chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
116 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Acherontas - Theosis

Chronique

Acherontas Theosis
ACHERONTAS est un groupe qui a fait son petit bonhomme de chemin dans la scène grecque. D'abord connu sous le nom STUTTHOF dès 1996, les héllènes versaient dans un Black Metal atmosphérique et déjà occulte, toujours très travaillé et bien souvent très bon. Leur son bien sale reflétait à merveille leur musique, qui appartenait alors au penchant « traditionaliste » du Black Metal. Puis ils ont évolué, à plusieurs titres, en devenant ACHERONTAS : moins « provocateurs » et par la même plus concentrés sur l'essence même du Black Metal : le Démon. Un bon premier jet confortait leur choix en 2007, avec Tat Tvam Asi (Universal Omniscience).
Il y a des groupes comme ça qui en changeant de nom du jour au lendemain, changent aussi d'orientation musicale, ce qui leur vaut souvent l'éternelle étiquette de « c'était mieux avant » : on peut d'ores et déjà dire qu'ACHERONTAS s'arrache violemment cette étiquette du front et lève son majeur bien haut à ceux qui voudraient les amener à ce raisonnement avec ce Theosis de 2010 tout bonnement dévastateur.

Tout d'abord, ACHERONTAS a fouillé dans ses vieux grimoires occultes pour nous livrer un concept qui se marie excellemment bien avec leur Black Metal « religieux » : ici la notion de péché et l'occultisme satanique sont alliés à une glorification de la mythologie grecque et de ses propres démons. De plus, nombreuses sont les références à la philosophie, avec à la louche Socrate, Platon et Aristote. Le patrimoine grec antique, exploité mainte fois dans la sphère métal, est ici parfaitement assimilé. Cette osmose, notamment illustrée par quelques passages déclamés en grec ancien, fonctionne à merveille tout le long de ce Theosis. Quant à leur musique, d'aucun la qualifieraient de Black Metal orthodoxe et il y a certes de cela, à l'image de cette noirceur bien palpable associée à une aura mélodique toujours sous-jacente. Oui, évidemment, le vieux WATAIN est présent ici sans pour autant être envahissant. Comment ne pas y penser dès le premier titre de l'album « Pestilence Of Mortality » ? Une première salve de brutalité véhémente dans laquelle le blast vigoureux valorise un trémolo très inspiré puis se dirige de manière très habile un passage contemplatif d'une grande classe qui annonce la fulgurante inspiration d'ACHERONTAS durant tout l'album.

Les instruments sont parfaitement maîtrisés et idéalement mis en valeur par une production limpide. Et quelle basse, mes aïeux ! Cet instrument ressort vraiment bien du mix. D'une part elle se distingue parfaitement des guitares en créant véritablement quelque-chose de son côté et en étayant la lourdeur jouissive du son des héllènes. Par moments, Akhkhar va même jusqu'à utiliser la technique du slap (on a un bon exemple avec l'excellent « The Oath Of The Fealty », ou elle pulse étonnamment bien dans le paysage général), véritablement rare dans le Black Metal, et le résultat n'en est que meilleur, puisque cette innovation (on peut le dire) amène un effet « tribal » au rendu général, renforçant le concept mythologique que les grecs s'approprient à merveille. C'est une des rares fois ou je m'attarderai dessus, mais ici, le concept et la musique réalisent un mariage parfait, et pour cette raison je tire mon chapeau aux grecs qui réalisent à ce niveau un coup de force proche des célébrissimes français de DEATHSPELL OMEGA.

Pour ce qui est du contenu de leur opus, ACHERONTAS déploie les grands moyens : tantôt dissonante, tantôt mélodique, leur musique est toujours très prenante. Une volée de passages très poignants et classieux sont apposés à une brutalité jamais sacrifiée et ainsi façonne un ensemble varié, solide et quasiment inattaquable. Seules quelques longueurs sont à déclarer : par moments les grecs sont prisonniers de structures obsédantes et efficaces qu'ils emploient à outrance, mais toutefois rien qui ne gêne la perception globale de l'album. Mais attention, taxer ces héllènes de répétitifs seraient une erreur grossière, leurs compositions ne s'essoufflent que très rarement et surtout, abolissent toute répétition envahissante en changeant régulièrement de tempo, à l'image du break aux guitares acoustiques sur la piste éponyme, très convaincant car totalement inattendu !

A l'image de quelques morceaux anthologiques, comme le monumental « Legacy Of Tiamat », véritable apogée de cet œuvre, les méditerranéens laissent s'exprimer pleinement leur talent sur des passages vraiment poignants, avec des soli très bien exécutés ou des « invocations » en grec ancien… « Invocations » que l'on retrouve sur des interludes très bien réussies. Là ou d'autres groupes seraient taxés de « remplissage », ACHERONTAS renforce avec force son ambiance pesante et lourde. Anthologique, le passage contemplatif sur « The Wing Skull Rising » l'est aussi, en venant insérer une certaine nostalgie à l'ensemble, les soli de ce morceau transpirant la mélancolie sans pour autant tomber dans le pathos. Et le groupe, à peine ce type d'accalmie achevé, repart de plus belle et nous démontre à chaque morceau que leur musique est intense en émotions et surtout en travail. Ce disque transpire une telle dévotion par chacun de ses pores que sur chaque note de l'album, on sent une authentique religiosité… et par la même le combo instaure une ambiance de folie quasiment permanente, occasionnant une bonne transe des familles à l'écoute de cet album, ravageur de bout en bout par sa classe et son panache.

ACHERONTAS vient donc, malgré quelques défauts bénins, botter vigoureusement le cul de tous ces vieux barons du Black Metal –orthodoxe et autres- qui vivent sur leurs acquis et foutre un véritable coup de pied dans la fourmilière, sans innover, non, mais en exposant à la face de la scène son Black Metal des plus racé. Si on pouvait légitimement s'attendre à un tel album de la part des héllènes, tant le précédent et les choses accomplies sous leur précédent nom promettaient, l'effet boeuf produit par la tuerie Theosis reste intact. En définitive, on tient là une grande sortie en cette faste année 2010 et sans doute le meilleur album de ce combo toutes périodes confondues.
Un 8,5 qui lorgne dangereusement du côté du 9.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Crom-Cruachh citer
Crom-Cruachh
14/05/2012 19:59
note: 8/10
Je confirme tout le bien que tu en a dit !!
Geisterber citer
Geisterber
13/05/2012 14:08
note: 8.5/10
Oui hésites pas l'ami héhé, il tue ce disque! Je me le suis réécouté l'autre jour, je maintiens totalement mes éloges, on ne s'ennuie pas un seul moment.
A noter, ACHERONTAS sera en concert à Paris le 1er juillet dans le cadre du Black Metal Is Rising VII.
Invité citer
Crom-Cruach
13/05/2012 12:18
J'te fais confiance François et j me laisse tenté ...
Invité citer
coussin-grogneur
04/04/2012 12:19
Groupe ENORME. "Vamachara" l'album de 2011 est excellent aussi. "Theosis" est un pur CHEF D'OEUVRE. Deja a l'epoque de Stutthof s' etait tres bon. Mais ou s'arreterons ces grecs?
von_yaourt citer
von_yaourt
13/12/2010 13:26
Je trouve ça tantôt pas mal tantôt assez chiant. Plutôt plat et sans prise de risque par endroits même (le début de "The Winged Skulled Rising"). C'est donc toujours pas demain que j'achèterai du black metal grec.
Momos citer
Momos
13/12/2010 10:13
Après écoute des titres, je trouve que ce groupe à un côté DsO héllène du meilleur effet. Dans les extraits, m'ont convaincus: les solis planants et mélodiques de "The Winged Skull Rising", la déclamation magnifique de "The Legacy Of Tiamat", la violence froide de "Pestilence Of Mortality"...
Je sens qu'on tient là une des plus grosses sorties BM de l'année avec le dernier Enslaved et le dernier Belenos!
En tout cas une belle découverte pour une belle année 2010. Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Acherontas
Black Metal
2010 - Dark Side Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (8)  7.69/10
Webzines : (2)  6.92/10

plus d'infos sur
Acherontas
Acherontas
Black metal majestueux - 2007 - Grèce
  

tracklist
01.   BnH cEb kH can A
02.   Pestilence of Mortality
03.   The Winged Skull Rissing
04.   Oath of Fealty
05.   Legacy of Tiamat
06.   Dreams of Adam Kadmon
07.   Theosis
08.   Apethantos
09.   Finis Coronat
10.   Conjuration of the Five Negatives

Durée : 57:28

line up
parution
26 Mars 2010

voir aussi
Acherontas
Acherontas
Amarta (Formulas of Reptilian Unification Part II)

2017 - World Terror Committee Records
  
Acherontas
Acherontas
Ma-IoN
(Formulas Of Reptilian Unification)

2015 - World Terror Committee Records
  

Essayez aussi
Sun Of The Sleepless / Nachtmahr
Sun Of The Sleepless / Nachtmahr
I (Split-CD)

2004 - Lupus Lounge
  
Lvpvs Infestvs
Lvpvs Infestvs
Post Fata Resvrgo

2009 - Black Shirts Records
  
Impious Baptism
Impious Baptism
Wrath Of The Apex Predator

2013 - Hells Headbangers Records
  
Rivers Like Veins
Rivers Like Veins
Z iskier srebrnych orszaków

2019 - Werewolf Promotion
  
Drudkh
Drudkh
They Often See Dreams About the Spring
(Їм часто сниться капіж)...

2018 - Season Of Mist / Underground Activists
  

Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique