chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Necronaut - Necronaut

Chronique

Necronaut Necronaut
Parmi les quelques géniteurs du death metal suédois, la figure emblématique Fred Estby (Dismember, Carnage) quittera malencontreusement la scène en 2007 (20 ans après) afin de se consacrer à sa famille, laissant de nombreux disciples en dépression... Mais le gaillard n'en perd pas pour autant sa boulimie musicale (musicien et producteur) et commencera dès son départ de Dismember, à composer pour un futur projet solo hommage au metal old school. Projet dans lequel il y aurait un chanteur et un lead guitariste pour chaque titre. Fred Estby nommera alors son groupe Necronaut et appellera ses potes de scène pour l'épauler dans son œuvre. Et autant vous dire que le petit bonhomme n'a pas choisi les moins connus (voir plus bas) : un véritable line-up de rêve pour les amateurs du genre ! Le premier album éponyme peut ainsi naître chez Regain Records.

Difficile pour moi de vous écrire une chronique fluide quand le style de Necronaut jongle sur tous les morceaux, chaque titre ayant sa thématique propre (black, death, heavy, rock…)... Mais je vais rassurer de suite mes lecteurs chevelus (ou pas) en manque de metal crasseux, la base se veut clairement death metal (old school) ! Ces riffs « parpaings » grassouillets ponctués de leads mélodiques simples mais enivrants, cette basse vrombissante et le tapage de fûts groovy feront incontestablement verser une larme aux aficionados de Dismember. Pas vraiment une surprise lorsqu'on sait que Fred Estby était le compositeur principal de la bande de Stockholm. Je vous laisse le soin d'écouter « Twilight at the Trenches », « Infecting Madness » ou « Rise Of The Sentinel » : la fibre « démembrante » est bien là ! Reste que le monsieur n'a pas vraiment envie de créer un clone de Dismember et souhaite plutôt jouer ce qu'il écoutait à son adolescence dans les années 80 (Bathory, Venom, Black Sabbath ou Iron Maiden selon ses dires). Le plus exemple étant la death'n'roll « The Lie In Which The Truth Is Buried » (Fred est au chant), comme si un gamin en transe dans sa chambre mimait les mimiques des posters rock jonchant ses murs.

Necronaut honorera donc les prémices du black metal à l'aide de Nifelheim (« In Dark Tribute ») ou Erik de Watain (l'occulte « Returning To Kill The Light » aux faux airs d'un Necrophobic première génération ou d'un récent Tribulation). Concernant l'aspect heavy metal, le pur hommage à Maiden « Soulside Serpents » (argh cette mélodie !) ou les prestations ahurissantes de David Blomqvist (Dismember) sur la tuerie « After The Void » (je défie quiconque de ne pas esquisser un mouvement de sa nuque !) et le final magique de « Rise Of The Sentinel » sauront refaire sortir le futal en cuir des cartons du grenier. Je n'ose d'ailleurs imaginer ce trio (Tompa-Estby-Blomqvist) sur un album entier… Multiples orgasmes assurés pour ma part ! Et c'est bien le problème ! Pas mal de titres laissent entrevoir un album au potentiel ravageur malheureusement interrompu par l'arrivée d'un autre au style radicalement différent. Impossible de ne pas rester frustré sur cet enchaînement peu naturel de morceaux hétérogènes… Enfin quand la musique est bonne, pourquoi se plaindre ?

Sorte de compilation de metal « eighties » (à la base death metal) gravée par Frest Estby pour redécouvrir ses classiques, Necronaut propose une musique « vitrine de luxe » (line-up + compositions) sans artifice et des plus jouissives ! On aurait peut-être apprécié un « véritable » album avec un line-up fixe ainsi qu'une ligne directrice et non un enchaînement de titres sans réel lien entre eux… Mais ce serait faire la fine bouche face à l'efficacité monstrueuse dégagée. Curieux de voir le line-up du deuxième album : excellente surprise !


Voici la liste complète des invités :

* Hellbutcher (NIFELHEIM)
* Tyrant (NIFELHEIM, DAGGER)
* Andreas "Drette" Axelson (TORMENTED, ex-EDGE OF SANITY, ex-MARDUK)
* Chris Reifert (AUTOPSY, ex-ABSCESS)
* Ulf "Uffe" Cederlund (DISFEAR, ex-ENTOMBED)
* Janne "J.B." Christofferson (GRAND MAGUS)
* Tomas Lindberg (DISFEAR, ex-AT THE GATES, ex-GROTESQUE)
* Nicke Andersson (DEATH BREATH, ex-ENTOMBED)
* Joakim Nilsson (GRAVEYARD)
* David Blomqvist (DISMEMBER)
* Erik Danielsson (WATAIN)
* Robert Pehrsson (DEATH BREATH, DUNDERTÅGET)
* Robert "Strings" Dahlqvist (DUNDERTÅGET)

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
27/10/2010 17:25
Moyennement convaincu pour ma part. C'est suédois, c'est sympa mais rien de vraiment transcendant niveau riffs et compos. A choisir, je préfère réécouter "To Ride, Shoot Straight And Speak The Truth", voire Death Breath.
NightSoul citer
NightSoul
09/10/2010 14:58
Idem, faudra que j'arrive à le trouver celui là !
cglaume citer
cglaume
09/10/2010 13:24
Ca fait envie, d'autant que j'avais déjà lu une autre chro assez enthousiasmante ...
Mitch citer
Mitch
08/10/2010 23:31
note: 8/10
Du son sur le MySpace ! Headbang

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Necronaut
Death Metal
2010 - Regain Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  6.5/10
Webzines : (12)  7.42/10

plus d'infos sur
Necronaut
Necronaut
Death Metal - 2008 - Suède
  

tracklist
01.   Crimson Fields | Chris Reifert (speech)
02.   Twilight At The Trenches | Andreas "Drette" Axelson (chant)
03.   In Dark Tribute | Hellbutcher (chant) & Tyrant (lead guitare)
04.   Soulside Serpents | Janne "J.B." Christofferson (vocals) & Robert "Strings" Dahlqvist (lead guitare) & Robert Pehrsson (lead guitare)
05.   Infecting Madness | Chris Reifert (chant) & Ulf "Uffe" Cederlund (lead guitare)
06.   After The Void | Joakim Nilsson (chant) & David Blomqvist (lead guitare)
07.   The Lie In Which The Truth Is Buried | Fred Estby (chant) & Nicke Andersson (lead guitare)
08.   Returning To Kill The Light | Erik Danielsson (chant) & Janne "J.B." Christofferson (lead guitare)
09.   Tower Of Death | Nicke Andersson (chant)
10.   Rise Of The Sentinel | Tomas Lindberg (chant) | David Blomqvist (lead guitare)

line up
parution
18 Octobre 2010

Essayez aussi
Abyssal
Abyssal
Antikatastaseis

2015 - Profound Lore Records
  
Hail Of Bullets
Hail Of Bullets
On Divine Winds

2010 - Metal Blade Records
  
Kalopsia
Kalopsia
Angelplague

2017 - Horror Pain Gore Death Productions
  
Fleshrot
Fleshrot
Demo 2020 (Démo)

2020 - Autoproduction
  
Infernal Conjuration
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis

2019 - Iron Bonehead Productions
  

Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
Jerry Cantrell
Boggy Depot
Lire la chronique
Vanden Plas
Far Off Grace
Lire la chronique
The Devil's Blood
The Time Of No Time Evermore
Lire la chronique
Grave Miasma
Abyss Of Wrathful Deities
Lire la chronique
Impaled Nazarene
Eight Headed Serpent
Lire la chronique
Gärgäntuäh
Dödenlicht (Démo)
Lire la chronique