chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Void Of Silence - The Grave of Civilization

Chronique

Void Of Silence The Grave of Civilization
Il aura fallu six longues années à Void Of Silence pour donner un héritier au sublime Human Antithesis. Petit problème de fertilité ? Non, non, la virilité des Italiens est sauve, c'est simplement qu'un bon orgasme demande de longs préliminaires. Alors au bout de six ans de caresses attentives, les compositions de The Grave Of Civilization devraient logiquement trouver le chemin de notre point G, même s'il faut avouer que les choses n'ont pas dû être aisées pour Ivan Zara et Riccardo Conforti qui, à chaque album, doivent se séparer d'un bon chanteur. Les prouesses nuptiales du regretté Alan Nemtheanga ayant puissamment marqué la musique du duo, son départ en plein acte a de quoi ramollir les autres du bas ventre. Mais voilà qu'arrive Brooke Johnson, bel éphèbe de son état et accessoirement vocaliste chez The Axis Of Perdition. La question se pose donc: Brooke va-t-il casser des briques ?

Quelques briques en effet, mais j'y reviendrai. L'introduction « Prelude To The Death Of Hope » offre un visage légèrement différent du Void Of Silence que l'on connaît : point de longue mise en place à base de samples oppressants, point de réminiscences industrielles, et nulle ambiance malsaine. Le morceau débute par des nappes de claviers dont le chuchotement majestueux – presque cosmique – nous murmure « attention, on décolle ». Un piano fragile égrène quelques notes, le chant liturgique qui permet de reconnaître le groupe entre mille s'immisce discrètement, un flottement laisse la tension gagner nos sens et puis… les guitares se déploient pour un constat que ne démentira pas le reste de l'album : jamais Void Of Silence ne s'est fait aussi atmosphérique. Trois minutes qui ne semblent durer qu'une poignée de secondes et déjà, avec des éléments très simples, une ambiance est callée, et une noble amertume s'empare de nous pour un voyage qui une fois encore ne se fera que la gorge serrée et le visage crispé.

Il faut attendre le second morceau pour qu'émerge le côté dangereux du groupe, avec un riff menaçant et l'apparition d'un Brooke Johnson qui semble d'abord faire pâle figure auprès de son prédécesseur. Cependant, sa voix – uniquement du chant clair – qui a clairement moins de charisme que celle de Nemtheanga parvient néanmoins à déstabiliser, étant elle aussi mal ajustée. Tout en déséquilibre, achevant chaque ligne sur le même phrasé monocorde, elle remémore la malveillance présente sur les précédents opus. Sur « Temple Of Stagnation » elle bascule dans un registre plaintif un peu crispant, qui n'est pas sans rappeler S.A.S chez Misanthrope. Des vocaux instables, presque faux, que l'on n'apprécie totalement qu'après de multiples écoutes, et qui renforcent énormément les moments d'accalmie. Sur ces derniers Brooke Johnson dévoile un chant incroyablement apaisant, presque parlé et qui, combiné à un jeu de guitare pur et minimaliste, m'évoque énormément celui de Johan Edlund chez Tiamat (3:40 sur « The Grave Of Civilization »). Protéiforme, il l'est également lorsqu'il se veut plus épique, parfois souligné de backing vocals (8:25 sur le même titre, « Apt Epitaph », « None Shall Mourn »). C'est la tendance générale de ce nouvel album : une complainte plus reposée qui permet au groupe d'exprimer avec une résignation et un calme désarmants les douloureuses conclusions d'une détresse qui plane au dessus de tous leurs ouvrages (un « I envy the dead » achève le titre éponyme et un « Truth be told, I like the solitude now I am alone » conclu l'album : tragique garanti).

On retrouve globalement des plans déjà présents de manière implicite sur Human Antithesis, mais la production, plus claire, plus propre, et les leads plus omniprésents dégagent un sentiment bien différent. Le titre « None Shall Mourn » dont la guitare introductive transperce la brume avec l'acuité d'un laser bleu annonce ce que l'on croyait impossible de la part d'un groupe tel que Void Of Silence : un infime note d'espoir. C'est la bouleversante concession faite par les plus tristes des troubadours, qui dans la tourmente nous proposent l'espace d'un instant de relever la tête et de pleurer sur leur épaule. Sur The Grave Of Civilization le groupe commence doucement à délaisser la colère, la haine et la folie. Reste une tristesse délirante de lucidité et, plus troublant encore, dénuée de regrets. C'est aussi une musique plus essentielle qui abandonne les sonorités industrielles. Sur le dernier titre « Empty Echo », un instrument étrange se manifeste : une flûte dont les accents folks renvoient au contraire aux origines, où dès le commencement l'homme contient sa propre chute. Ce rappel, s'il est musicalement une piste très intéressante pour le futur des italiens, est en tout cas une des clefs de cet album et de la musique du groupe depuis ses débuts.

Voilà, je m'étais promis de ne pas m'emporter à nouveau en chroniquant du Void Of Silence, mais même mon intro plus que douteuse n'y aura rien fait. La musique proposée ici force l'esprit et soumet le coeur. A tous ceux qui aiment se flageller et qui se complaisent dans la mélancolie je conseille vivement cet album, à l'heure qu'il est une des meilleures sorties de l'année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Worthless citer
Worthless
09/08/2010 17:04
Il faut vraiment que j'écoute cet album!
Invité citer
Ellestin
05/08/2010 21:38
Bon retour aux affaires même si la tendance du duo à patauger là où il pieds bride le danger de la découverte (et donc un peu le plaisir). Le nouveau vocaliste fait bien son taf. J'irai jusqu'à dire qu'un album comme celui-ci méritait des vocaux plus "neutres" que ceux d'A.A.N., donc tout est bien de ce côté. S'il remettent le couvert j'attendrai quand même noirceur et ambition d'écriture en proportions plus denses.
just gnu it citer
just gnu it
03/08/2010 09:42
note: 8.5/10
Ikea a écrit : "La musique proposée ici force l'esprit et soumet le coeur." *révérence*
Belle chronique qui me rappelle de me mettre à VoS Sourire


Même pas honte Mr Green
Sinon bah merci, et n'hésite pas, lance toi, c'est que du malheur!
lkea citer
lkea
03/08/2010 07:41
"La musique proposée ici force l'esprit et soumet le coeur."

*révérence*

Belle chronique qui me rappelle de me mettre à VoS Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Void Of Silence
Doom atmosphérique
2010 - Code666
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  6.33/10
Webzines : (8)  7.77/10

plus d'infos sur
Void Of Silence
Void Of Silence
Funeral doom / Doom épique - 1999 - Italie
  

tracklist
01.   Prelude To The Death Of Hope
02.   The Grave Of Civilisation
03.   Apt Epitaph
04.   Temple Of Stagnation (D.F.M.I. MMX)
05.   None Shall Mourn
06.   Empty Echo

Durée : 62:59

line up
parution
16 Juillet 2010

voir aussi
Void Of Silence
Void Of Silence
Criteria Ov 666

2002 - Code666
  
Void Of Silence
Void Of Silence
Human Antithesis

2004 - Code666
  
Void Of Silence
Void Of Silence
The Sky Over

2018 - Avantgarde Music
  

Essayez aussi
Flowing Tears & Withered Flowers
Flowing Tears & Withered Flowers
Swansongs

1996 - Seven Art Music
  
Atavist
Atavist
III: Absolution

2020 - Candlelight Records / Spinefarm Records
  
Daylight Dies
Daylight Dies
Dismantling Devotion

2006 - Candlelight Records
  
Raspail
Raspail
Dirge

2016 - Sick Man Getting Sick Records
  
Hanging Garden
Hanging Garden
I Was a Soldier (EP)

2013 - Lifeforce Records
  

Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique
Withering Surface
Meet Your Maker
Lire la chronique
Dauþuz
Grubenfall 1727 (EP)
Lire la chronique
Mercyful Fate
In The Shadows
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Alcest
Spiritual Instinct
Lire la chronique
Carcinoid / Charnel Altar
Carcinoid​ / ​Charnel Altar...
Lire la chronique
French Black Metal : La collec' plus lourde que ton père !!!
Lire le podcast
Helloween
Chameleon
Lire la chronique
Fides Inversa
Historia Nocturna
Lire la chronique
Screamer
Highway of Heroes
Lire la chronique
Perdition Temple
Sacraments Of Descension
Lire la chronique
Triptykon
Requiem (Live) (Live at Roa...
Lire la chronique