chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
94 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Electric Wizard - Dopethrone

Chronique

Electric Wizard Dopethrone
Faut que j'te raconte, je n'arrive plus à garder ça pour moi. Y a de ça une semaine, on a fait une soirée chez Dean Moriarty. Tu te souviens la fois où t'es parti de son appart', dégouté par l'odeur d'encens et le locataire. Tu te rappelles l'engueulade qu'on a eu, combien j'adore ce type, qu'il est bloqué dans les seventies, vivant et passionné comme on n'arrive plus à l'être, un morceau du passé à moustache… Bref, on va pas recommencer.

Donc y a une semaine, j'me ramène avec les habitués, histoire de se faire une virée « classe des neiges/classe verte » comme on les aime. T'as Sal qui ramène la trousse à pharmacie et l'alcool, Ed la green mary et moi j'embarque Barbara, une ancienne Claudette de supermarché devenue pute (une autre manière de jouer « ça s'en va et ça revient » héhé !) mais que je jure de sortir de cette merde, histoire de payer en paroles mièvres ce que je peux pas m'offrir avec de l'argent. On débarque, prêts à s'en overdoser les veines à la manière des grands, et Dean nous ouvre la porte et ferme nos gueules en hurlant à tue-tête, au taquet comme d'hab', et sort du salon prendre un vinyle chopé dans la journée. La pochette : Satan qui se tape une douille. Alors là, on se dit « Soirée à thème », on rigole, prépare le goûter à s'enquiller à haute dose et on met en place le bouzin sur la platine et les benzos sur nos langues.

On se rend vite compte que y a une couille dans le potage. Mais c'est quoi ce son dégueulasse ? Dean tire une tronche de Christine Boutin et vérifie sa platine, non, ça vient pas de là. Mec, t'as jamais entendu un son aussi crade, une basse aussi lourde et une batterie aussi plombante et sèche. Tout est craspec, gerbant et on a bien failli couper aussi sec. Mais c'est qu'il y a quelque chose qui nous a retenus. Déjà, la montée des enceintes faisait raccord avec l'aqua dans lequel on baignait. Mais surtout, t'as un truc indéfinissable dans cette chiasse sonore, un truc fascinant, comme la fissure dans ton mur, celle que tu peux pas t'empêcher de regarder tu vois ?

Pfff… Je sais pas quand on a arrêté de délirer sur la pochette pour délirer tout court. T'avais Barbara qui était déjà partie sur la basse de « Vinum Sabbathi » à danser langoureusement et jouant sur ses hanches avec un couteau à beurre, comme ces salopes à fleur et leur rituel à la con que tu mattes en deuxième partie de soirée sur Arte. Sal dodeline gentiment de la tête sur « Funeralopolis » avant de perde les pédales sur ses accords plaqués à l'arrache. Un vrai cinéma en Mondovision : comme un crachat sur la pellicule, il se gratte la tête à en saigner, les yeux écarquillés, les amplis et ses tempes qui bouillonnent. Mais Dean… Lui il est parti loin ce soir-là, sur Saturne… On avait l'impression qu'il avait trouvé le Graal, les vierges du paradis en supplément ! Il était fiévreux, compulsant frénétiquement des bouquins de Lovecraft, ses magazines psyché de « Weird Tales » en écoutant le morceau du même nom et ses volutes de fumée, ses bruits de synthé, ce moment lentement terrifiant, une gorgée de cendre qui t'ouvre sur un autre espace (Saturne bordel !).

Et là ça a dérapé. C'était trop, beaucoup trop pour des esprits fragiles comme nous dirait ce bon vieux Howard. Barbara descendait aussi vite qu'elle était montée (au passage : au pieu, c'est malheureusement pareil…) et voulait tout arrêter. Elle supportait pas ! Elle allait stopper le vinyle quand une main l'en a empêché : c'était celle de Dean, qu'était comme un fanatique prêt à la chasse aux sorcières impies. « I, The Witchfinder » débute et c'est la spirale qui tourne. Il prend un bang laissé sur la table et martèle le visage de la pute dansante avec force, tout doucement, il prend son temps mais chaque frappe a sa coulée de sang… Fais chier, je l'aimais un peu cette conne. Je pouvais rien faire, j'étais comme paralysé après les sons stratosphériques de « Altar Of Melektaus ». Dean prépare un bucher avec des piles de cds de disco et des masques africains, allume le tout et on est comme hypnotisé par le corps refait de cette pétasse en train de cramer… ou la chanson « Dopethrone », va savoir. Ed ? Mais Ed il s'est barré comme une fiotte dans le brouillard ! Les flics l'ont retrouvé le lendemain à draguer un lampadaire ! Il disait que la colline le regardait… Quoi, qu'est-ce que t'as ? C'est quoi cette bouche serrée ? Tu te dis qu'on est fou, c'est ça ? Et toi alors, tu te penses civilisé peut-être ?



Le lendemain, on s'est posé dans un café, pas pour voir si tout cela s'était vraiment passé, mais pour s'assurer que tout le monde avait vécu la même chose. On était d'accord : malgré la folie ambiante, la dernière sensation était d'avoir vu la réalité dans son essence, dans sa crasse quotidienne, celle que l'on veut oublier en prenant des douches et regardant ailleurs. Un long crash vers la matière que nous avons décidé de rechercher à jamais, contre la beauté, contre l'hypocrisie, contre vous. Trois mots, trois mots qui sont devenus notre raison de vivre, d'exister pleinement.

We hate you.

DOSSIERS LIES

Chroniques à la con ! 12 : Back from the dead
Chroniques à la con ! 12 : Back from the dead
Novembre 2014
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Kedran citer
Kedran
07/10/2014 21:52
note: 10/10
La chro qui tue, bien joué !

C'est vrai que comme "intro", "Vinum Sabbathi" ce pose là, tranquille ça groove, le son est crade mais bon on est des habitués du black, on à les reins solides.

Et là démarre "Funeralopolis" et tu comprends que t'es foutu. Mais tu t'en fous parce que.... Dopethrone quoi !

Putain....
KPM citer
KPM
26/10/2013 06:19
note: 10/10
Ways to get out: death, mental institution, AND overdose.

Meilleure chronique du site.
Invité citer
gravedancer
26/06/2011 16:09
Haha je comprend tout a fait le délire à la Kerouac de la chro. Pour une raison ou une autre j'ai toujours tiré une vibe 'floydienne à l'écoute de cette album. Pas d'un point de vue musical bien sur, mais le ressenti est similaire. Ou alors c'est juste la beuh. Au choix.
Høsty citer
Høsty
25/06/2011 19:01
note: 10/10
J'ai u beaucoup de mal avec cet album au début, c'était le premier Electric Wizard que j'écoutais.
Mais une fois que je suis rentré dedans, waow impossible d'en sortir. Cette musique me prends vraiment aux tripes.
Un des album qui tourne le plus chez moi.

Super chro aussi !
Worthless citer
Worthless
09/08/2010 17:11
Putain cette chro mec, respect. Je pense que je ne m'étais pas assez intéressé à Electric Wizard, je vais combler ce retard de ce pas.
Carcinos citer
Carcinos
30/07/2010 10:46
note: 9.5/10
"Mec, t'as jamais entendu un son aussi crade, une basse aussi lourde et une batterie aussi plombante et sèche."

Désolé de la ramener hein, mais je ne comprendrais jamais pourquoi on emploie ici le mot "Sèche". Mais vraiment. Même si c'est la batterie et qu'elle est en retrait et donc pas puissante, je comprends pas en quoi elle est sèche, pour moi c'est antithétique.

Sinon la chro est originale, pour un album démesuré et hypnotique, un chef d'oeuvre particulier. Pas mon préféré d'Electric Wizard mais tout de même très bon (comme tout ce que fait Electric wizard en tant qu'albums).

A ceux que la curiosité avive, je leur conseille vivement d'en écouter, ça vous prend comme un gouffre sans fond et vous n'en sortirez plus jamais.
Surt citer
Surt
28/07/2010 21:09
Merci Ikea, une fois de plus tu me donnes envie de me pencher sur un groupe qui n'est a priori pas dans mon registre et je ne suis pas déçu ! Je ne l'ai écouté qu'une fois mais je compte bien approfondir l'écoute, qui sait peut-être en suivant le conseil que cette pochette sembler donner...
Invité citer
Självag
27/07/2010 23:04
Album absolument gigantesque de la première à la dernière note, et une excellente chro !

J'aurais mis 10/10 s'ils avaient mis The Chosen Few sur cet album haha
crocoscar citer
crocoscar
26/07/2010 00:54
note: 10/10
Cette chronique m'a fait me replonger dans cet album cultissime, et comme d'habitude je me suis fait pulvériser les tympans et la nuque par ce bombardement sonore ! J'en pleure de joie !

(chro exceptionnelle au fait, qui rend justice à l'état d'esprit du chef-d'oeuvre)
LostSon citer
LostSon
24/07/2010 21:23
note: 9/10
Un disque culte: qui ne s'est jamais tranché quelques veines en l'écoutant !? :O
Barak citer
Barak
24/07/2010 17:33
note: 9.5/10
Quelle chro! Quel album

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Electric Wizard
Stoner/Doom
2000 - Rise Above Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (38)  9.43/10
Webzines : (18)  8.65/10

plus d'infos sur
Electric Wizard
Electric Wizard
Psychedelic Doom / Rock - 1993 - Royaume-Uni
  

écoutez
tracklist
01.   Vinum Sabbathi
02.   Funeralopolis
03.   Weird Tales (Electric Frost/Golgotha/Altar of Melektaus)
04.   Barbarian
05.   I, the Witchfinder
06.   The Hills Have Eyes
07.   We Hate You
08.   Dopethrone

Durée : 60 Mns

line up
voir aussi
Electric Wizard
Electric Wizard
Black Masses

2010 - Rise Above Records
  
Electric Wizard
Electric Wizard
Time to Die

2014 - Spinefarm Records / Witchfinder Records
  
Electric Wizard
Electric Wizard
We Live

2004 - Rise Above Records
  
Electric Wizard
Electric Wizard
Come my fanatics....

1997 - Rise Above Records
  
Electric Wizard
Electric Wizard
Witchcult Today

2007 - Rise Above Records
  

Essayez aussi
Hymn
Hymn
Perish

2017 - Svart Records
  
Goatsnake
Goatsnake
Black Age Blues

2015 - Southern Lord Recordings
  
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  
Mely
Mely
Portrait Of A Porcelain Doll

2009 - SPV
  
Om
Om
Pilgrimage

2007 - Southern Lord Recordings
  

Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique