chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Eibon - Entering Darkness

Chronique

Eibon Entering Darkness
Il y a des mots que l'on a tant utilisés qu'ils ont perdus de leur sens. « Guerre » par exemple : elle n'est pas que les rafales/massacres/bite-couteau/Deströyer 666… Elle est aussi l'attente, le silence glauque des tranchées avant l'assaut, des bâtiments détruits, l'odeur de boue mouillée des champs mêlée au souffre des balles fraîchement tirées, la violence lointaine où un obus sifflant à des kilomètres peut descendre à tout moment sur les soldats, enfin, la paix des morts contrastant avec la peur des vivants.

Eibon rappelle cela. Il évoque aussi l'hostilité rampante de Ramesses, les hurlements damnés d'Arkhon Infaustus, ce black à la française ne s'embêtant pas de catégories comme Glorior Belli (dont Julien vient taper l'incruste sur « These Chains ») ou l'hypnotisme hargneux du Neurosis de Souls At Zero (mais aussi de The Eye Of Every Storm avec « Through The Eyes » et son démarrage proche de celui de « A Season In The Sky ») tout en s'inscrivant finalement dans cette capacité nationale à sortir des références aisées en les entremêlant pour un rendu unique. Au lieu de s'engoncer dans une somme de plans scolairement répétitifs, les parisiens ont trouvé une recette qui étonne par son naturel, sa simplicité de surface, de ses appropriations si bien menées qu'elles paraissent évidentes. Quand les racines ressortent plus nettement, lors d'un tremolo (les très black metal « Through The Eyes » et « Entering Darkness »), d'une envolée des leads (« Substance » et sa terreur magnifiée passées dix minutes) ou d'un bruit des guitares sous-accordées (le début de « Convulse To Reign » entre autres), elles servent une cohérence d'ensemble donnant l'impression d'entrer dans un univers où chaque morceau est une strate d'une terre difficilement pénétrable lors des premières écoutes. Non pas par hermétisme, la musique étant étonnamment mélodique pour ce mélange (j'emploierais presque le terme « catchy » s'il ne sonnait pas aussi déplacé dans ce cadre globalement avare en BPM - pas mal de passages rapides malgré tout, bien plus que l'intitulé stylistique laisse penser - et porté sur les formats longs), mais la profondeur des structures où chaque instrument décide d'avoir son moment de gloire fait que l'on ne sait pas où donner de l'oreille tant TOUT semble à sa place, TOUT happe. Une manière d'engluer l'auditeur par le sournois et non l'habituel étalage sonore en somme.

Les amateurs de lampes cramées ont du le deviner : Eibon préfère une gravité réfléchie à l'amplifier worship et les puristes tiqueront sur les accalmies typiquement « post » de « Convulse To Reign » ou « Substance » par exemple. On pourra regretter ce choix après un EP et un split privilégiant l'amplitude écrasante, les guitares perdant en puissance ce qu'elle gagne en « necro », bien que cette décision se fasse au service de la finesse parcourant Entering Darkness. Un autre mot à qui les doomsters redonnent sa pleine définition par ailleurs, en créant une fausse redondance de thèmes triturés et remodelés à l'envie. Il y a toujours quelque chose de neuf à découvrir ici, renforçant l'immersion dans cet opus suggestif à en devenir cinématographique, apportant un plaisir aussi musical qu'abstrait, impressionnant par son homogénéité. De l'artwork désolé à la production claire-obscure mariant le crépitant au cristallin, le bouillant à l'épuré, en passant par ces textes liés aux remous des compositions, l'album est une seule pierre que l'on imagine déjà angulaire dans la future discographie des Français.

Deux-trois longueurs cependant (la fin de « Path To Oblivion » notamment), mais vu le talent et la sombre harmonie développés sur ce qui reste un premier essai longue durée (!), on ne leur en tiendra pas rigueur. A autant figurer les lieux estropiés, les armées en marche, les charniers où se recueillent les gueules cassées, Entering Darkness en devient désarmant de beauté et j'ai rarement été aussi charmé par un premier jet. Une découverte faite bien trop tard.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Geisterber citer
Geisterber
26/05/2012 12:18
En concert à Clermont-Ferrand le 23 juin avec MHÖNOS et KARCAVUL!
Karamazov citer
Karamazov
26/05/2012 10:33
note: 8.5/10
Très bonne ambiance.
langoustator citer
langoustator
20/01/2011 20:59
Je l'attends toujours (ah la joie des précommandes Sourire )
Invité citer
bangala
20/01/2011 17:45
Hum, c'Eibon tout ça! Belle découverte, j'aime beaucoup. Et je suis totalement d'accord avec le prmeier paragraphe.
gulo gulo citer
gulo gulo
20/01/2011 16:14
note: 8/10
classieux as fuck

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Eibon
Blackened Doom / Sludge
2010 - Aesthetic Death
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  8/10
Webzines : (12)  8.1/10

plus d'infos sur
Eibon
Eibon
Blackened Doom / Sludge - 2005 - France
  

vidéos
Entering Darkness
Entering Darkness
Eibon

Extrait de "Entering Darkness"
  

tracklist
01.   Through The Eyes
02.   Entering Darkness
03.   Convulse To Reign
04.   Substance
05.   These Chains
06.   Path To Oblivion

Durée : 64 Mns

line up
parution
6 Juin 2010

voir aussi
Eibon / Hangman's Chair
Eibon / Hangman's Chair
Split-CD (Split-CD)

2007 - Bones Brigade Records
  
Eibon
Eibon
II

2013 - Throatruiner Records / Aesthetic Death
  

Essayez aussi
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  
Vous Autres
Vous Autres
Champ Du Sang

2019 - Sleeping Church Records / Sludgelord Records
  
Indian
Indian
From All Purity

2014 - Relapse Records
  

The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique