chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
103 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Desultory - Counting Our Scars

Chronique

Desultory Counting Our Scars
Enfin ! 15 années se sont écoulées depuis l'inacceptable Swallow The Snake, voici le retour tant attendu des Suédois de Desultory (encore un ressuscité). Un grand merci à Pulverised Records pour toutes ces références (Crypt Of Kerberos devrait suivre) ! Dissimulé par les grosses cylindrées de Stockholm, le groupe avait su sortir deux bombes du style au début des « nineties », à savoir Into Eternity et Bitterness. Cette sorte de « dandys » du death metal suédois (particulièrement sur leur deuxième album) proposait une base typiquement death, mais entourée de couches mélodiques, techniques et progressives qui les démarquaient de leurs concurrents. Le départ de leur lead guitariste Stefan Pöge avant l'enregistrement de Swallow The Snake leur sera fatal, les membres annonceront la fin du groupe pour former Zebulon (heavy metal). De cette formation, ils récupéreront le grand Johan Bohlin (guitariste d'Unanimated) à la basse, Håkan Morberg prendra alors la guitare comme son frère aîné. Armé d'une production du Necromorbus Studio (Demonical, Funeral Mist, Unanimated…) et d'un artwork de Travis Smith, le quatrième album Counting Our Scars possède tous les arguments pour effectuer un retour digne de ce nom.

Le frontman Klas Morberg l'avait annoncé, Counting Our Scars est bel et bien la suite directe de Bitterness. Le groupe reprend tous les aspects qu'il avait mis de côté en 1994 pour complètement effacer le virage death'n'roll bancal de Swallow The Snake. Confirmation des dires faite dès le monstrueux « In Cage ». Quel bonheur de retrouver le timbre éraillé unique de Klas Morberg et la rythmique si groovy de Thomas Johnson ! Les années ont passé, et musicalement ça se ressent. Klas a pris du coffre et en technique de doigts (et a perdu ses cheveux) et puis Thomas a gagné plusieurs membres à son tronc ainsi qu'une vélocité étonnante (l'intro crescendo méchamment jouissive de « This Broken Halo »). Mais avec Counting Our Scars, Desultory propose surtout ni plus ni moins que l'album le plus fouillé de sa modeste discographie. Les passages mid-tempo qui faisaient défaut à leurs débuts ne souffrent plus autant de ces instants à vide. Les multiples arrangements ne sont évidemment pas étrangers, mais la faute aussi à une atmosphère bien plus touchante qu'à l'accoutumé (« The Moment Is Gone »).

La dominante mélodique, atout indissociable de Desultory, est encore bien perceptible malgré l'absence de leur lead guitariste. Le lot de riffs/soli mélodiques (« Uneven Numbers » rappellera la bonne époque) se voudra présent sur chaque titre (sans exception) composant ce Counting Our Scars. D'ailleurs Johan Bohlin n'est pas venu pour ne poser que quelques lignes de basse, le bonhomme a mis d'avantage son nez dans les compositions. Les habitués d'Unanimated (même studio que pour In The Light Of Darkness et un son encore quasi-parfait) retrouveront aisément sa patte mélodique « black/death » sur certains passages (« Dead Ends » est plus que flagrant). Ainsi tout semble laisser penser à un Bitterness amélioré mais il manque malheureusement quelque chose… Cette fougue et ces prises de risque passé ? Des titres comme l'éponyme, « Ready To Bleed », « Leeching Life » ou « A Crippling Heritage » sont certes bons (voire très) mais en deçà de ce qu'a pu offrir Desultory. Cela passe sans encombre sans qu'on en retienne vraiment grand chose. Un Counting Our Scars parfois « plat » donc ? Difficilement acceptable de la part d'un groupe de ce calibre et pour un tel retour.

Citez-moi des reformations qui auront effectuées un « come-back » à la hauteur de leur stature. Tâche ardue… Desultory ne déroge malheureusement pas à ce constat. La musique de Counting Our Scars est carrée au possible, possédant les titres les plus fouillés de leur histoire, ainsi qu'une efficacité hors paire (le combo imparable « groove et mélodie »). Mais impossible de ne pas le comparer à Bitterness, un 17 ans d'âge cher aux adeptes du death metal de Stockholm et qui supporte encore le temps. La nouvelle vie de Desultory ne fait que commencer, le prochain essai sera peut-être le bon. Quant à ceux qui ne connaîtraient pas encore Desultory, en plus de cette galette, Pulverised Records va rééditer leurs deux premiers albums (remasterisés par maître Swanö) dans les prochaines semaines. Foncez sans l'once d'une hésitation.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Mitch citer
Mitch
11/01/2011 23:19
note: 7.5/10
Corrigé ! La fatigue...
gulo gulo citer
gulo gulo
11/01/2011 23:15
"percevable", tout de même, comme qui dirait que ça pique un peu les yeux

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Desultory
Death Metal
2011 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  6.5/10
Webzines : (17)  7.81/10

plus d'infos sur
Desultory
Desultory
Death Metal - 1989 † 2017 - Suède
  

tracklist
01.   In a Cage
02.   Counting Our Scars
03.   Ready to Bleed
04.   This Broken Halo
05.   The Moment Is Gone
06.   Uneven Numbers
07.   Dead Ends
08.   Leeching Life
09.   A Crippling Heritage

line up
parution
17 Janvier 2011

voir aussi
Desultory
Desultory
Into Eternity

1993 - Metal Blade Records
  
Desultory
Desultory
Bitterness

1994 - Metal Blade Records
  
Desultory
Desultory
Through Aching Aeons

2017 - Pulverised Records
  

Essayez aussi
Horrendous
Horrendous
The Chills

2012 - Dark Descent Records
  
Dismember
Dismember
Massive Killing Capacity

1995 - Regain Records
  
Lost Soul
Lost Soul
Genesis XX: Years of Chaoz (Compil.)

2013 - Witching Hour Productions
  
Tomb Mold
Tomb Mold
Primordial Malignity

2017 - Blood Harvest Records
  
Miasmal
Miasmal
Miasmal

2011 - Dark Descent Records
  

Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique