chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
117 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cenotaph - Putrescent Infectious Rabidity

Chronique

Cenotaph Putrescent Infectious Rabidity
J'avais toujours considéré Cenotaph comme un énième clone de Disgorge, ce pourquoi je n'avais jamais fait l'effort d'écouter plus que ça. Et puis quand je pense à Cenotaph, c'est plutôt les Mexicains qui me viennent à l'esprit et non les Turcs. Mais quelque chose a changé qui m'a poussé à m'intéresser à ce cinquième album des vétérans (formés en 1994 tout de même!), Putrescent Infectious Rabidity, le premier pour Sevared Records. Pas la pochette monstrueuse de Toshihiro Egawa, non (quoique!?), mais plutôt l'arrivée de ce qui se fait actuellement de mieux en matière de batteur brutal death, j'ai nommé Lille Gruber de Defeated Sanity.

Ai-je bien fait? Oui, car sans être l'album de l'année, Putrescent Infectious Rabidity est un sacré morceau de brutal death et une vraie bonne surprise. Par contre, il faut vraiment s'accrocher pour comprendre, assimiler, et retenir ce qu'il se passe. Cenotaph compose des morceaux courts, souvent 2-3 minutes, mais qui donneraient la nausée au mieux entraîné des astronautes tant les changements de rythme sont nombreux. Bref, les Turcs ne tiennent pas en place et ça bouge tout le temps, en bons héritiers de l'école américaine Suffocation/Disgorge/Deeds Of Flesh. La durée ultra courte de l'album (moins d'une demie-heure) apparaît alors comme un bien plutôt qu'un mal. Dans cette tornade de brutalité toutefois, Cenotaph arrive à dégager un groove salvateur, notamment par quelques passages bien gras typés slam parts ("Schizoid Acts Of Mental Defloration" à 1'56, "Consumed By Embryophagy" à 1'06, "Embalming Maggotized Aborticide (Obscure Perspectives Of Forensic Entomology)" à 2'15, "Paroxysmal Mutation" à 1'00...) ou une utilisation intensive d'harmoniques sifflées à rendre jaloux Malignancy. Cenotaph pourrait à nouveau venir de l'autre côté de l'Atlantique et pour le prouver une dernière fois, Batu Çetin ne fait pas dans l'opéra avec des vocaux ultra gutturaux incompréhensibles dans la plus pure tradition du style mais qui malheureusement tirent Cenotaph vers le bas.

Quel intérêt alors à ce Putrescent Infectious Rabidity si on reste dans le classique de chez classique, qu'il est difficile de retenir quoi que ce soit tant le groupe a la bougeotte et que la voix soûle plus vite que de la vodka frelatée? Au delà d'un groove efficace et d'une brutalité assez jouissive, on note une volonté de composer des riffs un peu plus intéressants et inspirés que la moyenne ("Schizoid Acts Of Mental Defloration" à 1'05, "Embalming Maggotized Aborticide (Obscure Perspectives Of Forensic Entomology)" à 2'56, "Putrescent Infectious Rabidity" à 1'00, etc.). Ce n'est pas encore la panacée mais ça passe déjà bien mieux que la plupart des groupes de brutal death bas du front sans aucun sens de la composition et qui ne sont là que pour bourrer comme des cons. Mais surtout, il y a deux autres choses qui démarquent Cenotaph. Sur "Menstrual Dismemberment", "Gorenographic Pervert Victimology" et surtout l'excellent final "Embryobscure Hypnosis/Womb Of Decay", le combo d'Ankara essaye de ralentir le tempo, de calmer le jeu et d'instaurer une vraie ambiance sombre. On est même presque dans la mouvance orthodoxe sur l'outro avec un chant enfin intéressant, plus malsain, torturé et dégénéré. A mon avis, il y a ici quelque chose à creuser. L'autre atout phare de Putrescent Infectious Rabidity, c'est évidemment Lille Gruber. A vrai dire, je n'en attendais même pas autant. Son jeu atypique et désormais bien reconnaissable donne logiquement un petit air de Defeated Sanity à Cenotaph mais la performance de l'Allemand est bien plus impressionnante sur cet album. La batterie ayant été enregistrée au même studio berlinois que sur le dernier attentat des Teutons, on reprochera un manque similaire de puissance et d'impact mais elle bénéficie au moins d'un son naturel très sec, une qualité de plus en plus rare de nos jours en raison d'une surenchère ridicule faisant figure de concours de bites. Et puis le potentiel de Lille est bien mieux utilisé ici même si en terme de composition, les Turcs sont encore loin de rattraper les Allemands. Frustré de l'entendre si peu blaster sur Chapters Of Repugnance, je peux vous dire que là j'ai été servi tant le bonhomme s'en donne à coeur joie! Et puis vas-y que je te colle des contre-temps inattendus, des rythmiques originales et un feeling jazzy (miam miam l'intro de "Pustulation With Swarming Insectoids" avec cette basse bien audible), le tout cohabitant avec la panoplie habituelle blasts/semi-blasts/gravity typique. C'est à la fois technique, brutal, catchy, inspiré et personnel. Du grand art!

Putrescent Infectious Rabidity aurait été une excellente surprise s'il n'y avait pas ces gargouillis inintelligibles qui tiennent lieu de chant. Au lieu de cela, on a un album vraiment bon, ce qui est déjà pas mal, mais un peu frustrant vu le potentiel affiché. Parce qu'avec un Lille Gruber au sommet de son art et un Cihan Akün qui essaye de se dégager de la masse par des riffs plus travaillés et des passages ambiancés bienvenus, Cenotaph peut aller loin. Amateurs de pilonnage intensif non dénué de groove et de groupes tels que Disgorge, Malignancy ou Defeated Sanity, ce Putrescent Infectious Rabidity vous tend les bras.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Insania citer
Insania
06/12/2018 22:43
Je ressort cette chro' parce que je retombe dessus par hasard, il est mortel le chant putain ^^ Comme le reste d'ailleurs, je préfère même cet album à celui qui suivra en 2017, de très peu (la finesse du jeu de batterie essentiellement). Les 2 étant finalement assez proche et très aboutis à tout point de vue, à mon humble avis !
Invité citer
Seb`.
14/09/2010 17:40
Mais elle est très bieng cette voix !
human citer
human
14/09/2010 12:28
Très bonne chro je pense exactement la même chose.
Quel dommage cette voix, ou comment niquer un groupe avec un bon potentiel.
Ander citer
Ander
14/09/2010 12:19
note: 7/10
Trop mou? Et c'est un fan de Mortal Decay qui dit ça.Mr Green
Keyser citer
Keyser
14/09/2010 08:41
note: 7/10
Ander a écrit : Si j'aime bien quand c'est lent sinon j'aimerais pas Neurosis ou certains trucs du genre... Là je trouve la chanson, avec cet unique riff interminable, passable... Question de feeling. A part dans un genre moins guttural la kro du denier Decimation est prévue? Il peut plaire à un plus grand nombre que ce Cenotaph à mon avis. Sourire

La kro arrive d'ici la fin du mois je pense ou début octobre. Album sympatoche mais je trouve ça souvent trop mou et globalement ça m'ennuie un peu même si y'a de bonnes idées et une volonté de proposer des compositions plus "complexes" que le groupe de BDM lambda. Mais je suis d'accord avec toi, ça peut plaire à plus de monde vu que c'est moins extrême que Cenotaph.
Ander citer
Ander
13/09/2010 21:10
note: 7/10
Si j'aime bien quand c'est lent sinon j'aimerais pas Neurosis ou certains trucs du genre... Là je trouve la chanson, avec cet unique riff interminable, passable... Question de feeling.

A part dans un genre moins guttural la kro du denier Decimation est prévue? Il peut plaire à un plus grand nombre que ce Cenotaph à mon avis. Sourire
Invité citer
Seb`.
13/09/2010 20:53
Y'a pas photo, le jeu de Lille est reconnaissable à 13km (:

Sinon, pas d'accord pour "ce qui se fait actuellement de mieux en matière de batteur brutal death". Rieng n'y personne ne surpassera mon John !
Mais, ça, c'est une question de point de vue :x
Keyser citer
Keyser
13/09/2010 20:23
note: 7/10
Ander a écrit : Album sympa, bien meilleur que Reincarnation In Gorextasy mais c'est vrai que les vocaux gagneraient à être plus variés (même si Batu fait quelques efforts de temps en temps) et surtout plus intelligibles même avec les lyrics sous les yeux je comprends rien... Le plus c'est clairement Lille comme tu dis, qui livre une prestation hors pair même si je le trouve plus inventif sur le dernier DS... Par contre pas fan de l'outro, c'est d'un chiant... Pour les fans de Disgorge et Malignancy! "Dans ce tornade de brutalité toutefois" Cette. Clin d'oeil

Ca c'est parce que je voulais mettre torrent et pas tornade Mr Green

Sinon je préfère le jeu de Lille ici parce qu'il baste beaucoup plus. Y'a peut-être moins de passages jazzy, mais c'est parce que ça colle mieux à DS que Cenotaph. Une putain de tuerie quand même! Sinon pour l'outro (et les deux autres passages du genre) c'est sans doute parce que t'aimes pas quand c'est lent parce que franchement ça apporte beaucoup je trouve, surtout en terme d'ambiance (ce dont les groupes de BDM manquent cruellement la plupart du temps). J'aimerais bien qu'ils approfondissent ça sur un prochain album.
Ander citer
Ander
13/09/2010 19:01
note: 7/10
Album sympa, bien meilleur que Reincarnation In Gorextasy mais c'est vrai que les vocaux gagneraient à être plus variés (même si Batu fait quelques efforts de temps en temps) et surtout plus intelligibles même avec les lyrics sous les yeux je comprends rien... Le plus c'est clairement Lille comme tu dis, qui livre une prestation hors pair même si je le trouve plus inventif sur le dernier DS... Par contre pas fan de l'outro, c'est d'un chiant... Pour les fans de Disgorge et Malignancy!

"Dans ce tornade de brutalité toutefois"

Cette. Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cenotaph
Brutal Death
2010 - Sevared Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (4)  6.5/10
Webzines : (4)  6.61/10

plus d'infos sur
Cenotaph
Cenotaph
Brutal Death - 1994 - Turquie
  

tracklist
01.   Schizoid Acts Of Mental Defloration
02.   Menstrual Dismemberment
03.   Consumed By Embryophagy
04.   Pustulation With Swarming Insectoids
05.   Embalming Maggotized Aborticide (Obscure Perspectives Of Forensic Entomology)
06.   Gorenographic Pervert Victimology
07.   Putrescent Infectious Rabidity
08.   Paroxysmal Mutation
09.   Embryobscure Hypnosis/Womb Of Decay

Durée : 28'51

line up
parution
3 Juin 2010

voir aussi
Cenotaph
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfunctions

2017 - Sevared Records
  

Essayez aussi
Defeated Sanity
Defeated Sanity
Promo 2007 (Promo)

2008 - Autoproduction
  
Beneath
Beneath
Ephemeris

2017 - Unique Leader Records
  
Lecherous Nocturne
Lecherous Nocturne
The Age Of Miracles Has Passed

2008 - Unique Leader Records
  
Embryonic Depravity
Embryonic Depravity
Constrained By The Miscarriage Of Conquest

2009 - Permeated Records
  
Severed Savior
Severed Savior
Servile Insurrection

2008 - Willowtip Records
  

Sulphur Aeon
The Scythe of Cosmic Chaos
Lire la chronique
Strigoii
The Oldest of Blood
Lire la chronique
Hwwauoch
Hwwauoch
Lire la chronique
Deicide
Overtures Of Blasphemy
Lire la chronique
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Dirge
Lost Empyrean
Lire la chronique
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique