chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
101 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Arcania - Sweet Angel Dust

Chronique

Arcania Sweet Angel Dust
Puisqu'à ma grande surprise les Angevins d'ARCANIA avaient déjà trouvé place en ces pages, prenons la relève de Chris – lequel avait franchement apprécié leur première autoproduction – avec la sortie tardive d'un toujours plus significatif premier album, un « Sweet Angel Dust » sorti en juin dernier chez Great Dane Records (ATROPHY, WHISPERING TEARS, CHRYSEIS). Un trou noir de six ans plus tard (le groupe n'ayant stabilisé son line-up qu'à compter de 2008), l'heure est enfin venue pour ARCANIA de coucher sur CD le fruit de dix ans d'expériences parfois malheureuses –la disparition tragique du membre fondateur Gabriel – et de morceaux ambitieux combinant thrash old school, metal mélancolique et adjuvants rythmiques hérités du death mélodique.

En ce qui concerne le death, on va la faire courte étant donné la forte orientation thrash de l'affaire, le frontman Cyril concédant quelques rares growls au détour d'un refrain scandé sur l'énergique « No End », un peu à la manière d'un Chuck Billy, tandis que le batteur Olivier Chene insuffle à l'ensemble l'oxygène extrême nécessaire sous forme de blasts qui rapprochent ARCANIA d'un DETONATION ou d'un DARK TRANQUILLITY de la première heure (celui de « The Mind's I » au démarrage de « This Man Failed »), en moins bluffant techniquement parlant. Pour le reste, l'influence principale des français est à chercher outre atlantique, plus précisément du côté des Four Horsemen dont l'ombre fait plus que planer sur les neuf titres qui composent la galette. La principale raison ? Le timbre de voix de Cyril Peglion, du James Hetfield tout craché, qui plus est de la meilleure période (celle de « … And Justice For All »), avant que le thrasher émérite ne s'étouffe à l'écoute des yeah yeah à répétition dont notre Californien préféré s'est malheureusement fait une spécialité. Une belle performance vocale qui ravira les amateurs du METALLICA pré-Black Album !

On le ressent également au détour de nombreux riffs faisant ressurgir le spectre du thrash eighties de papa qui fera qu'on conseillera « Sweet Angel Dust » à tous les nostalgiques de la période, le tout saupoudré de quelques réminiscences suédoises bienvenues histoire de ne pas sonner trop rétrograde. Délicieusement old school par moment sans l'être corps et âme donc, l'album baignant dans une atmosphère nostalgique évidente que l'on retrouve plus souvent chez les groupes goth/dark chers à notre webmaster (l'instrumental « Interlude ») que dans une mouvance thrash actuelle trouvant plus son salut dans la déconne ou l'ultra-violence.

Un bon point pour la démarche originale d'ARCANIA dont le thrash progressif a le mérite de ne pas ressasser des plans usés jusqu'à la corde, mais qui recquiert à l'inverse une maîtrise de tous les instants pour ne pas perdre l'auditeur en chemin. Etant donnée la durée excessive des morceaux et la redondance de certaines parties rythmiques, le contrat n'est pas totalement rempli avec des leads décentes mais peu mémorables et trop isolées, des breaks mélodiques au placement hasardeux quand le morceau ne demande qu'à décoller (à 3 :10 sur le title track) et un tracklisting à la dynamique très aléatoire, les titres les plus rapides étant tous concentrés en début de programme avant de céder la place à des pièces thrash à l'efficacité toute relative (la peu enthousiasmante « Against My Fear »). Souvent sauvés par des refrains impeccables (« Memento »), la plupart des titres gagneraient à être raccourcis (« Memento », encore), ARCANIA n'ayant pas la maitrise et l'inspiration d'un OPETH sur les passages les plus lents et mélancoliques. Une atmosphère de recueillement qui fait qu'on a parfois le sentiment d'être en présence d'une longue variation de « My Friend Of Misery » (« As We Fall ») et qui chagrinera les amateurs de thrash pur et dur, quant les amateurs de THIS HAVEN et autres GHOST BRIGADE salueront au contraire l'accalmie spleen, fût-ce au prix d'un regrettable manque d'intensité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Chri$ citer
Chri$
19/08/2010 09:42
Je me souviens encore de leur démo, et surtout de l'enthousiasme communicatif de Cyril pour parler de son groupe. Heureux de voir que le groupe existe toujours!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Arcania
Thrash progressif
2010 - Great Dane Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (3)  7/10
Webzines : (16)  6.95/10

plus d'infos sur
Arcania
Arcania
Thrash progressif - 1999 - France
  

tracklist
01.  Sweet Angel Dust
02.  No End
03.  Memento
04.  Leave My Mind
05.  Against My Fear
06.  As We Fall
07.  Interlude
08.  This Man Failed
09.  My Funeral

Durée : 54:57

line up
parution
6 Juin 2010

voir aussi
Arcania
Arcania
Démo (Démo)

2005 - Autoproduction
  

Essayez plutôt
Nevermore
Nevermore
Dead Heart In A Dead World

2000 - Century Media Records
  
Symbyosis
Symbyosis
On the Wings of Phoenix

2005 - Hidden Association
  
Chryseis
Chryseis
Presence Of The Past

2007 - Autoproduction
  
Voivod
Voivod
Killing Technology

1987 - Noise Records
  
Hexen
Hexen
Being And Nothingness

2012 - Pulverised Records
  

Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)
Lire la chronique
Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique
Drawn And Quartered
The One Who Lurks
Lire la chronique
Wastes
Into the Void of Human Vacuity
Lire la chronique
Beyond Creation
Algorythm
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 19 - L'autel Païen
Lire le podcast