsqu'ils sortaient coup sur coup du MH, du Fear Factory ("Demanufacture" l'année suivante)..
Grosse tuerie bien évidemment, que des tubes en puissance, le titre qui me rend fou perso c'est "A Nation on Fire", avec la moitié du titre toute calme, et d'un coup un riff de fou à la Slayer qui multiplie par 3 le tempo et démonte l'auditeur..j'ai du l'écouter des milliards de fois celui là; et puis "Block" quoi, qui résume un peu le MH de l'époque: rebelle, talentueux, et foutrement arrogant, Fuck it all quoi..
Mais comme Keyser, je met encore un échelon au dessus le "the more things change", qui fait partie de ces merveilles jamais égalées à ce jour.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
16/05/2010 18:22
note: 9/10
Le groupe n'a jamais fait mieux depuis malgré une carrière honorable et un ou deux bons albums. Le seul album de leur disco avec des relents death dans les riffs et l'intensité rythmique, c'est sans doute ce qui explique mon engouement pour ce disque. "None But My Own" et "Blood For Blood" sont absolument monstrueuses dans ce registre!
NightSoul citer
NightSoul
16/05/2010 17:27
note: 6/10
J'ai jamais compris l'engouement pour ce groupe... Je trouve les deux premiers albums d'un chiant! Le reste est pas vraiment mieux... Mais bon, moi et le metal US...Bref, pas pour moi...
Keyser citer
Keyser
16/05/2010 17:22
note: 9/10
Un excellent album avec tout un tas de passages cultes en effet (la fin de "Davidian" en premier pour ma part) mais je garde une préférence pour le géniallissime The More Things Change...
donvar citer
donvar
16/05/2010 15:52
note: 9.5/10
Un classique tout simplement! De nombreuses années après je l'écoute encore régulièrement. Merci Nikta', ça faisait un bail que je la voulais celle là!
Puis la fin de "blood for blood" ne sera jamais égalée!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Machine Head
Power Thrash
1994 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (44)  9/10
Webzines : (15)  9.17/10

plus d'infos sur
Machine Head
Machine Head
Melodic Groove/Thrash/Néo Metal - 1991 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Davidian  (04:55)
02.   Old  (04:06)
03.   A Thousand Lies  (06:14)
04.   None But My Own  (06:14)
05.   The Rage To Overcome  (04:47)
06.   Death Church  (06:33)
07.   A Nation On Fire  (05:33)
08.   Blood For Blood  (03:40)
09.   I'm Your God Now  (05:51)
10.   Real Eyes, Realize, Real Lies  (02:45)
11.   Block  (05:00)

Durée : 55:38

line up
parution
9 Août 1994

voir aussi
Machine Head
Machine Head
The Blackening

2007 - Roadrunner Records
  
Machine Head
Machine Head
Catharsis

2018 - Nuclear Blast Records
  
Machine Head
Machine Head
Supercharger

2001 - Roadrunner Records
  
Machine Head
Machine Head
Elegies (DVD)

2005 - Roadrunner Records
  
Machine Head
Machine Head
Unto The Locust

2011 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Altered Aeon
Altered Aeon
Dispiritism

2004 - Black Lotus Records
  
Pantera
Pantera
Vulgar Display Of Power

1992 - Atlantic Records
  
Exmortus
Exmortus
The Sound Of Steel

2018 - Prosthetic Records
  
Lamb Of God
Lamb Of God
Sacrament

2006 - Epic Records
  
Exmortus
Exmortus
Ride Forth

2016 - Prosthetic Records
  

Asagraum
Dawn of Infinite Fire
Lire la chronique
PPCM #23 - CELTIC pas beau ce METAL-là ?
Lire le podcast
Mgla
Age Of Excuse
Lire la chronique
Kruksog
Foster Prudence
Lire la chronique
Darkend
Spiritual Resonance
Lire la chronique
Adherent
Demo MMXVII (Démo)
Lire la chronique
Power From Hell
Profound Evil Presence
Lire la chronique
Imperial Cult
Spasm of Light
Lire la chronique
Jupiterian
Terraforming
Lire la chronique
Vitriol
To Bathe From The Throat Of...
Lire la chronique
Atlantean Kodex
The Course of Empire
Lire la chronique
Acid Witch
Evil Sound Screamers
Lire la chronique
Lutomysl
Ecce Homo
Lire la chronique
Various Artists
Slave to the Grind (DVD)
Lire la chronique
Temple Of Dread
Blood Craving Mantras
Lire la chronique
Antichrist Siege Machine
Schism Perpetration
Lire la chronique
Illdisposed
Reveal Your Soul For The Dead
Lire la chronique
Furia
Grudzień za grudniem
Lire la chronique
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
Rotted
Pestilent Tomb
Lire la chronique
Jesus Cröst
Tot
Lire la chronique
Impavida
Antipode
Lire la chronique
Imprecation
Damnatio Ad Bestias
Lire la chronique
Esoctrilihum
The Telluric Ashes Of The O...
Lire la chronique
Ossuary
Supreme Degradation (Démo)
Lire la chronique
Wraith
Absolute Power
Lire la chronique
Le Jardin d'Alice
Higenjitsu (非現実)
Lire la chronique
State Faults
Clairvoyant
Lire la chronique
Japanische Kampfhörspiele
Verk Ferever
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast