chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
97 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Type O Negative - Slow, Deep and Hard

Chronique

Type O Negative Slow, Deep and Hard
En 1991 Type O Negative n'est pas encore ce groupe romantico gothique qui nous servira le somptueux "October Rust", il conserve la voracité hard core, l'agressivité et le cynisme du défunt Carnivore (ex groupe du regretté Peter Steele) en y ajoutant une grosse dose de doom blafard et de metal industriel étrange, sombre et énervé. Depuis quelques mois le monde est englouti par une déferlante death metal qui vient de balayer brutalement la scene thrash et un groupe s'en cogne royalement, un groupe qui du fond de sa cave New Yorkaise lève un doigt bien tendu à tout le monde en proposant avec classe quelque chose de différent qui n'avait pas été entendu avant et ne le sera plus après. Type O Negative ou la version sans sucre du génial Faith No More, à contre courant, seul au monde et à qui le talent permet toute l'arrogance et l'effronterie du monde.

Même si ce premier album se démarque des suivant il contient tout ce qui fera l'approche, le son et le style du groupe. Les mélodies font déjà mouche, la guitare fuzz dans les middle avec ce grain si particulier pour mieux se mélanger à la basse saturée et dominatrice, celle qui annonce les riffs qui comptent, du géant Steele dont la voix grave et hargneuse commence à se faire langoureuse par endroits. Le clavier, quant à lui, instaure déjà une atmosphère quasi religieuse, noire et verte, dans laquelle baignera magiquement le groupe jusqu'à la fin. Tout y est déjà mais rien n'est encore sous contrôle, la bête n'est pas encore domptée et c'est cette incivilisation exposée au grand jour qui anime chaque seconde de l'album pour en faire un chef d'œuvre de créativité sincère et impulsive.

Type O Negative pour son entrée en matière se permet tout, un titre à rallonge "The misinterpretation of silence an its disastrous consequences" pour 1 minute de silence total succédant à un étrange "Glass walls of limbo" proposant 6 minutes de chœurs solennels, désespérés et épiques.
Les morceaux sont (dés)articulés sur des structures à tiroirs, difficiles à appréhender et à maîtriser. Type O Negative ne se pose aucune question et enchaîne plans hard core, riffs punkisant, moments tragiques d'une lourdeur accablante sur nappe de synthé déchirante et ambiance mystico-urbaine façon rituel des bas-fonds dans un Brooklyn humide et poisseux, sans soigner plus que ça ses transitions (et bizarrement on s'en fout). Il y a de la hargne, de la spontanéité, de la violence brute, de l'exaltation, de l'urgence et de la beauté ici, le tout servi en vrac mais avec génie.
Les moments de bravoure sont légions sur cet album d'un autre monde, ce cultissime et surréaliste "I know you're fucking someone else" repris en cadence sur une mélodie festive, naïve, par une chorale burlesque "He knows you're fucking someone else" marquera à jamais votre mémoire. Les premières mesures inquiétantes, lourdes, industrielles de "Der Untermensch" que le temps n'a jamais su abîmer, le " Waste Of Life" du même morceau déclamé avec vigueur par quatre voix vindicatives déclarant tout leur amour aux parasites sociaux de tous genres. Magistral également l'énorme "Prelude To Agony", sa lourdeur écrasante, ses chœurs dramatiques et son riff Sabbathien. Chaque morceau de cet opus contient ses instants de gloire.

La production est elle aussi en décalage avec les standards de l'époque, pas de Scott Burns en vue (merci !), pas de grosses caisses toc toc et pas de grosses guitares vrombissantes, juste un héritage légué par les Grands Anciens, Black Sabbath, Deep Purple en proue pour confectionner un son organique, vieux avant l'âge mais délicieusement personnel et intelligemment adapté à la musique du groupe.

"Slow Deep And Hard" était un OVNI quand il est sorti, en pleine explosion death metal et il le reste 20 ans après. Une liberté artistique qui pourrait faire rêver en ces temps de formatage, un son unique qui tranchait radicalement avec toute une scène musicale et surtout l'impression, à chaque nouvelle écoute, d'ouvrir une petite boutique des merveilles cachant des dizaines d'instants magiques qui illuminent cette pépite de la première à la dernière seconde. A mon sens le meilleur album du groupe qui, s'il sortira d'autres œuvres majeures par la suite, ne retrouvera jamais cette impertinence et cette capacité insolente à faire cohabiter tant d'univers musicaux au sein d'un même morceau. Le grand Peter n'était pas qu'un grand sexe sur grandes pattes, pas qu'un fantasme clichesque à la musculature débordante (et non je ne suis pas gay), il était aussi, et surtout, un artiste intelligent et extraordinairement talentueux qui laisse derrière lui une œuvre classieuse dont cet album charnière pourrait être l'apogée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Kedran citer
Kedran
28/07/2014 12:36
note: 9/10
I know you're fucking someone else !

Steele était un putain de génie Moqueur
Invité citer
Marjo
12/08/2011 22:47
Fan de Type O également, cette chronique est tout simplement magnifique... Merci à vous pour cette rédaction vertigineusement élogieuse et également à Olivier de l'avoir partagé ! Cet album est sans conteste une oeuvre d'art, le meilleur opus de TON.
Invité citer
Olivier
12/08/2011 21:03
Superbe chronique !
Type O Negative est mon groupe préféré et il s'agit effectivement de leur meilleur album !
Invité citer
TheMat55
20/02/2011 15:28
Groupe mythique, album mythique, le seul groupe plus ou poins gothique qui m'ait jamais plu... grandiose
Dead citer
Dead
09/02/2011 19:51
Ikea a écrit : Cool de voir du Type O sur Thrasho, ça manquait ! Clin d'oeil

grave Sourire
Ant'oïn citer
Ant'oïn
09/02/2011 17:31
Oulala sans doute les premiers effet de la distorsion dans mes oreilles de gamin !
Ikea citer
Ikea
09/02/2011 17:06
Cool de voir du Type O sur Thrasho, ça manquait ! Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Type O Negative
Metal industrialo-doom core
1991 - Roadracer Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (8)  8.63/10
Webzines : (7)  6.76/10

plus d'infos sur
Type O Negative
Type O Negative
Doom Metal - 1990 † 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Unsuccessfully Coping with the Natural Beauty of Infidelity
02.  Der Untermensch
03.  Xero Tolerance
04.  Prelude to Agony
05.  Glass Walls of Limbo (Dance mix)
06.  The Misinterpretation of Silence and Its Disastrous Consequences
07.  Gravitational Constant: G = 6.67 x 10^-8 cm^3 gm^-1 sec^-2

Durée : 58:39

line up
parution
14 Juin 1991

voir aussi
Type O Negative
Type O Negative
Dead Again

2007 - Steamhammer Records (SPV)
  
Type O Negative
Type O Negative
October Rust

1996 - Roadrunner Records
  
Type O Negative
Type O Negative
The Origin Of The Feces (Not Live At Brighton Beach)

1992 - Roadracer Records
  
Type O Negative
Type O Negative
Bloody Kisses

1993 - Roadrunner Records
  
Type O Negative
Type O Negative
Life Is Killing Me

2003 - Roadrunner Records
  

METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Uniform
The Long Walk
Lire la chronique
Ulvegr
Vargkult
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Exocrine
Molten Giant
Lire la chronique
Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique