chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Daughters - Daughters

Chronique

Daughters Daughters
« La bonne pioche ! » Voilà ce que je me suis dit en découvrant Daughters avec son troisième album (et peut-être dernier, le groupe ayant perdu pas mal de ses membres dans la foulée) au hasard de mes pérégrinations numériques. Expression qui qualifie à la fois ma surprise et l'explosion de boite crânienne qui en a résulté !

Le topo : du mathcore qui a écouté les violents de The Locust rencontre Elvis dans la rue. Comment ça va/kesstudviens etc. et on apprend que le King va pas fort, faut dire qu'il vient de discuter avec Eugène Robinson d'Oxbow, ça aide pas. Bref, c'est là que ça devient intéressant, tout ce beau monde décide d'aller se divertir en boîte de nuit, en mode coke/champ' ! Et si t'as pas compris, c'est déglingué mais aussi accrocheur à en être dansant, avec une voix qui croone comme si c'était la fin, au phrasé thermonucléaire. La batterie joue dans son coin, les riffs sont éclatés, entrecoupés de slides d'épileptiques bouge-popotins mais les mélodies catchy ne sont pas oubliées, ces dernières devenant rapidement des repères, voire les moments forts des compositions. Une capacité à allier les grands écarts donc, allant jusqu'à rassembler rythmique mathématique et clappements de mains accrocheurs qui ne lâcheront pas tes oreilles. Et le pire, c'est que ce jeu des paradoxes ne sonne pas contre-nature ! Au contraire, les guitares jouées à Mach 3, les embardées toutes les dix secondes passant d'une polyrythmie à t'en dépecer les feuilles de choux à une ligne vocale qui donne envie de cramer les pistes font que tu hésites entre te cogner la tête contre les murs, défoncé par l'adrénaline, ou fister l'air de ton poing de vainqueur. Impossible de rester de marbre surtout avec cette production souple, tantôt massive, tantôt déchirée, avec ce qu'il faut de velours pour faire passer le gang-bang des instruments.

C'est ton chiropracteur qui va être content, à la vue de cette efficacité brise-vertèbres. Mais si Daughters est plus qu'un énième groupe chaotico-rigolo-stérile, c'est grâce à son ambiance. Pas un simple appel à la fête mais LA fête elle-même, avec ce qu'elle contient de folie nocturne. Il y a quelque chose qui rappelle les paillettes et les dancefloors mais aussi la fièvre des samedi soirs (« The Dead Singer »), la salope chopée en deux-deux (les cris orgasmiques de « The Theatre Goer »), le tube que même toi, le-râleur-qui-aime-pas-danser, tu ne peux contrer (« The Hit »), et on a droit au pack tout compris avec la baston alcoolisée de sortie de discothèque (« Sweet Georgia Bloom », mieux que le rock du bagne, celui de la beigne) ! De la déstructuration au service du feeling sur lequel les corps d'habitude distants se frottent, l'immense appel à la jouissance des foules anonymes (« The Unattractive, Portable Head », tellement pénétré que ça vire au gospel avec synthés d'église)… et puis, quand même, ça latte sérieusement sa race.

Comme une bonne soirée, Daughters passe trop vite et c'est bien son seul défaut. Il laisse une certaine amertume, la déprime de l'après, ce sentiment que procure l'éphémère des nuits où milles choses passent et trépassent, à l'image des dernières lignes vocales de « The Unattractive, Portable Head » répétant I want to reach out and feel nothing at all. Il ne te reste plus qu'à attendre la prochaine occasion de t'oublier. Ou à appuyer de nouveau sur lecture. Ton choix.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Backstaber
18/10/2010 22:45
wai excellent truc ! Merci pour la découverte Ikea !

Par contre je dois pas être monté comme tout le monde, je trouve pas ça si destructuré que ça (ok c'est pas Iron Maiden mais quand même) et je peine à trouver le côté noise...

8/10 d'même
lkea citer
lkea
15/10/2010 14:18
note: 8/10
Ah ben dans la catégorie "ridiculously awesome" ça se pose là, c'est sur ! Mr Green
Barak citer
Barak
15/10/2010 14:16
Tain suis en train de l'écouter et j'ai qu'une envie là, aller déchirer un dancefloor. C'est pas humain un disque pareil
Häxan citer
Häxan
15/10/2010 09:45
convaincu par la chro et le myspace, effectivement bonne pioche, j'achète !
lkea citer
lkea
15/10/2010 09:41
note: 8/10
J'ai pas mal cherché sur le net pour en savoir plus et impossible de trouver une source valable et claire sur le sujet... Mais ça sent mauvais ça s'est sur.
Barak citer
Barak
15/10/2010 09:21
J?accroche beaucoup au myspace, va falloir creuser ça sur disque. Ah et effectivement il me semble avoir lu sur une autre chronique du groupe (dans Noïse Mag, je crois) que c'était le dernier album du groupe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Daughters
Math / Noisecore
2010 - Hydra Head Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  9.5/10
Webzines : (7)  8.46/10

plus d'infos sur
Daughters
Daughters
Industrial Noise / Math Rock - 2002 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Virgin
02.   The First Supper
03.   The Hit
04.   The Theatre Goer
05.   Our Queen (One Is Many, Many Are One)
06.   The Dead Singer
07.   Sweet Georgia Bloom
08.   The Unattractive, Portable Head

Durée : 27 Mns

line up
parution
9 Mars 2010

voir aussi
Daughters
Daughters
You Won't Get What You Want

2018 - Ipecac Recordings
  

Aria
Generator of Evil
Lire la chronique
Ruttokosmos
Kärsimys (Compil.)
Lire la chronique
Disrupted
Pure Death
Lire la chronique
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast