chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
151 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Necrophagist - Epitaph

Chronique

Necrophagist Epitaph
Ah mes années lycées, quel bonheur de retrouver chaque matin des gens en plein âge bête et des professeurs qui distillent des connaissances inutiles avec l'assurance de ne jamais perdre leur emploi malgré leur professionnalisme inexistant. Entre deux jours de grève et de congés maladie on avait quand même le temps d'aller en cours et de rencontrer des gens, et il se trouve que, le lycée étant un puissant vecteur d'échanges culturels, on y rencontrait même des metalleux en devenir qui entre deux joints achetés à la racaille du coin venaient m'aborder « parce qu'il est cool ton t-shirt ». Un bon moyen intemporel de se rendre compte des groupes à la mode est de demander au lycéen quel groupe il écoute, et peu après la sortie de Epitaph, en 2004, je me souviens très bien avoir eu cette « conversation », absolument véridique, avec ledit metalleux en devenir : « Ouais j'écoute du death metal, j'adore Gojira et Necrophagist .
_ Et Morbid Angel ?
_ Connais pas ».
Tout ça non pas pour vous dire que tous les metalleux les plus bêtes que j'ai connu étaient invariablement fans de Gojira, mais que Necrophagist bénéficiait à l'époque d'une visibilité dont très peu de groupes de death metal, et encore moins de groupes aussi atypiques, disposaient et disposent d'ailleurs aujourd'hui. Les Allemands étaient à la mode : les critiques dithyrambiques pleuvaient de toutes parts, saluant un album complexe et encore plus abouti que Onset Of Putrefaction. Avec le recul et l'arrivée du reste de la scène death metal allemande, le constat est pourtant beaucoup moins élogieux.

En cette belle année 2004, Suiçmez avait eu la bonne idée d'enregistrer Epitaph avec un vrai line-up, et non des moindres. Stephan Fimmers est le musicien additionnel le plus stable du groupe puisqu'il est toujours présent chez Necrophagist (qui comme Death en son temps, change de musiciens entre chaque tournée ou presque), et ses parties de basses très audibles (on pense tout de suite à « Seven ») marquent un grand pas en avant par rapport à Onset Of Putrefaction qui péchait cruellement de ce côté-là. Vient ensuite le duo formé de Christian Muezner, guitariste au style aussi chantant que celui de Suiçmez qui joue toutes les leads les plus impressionnantes des compositions ou presque, et de Hannes Grossmann, batteur quasi-épileptique au jeu ultra-fin et envolé, qui rejoindront tous deux l'autre groupe de death technique allemand, Obscura, plébiscité en ces colonnes il y a un an. Si chaque musicien apporte sa petite touche personnelle à Epitaph, il ne faut pas oublier que le seul gourou de Necrophagist reste Suiçmez, qui compose tout pour tout le monde ou presque, puisque j'ai encore un doute sur les solos de Muezner (qui en plus d'être encore plus savoureux que ceux de son vis-à-vis sont assez similaires à ceux de Obscura). On ne s'étonnera donc pas de l'absence quasi-totale de changement d'un album à l'autre : même death technique très brutal, même voix, même construction des morceaux (intro, riff rapide, break solo, riff rapide ou break au choix, fin). Donc, très logiquement, mêmes points forts et malheureusement mêmes faiblesses : intensité non progressive à deux étages la plupart du temps et vocaux inadéquats, surtout en live, comme vous pouvez le constater dans la vidéo à la fin de cette chronique.

Néanmoins, il serait malhonnête de dire que rien n'a changé au cours des longues années qui ont séparé les deux albums de Necrophagist, et je serais de mauvaise foi si je prétendais que Suiçmez n'avait pas fait de gros progrès dans la composition, au moins quand on l'aborde sous certains angles. Suiçmez a sans aucun doute mangé de la théorie musicale pendant des lustres et beaucoup étudié les schémas de composition de la musique classique, ces influences ayant rendu la musique du groupe plus mature au sens où elle est désormais plus subtile, moins évidente, plus détaillée. La critique sur la progression dans l'intensité que j'émettais pour Onset Of Putrefaction est d'ailleurs beaucoup moins valable ici, les transitions sont même parfois très habiles, comme sur l'après solo de « Ignominous & Pale ». ¨Pourtant, on retrouve souvent un break très lent d'avant solo qui n'est là que pour mettre ledit solo en valeur et n'apporte strictement rien aux compositions, hormis un sentiment de mollesse indéniable, ce qui conjugué à la lenteur globale de Epitaph, permet d'affirmer sans se tromper que la plupart des compositions manquent cruellement d'énergie. À quelques exceptions près, on a le sentiment d'écouter un « Extreme Unction » permanent : trop lent, manquant de moments mémorables en dehors des solos, et ralentissant en manquant souvent de folie, voire même parfois d'étoffe mélodique (à moins que vous considériez qu'une harmonique sifflée à la fin d'un enchaînement d'accords à la « Symbiotic In Theory » entre 2 :15 et 2 :37 apporte un quelconque gain mélodique). Étrangement, alors que Epitaph est indéniablement plus fin et subtil que son prédécesseur, c'est aussi l'album de Necrophagist qui comporte le plus de moments simples et épurés, et corrélativement le plus de moments ennuyeux…

Dommage qu'un album qui s'ouvre sur les chapeaux de roues avec un « Stabwound » vif et qui ne ralentit que pendant les solos provoque un sentiment de monotonie si intense. Comme sur Onset Of Putrefaction tous les titres ont la même couleur et l'album passe d'un seul coup sans que l'on y fasse réellement attention, mais le problème c'est que cette fois-ci on s'ennuie très vite. Heureusement, le sommet du soporifique est très vite atteint avec un « The Stillborn One » qui ne débute réellement qu'à la deuxième minute, même si d'autres moments s'avèrent eux aussi franchement pénibles, comme le break juste avant le solo du pourtant correct « Epitaph ». Dommage que ces moments manquant d'intensité soient si nombreux et surtout ne soient que rarement contrebalancés par un contrepoint ou n'importe quoi d'autre qui fasse passer la pilule d'un manque cruel de mélodie, comme c'est le cas de la basse sur « Seven » qui rompt la monotonie d'une intro et d'un break là encore peu inspirés.
En fait à trop vouloir faire à la manière du classique, Suiçmez en a oublié l'élément primordial du death metal : l'intensité. C'est très bien de vouloir casser les codes du genre en incorporant autant de variations rythmiques dans les compositions, seulement à force de trop ralentir, la dynamique des morceaux se brise, et les mélodies parfois un peu trop absentes n'arrivent pas à maintenir l'auditeur constamment attentif. Et autant quand il se met à copier la lettre la plus connue de Bethoveen sur « The Stillborn One » il n'y a pas matière à redire, autant quand il se met à danser avec les chevaliers de Prokofiev sur « Only Ash Remains », je m'ennuie tellement que j'ai envie de crier au monde en ouvrant mes volets le matin à quel point Suiçmez est « ÉGOÏÏÏÏÏÏSTE !!! » (désolé auprès des plus jeunes qui ne risquent pas de comprendre cette vanne).

Si tous les morceaux étaient comme « Stabwound », « Symbiotic In Theory » et surtout « Ignominous & Pale », Epitaph serait meilleur que Onset of Putrefaction. Malheureusement cet album n'est pas qu'une succession de plans de death metal efficaces et mélodiques, c'est aussi la lenteur, la monotonie et l'ennui que m'évoquent certains moments de « The Stillborn One », « Only Ash Remains » et « Diminished To b », et une durée honteuse d'à peine plus d'une demie heure. Si la note ne tenait qu'à la subtilité des arrangements, au talent de théoricien de Suiçmez et la qualité de jeu des musiciens (qui ne font rien non plus d'exceptionnel, encore une fois), évidemment on approcherait la perfection. Seulement ce second opus de Necrophagist fût pour moi une déception ; après un an passé dans l'illusion, je me suis petit à petit rendu à l'évidence : non, cet album n'est pas si bon que ça, il fait même par moments très pâle figure par rapport au premier essai du groupe, ce qui est quand même un comble. Ce n'est pas la faute des musiciens qui sont tous excellents, c'est la faute du compositeur. Il faut se rendre à l'évidence : Deadborn a depuis fait plus efficace et entraînant, Obscura a fait plus mélodique, plus subtil et surtout beaucoup mieux , alors que les deux formations n'ont fait que marcher dans les pas de Necrophagist en adaptant le style à leur vision. Suiçmez fera t-il mieux pour le troisième opus que l'on attend déjà depuis un moment ? Nul ne sait, mais s'il conserve ce genre de schémas de composition ce n'est pas gagné.


DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

15 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
11/01/2018 21:05
note: 10/10
Raaah je suis pas d'accord sur la voix de Momo !
C'est un coffre ce mec, et il apporte en live une touche goregrind pas dégueu du tout. J'aime énormément la qualité de la prod, qui rend l'album d'une fraîcheur qui fait du bien.

J'ai du mal avec le death technique qui se la touche, en mode "si c'est complexe et difficile, c'est forcément bon". Après avoir écumé pas mal de groupes de la scène canadienne qui se prennent parfois grave au sérieux pour rien (parce qu'effet bis repetita), revenir à du Necrophagist avec des compos simples et efficaces (mais tellement riches, en réalité), ça fait du bien.
Ce son aussi propre m'évoque Psycroptic sur "Scepter of the Ancients", c'est d'une limpidité appréciable. J'adore le growl de Suiçmez : la gars a l'air de rien et y va sec.

C'est le pendant "pop" (ou tout du moins ultra connu) du Death technique, on va pas se le cacher. Mais les gars ont essuyé les plâtres et ont permis à d'autres d'avoir une voie toute tracée ; ils ont placé le death technique à la mode, sacré tour de force !

PS : Au passage, j'ai jamais pu me piffer Obscura. Malgré leur volonté de s'inspirer du grand Death comme dit dans des interviews, je trouve qu'ils rallongent les morceaux pour rien, et que ça va trop loin dans la complexité, voire lorgne du côté du "m'as-tu vu comme je suis technique ?!"
Akroasis aurait pu me plaire avec un un titre éponyme super smooth et maîtrisé, mais le reste de l'album m'avait laissé de marbre... Là où cet album me fait shake mon booty comme jamais !
von_yaourt citer
von_yaourt
17/09/2012 13:11
note: 7/10
Je comprends tout à fait qu'on aime cet album (c'est mon cas aussi, il a plein de qualités malgré ses quelques vilains défauts), mais ce que tu dis, en comparant Necrophagist aux autres groupes de death technique est symptomatique de ce que je cherche à montrer. Necrophagist c'est du death technique qui ne plaira totalement qu'à ceux qui n'aiment pas vraiment le death technique. Cet album est en définitive foutrement easy-listening, et on n'en retiendra véritablement que les parties les plus complexes. Le reste est superflu. Maîtrisé, mais pas intéressant.
von_yaourt citer
von_yaourt
16/09/2012 18:50
note: 7/10
Jetter ? C'est une manière détournée de dire qu'il y a une location de jet-skis au port de Toulon ? Cool.
Invité citer
lorenzo
16/09/2012 18:04
critique bidon. le mec qui a écrit comprend rien. cette musique est géniale. franchement, dire ennui ou monotone sur nécrophagist, qu il aille se jetter au port de toulon.
von_yaourt citer
von_yaourt
28/07/2010 20:23
note: 7/10
Surt a écrit : Ben moi j'aime pas morbid angel, j'aime pas gojira mais j'aime le death metal ! C'est grave docteur ? Moqueur

Non, ça contre-balance. Devil
Surt citer
Surt
28/07/2010 19:46
note: 6/10
Ben moi j'aime pas morbid angel, j'aime pas gojira mais j'aime le death metal ! C'est grave docteur ? Moqueur
von_yaourt citer
von_yaourt
28/07/2010 19:29
note: 7/10
Eskin a écrit : Et donc pour toi c'est obligatoire de se farcir les albums de Morbid Angel pour pouvoir se dire fan de death metal ?

Se les farcir non, mais connaître oui.

Et puis aimer le death metal sans aimer Morbid Angel, c'est comme aimer l'humour anglais sans aimer les Monty Python, c'est qu'on a raté une marche dans l'histoire. Moqueur
Invité citer
Eskin
28/07/2010 19:01
Et donc pour toi c'est obligatoire de se farcir les albums de Morbid Angel pour pouvoir se dire fan de death metal ?
von_yaourt citer
von_yaourt
27/07/2010 13:12
note: 7/10
C'est ta punition pour ne pas avoir mis 10/10 à Human, pleutre. Devil

Et sinon c'est pas la Lettre à Élise qui passe mal, c'est Roméo et Juliette.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
27/07/2010 10:55
note: 9.5/10
Alors Deadborn c'est quand même la troisième division à côté de Necrophagist et même si j'ai beaucoup apprécié "Cosmogenesis", "Epitaph" lui est tout de même supérieur. Ok pour le caractère inutile du clin d'oeil à Beethoven mais pas du tout d'accord pour le reste. Album mythique et intemporel pour moi.
cglaume citer
cglaume
27/07/2010 09:09
note: 7.5/10
Moins bien que "Onset", mais bien quand même !
Keyser citer
Keyser
27/07/2010 08:37
note: 6/10
Un album qui a ses bons moments mais globalement chiant, il n'y a pas ce feeling que j'attends d'un album de death metal. Par contre je trouve le chant très bon et en live, ça bute!
von_yaourt citer
von_yaourt
26/07/2010 22:54
note: 7/10
Surt a écrit : Enorme le coup du « ÉGOÏÏÏÏÏÏSTE !!! » ... t'es allé le chercher loin celui-là !! :-D Je suis assez d'accord avec la chronique sauf en ce qui concerne la voix et la note que je trouve un poil élevée vu ta conclusion. L'album est beaucoup trop inégal ce qui nuit grandement à son intérêt d'autant plus qu'il ne dure pas longtemps ! Et à ce qu'il me semble le nom de l'album s'écrit Epitaph.

Boarf, tous les gens de plus de 25-26 ans et tous les publivores dignes de ce nom la comprendront sans problème cette vanne. Mr Green

Si la note est élevée c'est parce que tout de même, c'est un bon album, surtout au regard du death metal de l'époque, et que ça froisserait trop les fanatiques du groupe. Je peux pas non plus dire que cet album soit mauvais; il est juste largement perfectible...

Sinon merci pour le Epitath à la place de Epitaph, c'est une faute à la con, mais j'ai toujours été persuadé que ça s'écrivait comme ça, alors que je sais très bien que ce n'est pas le cas. What the fuck?!
Saikicekon citer
Saikicekon
26/07/2010 22:35
La Bagarre ?
Surt citer
Surt
26/07/2010 22:11
note: 6/10
Enorme le coup du « ÉGOÏÏÏÏÏÏSTE !!! » ... t'es allé le chercher loin celui-là !! :-D
Je suis assez d'accord avec la chronique sauf en ce qui concerne la voix et la note que je trouve un poil élevée vu ta conclusion. L'album est beaucoup trop inégal ce qui nuit grandement à son intérêt d'autant plus qu'il ne dure pas longtemps ! Et à ce qu'il me semble le nom de l'album s'écrit Epitaph.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Necrophagist
Death Technique
2004 - Regain Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (31)  8.42/10
Webzines : (23)  8.22/10

plus d'infos sur
Necrophagist
Necrophagist
Death Technique - 1992 † 2010 - Allemagne
  

écoutez
tracklist
01.   Stabwound
02.   The Stillborn One
03.   Ignominious & Pale
04.   Diminished To b
05.   Epitaph
06.   Only Ash Remains
07.   Seven
08.   Symbiotic In Theory

Durée : 32:58

line up
voir aussi
Necrophagist
Necrophagist
Onset Of Putrefaction

1999 - Noise Solution Records
  

Essayez aussi
Desecravity
Desecravity
Anathema

2019 - Willowtip Records
  
Wounds
Wounds
Light Eater (EP)

2019 - Everlasting Spew Records
  
Orphalis
Orphalis
The Approaching Darkness

2019 - Rising Nemesis Records
  
Henker
Henker
Slave of my Art

2010 - Autoproduction
  
Archspire
Archspire
Relentless Mutation

2017 - Season Of Mist
  

Momentum
Momentum
Lire la chronique
Kompost
Pallor Mortis
Lire la chronique
Carcass
Torn Arteries
Lire la chronique
Aussichtslos
Einsicht
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Punishment And Devotion (EP)
Lire la chronique
Demolizer
Upgrade (EP)
Lire la chronique
Mythical Beast
Scales
Lire la chronique
Bishop
Bishop
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Submission And Slavery
Lire la chronique
Aurvandil
Thrones
Lire la chronique
Nocturnal Nightmare
Abstrakt Sinne
Lire la chronique
Ghastly
Mercurial Passages
Lire la chronique
Hellsword
Cold Is The Grave
Lire la chronique
King Diamond
Conspiracy
Lire la chronique
Vile Apparition
Depravity Ordained
Lire la chronique
Necrofier
Prophecies of Eternal Darkness
Lire la chronique
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree
Lire la chronique
Hexerei
Ancient Evil Spirits
Lire la chronique
Illum Adora
Ophidian Kult
Lire la chronique
Begräbnis
Izanaena
Lire la chronique
Igric
Svet svetlom stvorený
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Roughly Excised (Putrefindi...
Lire la chronique
Sépulcre pour la démo "Ascent Through Morbid Transcendence"
Lire l'interview
Dead Soul Alliance
Behind The Scenes
Lire la chronique
Venefixion
A Sigh From Below
Lire la chronique
Marduk
Dark Endless
Lire la chronique
L'Acéphale
L'Acéphale
Lire la chronique
Clandestine Blaze
Secrets of Laceration
Lire la chronique
Hooded Menace
The Tritonus Bell
Lire la chronique
Criminal
Sacrificio
Lire la chronique