chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Austrasian Goat - Stains Of Resignation

Chronique

The Austrasian Goat Stains Of Resignation
The Austrasian Goat est un one-man-band originaire de Moselle fondé par Julien Louvet et dont le premier album éponyme avait chamboulé le petit monde du funeral black metal. C'est au bout de quatre années, et après nombre de split et EP (je laisse les intéressés zieuter sa discographie, un vrai boulimique !) que le bouc sort son deuxième essai longue durée, Stains Of Resignation.

Les amateurs du premier jet du Français risquent d'être déboussolés, le cas qui nous intéresse ici paraissant bien différent de son prédécesseur. Si l'on pense toujours à un Black/Doom résumable rapidement en un mélange entre Nortt et Jesu, l'équation a changé, une forte influence shoegazienne ressortant des morceaux au point de rappeler la scène post-black actuellement en vogue. Ce ne sont pas le passage sur le label Music Fear Satan, la production transformant le moindre tremolo en effluve atmosphérique ou le guest de Jarboe (Swans, ayant travaillé entre autre avec Neurosis et Cobalt) sur « Voice Of Aenima » qui diront le contraire, même si finalement il est plus juste de parler d'un black metal n'hésitant pas à chercher ses influences ailleurs, que ce soit dans un doom aérien, la folk ou le sludge (on se souvient de sa reprise antérieure de « I Hate The Human Race » de Grief) et sachant s'entourer (cf. l'artwork signé Mories, tête pensante de Gnaw Their Tongues). Pourtant, et j'arrêterais ici mes considérations de nerd-étiqueteur, ces premières impressions s'évanouissent pour laisser place à une autre : cet album s'inscrit comme une suite de The Austrasian Goat, son après.

Là où ce dernier était industriel et nihiliste, d'une noirceur totale, Stains Of Resignation est païen et résigné (noooooon ?), la misanthropie devenant plus mélancolique que crachée. Une vaste palette de sentiment est explorée à travers un enchevêtrement de rythmiques cliniques, guitares aux lignes aussi épiques que minimalistes, chant black déshumanisé et orchestrations organiques, des passages ou morceaux folk contrastant avec la froideur haineuse des moments virulents (le Agalloch de The Mantle se devine derrière les nocturnes « A Liquid Manure Of Guilt » et « Miles From Anywhere »). Des compositions aux couches multiples donc, apportant le plaisir de l'effeuillage à l'auditeur qui ira au-delà d'une simplicité n'étant qu'apparence (la magnifique « Even In Uneven » où s'imbriquent violoncelle, saxophone et subtiles variations au niveau des guitares, ou les toms imposants de « The Arsons Of Pride » entre autre). Certes les moments blastés sont présents et même foutrement accrocheurs (putain « Arrheton » !) mais c'est ce goût pour la lenteur abstraite que l'on retient, tant celle-ci véhicule l'émotion (la transition entre « Hands » et « No Crowd Will Be Mine », l'hypnotique « Diseducation »).

Allez savoir si c'est parce que, comme lui, je suis un enfant d'Austrasie (nom désignant les anciennes terres mérovingiennes allant de l'Est de la France aux bassins moyen et inférieur du Rhin) mais je retrouve ici les paysages faits d'usines désaffectées et forêts de ma région. Ce mariage entre sonorités synthétiques et chaudes (dont la boîte à rythme servant de batterie est un bon exemple, à mi-chemin entre un rendu martial et naturel) me renvoie à des promenades où se côtoient terrils et chevaux, champs et ruines. Je ne peux qu'être touché par cette musique et malgré quelques longueurs (« Hands », renouant avec le funeral black pur et dur sans pour autant captiver dans son entier, et « Voice Of Aenima », pas mauvaise mais le guest de Jarboe est plus tape-à-l'œil que prenant, surtout quand la prêtresse se permet quelques intonations désagréables), la capacité évocatrice de Stains Of Resignation me laisse penser qu'il ne laissera pas insensible celui dont l'oreille se lève quand les mots « tristesse », « onirique » ou « épique » sont mis ensemble. Chacun sa croix, la sienne est lorraine !

Plus convaincant car plus original et profond que son grand frère, Stains Of Resignation est certainement LA surprise de cette fin d'année et les amateurs des groupes cités plus haut auraient tort de passer outre (attention : ne vous attendez pas à une pâle copie, de toute façon, ces références suffisent à suggérer une personnalité atypique). The Austrasian Goat est une entité difficilement cernable, laissant croire qu'un chef d'œuvre est à espérer à l'avenir. La prochaine étape est attendue avec impatience.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

DR.Jkl citer
DR.Jkl
15/12/2010 18:54
note: 8.5/10
Premières écoutes enthousiasmantes en ce qui me concerne.
lkea citer
lkea
15/12/2010 17:55
note: 8/10
En plus du morceau "Arrheton" disponible avec cette chronique, voici un lien pour écouter "Voice Of Aenima" (en bas de page) :

http://sonyudum.blogspot.com/2010/12/austrasian-goat-stains-of-resignation.html

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Austrasian Goat
Black / Doom / Folk
2010 - Music Fear Satan
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (1)  6.5/10

plus d'infos sur
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
The Austrasian Folk - 2006 - France
  

écoutez
vidéos
Arrheton
Arrheton
The Austrasian Goat

Extrait de "Stains Of Resignation"
  

tracklist
01.   Even in Uneven
02.   A Liquid Manure of Guilt
03.   The Arsons of Pride
04.   Arrheton
05.   Voice of Aenima
06.   Hands
07.   No Crowd Will Be Mine
08.   Diseducation
09.   Miles From Anywhere

Durée : 64 Mns

line up
parution
25 Novembre 2010

voir aussi
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat

2007 - I Hate Records / 213 Records
  
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
Paved Intentions

2012 - Vendetta Records
  

Essayez aussi
Pillorian
Pillorian
Obsidian Arc

2017 - Eisenwald Tonschmiede
  
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Graves (Split-CD)

2020 - Ván Records
  
The Flight of Sleipnir
The Flight of Sleipnir
Skadi

2017 - Eisenwald Tonschmiede
  
Empyrium
Empyrium
Songs Of Moors And Misty Fields

1997 - Prophecy Productions
  
Latitude Egress
Latitude Egress
To Take Up The Cross

2014 - Art Of Propaganda
  

Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Seraphic Entombment
Quelled (Démo)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment
Lire la chronique
Fallen Forest
Giants Frost Battered (Comp...
Lire la chronique