chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

As We Draw - Lines Breaking Circles

Chronique

As We Draw Lines Breaking Circles
Personnellement, quand un groupe a comme influences autoproclamées Breach et Cult Of Luna, j'ai deux réactions : d'abord, je fonce, pantalon bosselé et oreilles chatouillées, me procurer ça quoiqu'il en coûte (oui oui). Puis je m'arrête, regarde le nom du combo et de l'album, me dit que hum, attention, ça sent un peu le méchudiant (ou l'étuchiant, au choix) qui se la joue façon « la géométrie c'est la guerre et je joue de la musique comme on dessine vois-tu », le pompeux impersonnel qui donne envie de préparer le clavier à chronique comme on sort le poing américain quoi. Enfin, j'écoute.

Alors, nouvelle sensation post ou anonyme de plus ? S'il est clair que l'on pense au départ que ces mecs pourraient venir du nord de l'Europe plutôt que de l'ouest de la France (ce trio provenant de Laval), tant ils évoquent la nervosité de Breach s'aventurant dans l'univers d'un Cult Of Luna période Somewhere Along The Highway, il serait stupide de les reléguer à la va-vite dans la case du post hardcore consanguin. On a entendu pléthore de groupes pomper le son ou l'intention créés par la Breach ouverte, mais jamais quelqu'un rappelant aussi bien le trait vif parcourant un album comme It's Me, God ! As We Draw pourrait se définir comme la version hypersensible de leurs collègues de I Pilot Daemon : un post hardcore à la dure, sans fioritures et avec un feeling cherchant ses racines autant dans l'efficacité (qui pourra rappeler un At The Drive In ayant troqué ses légumes pour du lion) que la mélodie lâche-vapeur. Oh oui, il aime torturer le chaland, cf. la transition entre « Drowned In Flames » et « Draft » où ça appuie sur le champignon sans prévenir, te laissant à chaque fois le ventre sur le capot, la face contre les essuie-glaces, tout en te regardant avec une gueule d'amour en forme de leads aux notes névrotiques (« Shield », « Burst Of Colour ») ou doux arpèges à peau de chamois (« Scum Of The Earth », « When Crowds Are Trapped The Lonely One Dies » certainement un des meilleurs moments de la galette et accessoirement un prétendant sérieux au titre de chanson le plus cool de l'année).

Il y a cependant assez d'éléments intéressants car personnels faisant que si les références planent, elles n'atténuent pas le plaisir que procure Lines Breaking Circles : une production en marcel (et un mastering signé Alan Douches, s'il vous plait), un régal là où d'autres sont propres à ne rien laisser dépasser même l'émotion, un aspect fédérateur avec ce chant aux lignes vocales passionnelles limite screamo, ainsi que cet envie d'aller à l'essentiel, sans détour atmosphérico-ça-vient-je-sens-que-ça-vient comme on en a bouffé à en vomir, le tout avec des structures (d)étonnantes, fluides bien qu'inattendues. Bizarrement, c'est aussi ce qui fait de ce disque une très bonne surprise sans devenir un incontournable : il a le cerveau et le cœur, les cheveux sales et les yeux bleus mais pas encore la possibilité de claquer LE morceau de salopiaud, le final « Scum Of The Earth » étant assez léger alors que tu attends la baffe dont tu ne te relèveras pas. La galette préfigure autant qu'elle montre donc, les capacités semblant prometteuses et déjà sévèrement racées, une certaine grâce ressortant de ce gloubi-boulga (« Sin Of Addiction » ou le tapping de « Fault Lines » par exemple) malgré une durée un poil frustrante pour le genre pratiqué. Ils ont tout compris, reste à mieux le retranscrire.

C'est un premier jet bandant que nous offrent les français et ils sont à surveiller car ils pourraient bien briser cette impression d'un genre tournant en rond, vu qu'il n'est question ici que de quelques bidouillages à effectuer. Finalement, As We Draw est un peu comme l'ami que tu voudrais avoir, celui qui te fait des tapes lourdes sur l'épaule à t'en foutre la tête dans la mélasse pour te la tirer devant un paysage de nuit en te susurrant « merde, matte comme c'est beau ». Certes, il est un peu énervant avec ses clins d'œil mais t'as beau essayer, tu peux pas vraiment lui en vouloir et en plus il te coûte pas cher puisque l'album est en téléchargement libre avec plein de bonnes choses dedans comme une pochette à faire soi-même, histoire de concurrencer les soirées napperons de ta mère. Je sais pas toi mais moi devant un tel élan d'amitié, j'ai bien envie d'être son pote.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

KPM citer
KPM
30/11/2012 18:50
note: 8.5/10
Burst Of Colour *bave*
lkea citer
lkea
19/11/2010 23:19
note: 7.5/10
DR.Jkl a écrit : D'ailleurs je ne suis pas d'accord lorsque tu dis que la durée est frustrante, les minutes supplémentaires seraient à mon avis superflues. Mais bon,

J'ai un petit goût d'inachevé à la fin, d'où ma remarque.

Essaye I Pilot Daemon sinon.
Barak citer
Barak
19/11/2010 23:16
note: 7.5/10
Du bon boulot, soigné, efficace et qui poutre bien.
La france l'autre pays du (post)hardcore(chaotique)
DR.Jkl citer
DR.Jkl
19/11/2010 23:10
note: 7.5/10
Première écoute, j'adhère complètement.Du post-hardcore rageur et concentré, sans envolées lyrico-chiantes convenues, je ne demande que ça. D'ailleurs je ne suis pas d'accord lorsque tu dis que la durée est frustrante, les minutes supplémentaires seraient à mon avis superflues. Mais bon, j'aime pas le post-hardcore. Mr Green
lkea citer
lkea
18/11/2010 10:44
note: 7.5/10
Lien pour télécharger sans avoir Hadopi sur le cul :

http://www.amaurysauve.com/aswedraw/linesbreakingcircles/index.html

Disponible en dur via Throatruiner et Free Edge pour la France. Un lien pour précommander l'édition Vynil+CD+cinq points en charisme post :

http://throatruinerrecords.bigcartel.com/product/as-we-draw-%E2%80%A0-lines-breaking-circles-%E2%96%B5-12-lp

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
As We Draw
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (6)  8/10
Webzines : (11)  7.98/10

plus d'infos sur
As We Draw
As We Draw
Post Hardcore - France
  

tracklist
01.   Shame
02.   Sin Of Addiction
03.   Shield
04.   Burst Of Colour
05.   When Crowds Are Trapped The Lonely One Dies
06.   Fault Lines
07.   Drowned In Flames
08.   Draft
09.   Scum Of The Earth

Durée : 37 Mns

line up
parution
1 Décembre 2010

Essayez aussi
The Prestige
The Prestige
Amer

2015 - Basement Apes
  
Letlive.
Letlive.
The Blackest Beautiful

2013 - Epitaph Records
  
Mudbath
Mudbath
Corrado Zeller

2015 - Lost Pilgrims
  
Rosetta
Rosetta
A Determinism Of Morality

2010 - Translation Loss Records
  
Death Engine
Death Engine
Amen (EP)

2013 - Throatruiner Records / Basement Apes Industries / North Cult Records
  

Tribulation
Where The Gloom Becomes Sound
Lire la chronique
Stass
Songs Of Flesh And Decay
Lire la chronique
Mavorim
Aasfresser (EP)
Lire la chronique
Sagenland
Oale groond
Lire la chronique
Psychonaut 4
Beautyfall
Lire la chronique
Bones
Gate Of Night (EP)
Lire la chronique
Dream Theater
Six Degrees of Inner Turbul...
Lire la chronique
Salò
Sortez vos morts (EP)
Lire la chronique
Within The Ruins
Black Heart
Lire la chronique
(DOLCH)
Feuer
Lire la chronique
Stabbed
Defleshed By Reptiles (Démo)
Lire la chronique
Anguis Dei
Angeist
Lire la chronique
Archaic Thorn
Eradication
Lire la chronique
Torture Throne
Stench Of Innocence (EP)
Lire la chronique
Riverside
Wasteland
Lire la chronique
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted ...
Lire la chronique
Tempestarii
Chaos at Feast
Lire la chronique
Hulder
Godslastering: Hymns Of A F...
Lire la chronique
Bleedskin
Blood Reign
Lire la chronique
Candiria
300 Percent Density
Lire la chronique
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique