chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Killing Joke - Absolute Dissent

Chronique

Killing Joke Absolute Dissent
Plus de quatre ans que j'étais fâché avec le pape du metal indus, victime du syndrome le dernier album est pourri, alors je balance le reste de la disco par la fenêtre avec baignoire, eau du bain et le frigo aussi tant qu'à y être, vu que le bébé avait de toutes façons fini dans le congélo. Cause principale de mon désintérêt croissant envers le groupe, un « Hosannas From The Basements Of Hell » pas vilain niveau compos, mais plombé dans le mauvais sens du terme par une production indigne qui tentait vainement de concilier matraquage post punk avec sonorités 80's. Un choix malheureux, à des années lumières de la puissance dégagée par l'éponyme de 2003, sur lequel Dave Grohl (NIRVANA, FOO FIGHTERS) tabassait les fûts avec une rage peu commune.

Pour ne rien arranger, KILLING JOKE, qui comptait encore en ses rangs le défunt Paul Raven (PRONG, MINISTRY), se perdait progressivement au fil d'un tracklisting malmené par des compos à rallonge, à l'image d'une « The Lightbringer » aussi rébarbative qu'interminable. Le démarrage de ce treizième full length, plus conforme aux standards pop en terme de durée, commence par rassurer dans ce domaine, même si sa prod capitonnée n'est pas si éloignée de celle de « Hosannas », voire du déjà plus lointain « Democracy » (1996). Plus naturelle et équilibrée néanmoins ce qui, conjugué à une efficacité retrouvée, donne le sentiment que Jaz et ses compagnons de la première heure (retour des piliers Geordie Walker et Paul Ferguson) vont de nouveau droit à l'essentiel : rythmiques martiales contrebalancées par les riffs cosmiques de Geordie, monolithisme instrumental à caractère hypnotique sublimé par un Jaz Coleman privilégiant (à raison) le chant clair après avoir passé les 70 minutes de « Hosannas » à s'égosiller vainement, le charme KILLING JOKE opère d'autant plus que l'inspiration est au rendez vous, comme en témoigne la majorité des refrains attrape-mémoire disséminés sur « Absolut Dissent ». Dotés d'une production plus rock, plus dure, les trois premiers extraits de « Absolut Dissent » auraient presque pu, à une couche brutale près, figurer sur « Killing Joke », la plus chantante « In Excelsis » orientant subtilement cette nouvelle offrande au Dieu son vers le cœur d'un opus bien plus évolutif qu'il n'y paraît de prime abord.

Première surprise de taille, « European Super State » ; si les Anglais avait déjà flirté avec les sonorités electro par le passé (« Medicine Wheel » sur « Democracy »), là, ils piétinent carrément le dancefloor le temps d'un titre baigné de nappes de claviers on ne peut plus eighties, les guitares s'effaçant presque totalement sur cet hymne new wave appelé à faire des petits. C'est flagrant sur la douce amère « Here Comes The Singularity » et son subjugant refrain, mais bien plus encore sur la sublime « The Raven King », hommage parmi les hommages à qui vous savez : dans la catégorie morceaux à caractère émotionnel, cette merveille de rage (presque) contenue – similitudes troublantes avec un certain Burton C. Bell sur certaines lignes de chant - frappe si fort qu'on en vient à craindre le pire pour le quart restant de la galette. C'est compter sans la classe naturelle d'un KILLING JOKE jouant les équilibristes (retour dans le giron brutal sur « Depht Charge », avant de jouer l'apaisement sur l'enivrante « Ghosts Of Ladbroke Grove »), le quota de baston post-indus façon MINISTRY étant assuré par la doublette « This World Hell »/« Endgame » à mi parcours.

Souvent très bon, parfois carrément brillant, « Absolut Dissent » n'égale toutefois pas le formidable « Pandemonium » (1994) mais rassure franchement quant à la capacité de l'entité KILLING JOKE à livrer (encore) une inimitable série de classiques. Toujours bien à part sur l'échiquier metal/indus/rock indé, l'inusable juke box de la fin des temps reste donc à des années lumières de ces machines rutilantes (tapons un peu sur RAMMSTEIN, les TRANSFORMERS de l'indus) gonflées artificiellement à coup de super productions et, quoique limité à certaines tâches auxiliaires (ces penchants minimalistes, toujours), reste seul qualifié pour dépasser l'aspect machinal des groupes qu'il inspire. Appelez les JOHNNY 5 !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
01/04/2011 13:59
note: 8/10
DR.Jkl a écrit : Superbe album, tubesque et 80's à souhait (European Super State est parfaitement folle dans le genre), sans oublier de tabasser. Après 30 ans de carrière, la Blague qui Tue fait toujours rigoler. Chouette. Ah et The Raven King est sans doute une de leur meilleures chansons toute époques confondues. Sinon TJ t'as écouté les débuts du groupes, ou l'absence de metal t'as rebuté?

J'ai pris un best of de leur première partie de carrière (Laugh? I nearly bought one) et si tout ne m'a pas plu dedans, j'ai vachement accroché à des titres comme "Love Like Blood" et "Darkness Before Dawn". Faudra que je chope "Night Time" donc!
DR.Jkl citer
DR.Jkl
01/04/2011 11:15
note: 8.5/10
Superbe album, tubesque et 80's à souhait (European Super State est parfaitement folle dans le genre), sans oublier de tabasser. Après 30 ans de carrière, la Blague qui Tue fait toujours rigoler. Chouette.
Ah et The Raven King est sans doute une de leur meilleures chansons toute époques confondues.

Sinon TJ t'as écouté les débuts du groupes, ou l'absence de metal t'as rebuté?
DR.Jkl citer
DR.Jkl
19/12/2010 19:03
note: 8.5/10
Pas écouté, j'ai encore pas mal de trous dans ma disco de Killing Joke.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
19/12/2010 18:40
note: 8/10
DR.Jkl a écrit : Thomas Johansson a écrit : Barak a écrit : Ca donne vraiment envie de se pencher sur le groupe tout ça. D'où une question vu la discographie pléthorique du groupe : Par où commencer mon cher TJ ? Et bien mon cher Barak, je dirais "Pandemonium" qui est un de leurs albums les plus réussi, mais aussi l'un des plus "metal" du lot. Avec quelques influences orientalo tribales par dessus le marché, ce qui ne gâche rien! Étant moins attaché à l'aspect metal de leur musique (même si le deuxième éponyme est une tuerie absolue), je recommande fortement leur premier et Hosannas From The Basements Of Hell , voir même Night Time si tu supportes le son TRÈS 80's. Pandemonium ne m'a jamais enthousiasmé par contre. Hâte de jeter une oreille sur le petit dernier sinon, ça donne envie!

Et "Democracy", t'en penses quoi Jekyll?
DR.Jkl citer
DR.Jkl
19/12/2010 18:36
note: 8.5/10
Thomas Johansson a écrit : Barak a écrit : Ca donne vraiment envie de se pencher sur le groupe tout ça. D'où une question vu la discographie pléthorique du groupe : Par où commencer mon cher TJ ? Et bien mon cher Barak, je dirais "Pandemonium" qui est un de leurs albums les plus réussi, mais aussi l'un des plus "metal" du lot. Avec quelques influences orientalo tribales par dessus le marché, ce qui ne gâche rien!

Étant moins attaché à l'aspect metal de leur musique (même si le deuxième éponyme est une tuerie absolue), je recommande fortement leur premier et Hosannas From The Basements Of Hell , voir même Night Time si tu supportes le son TRÈS 80's. Pandemonium ne m'a jamais enthousiasmé par contre. Hâte de jeter une oreille sur le petit dernier sinon, ça donne envie!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
19/12/2010 17:25
note: 8/10
Barak a écrit : Ca donne vraiment envie de se pencher sur le groupe tout ça. D'où une question vu la discographie pléthorique du groupe : Par où commencer mon cher TJ ?

Et bien mon cher Barak, je dirais "Pandemonium" qui est un de leurs albums les plus réussi, mais aussi l'un des plus "metal" du lot. Avec quelques influences orientalo tribales par dessus le marché, ce qui ne gâche rien!
Barak citer
Barak
19/12/2010 16:57
Ca donne vraiment envie de se pencher sur le groupe tout ça. D'où une question vu la discographie pléthorique du groupe : Par où commencer mon cher TJ ?
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
19/12/2010 14:44
note: 8/10
Ikea a écrit : Faut que je me mette plus sérieusement à ce groupe. Je n'ai que la compilation "Laugh ? I Nearly Bought One" qui n'est pas déplaisante. Merci à ta chronique pour la piqure de rappel Moqueur

De rien, y a de fortes chances que tu accroches à cet album vu tes goûts! Ensuite je te recommande fortement "Killing Joke" et "Pandemonium".
lkea citer
lkea
19/12/2010 14:39
note: 8/10
Faut que je me mette plus sérieusement à ce groupe. Je n'ai que la compilation "Laugh ? I Nearly Bought One" qui n'est pas déplaisante. Merci à ta chronique pour la piqure de rappel Moqueur

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Killing Joke
Post punk/Metal industriel
2010 - Spinefarm Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (8)  8.19/10
Webzines : (17)  8.37/10

plus d'infos sur
Killing Joke
Killing Joke
Metal Indus - Royaume-Uni
  

tracklist
01.  Absolute Dissent
02.  The Great Cull
03.  Fresh Fever
04.  In Excelsis
05.  European Super State
06.  This World Hell
07.  Endgame
08.  The Raven King
09.  Honor the Fire
10.  Depthcharge
11.  Here Comes The Singularity
12.  Ghosts of Ladbroke Grove

Durée : 01:02:52

line up
parution
22 Novembre 2010

voir aussi
Killing Joke
Killing Joke
MMXII

2012 - Spinefarm Records
  

Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique
SpellBook
Magick & Mischief
Lire la chronique
Golden Ashes
In the Lugubrious Silence o...
Lire la chronique
Owls Woods Graves
Citizenship of the Abyss
Lire la chronique
Puteraeon
The Cthulhian Pulse: Call F...
Lire la chronique
Omegavortex
Spectral Blackness (Compil.)
Lire la chronique
Carnal Ruin
The Damned Lie Rotting (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Henrik Palm
Poverty Metal
Lire la chronique
Striges
Verum Veterum
Lire la chronique
Isen Torr
Mighty & Superior (EP)
Lire la chronique
Töxik Death
Sepulchral Demons
Lire la chronique
L'envers de l'hystérie
Lire l'interview
Hysteria
Flesh, Humiliation And Reli...
Lire la chronique
Bas Rotten
Surge
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Sulfuric Disintegration
Lire la chronique
Arsebreed
Butoh
Lire la chronique
Expander
Neuropunk Boostergang
Lire la chronique
Sxuperion
Omniscient Pulse
Lire la chronique