chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Jack / Yattai - Unsheathe And Grind

Chronique

Jack / Yattai Unsheathe And Grind (Split-CD)
Ce qui m'éclate avec le grindcore, c'est le petit côté auberge espagnole qui ressort souvent dans le milieu, où l'alliance improbable sous forme de split CD entre un obscur combo hongrois et des frenchies tout aussi furibards sur un label brésilien n'a au final rien d'incongru. C'est chez Kasamata Records que ça se passe et vous pouvez d'ores et déjà oublier l'habituel défilé de transexuels sud américains ayant raté leur transfert à l'Olympique Lyonnais ou le long métrage de Cédric Klapisch car à moins de coller Alex De La Iglesia derrière la caméra pour une troisième campagne de pub Erasmus, on restera très loin ici du gentil petit périple de Romain Duris et ses petits amis étudiants!

Mais commençons la dissection du bestiau avec JACK, groupe hongrois déjà responsable d'un split avec AGATHOCLES. Des joyeux drilles à n'en pas douter, comme en témoigne cette introduction invraisemblable au carrefour de Blanche Neige Et Les Sept Nains et d'une réunion d'ivrognes sur le parking du Leader Price local. Le stratagème habituel pour mieux mettre en valeur la déflagration sonore qui va suivre, sorte de revival « Mass Appeal Madness » cuit à l'étouffée d'une production à la limite de l'ignoble, digne des pires exactions thailandaises de Brute Productions mais qui, au final, ne s'avère pas si dérangeante. Car malgré le crachin basse/guitares qui a bien du mal à s'extirper de la masse, il faudrait vraiment faire la sourde oreille pour ne pas reconnaître à JACK d'évidentes qualités, comme ce sens de l'explosivité jamais démenti, ces riffs massifs et ces mosh parts dévastatrices qui, combinée à une fièvre hardcore omniprésente, font de ces rejetons d'un NAPALM DEATH première époque un groupe à suivre car armé d'un son ne serait-ce que correct, JACK pourrait vraiment faire très mal à l'avenir!

On grimpe d'un bon cran niveau conditions d'enregistrement avec YATTAI, des compatriotes rompus aux joutes split (avec GASTRICK BURST, GRUNT GRUNT et FANTASTIKOL HOLE, entre autres) et dont le caractère abrasif et noisy des guitares l'éloigne du registre maousse costaud de JACK au profit d'un grindcore sauvage et débridé, les hurlements du chanteur Gautier évoquant le registre hystéro d'une Mel Mongeon (FUCK THE FACTS), y compris musicalement lorsque YATTAI joue la carte de l'accalmie malsaine limite postcore sur « The Common People Lifetime ». On pense aussi pas mal à GRIND-O-MATIC pour l'étrangeté de certains breaks et la sécheresse de la production qui donne le sentiment d'avoir avalé un sac de litière pour chat, YATTAI ayant manifestement un fond de jeu suffisament varié pour faire mal sur plusieurs plans, l'agression frontale d'une « Stefany Is The Queen Of Roller Derby » ou de « Back From The Grave » achèvant un programme trop court qui donne furieusement envie d'entendre la suite, sûrement sous la forme d'un split à venir avec TREPAN DEAD – le groupe est actuellement en recherche d'un label dans le cadre d'une coproduction – et d'un CD discography reprenant l'ensemble des morceaux enregistrés jusqu'au split avec FANTASTIKOL HOLE, à paraître prochainement … en Indonésie !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Jack / Yattai
Grindcore
2009 - Kasamata Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Yattai
Yattai
France
  
Jack
Jack
Grindcore - Hongrie
  

tracklist
JACK

01.  Intro
02.  Whirl
03.  Where Do You Draw The Line ?
04.  Open Your Mouth
05.  Why Are You Blaming Me ?
06.  Promises
07.  Break The Chains

YATTAI

08.  The Hard One
09.  There's A Whale Under The Rock
10.  Good Medecine
11.  On The Road Again
12.  The Common People Lifetime
Birth And Ignorance : Chp 1
Growth And Anger : Chp 2
Revenge And Stupid Death : Chp 3
13.  Sweet Stefany Is The Queen Of Roller Derby
14.  Back From The Grave

Durée : 20:51

parution
1 Janvier 2009

Essayez aussi
Wormrot
Wormrot
Dirge

2011 - Earache Records
  
Pro Death Corps
Pro Death Corps
Quarantine

2020 - Indépendant
  
Kill The Client
Kill The Client
Cleptocracy

2008 - Willowtip Records
  
Shit Life / Noisy Neighbors
Shit Life / Noisy Neighbors
Competitive Victimhood (Split-CD)

2020 - Autoproduction
  
Infest
Infest
Moshroom

2009 - Metal Age Productions
  

Yoth Iria
Under His Sway (EP)
Lire la chronique
Ghostemane
Anti-Icon
Lire la chronique
Ritual Suicide
Nocturnal Haematolagnia
Lire la chronique
Sad
Misty Breath of Ancient For...
Lire la chronique
Origin'Hell
Realm Of The Necromass
Lire la chronique
Shit Life / Noisy Neighbors
Competitive Victimhood (Spl...
Lire la chronique
Incinerate
Sacrilegivm
Lire la chronique
Life's Question
A Tale Of Sudden Love And U...
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Mestarin kynsi
Lire la chronique
Defeated Sanity
The Sanguinary Impetus
Lire la chronique
Lilim
Weighted Ghosts
Lire la chronique
Necrowretch
Welcome To Your Funeral (Live)
Lire la chronique
Sedimentum / Phobophilic
Horrific Manifestations (Sp...
Lire la chronique
Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique