chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
114 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

My Dying Bride - Like Gods Of The Sun

Chronique

My Dying Bride Like Gods Of The Sun
Like Gods Of The Sun, le mal-aimé, le sous-estimé ! Il faut dire qu'il n'a pas de bol le pauvre, à être ainsi coincé entre le mièvre-mais-pourtant-adulé The Angel And The Dark River et le détesté-puis-réhabilité 34,788 %... Complete. Et pourtant, il est sans doute mon album préféré de My Dying Bride, pour des raisons plus ou moins personnelles, la principale étant que c'est avec lui que j'ai découvert le doom.

Je n'étais donc pas membre de ces metalheads froufroutées charmées par les pleurnicheries de son prédécesseur mais je les comprends, Like Gods Of The Sun jouant sur un contraste qui a du en rebuter plus d'un. A ma gauche, l'album le plus direct et « simple » des Anglais : les mélodies sont moins étalées, jouées sans fioritures, le groupe ayant poussé le vice jusqu'à augmenter le tempo par rapport à son jeu habituel (utilisation de la double-pédale sur « Like Gods Of The Sun » ou « Grace Unhearing » par exemple). La musique est concentrée sur le quatuor batterie/basse/guitares, le violon et surtout les claviers n'apparaissant que sporadiquement. Même Aaron se met en retrait, bien que supportant la plupart des parties, il ne s'étend plus comme sur The Angel And The Dark River, préférant déclamer ses textes d'une voix grave ou hachée, une sobriété présente jusque dans les moments lyriques (« Here In The Throat »). Les morceaux sont plus courts qu'à l'accoutumée, dépassant rarement la barre des sept minutes (on ne rigole pas au fond, c'est court pour du My Dying Bride !), mais loin d'être linéaires, les riffs étant surprenants et empilés sans transitions (« The Dark Caress »).

A ma droite, une production étrange : étonnamment puissante, elle compresse, réduit à néant tous débordements émotionnels, étouffe les rayons des quelques aérations atmosphériques disséminées ça et là (ça étant « The Dark Caress » et là « A Kiss To Remember »). Un mur de guitares sans aspérités, une batterie froide et un chant semblant éteint donnent une impression de vide impénétrable, là où les compositions prétendent au catchy. Il suffit d'écouter « It Will Come » où une ligne de basse est supplantée par une guitare crispante à être si heavy (j'ai beau m'y attendre, à chaque fois je sers les dents) pour s'en convaincre.

Mon tout est un paradoxe : captivant et rebutant, surgonflé et nu (pas de growls à l'horizon), Like Gods Of The Sun possède une ambiance à part, faite de vampires drogués aux anabolisants et Go Sport transylvanien, une chose que l'on ne trouve pas dans les autres créations de la fiancée mourante et que je n'ai ressenti autre part. Car ce son est une erreur, certainement nait d'une volonté abusive d'en mettre plein la tronche, une maladresse géniale. Il draine, hypnose sans possibilité de faire corps avec lui, transforme les orchestrations de Martin Powell en instruments sadiques (pour sa dernière prestation chez les Anglais, ce dernier n'a pas démérité, ses apparitions sur ce disque étant parmi ses plus marquantes). La menace rôde sans qu'elle n'apparaisse franchement, à l'image de ces sièges de guerre où l'assaillant coupe tout soutien, cloisonne les routes d'approvisionnement, attend la reddition d'une victime épuisée aussi bien mentalement que physiquement. Raaah ces riffs qui sont des mosh part en slow motion, cet orgue carnassier, ces couplets aux dents longues et cette délicatesse sous-jacente, cette finesse de dandy se jetant sur ta carotide… Du Anne Rice-core, rien de moins !

Ah, évidemment, Like Gods Of The Sun est beau, horriblement beau car avec parcimonie et toujours sans prévenir, mais il y a assez de paradis ici pour te rappeler que tu es au purgatoire. D'ailleurs, les plus attentifs auront remarqué que je n'ai pas parlé de « For You » et « For My Fallen Angel » et je n'en ferais rien, à part leur susurrer que si l'un de mes biographes se demande pourquoi je recherche la tristesse dans la musique quelle qu'elle soit, un élément de réponse se trouve dans ces deux titres. Je pourrais m'en sortir en les affublant d'une tirade romantico-religieuse que j'aime tant mais parfois, se taire est plus parlant. Et moins dégradant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

heylel citer
heylel
27/08/2015 14:24
note: 10/10
un de mes préférés également avec 34.788 et the angel...

l'équilibre est parfait entre la puissance, la noirceur et la mélancolie. MDB sait se renouveler sans cesse et évite le piège du turn lose the swans ou the angel... copier-coller!

Ikea citer
Ikea
10/06/2014 18:45
note: 9/10
Aguirre a écrit : je ne vois pas comment ont peut le distinguer de Songs of Darkness ou A Line of deathless Kings qui sont du même bas niveau selon moi.

Question qualité, je ne suis pas d'accord évidemment mais je trouve aussi "Like Gods of the Sun" bien différent sur la forme et le fond que ceux que tu as cité.

Après, c'est un album qui m'a suivi à l'adolescence alors, pour le coup, y a clairement du sentimentalisme le concernant. Mais je le trouve toujours géant aujourd'hui, assez unique (comme dit dans la chronique) !
Invité citer
Aguirre
10/06/2014 17:55
Marrant, cet album, j'ai jamais pu le blairer! Trop de violon je crois. Un des moins bon de la disco, sans énergie, sans noirceur, ça se lamente indéfiniment et je ne vois pas comment ont peut le distinguer de Songs of Darkness ou A Line of deathless Kings qui sont du même bas niveau selon moi.
Worthless citer
Worthless
26/12/2010 18:06
J'ajouterai que ces deux remixes sont de sombres merdes et que si vous pouvez trouver l'édition originale il faut la prendre.
Sinon, pour changer, je suis absolument d'accord avec ta chronique, Like Gods of the Sun est également l'album de My Dying Bride que je préfère, peu d'albums m'émeuvent autant que celui-ci.. Moins théatral que les autres MDB, cet album est un pur chef d'oeuvre.
Putain, For You et A Kiss to Remember sont deux des plus beaux titres que le Doom à engendré...
Ikea citer
Ikea
19/12/2010 09:59
note: 9/10
A noter que l'album a été réédité par Peaceville avec deux titres bonus :

It Will Come (Nightmare Remix)
Grace Unhearing (Portishell Remix)

Et que ces remix sont relativement inutiles, comme dans toute bonne réédition de Peaceville qui se respecte.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
My Dying Bride
Doom Metal
1996 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (12)  7.79/10
Webzines : (13)  7.89/10

plus d'infos sur
My Dying Bride
My Dying Bride
Doom / Death Metal - 1990 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Like Gods of the Sun
02.   The Dark Caress
03.   Grace Unhearing
04.   A Kiss to Remember
05.   All Swept Away
06.   For You
07.   It Will Come
08.   Here in the Throat
09.   For My Fallen Angel

Durée : 54 Mns

line up
voir aussi
My Dying Bride
My Dying Bride
The Light At The End Of The World

1999 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
Turn Loose The Swans

1993 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Dreadful Hours

2001 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Angel And The Dark River

1995 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
An Ode To Woe (Live)

2008 - Peaceville Records
  

Essayez aussi
Type O Negative
Type O Negative
World Coming Down

1999 - Roadrunner Records
  
Wretch
Wretch
Wretch

2016 - Bad Omen Records
  
Hooded Menace
Hooded Menace
Gloom Immemorial (Compil.)

2014 - Doomentia Records
  
The Wounded Kings
The Wounded Kings
Visions in Bone

2016 - Candlelight Records / Spinefarm Records
  
Procession
Procession
Destroyers Of The Faith

2010 - Doomentia Records
  

METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Uniform
The Long Walk
Lire la chronique
Ulvegr
Vargkult
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Exocrine
Molten Giant
Lire la chronique
Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique