chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
169 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lutomysl - Decadence

Chronique

Lutomysl Decadence
Le quatrième « full-length » de LUTOMYSL s'intitule Decadence ; sorti d'abord sous forme d'une tape limitée à 666 exemplaires chez Propaganda en avril 2005, puis en CD en 2006 chez le bon label angelin Mercenary Musik, sa distribution dans le milieu aura été plutôt moyenne, et c'est bien dommage pour une telle œuvre. Cette année 2005, Pavel "Lutomysl" Shishkovskiy, l'être torturé derrière ce one man band, loue les services d'un batteur pour l'occasion, son précédent opus, I(')MQUI(nt)ESs/cENCE, étant entièrement rythmé par une boîte à rythme. Avec Amorth, qui a notamment fait de la session chez DRUDKH (en étant présent sur l'excellent Blood in our Wells notamment) ou chez ASTROFAES, l'homme se dote d'un pilier de la scène ukrainienne pour donner une nouvelle dimension à sa musique avec ce Decadence. 3 disques étaient sortis depuis la création du groupe en 2001 suite à la fin de PROFANE SOLITUDE : le premier opus, Вызов (The Challenge), présentait déjà une grande classe, une grande maturité dans des compositions abouties déjà marquées par cette patte unique inspirée il est vrai par les russes de FOREST. Si Зима людства (Winter of Humanity) ne confirmait pas la puissance du premier jet de notre homme, I(')MQUI(nt)ESs/cENCE faisait mieux que redresser la barre et s'imposait comme un chef-d'œuvre du genre que LUTOMYSL porte en lui : le "Jet Black Metal Art", qu'on pourra définir à l'écoute de ses œuvres comme une musique fulgurante, uniformément noire et terriblement mélancolique, sans aucun compromis.

Decadence arrive donc à un moment décisif de la carrière de LUTOMYSL, puisqu'il intervient après un grand disque. En 2005, on pouvait légitimement se demander si l'homme allait être à la hauteur de son I(')MQUI(nt)ESs/cENCE déjà touché par cette grâce unique. Et Pavel Shishkovskiy n'est pas homme qui déçoit. Plus de clavier ici, seules la guitare, la basse et la batterie se livrent une lutte sans merci durant 40 grosses minutes d'un malheur pur et sans trêve. Sous une production impeccable, vicieuse, touchante, au grésillement éteint mais malgré tout perceptible, le mal-être copule avec la haine pour donner des compositions dans l'ensemble fluides, qui s'enchaînent en tout cas sans aucune pitié. L'homme, lançant sa nouvelle offrande avec deux perles (« First Rays » et « To Bearers Of Gleam »), annonce la couleur : Decadence sera grand, Decadence n'épargnera personne avec ses riffs contemplatifs et mélancoliques à en crever. L'alliage de brutalité, avec ces riffs incisifs confrontés à une batterie assénant ce blast beat typiquement ukrainien, ravageur et obsédant, et de tristesse, avec ces riffs terrifiant de pureté et d'efficacité rythmés par une batterie qui se fait parfois plus lente, bat son plein. Là où l'homme nous achève, c'est quand il balance à la figure d'un auditeur touché en plein cœur ces passages possédés, diablement efficaces. Ces passages où la voix, une voix qui gerbe tout bonnement la vie, les instants de bonheur qu'on peut passer, une voix portée un Lutomysl qui s'époumone avec cet accent slave marqué comme les sillons creusant les cernes d'un insomniaque, ces passages où la voix se tait pour laisser place à un Black Metal d'un panache sans pareil et d'une froideur absorbante et paralysante, notamment sur « First Rays » ou sur « To Bearers of Gleam », deux véritables tueries. Ces moments intenses sont légion sur cet opus : « In The Darkness », notamment, propose une densité dans l'émotion rarement atteinte par LUTOMYSL… et par ailleurs.

Mais l'heure est venue… vous savez, ce moment où la lucidité vous choppe par la manche et la tire en vous susurrant à l'oreille : « fais gaffe mon gars, tu t'emportes ! ». Saleté de conscience professionnelle ! Qui vous fais dire que ce Decadence comporte quand même quelques longueurs, notamment sur le titre éponyme ou sur « Quintessence », titre qui tire un peu trop sur la corde quand même. Oh, pas jusqu'à la casser, non mes aïeux, mais il faut bien relever ces quelques passages en trop, moins inspirés que les autres. Mais à l'évidence, la qualité unanimement reconnue au De Profundis, le chef-d'œuvre de LUTOMYSL qui viendra 3 ans plus tard, ne doit pas faire oublier cet album tout aussi exceptionnel : certes, ici l'homme ne maîtrise pas tout à fait sa formule puisqu'il se laisse aller à quelques petites longueurs et facilités, mais il tient déjà de quoi pérenniser son « Jet Black Metal Art » et de fait la grâce qui ne le lâchera plus, à l'image d'un Catharsis qui confirmera, tout en étant quand même un cran en-dessous, la grande qualité qu'on a pu déceler sur ce Decadence, offrande d'un groupe fantomatique, hantant le malheureux être qui pose ses oreilles frelatées sur ce véritable don du coeur dévasté et dégoûté par toute forme de vie. A noter, l'opus ne connaît aucune pause entre les morceaux, un peu à la manière de l'ultra compact Sorrow de HATE FOREST : vous l'avez compris, bande de chafouins, ce Decadence mérite vraiment qu'on se l'infuse entre les deux oreilles et qu'on se prenne ses balles de noirceur entre les deux yeux !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Geisterber citer
Geisterber
01/03/2011 14:58
note: 8.5/10
A l'attention des potentiels casse-couilles (pas sur Thrasho bien sûr mais on ne sait jamais) : si j'ai mis "Mercenary Musik" comme label pour ce Decadence, c'est que de mémoire le label qui avait sorti la cassette n'existe plus (je peux me tromper). Sinon, vous allez me trouver un peu insistant mais peu m'importe, cet album dit "sold-out" est encore trouvable (chez HHR notamment si je me rappelle bien), donc profitez-en!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lutomysl
Jet Black Metal Art
2005 - Mercenary Musik
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (6)  8.75/10
Webzines : (2)  6.84/10

plus d'infos sur
Lutomysl
Lutomysl
Black Metal Mélodique - 2001 - Ukraine
  

tracklist
01.   Первые лучи (First Rays)
02.   Несущим отблеск (To Bearers Of Gleam)
03.   Decadence
04.   Я из проклятых (I Am of the Damned)
05.   Во тьме (In The Darkness)
06.   Квинтэссенция (Quintessence)

Durée : 43:04

line up
parution
8 Avril 2005

voir aussi
Lutomysl
Lutomysl
Firmament (EP)

2014 - Nihilward Productions
  
Lutomysl
Lutomysl
Overcoming Babel

2012 - Nihilward Productions
  
Lutomysl
Lutomysl
Ecce Homo

2018 - Drakkar Productions
  
Lutomysl
Lutomysl
De Profundis

2008 - Supernal Music
  

Essayez aussi
Mayhem
Mayhem
Daemon

2019 - Century Media Records
  
Nachtmystium
Nachtmystium
Resilient (EP)

2018 - Lupus Lounge
  
Noctem Cursis
Noctem Cursis
Nocturnal Frost

2014 - Mortis Humanae Productions
  
Ordinul Negru
Ordinul Negru
Sorcery of Darkness

2015 - Loud Rage Music
  
Inquisition
Inquisition
Obscure Verses for the Multiverse

2013 - Season Of Mist
  

16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique